Il y a huit ans déjà, le chaos engendré par la furieuse quête de vengeance du fantôme de Sparte s'achevait par son suicide. Il laissait derrière lui un véritable charnier Olympien, mausolée dont les illustres dépouilles ne pourraient plus jamais exercer leur joug tyrannique sur l'humanité. Débutée en 2005 sur Playstation 2, la saga de Santa Monica est une série de jeux vidéos d'une violence rare et jouissive qui, à mes yeux, reste mémorable principalement pour la qualité de sa mise en scène, d'une efficacité extraordinaire. Une saga brillante et véritablement marquante dans mon parcours de joueur, ce malgré des mécaniques de Beat Them All classiques et un peu molles, loin d'égaler les qualités martiales de ses contemporains japonnais. Oh et puis tant qu'à y être, autant aborder la courbe de difficulté assez chaotique et le véritable massacre de la mythologie grecque, au sens propre, mais surtout au figuré.

Je me souviens aussi de cet épilogue énigmatique qui laissait une ouverture vers une possible suite, et mon imagination s'exciter à l'idée de voir le demi-dieu en mal de victimes s'en prendre à d'autres mythologies, nordiques ou égyptiennes pour ne pas les citer. Néanmoins, après cinq opus, il m'apparaissait assez clair que Santa Monica avait déjà fait le tour de sa formule, malgré un rythme toujours plus frénétique et une surenchère dans chaque volet canonique. Il était sans doute temps de tourner la page et s'adonner à d'autres expériences. Des envies contraires a priori irréconciliables.

Après un silence radio de six ans et entre deux gifles distribuées par le renouveau particulièrement prometteur du mastodonte Zelda, l'E3 2016 a été l'occasion de renouer contact avec le grand chauve peinturluré. Une prise de température un peu gênée, comme avec une ex perdue de vue, mais musclée et barbue : "Ah tiens Kratos, tu traînes tes spartiates dans la neige, ça te réussit pas trop mal on dirait t'as eu une femme et un gamin, je suis content pour toi. C'est cool que tu t’inspires de The Last of Us, tu sais que j'ai adoré ce jeu ? Bon, au plaisir de te recroiser un jour, peut-être dans une paire d'années ?". Puis il était temps pour moi de retourner à bord du hype train de Breath of The Wild. Le jeu passera ensuite sous mes radars. Jusqu'à ce mois d'avril, quand un journaliste de Gamekult balance une poignée de mots lourds de sens que je me permettrait de paraphraser : il s'agirait du Resident Evil 4 de la série God of War. Il s'agirait de QUOI !!!?!!!? Le hype-o-meter s'emballe, la température monte, la carte bancaire chauffe et me voilà possesseur d'un Blu-ray que j'installe avec fébrilité dans ma PS4. N'y allons pas par quatre chemins, après tout bande de petits margoulins vous avez vu la note avant de commencer à lire cet article : grand bien m'en a pris.

Car effectivement la disparition du chiffre n'est absolument pas anodine : ce nouvel opus n'a rien, en dehors de son personnage principal, des anciens jeux de la série.
À la croisée des genres, le God of War nouveau est une réinvention sous la forme d'un jeu-somme à l'équilibre redoutable. Assimilant parfaitement ses très nombreuses références, il incarne le jeu témoin d'une époque et synthétise la quintessence des mutations du gamedesign du jeu d'aventure à l'occidentale.

Pour le meilleur, il reprend la structure des jeux d'aventure semi-ouverts comme Fable et Darksiders avec une progression depuis des zones ouvertes vers des ramifications plus linéaires et cloisonnées, permettant aux plus curieux de s'adonner à de l'exploration tout en laissant bien en évidence son aspiration à motiver le backtracking. Avec moins de linéarité et plus de possibilités, l'orientation radicalement opposé de ce nouvel opus est évidente, mais ne s'arrête pas à la structure de ses niveaux.

Santa Monica s'est également retroussé les manches pour ré-inventer un système de combat beaucoup plus intéressant, autre gros chantier de cette suite qui n'en est pas une. Lorgnant allègrement du côté de From Software, les développeurs ont grandement travaillé pour apporter au gameplay les aspects rigoureux et stratégique des Souls. La variété n'étant pas apportée par un arsenal étendu, le jeu privilégie la montée en compétence par le déblocage de nouveaux mouvements et la personnalisation de Léviathan, l'argument incisif qui vous permettra de tailler dans le vif du sujet. Les combats laissent la part belle à la gestion de l'espace, tout en esquives, contres, crowd control, partage de l'agro et priorisation des cibles. Passer le curseur de difficulté en mode défi vous réservera quelques petites larmes de sel, quand le jeu, certainement goguenard, vous enverra quelques murs de difficulté dans la tronche. Il m'en faut plus pour me faire reculer, et c'est toujours un plaisir de répondre par une décapitation haineuse à la question d'un majordome célèbre "Pourquoi tombe-t'on maître Bruce ?".
Mention spéciale pour le bestiaire, très réussi et varié, mélangé parfois avec un talent presque pervers : vous risquez d'en voir des vertes et des pas mures.
Enfin, petite dédicace de fin de paragraphe au petit génie qui a décidé de conférer à Léviathan la fonctionnalité "retour au bercail" du Mjolnir cher au dieu de la foudre du Marvel Cinematic Universe. C'est parfois terriblement con de l'entendre se prendre tous les murs, mais toujours très jouissif de reprendre la hache bien en main avant de l'envoyer dans le visage d'un elfe noir qui nous regardait de travers.

À la marge du level design et de la conception du système de combat, on retrouve également les sacro-saintes composantes RPG-light qui contaminent la plupart des productions modernes. Points d'expérience à débourser pour progresser dans plusieurs arbres de compétences, loot, craft et amélioration d'équipement vous pousserons à passer de longue minutes dans les menus du jeu, à pimper votre Ken sous stéroïdes pour le swag mais surtout pour le rendre un peu moins chétif, ce qui n'est pas du luxe compte tenu de la différence de patate entre les créatures nordiques et helléniques.

Mais faisons fi cinq minutes de ces considérations bassement terre-à terres et abandonnons ensemble le core gameplay pour nous concentrer sur une des influences vidéoludiques majeures, qui ne vous aura sans doute pas échappé : The Last of Us.
La présence d'Atreus et le changement de caméra sont sans équivoque : Santa Monica a grandement apprécié le travail de Naughty Dog, au point d'en reprendre la structure. Voyage rédempteur pour l'adulte et initiatique pour l'enfant, symbole d'espoir, ils relatent tous deux les péripéties dramatiques du duo dans en monde noir en proie à ses derniers sursauts avant l'extinction.
Débutant avec l'incinération de la femme du demi-dieu, Kratos apparaît apaisé par une vie de famille sans histoire, jusqu'à ce qu'un mystérieux inconnu viennent trouver le foyer endeuillé et ne réveille la fureur du dieu de la guerre, précipitant une fuite en avant avec son fils. Quand on a passé sa vie à interagir socialement à coup de savate dans la bouche, pas évident de rependre la charge d'une éducation d'un enfant qui ignore tout du passé de son père, sa propre condition et l'héritage qui pèsera un jour sur ses frêles épaules.
Formidable aventure d'un père avec son fils, God of War adopte un rythme plus lent pour une aventure plus intimiste, propice à l'évolution de la relation entre Kratos et Atreus, qui bénéficie d'une écriture remarquablement juste et parvient avec beaucoup de talent le grand écart entre la discipline rigoureuse et intransigeante des guerriers spartiates et de l'autre côté la candeur, l'altruisme, l'entrain et l'intelligence d'Atreus que je trouve extrêmement touchant.
Les qualités d'écriture ne sont d'ailleurs pas l'apanage des personnages principaux puisque la galerie de personnages secondaires est tout autant réussie.

Pour finir, sur une note plus artistique, le jeu est particulièrement sublime, fracturant la rétine à intervalles réguliers. Les moneyshots se succèdent de façon presque obscène, parvenant à restituer un monde cohérent, vaste et peuplé dans un large spectre d'ambiances. God of War incarne à mes yeux l'atteinte d'une véritable maturité du studio qui nous avait déjà bien habitué lors des précédents opus, avec toutefois quelques rares écueils d'assez mauvais goût. Tout ce travail graphique est sublimé par une mise en scène au diapason, d'une fluidité incroyable et d'une maîtrise véritablement impressionnante. Santa Monica nous avait déjà bien gâtés précédemment, mais force est de constater que le God of War nouveau n'a rien oublié de son héritage, avec toujours autant de talent pour mettre en scène des bastons d'une pêche extraordinaire. Mais le bougre se permet en plus de poser ses ambiances et son rythme sur des phases contemplatives que n'aurait pas renié Mallick tout en se payant des mouvements de caméra et de bons gros morceaux de plans séquences dont se pâmerait Innaritu.
Pour ne rien gâcher, le sound design du jeu est aux petits oignons et repose en grande partie sur les compositions de Bear McReary qui accompagnent particulièrement bien chaque instant du jeu, qu'il s'agisse de morceaux guerriers aux chœurs gutturaux ou de moments plus intimistes ou intrigants.

Techniquement le jeu épate. Que l'on privilégie la résolution ou la fluidité, God of War fait cracher ses tripes à ma PS4 Pro, sans trop d'anicroches et garantit un excellent confort de jeu. La profondeur de champ est impressionnante et largement exploitée pour permettre au joueur de se repérer à vue et les ambiances plus refermées bénéficient particulièrement des éclairages dynamiques et des nombreux effets de particules qui viennent sublimer un tableau déjà extrêmement réussi. Une partition exécutée avec beaucoup de maîtrise, ce qui caractérisait déjà le curriculum vitae d'un studio qui distribuait déjà des pains avec un Emotion Engine. Petit bémol gentillet cependant : messieurs les développeurs je vous en prie : cappez le taux d'image seconde dans les menus. Je ne comprends pas l'intérêt d'afficher 500 i/s pour rendre plus fluide ma navigation dans l'inventaire, ma console en souffrance non plus...

Vous l'aurez compris, God of War est un incontournable de 2018. Fausse suite d'une série vidéoludique marquante, il s'impose sans mal comme la quintessence du jeu d'aventure à l'occidentale. Santa Monica nous délivre ici l'épopée poignante d'un tandem père-fils et au passage l'illustration évidente de l'étendue de leur talent. Vous tenez là sans problème une des nouvelles références du genre.

Yves_Signal
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Les meilleurs jeux vidéo de 2018, Les meilleurs jeux de la PlayStation 4 (PS4) et Les jeux sur lesquels vous avez passé le plus de temps en 2018

Le 23 avril 2018

11 j'aime

God of War
Xeldar
6
God of War

Boi of War

J'avais pas mal de craintes avant de me lancer dans ce god of war, reboot d'une de mes sagas vidéoludiques préférés. Tout dans ce jeu change par rapport aux anciens opus, la première chose qu’on...

il y a 4 ans

39 j'aime

10

God of War
jeds
9
God of War

Où est le mode Battle Royal?

Je joue de moins en moins... Ceux qui ont lu d'autres critiques déposées ici le savent, je suis un vieux con aigri... Et ça empire... Je n'arrive plus à piffer ne fut-ce qu'un seconde les minets...

il y a 4 ans

32 j'aime

3

God of War
brolin
9
God of War

God of the last souls - en 10 points

God of War 2018 est enfin sorti. Sur ses épaules pesait le poids d'un brillant héritage laissé par une trilogie commencée sur PS2 et terminée avec brio sur PS3. Voici les 10 points à retenir des...

il y a 4 ans

23 j'aime

1

Sekiro: Shadows Die Twice
Yves_Signal
10

De gifles et de crocs

Trente-deux heures. Il m'aura fallu trente-deux heures pour arriver aux crédits de Sekiro : Shadow Die Twice. Trente-deux heures en deux jours, pour être plus précis. Je viens de vivre une tranche de...

il y a 3 ans

43 j'aime

22

Wolfenstein II: The New Colossus
Yves_Signal
8

Prendre du plomb dans le ciboulot

Relecture pulp décomplexée du précurseur des jeux d'action à la première personne - que beaucoup prétendent adorer mais auquel personne n'a jamais véritablement joué - The New Order, malgré une...

il y a 5 ans

24 j'aime

1

Apex Legends
Yves_Signal
9
Apex Legends

Dans la famille des BR, je demande le plus affuté

Genre phare de 2018, mais pourtant déjà largement saturé, la famille des Battle Royale n'a cessé de s'agrandir, accueillant toujours plus de rejetons, pas nécessairement bien portants. Largement...

il y a 3 ans

21 j'aime

6