Même si j’ai une préférence pour A Link to the Past, je dois avouer que le passage à la 3D effectué par Ocarina of Time de la licence Zelda est un vrai coup de maître.


Je vais tenter d’écrire cette critique de mémoire, car j’ai repris le jeu après l’avoir terminé vers 12 ans (il m’aura fallu 2 ans pour en venir à bout, à l’époque je n’avais pas internet**, je crois même pas qu’internet existait ou s’il existait c’était sur modem 56k qui faisait bloublopblop au démarrage…). De mémoire toujours, c’est un copain qui m’a fait découvrir la licence Zelda. Je n’avais alors que la Super Nes et c’est le fait d’y jouer (disons plutôt « toucher ») chez un copain qui a inauguré ma passion pour la licence. Quand par un beau Noël de 1998 je finis par trouver A Link to the Past sous le sapin bien emballé par les lutins du Père Noël… Joie !


J’ai déjà évoqué ici comment j’avais eu A Link to the Past. Là c’est la critique de OOT. Passons donc à OOT.


Tout d’abord ce qui frappe en 2022, c’est que c’est à la fois très laid, et grandiose. Je m’explique : On sent la signature artistique (une DA incroyable) derrière chaque plan mais le rendu technique est encore assez basique. Un souffle unique traverse chaque image. Les cinématiques sont très cinématographiques. Question moteur, on ne voit pas très bien ce qu’il se passe à l’écran (le pire c’est dans la cité d’Hyrule où, du fait du grand nombre d’animations, Link n’est plus qu’un gros tas de pixels polygonés). La fée de la force est chelou aussi, on dirait un genre de fille de joie suggestive. J’avais déjà noté ce double niveau de lecture (ou bien j’ai l’esprit très mal placé) dans Super Mario 64, après y avoir rejoué, ou plutôt après y avoir joué récemment après y avoir touché vers 10 ans chez un copain suisse richissime (et qui donc avait la N64 pikachu, le veinard!), j’ai découvert que les paroles de Toad contenaient des sous-entendus bicurieux « Mon mignon ! Mon gros moustachu ! » et que Bowser était une petite racaille de la pire espèce. Breeeeef…


Revenons à OOT. La gestion de la caméra est beaucoup plus dirigiste que celle de Mario 64 (autre plateforme, mais ici il s’agit plutôt d’un plateforme slash action slash aventure), mais c’est aussi pour le mieux, car, si dans Mario on tombait dans tous les précipices tendus par le lvl design, OOT nous assiste de ses angles de vues pour un résultat mieux maîtrisé (du côté du joueur), moins skillé et davantage dans le plaisir d’animation. La grosse force c’est le lock caméra sur les adversaires, ça permet réellement de dynamiser les combats et facilite grandement la prise en main.


J’ai évoqué les graphismes et le gameplay, mais il faut parler de l’univers enchanté et enchanteur de cet opus. Le scénario est sublimé par les multiples connexions rendant vivant un monde qui pourtant n'a que peu de PNJ : des énigmes sur des énigmes dans des énigmes, alors je sais que c’est un peu la marque de fabrique de la licence, mais sur OOT on a passé un cap rapport aux premiers Zelda en 2D. Le méchant est charismatique (un "homme du désert", tiens tiens, original...), le savant mélange entre folklore européen, mythes orientalistes et touche japonaise hisse cet opus directement au sommet du genre. Si mon coeur incline vers ALTTP, ma raison penche pour OOT.


** Il fallait donc chiner les tips dans les magazines du "Foyer" du Collège. Au bon vouloir de celui qui les commandait. Je revois mes premiers émois en lisant les astuces de GTA : Vice City (ceux qui ont joué à GTA savent pour quelle raison ;) )

Pikbilis
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Mon périple Retro-Gaming

Le 10 juin 2022

2 j'aime

9 commentaires

The Legend of Zelda: Ocarina of Time
MacCAM
5

overhype, fanboys & poils à gratter

Ocarina of Time est incontestablement le jeu le plus surestimé de tous les temps C'est pour dire, même les Call of Duty n'ont pas réussi à faire pire. Les fanboys de la licence lui vantent...

Lire la critique

il y a 10 ans

51 j'aime

311

The Legend of Zelda: Ocarina of Time
Caracallas
10

Critique de The Legend of Zelda: Ocarina of Time par Caracallas

Zelda Ocarina Of Time reste (et restera sans doute) à mes yeux le plus beau jeu de tous les temps. En voulant y rejouer il y a peu, j'ai constaté qu'il avait en effet pris un coup de vieux, mais cela...

Lire la critique

il y a 12 ans

45 j'aime

10

The Legend of Zelda: Ocarina of Time
villou
10

Malon, Mido, Saria et les autres...

Élever une œuvre au rang de culte ne veut pas dire que l’œuvre en question est parfaite. Bien sûr que non. Quand Ocarina Of Time est sorti, on avait déjà vu plus beau, on avait déjà vu plus vaste, on...

Lire la critique

il y a 12 ans

42 j'aime

3

Vikings
Pikbilis
1
Vikings

Nul

Vikings échoue à capter l'essence de ce qu'étaient les vikings. Tout amateur d'histoire (je n'écris volontairement pas passionné car je n'ai pas cette prétention) se doit de fuir à toutes enjambées...

Lire la critique

il y a 1 mois

11 j'aime

30

Twin Peaks
Pikbilis
9
Twin Peaks

Le fantôme de Laura Palmer rôde dans tous les esprits...

... Et nous sommes comme ce flic chialant à l'apparition de son visage d'ange et du thème d'ouverture. Retour sur ses traces, donc, cette saison 3 de la série culte s'annonçait comme un monument...

Lire la critique

il y a 3 mois

9 j'aime

7

Breaking Bad
Pikbilis
8
Breaking Bad

La dérive.

Le prof de chimie, Walter White (Bryan Cranston), travaille dans une station en parallèle aux cours qu'il donne dans un lycée. Son épouse, Skyler (Anna Gunn), et lui ont un enfant (Roy Frank Mitte)...

Lire la critique

il y a 1 mois

8 j'aime

21