Advertisement

1917 - 2017 : 100 ans de monstres et de terreur animale en quelques films

Avatar zombiraptor Liste de

281 films

par zombiraptor

Petite sélection personnelle (qui n'est pas immuable)

Annotations à venir.

(au moins un film par décennie, ordre chronologique)

Années 30 : 5 films (dont le meilleur de tous par ailleurs)
Années 40 : 5 films
Années 50 : 30 films (grande année)
Années 60 : 14 films (l'apogée du règne de Ray Harryhausen)
Années 70 : 25 films (les nouvelles bases)
Années 80 : 39 films (la série B pour le pire et pour le meilleur)
Années 90 : 33 films (nouvelle grande période saurienne)
Années 2000 : 39 films (araignées et crocodiles contre-attaquent)
Années 2010 : 17 films (The Asylum et Roger Corman productions s'imposent face à la stagnation ambiante et le règne absolu du film de super héros)

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts
  • Bande-annonce

    The Dinosaur and the Missing Link: A Prehistoric Tragedy (1915)

    5 min. Sortie : 1915.

    Court-métrage de Willis O'Brien

    A valeur d'expérimentations et d'essais divers pour donner vie à ses idées les plus folles, ces courts métrages où Willis O'Brien travaille l'art de la stop motion qui fera son apogée avec un grand primate en 1933, sont autant de petits contes dotés d'un charme tout à fait plaisant. Il y a là, comme on le retrouvera grandissant encore et encore au fil des années, cette fascination pour celui qui de ses mains donne vie aux matériaux et exhume les plus fabuleuses espèces d'un temps reculé pour leur faire raconter les plus improbables histoires.

    A voir aussi :
    - R.F.D., 10,000 B.C. (1916)
    - Prehistoric Poultry (1916)
  • The Ghost of Slumber Mountain (1918)

    19 min. Sortie : .

    Court-métrage de Willis O'Brien avec Willis O'Brien et Herbert M. Dawley

    Il y a quelque chose de touchant dans ce film, quelque chose de simple et de sensible chez cet homme partageant son savoir avec ces mômes émerveillés et ressuscitant dans ses envolées tout un bestiaire fantasmé, comprenant les espèces les plus adorées des jeunes engeances, du tyrannosaure au tricératops. La stop motion, comme souvent, et plus particulièrement avec Willis O'Brien, confère un charme indéniable à l'ensemble, une senteur de vieux livre jauni d'un enthousiasme et d'un émerveillement assez uniques en leur genre.
  • Le Monde perdu (1925)

    The Lost World

    1 h 40 min. Sortie : . Science-fiction et aventure.

    Film de Harry O. Hoyt avec Bessie Love, Lewis Stone, Wallace Beery

    Séances de cinéma (1 salle)
    L'art de Willis O'Brien s'impose aux yeux du grand public avec ce film qui ressuscite quelques-unes des plus fameuses espèces du bestiaire préhistorique et fantasmagorique. Tout ici illustre l'imaginaire débordant d'O'Brien, des jungles luxuriantes inspirées par Gustave Doré à l'animal au long cou sortant discrètement sa tête au dessus d'une surface effleurée par ses nappes de brumes, vision qui, au même titre que Kong et son brontosaure revêche, illustre curieusement la naissance du mythe du Loch Ness à la fin de l'année 1933.
  • Bande-annonce

    Frankenstein (1931)

    1 h 10 min. Sortie : . Drame, Épouvante-horreur et science-fiction.

    Film de James Whale avec Colin Clive, Mae Clarke, John Boles

    Séances de cinéma (1 salle)
    Un film d'une force graphique exceptionnelle, grâce à un Boris Karloff magistral, prédestiné à incarner le livre de Mary Shelley, et au savoir faire de James Whale, orfèvre de la mise en scène, sculptant ombres et lumière pour marquer à jamais cette créature dans les esprits.
  • La Momie (1932)

    The Mummy

    1 h 13 min. Sortie : . Épouvante-Horreur.

    Film de Karl Freund avec Boris Karloff, Zita Johann, David Manners

    A chaque génération son oeuvre originale et intouchable, et ceux qui hurlent au scandale en apprenant l'arrivée d'une nouvelle adaptation de La Momie, clamant que leur chef d'oeuvre adoré de 1997 va être sali (hé, j'adore celui de 1997 aussi hein, j'préfère préciser), oublient qu'il était, comme beaucoup d'autres, lui-même une reprise d'un film bien plus ancien encore.
    Boris Karloff, qui est, dans ce cinéma de créatures diverses et variées, l'un des plus grands, des plus charismatiques, des plus mémorables, voue sa gigantesque stature et ses paumes émaciées à une Momie mémorable. A voir pour cet acteur plus que vénérable.
  • Bande-annonce

    King Kong (1933)

    1 h 40 min. Sortie : . Aventure, Épouvante-horreur et science-fiction.

    Film de Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack avec Fay Wray, Robert Armstrong, Bruce Cabot

    Séances de cinéma (1 salle)
    Un classique indémodable à tous les niveaux, c'est LE film avec lequel je pourrais peut être au mieux exprimer ma passion 1 : pour le cinéma, 2 : pour ces reptiles démesurés.

    D'une touchante brutalité et d'une féroce poésie, ce film reste une perle qui a scellé la vocation de plus d'un grand nom du cinéma, insurclassable dans l'aventure, la romance, la fresque sarcastique et les yeux d'un gamin émerveillé devant un gorille de 8 mètres balançant des mandales à un tyrannosaure.
  • Le Fils de Kong (1934)

    Son of Kong

    1 h 10 min. Sortie : 1934. Fantastique.

    Film de Ernest B. Schoedsack avec Robert Armstrong, Helen Mack, Frank Reicher

    Voulant profiter du succès de son père, Le Fils de Kong est un court film montrant Karl Denham, de retour sur Skull Island, face à un jeune Kong au poil clair. Y a bien sûr de la créature à revendre là dedans, avec une générosité qui fait du bien, allant de l'ours des cavernes à un nothosaurus approximatif, mais c'est aussi un peu long à démarrer, un peu rapide à se terminer, et d'un intérêt parfois légèrement énigmatique. Mais quand on aime...
  • Bande-annonce

    La Fiancée de Frankenstein (1935)

    Bride of Frankenstein

    1 h 15 min. Sortie : . Drame, Épouvante-horreur et science-fiction.

    Film de James Whale avec Boris Karloff, Colin Clive, Valerie Hobson

    Séances de cinéma (1 salle)
    Film exceptionnel en tous points, parvenant par un coup de maître à égaler l'oeuvre filmique originale, La Fiancée se démarque par un traitement de l'image fabuleux, une idée improbable amenée avec amour, un superbe labo et une mise en scène parfaite. Classique et indémodable.
  • Le singe tueur (1940)

    The Ape

    1 h 02 min. Sortie : . Drame, fantastique et Épouvante-horreur.

    Film de William Nigh avec Dorothy Vaughan, Gertrude Hoffman, Henry Hall

    Petit film sans prétention qui mériterait toute fois d'être davantage vu. Petite histoire de savant fou empruntant les oripeaux d'un gorille pour accomplir d'horrible méfait dans une perspective scientifique. C'est de la digne série B des années 40, éclairages au top, contrastes forts et saisissant, costume de singe tout à fait charmant employant une superbe démarche chaloupée... Ce petit film d'à peine plus d'une heure à tout pour attiser les plus vives curiosités.
  • Le Loup-Garou (1941)

    The Wolf Man

    1 h 10 min. Sortie : . Drame et Épouvante-horreur.

    Film de George Waggner avec Claude Rains, Warren William, Ralph Bellamy

    Les bases du conte de l'homme loup sont désormais placées. Ombres de charbon et atmosphères cotonneuses enveloppent certains des premiers pas de cette légende de poils et de crocs.
  • La Féline (1942)

    Cat People

    1 h 11 min. Sortie : . Épouvante-Horreur.

    Film de Jacques Tourneur avec Jane Randolph, Jack Holt, Simone Simon

    Jacques Tourneur devient l'un des maitres de la suggestion avec ce film. Une maestria d'exception pour les jeux d'ombres, les sons, les atmosphères... La mise en scène de la traque dans un pouvoir évocateur rare.
  • Frankenstein rencontre le loup-garou (1943)

    Frankenstein meets the Wolf-Man

    1 h 14 min. Sortie : 1943. Épouvante-Horreur.

    Film de Roy William Neill avec Joan Peers, Lon Chaney Jr., Bela Lugosi

    Un face à face sympathique qui a surtout le mérite de présenter encore une fois de magnifiques décors nocturnes et brumeux.
  • Bande-annonce

    La Belle et la Bête (1946)

    1 h 36 min. Sortie : . Drame, fantastique et romance.

    Film de Jean Cocteau avec Jean Marais, Josette Day, Mila Parely

    Séances de cinéma (1 salle)
    Une oeuvre forte et plastiquement magnifique.
  • Monsieur Joe (1949)

    Mighty Joe Young

    1 h 34 min. Sortie : . Aventure, drame, fantastique et science-fiction.

    Film de Ernest B. Schoedsack avec Terry Moore, Ben Johnson, Robert Armstrong

    Arrivée sur le grand écran de Ray Harryhausen qui réalise son rêve en collaborant avec Willis O'Brien et entame une carrière que l'on connait aujourd'hui comme prolifique et débordante de talent.
    Le film est une réussite technique de tous les instants, les deux génies de la stop-motion s'alliant dans une cascade de scènes bluffantes.
  • Bande-annonce

    La Chose d'un autre monde (1951)

    The Thing from Another World

    1 h 27 min. Sortie : . Fantastique.

    Film de Christian Nyby et Howard Hawks avec Robert Cornthwaite, Douglas Spencer, James R. Young

    La désormais mythique histoire de l'alien découvert dans la glace puis délivré par mégarde et semant la terreur dans une base enneigée. Ici, on a affaire à une créature humanoïde de type végétal. Le film bénéficie d'une belle mise en scène propre aux oeuvres de genre de cette décennie et reste très bon. (même s'il faudrait que je me le remate un d'ces quatre)
  • Bande-annonce

    Le monstre des temps perdus (1953)

    The Beast from 20 000 Fathoms

    1 h 20 min. Sortie : . Fantastique.

    Film de Eugène Lourié avec Paul Hubschmid, Paula Raymond, Cecil Kellaway

    Le film qui a inspiré Ishiro Honda pour son Gojira, un an plus tard. Sauf que celui là n'utilise pas de costume. Un monstre de pâte à modeler en stop motion : Une merveille d'animation signée Ray Harryhausen.
  • Bande-annonce

    Godzilla (1954)

    Gojira

    1 h 36 min. Sortie : . Épouvante-Horreur et science-fiction.

    Film de Ishirô Honda avec Akira Takarada, Momoko Kôchi, Akihiko Hirata

    Séances de cinéma (1 salle)
    Et la légende est née.
  • Bande-annonce

    L'Étrange Créature du lac noir (1954)

    Creature from the Black Lagoon

    1 h 19 min. Sortie : . Épouvante-Horreur.

    Film de Jack Arnold avec Richard Carlson, Julie Adams, Richard Denning

    Séances de cinéma (1 salle)
    Un film qui dépasse de loin ce que sa première apparence peut laisser penser, poussant sur un terrain boueux aussi tragique que sarcastique.
    Une oeuvre qui a inspiré Steven Spielberg, John Landis, Joe Dante et beaucoup d'autres.
  • Des monstres attaquent la ville (1954)

    Them!

    1 h 34 min. Sortie : . Épouvante-Horreur et science-fiction.

    Film de Gordon Douglas avec James Whitmore, Edmund Gwenn, Joan Weldon

    Séances de cinéma (1 salle)
    Ah putain les grosses fourmis qui sifflent et chuintent ! Un classique super bien foutu qui, comme La créature du lac noire, cache une profondeur mésestimée.
  • Bande-annonce

    Tarantula ! (1955)

    1 h 20 min. Sortie : . Épouvante-Horreur.

    Film de Jack Arnold avec John Agar, Mara Corday, Leo G. Carroll

    Encore merveille de Jack Arnold, jamais égalé pour ce qui était d'intégrer de vrais animaux à l'écran en les faisant paraître démesurés. Et un vrai Clint Eastwood aussi.

    (image de couverture)
  • Bande-annonce

    Le Monstre vient de la mer (1955)

    It Came from Beneath the Sea

    1 h 19 min. Sortie : juillet 1955. Fantastique, Épouvante-horreur et science-fiction.

    Film de Robert Gordon avec Kenneth Tobey, Faith Domergue, Donald Curtis

    Ray Harryhausen anime l'attaque d'un poulpe géant sur San Francisco : Du pur rêve.
  • Bande-annonce

    La Revanche de la créature (1955)

    Revenge of the Creature

    1 h 22 min. Sortie : . Fantastique.

    Film de Jack Arnold avec Robert B. Williams, Grandon Rhodes, Tom Hennesy

    Une suite que je surnote mais qui n'a pas la portée, l'ampleur et l'intérêt du premier, loin de là. De la pure série B de monstre qui fait "bouh", mais Jack Arnold, excellent conteur, sait tenir en haleine pour la plus connue de ses créations.
  • Voyage dans la préhistoire (1955)

    Cesta do praveku

    1 h 33 min. Sortie : 1955. Aventure, animation, science-fiction et fantastique.

    Film de Karel Zeman et Fred Ladd avec Vladimir Bejval, Petr Herrman, Zdenek Hustak

    Séances de cinéma (1 salle)
    Un film qui a le mérite de partir d'une belle ambition, retraçant quelques milliers d'années d'évolution sous les yeux ébahis d'un groupe de gosses. On a un peu de tout là dedans, du mammouth au cératosaure en passant par le rhinocéros laineux et le styracosaure. C'est plaisant et fort sympathique.
  • Voyage dans la préhistoire (1955)

    Cesta do praveku

    1 h 33 min. Sortie : 1955. Aventure, animation, science-fiction et fantastique.

    Film de Karel Zeman et Fred Ladd avec Vladimir Bejval, Petr Herrman, Zdenek Hustak

    Séances de cinéma (1 salle)
    Un film qui a le mérite de partir d'une belle ambition, retraçant quelques milliers d'années d'évolution sous les yeux ébahis d'un groupe de gosses. On a un peu de tout là dedans, du mammouth au cératosaure en passant par le rhinocéros laineux et le styracosaure. C'est plaisant et fort sympathique.
  • Bande-annonce

    Rodan (1956)

    Sora No Daikaiaju Radon

    1 h 20 min. Sortie : . Science-fiction.

    Film de Ishirô Honda avec Akio Kobori, Minosuke Yamada, Ren Imaizumi

    L'une de ces créations d'Ishiro Honda qui valent le détour, deux ans après son mythique Godzilla.
    La naissance de Rodan, un monstre géant volant assimilé ici, par comparaison, à un ptéranodon démesuré.
    Quelques plans superbes et un final qui se paie l'audace d'être presque beau.
  • Bande-annonce

    Planète interdite (1956)

    Forbidden Planet

    1 h 38 min. Sortie : . Action, aventure et science-fiction.

    Film de Fred M. Wilcox avec Walter Pidgeon, Anne Francis, Leslie Nielsen

    Séances de cinéma (1 salle)
    Monstre invisible et mystérieux, résultat d'une idée scénaristique simple mais complètement géniale. Culte.
  • Bande-annonce

    L'Attaque des crabes géants (1957)

    Attack of the Crab Monsters

    1 h 02 min. Sortie : . Science-fiction et Épouvante-horreur.

    Film de Roger Corman avec Leslie Bradley, Mel Welles, Richard H. Cutting

    Roger Corman à son sommet avec ces crabes carnivores et télépathes. De grandes idées avec pas grand chose...
  • Bande-annonce

    L'Homme qui rétrécit (1957)

    The Incredible Shrinking Man

    1 h 21 min. Sortie : . Épouvante-Horreur et science-fiction.

    Film de Jack Arnold avec Grant Williams, Randy Stuart, April Kent

    Séances de cinéma (1 salle)
    Une des cinq plus grande merveilles du genre, le chef d'oeuvre de Jack Arnold. Cette adaptation du livre de Richard Matheson est une véritable perle à tous les niveaux, de la mise en scène aux effets spéciaux (un homme attaqué par un chat à l'aspect géant et une araignée non moins titanesque sont autant de scènes qui restent dans l'Histoire du genre)
  • Bande-annonce

    The Giant Claw (1957)

    1 h 15 min. Sortie : juin 1957. Fantastique, Épouvante-horreur et science-fiction.

    Film de Fred F. Sears avec Jeff Morrow, Mara Corday, Morris Ankrum

    Un vautour-dindon gros comme un cuirassé ("as big as a battleship !") déboule sur Terre pour tout casser, protégé par un bouclier d'antimatière infranchissable.
    Dindonopocalypse : une merveille.
  • Bande-annonce

    Le Début de la fin (1957)

    Beginning of the End

    1 h 16 min. Sortie : . Science-fiction.

    Film de Bert I. Gordon avec Peter Graves, Peggie Castle, Morris Ankrum

    Bert I. Gordon semble faire son "Tarantula" à lui version sauterelles géantes. Les radiations ont encore sévit et ce sont des dizaines d'insectes qui menacent de produire l'apocalypse en chuintant. Le film propose quelques plans audacieux, mais le reste est d'un niveau assez moyen et sans beaucoup d'astuce (sauterelles marchant sur une photo de building pour faire croire à l'escalade). Quelques incrustations pas mauvaises du tout tout d'même et une idée qui était pourtant très bonne (une invasion de sauterelles de la taille d'un tank, ça serait quand même inquiétant) que je salue pleinement.