Le jeu indé pour les amoureux d'Alien et The Thing

Bon, on va pas se mentir : Jouer le gentil, c'est sympa mais un poil redondant. Alors parfois jouer le méchant, ça offre une perspective intéressante. C'est la proposition de Carrion, à ceci près qu'on incarne ici une jolie bébête tentaculaire (on pense tout de suite à l'extra-terrestre de The Thing) qui s'échappe du laboratoire où elle était étudiée et qui compte bien prendre sa revanche sur ses geôliers. A nous donc le contrôle de la créature, qui dispose de peu de biomasse (la barre de vie) pour débuter, qu'on fera grandir au fur et à mesure qu'on dévore les humains qu'on rencontre sur notre route, ce qui aura pour effet de grossir aussi notre corps.


C'est un peu près la seule chose qu'on fera durant la progression du jeu, et c'est bien dommage car le contrôle de la créature est souple et très agréable, on profite de sa fluidité de mouvement assez aisément, et le sentiment de puissance se ressent très vite. Mais on tourne très vite en rond, car même si le jeu nous propose assez souvent une approche directe ou plus furtive en utilisant les égouts et conduits de ventilation (coucou Alien), la redondance se fait très vite sentir.


Heureusement le jeu est assez court (comptez 6 heures maximum pour le terminer à 100%, en ayant trouvé tous les pouvoirs d'améliorations secondaires) et la succession des différents niveaux (9 tableaux en tout) est agréable et propose des décors superbes, qui va de pair avec sa direction artistique très réussie et qui multipliera les références à Alien, encore une fois.


Il est nécessaire de mentionner aussi un sound design magnifique, que ce soit les bruits de la créature, les ouvertures de portes et autres bouches d'aération, mais aussi la musique qui participe activement à l'ambiance horrifique du jeu (le compositeur étant Cris Velasco, déjà connu pour ses bandes-son de la trilogie God of War ou encore des DLC de Mass Effect 2 & 3)


Au final, on ressort de ce jeu avec le sentiment qu'on a vécu une belle expérience mais qui ne dépasse jamais son concept (incarner la créature). Le sentiment de puissance est là mais on aurait aimé avoir plus de challenge, plus de variété dans le gameplay (qui en offre uniquement à la fin lorsque l'on a débloqué tous les pouvoirs).


La proposition est belle, mais elle ne transcende pas.


P.S : Merci le Gamepass d'inclure ce jeu day one. Je ne peux que vous recommander de vous abonner à ce service si vous possédez une Xbox One ou un PC puissant.

DrLoutre
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste Les meilleurs jeux vidéo de 2020

Le 28 juillet 2020

4 j'aime

Carrion
DrLoutre
7
Carrion

Le jeu indé pour les amoureux d'Alien et The Thing

Bon, on va pas se mentir : Jouer le gentil, c'est sympa mais un poil redondant. Alors parfois jouer le méchant, ça offre une perspective intéressante. C'est la proposition de Carrion, à ceci près...

il y a 2 ans

4 j'aime

Carrion
MadreMiaaa
4
Carrion

Concept effleuré

Il n'y a pas grand chose à retirer de Carrion d'autre que l'évidence du concept et la manière de se mouvoir de la Chose. Le jeu est tellement timide dans ses mécaniques et son level design qu'on...

il y a 2 ans

4 j'aime

Carrion
majrouge
8
Carrion

The Thing Le jeu (non-officiel)

Carrion est un genre de metroidvania assez singulier. Il nous met dans la peau d'une créature dont nous ne savons à peu près rien sinon qu'elle est tenue prisonnière d'un laboratoire dont elle...

il y a 2 ans

3 j'aime

1