Persona 5: Royal
8.9
Persona 5: Royal

Jeu de Atlus (2019PC)

Pourquoi fallait-il que le voyage s'arrête ?

J'ai longtemps attendu l'arrivée de ce jeu sur PC, et je suis fort heureux qu'il arrive dans la version Royal.

Lorsque j'ai mis la main dessus, j'étais purement et simplement extatique. Ce jeu a fait l'amour à mes yeux et mes oreilles. Le design des menus et des transitions est devenu célèbre à juste titre. Les musiques également.

C'est par ailleurs un jeu hyperréaliste dans lequel on peut enfin voir les messages instantanés que s'envoient les élèves pendant les cours.

Au niveau histoire, on est dans un schéma qui rappelle Persona 3 : un jeune homme à la réputation sulfureuse arrive dans un nouveau lycée, et va se rapprocher de différentes personnalités : le mec assez bourrin et intuitif, la première de la classe qui cache des complexes derrière sa froideur, la bimbo, et un truc improbable (ici un chat masqué qui parle). Ensemble, cette équipe forme progressivement un groupe qui prend conscience de sa capacité à redresser la psyché tordue de personnes devenues sociopathes en investissant un palais mental qui reflète leurs complexes (je ne déflorerai pas les sujets abordés, mais c'est original).

Allez si, juste une chose : mention spéciale au palais de Shido, qui a la forme d'un navire sur lequel ce politicien corrompu protège ses partisans dans une mer agitée. Tellement intelligent cette allégorie du politicien qui se moque complétement de ce que devient son pays tant que tout tourne autour de lui. Et le passage où ses statues vous transforment en souris vulnérable, qui doit passer par des bouches d'aération, c'est d'une cohérence qui inspire le plus grand respect.

Bon, et j'ai eu les larmes aux yeux pour ce qui se passe pendant la première semaine de janvier... ça ne m'arrive pas tous les quatre matins. Atlus est vraiment bon pour ça.

Parmi les petits moins : une formule désormais bien installée ; des textures de visage qui ne sont pas à la hauteur des jolis portraits de personnages en train de parler ; un côté tutoriel qui s'étire un peu trop. Des combats qui pourraient être un peu plus profonds... Mais bon, le but était de s'ouvrir au grand public et c'est pleinement réussi. Ha, et la bonne fin traîne un peu en longueur, tout en arrivant un peu sans prévenir.

C'est ce qui fait que sur la longueur, ma note est passée de 9 à 8. ça reste un jeu marquant à bien des égards. J'étais triste que le voyage s'achève.

Persona 5 Royal est une bonne introduction à la série des Persona, si vous aimez les systèmes de combat basés sur les affinités contraires, les histoires bien écrites d'adolescents qui découvrent la corruption du monde adulte, la musique funky, les jeux qui se terminent en 160 heures.

zardoz6704
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Jeux où on entre dans la psyché des gens.

Créée

le 1 avr. 2023

Critique lue 93 fois

2 j'aime

zardoz6704

Écrit par

Critique lue 93 fois

2

D'autres avis sur Persona 5: Royal

Persona 5: Royal
Benetoile
7

Un bon JRPG en défaut d'imaginaire

Critique publiée à l'origine sur Etoile et Champignon.fr Quelques infos pour commencer : P5R est un JRPG coupé en deux, mi-simulation de vie, mi-donjon RPG. Côté « simulation », on joue la vie d’un...

le 10 nov. 2021

12 j'aime

2

Persona 5: Royal
Sajuuk
9

Bas les masques Atlus, ô grand roi du soft power.

Au travers de ces dernières décennies, le Japon a su parfaitement saisir la puissance d’exporter sa culture pour gagner une place sur la scène internationale. Grâce à de nombreuses œuvres...

le 9 janv. 2023

11 j'aime

17

Persona 5: Royal
DocteurKi
8

Alors oui, mais...

Je n’avais pas spécialement envie d’écrire sur ce jeu. Après tout, que dire de plus qui n’ait déjà été dit, et peut-être même mieux dit ? Mais après l’avoir terminé (Platiné dès la première partie),...

le 15 août 2020

10 j'aime

13

Du même critique

Orange mécanique
zardoz6704
5

Tout ou rien...

C'est ce genre de film, comme "La dernière tentation du Christ" de Scorsese", qui vous fait sentir comme un rat de laboratoire. C'est fait pour vous faire réagir, et oui, vous réagissez au quart de...

le 6 sept. 2013

56 j'aime

10

Crossed
zardoz6704
5

Fatigant...

"Crossed" est une chronique péchue, au montage saccadé, dans laquelle Karim Debbache, un vidéaste professionnel et sympa, parle à toute vitesse de films qui ont trait au jeu vidéo. Cette chronique a...

le 4 mai 2014

42 j'aime

60

Black Hole : Intégrale
zardoz6704
5

C'est beau, c'est très pensé, mais...

Milieu des années 1970 dans la banlieue de Seattle. Un mal qui se transmet par les relations sexuelles gagne les jeunes, mais c'est un sujet tabou. Il fait naître des difformités diverses et...

le 24 nov. 2013

40 j'aime

6