https://www.youtube.com/watch?v=NwlWL1legEQ


Inside, l'histoire d'une fuite. Celle d'un garçon sans visage, une anomalie colorée dans un monde monochrome. Dès le départ, dès cette naissance, expulsée d'un amas de feuillage, l'environnement sera hostile. Suivre la ligne, poussé par l'instinct de survie, attiré par l'espoir que la course aura une fin.


C'est l'élément perturbateur, le grain de sable dans le rouage. Il porte la couleur de la passion, de la révolte. Et du sang. Ce sang qu'il versera à maintes reprises car les plus belles histoires ne sont pas tracées qu'avec de l'encre. Tel un funambule, il évolue sur le fil, alors que les dangers l'encerclent. Toujours avancer. Les obstacles se succèdent. Il faut savoir prendre de la hauteur, utiliser chaque élément que ce monde abandonne. Une bonbonne de gaz, une corde suspendue dans le vide, un chariot ou encore un véhicule amphibie. Il faut être vif, observateur et adroit.


Autour de cette ligne de fuite se dévoile une société qui emprunte à Orwell, à Poe et à Burton. Fascination et inquiétude. On devine en filigrane l'empreinte du totalitarisme, les relents d'un nazisme en évolution. L'homme contre l'homme. La société comme laboratoire d'expérimentation, les citoyens comme sujets d'étude, la chair comme matériaux. Il n'y a qu'une couleur. Elle est de celles qui ne devraient jamais couler.


La fuite, c'est le mouvement. Les gestes sont fluides, on ressent le poids de chaque pas, l'amplitude de chaque saut, l'urgence de chaque respiration. La douleur de chaque morsure. Le danger ne survient pas que sur la ligne. Il faut voir au-delà, jouer sur la profondeur. La ligne n'est jamais rassurante, elle ne vibre que dans l'urgence.


Et puis il y a les autres. Ceux qui chassent, ceux qui guettent. Ils sont à l'affût d'une tâche dans la lumière. Ils suppriment le chaos pour l'ordre, la couleur dans l'uniformité. Il y a ceux qui profitent du système, qui acceptent les règles. Trop lâches pour être libre, pas assez persécutés pour être courageux. On les devine plus qu'on ne les voit. Puis il y a ceux qui gisent, ceux qui ne penseront plus. Ils sont un amas, une foule docile, malléable. Une masse obéissante pour qui détiendra l'étincelle. Le garçon est l'étincelle. Sa volonté anime les chairs pathétiques et l'anomalie devient pluriel.


Dans cette fuite que les autres ont nourrie, l'anomalie évolue en chrysalide de chair. Le garçon devient ce que la société projette sur lui, un monstre inadapté. La fuite arrive à sa fin. Il faut se débarrasser de cette chose animée d'espoir et de liberté. On l'aide. Par compassion ? Par lâcheté ?


La ligne s'achève, dans la clarté. Au loin, une autre ligne se dessine. Celle d'une fin, ou d'un commencement...

Le 6 septembre 2016

53 j'aime

20 commentaires

Inside
Psykokilla_V3
10
Inside

[Inside you. Outside of the world.]

Pure dystopie maîtrisé d'un bout a l'autre, Inside hypnotise et joue avec les corps, déjà celui de son protagoniste, animé avec un réalisme a peine croyable, trébuchant et titubant maladroitement...

il y a 6 ans

40 j'aime

3

Inside
Maître_Grenouille
5
Inside

Avoir un propos ≠ Accumuler des thèmes

Information : le texte qui suit vise avant tout à faire ressortir les aspects négatifs du titre afin de contrebalancer un engouement quelque peu immérité, d'où la note. En vérité ça se joue sans...

il y a 5 ans

33 j'aime

La Horde du contrevent
Alyson_Jensen
9

Le 24ème hordier

# Ajen, lectrice Jusqu'au bout. Je n'ai guère de souvenirs de ma rencontre avec la 34ème horde. Tout était dévasté. Ou en passe de l'être. Oroshi m'expliqua par la suite que nous avions survécu au...

il y a 5 ans

106 j'aime

13

Everest
Alyson_Jensen
4
Everest

Les sous-doués passent l’Everest

Everest, le dernier film de Baltasar Kormakur, nous propose une adaptation du récit de John Krakaueur, Tragédie à l’Everest. Basé sur la catastrophique expédition de 1996 qui coûta la vie à 8...

il y a 6 ans

65 j'aime

10