2018 en films

Avatar VinnieJones Liste de

99 films

par VinnieJones

C'est reparti pour un tour. Pas d'objectifs chiffrés mais simplement l'envie de se faire plaisir en rematant des essentiels et en découvrant des nouveaux.

Janvier : 8 films : 7 vus / 1 revu (1 ciné)
Février : 9 films : 5 vus / 4 revus
Mars : 10 films : 6 vus / 4 revus (1 ciné)
Avril : 8 films : 5 vus / 3 revus (2 ciné)
Mai : 12 films : 8 vus / 4 revus (1 ciné) + 1 spectacle
Juin : 5 films : 5 vus (1 ciné)
Juillet : 8 films : 7 vus / 1 revu (1 ciné)
Août : 4 films : 1 vu / 3 revus (1 ciné) + 1 spectacle
Septembre : 1 film : 1 vu (1 ciné)
Octobre : 7 films : 7 vus
Novembre : 10 films : 10 vus (1 ciné)
Decembre : 12 films : 6 vus / 6 revus

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Bande-annonce

    En cloque, mode d'emploi (2007)

    Knocked Up

    2 h 09 min. Sortie : . Comédie romantique.

    Film de Judd Apatow avec Seth Rogen, Katherine Heigl, Paul Rudd

    REVU / +1 <3 / Je le revois régulièrement sans jamais me lasser. C'est très soigné et ça possède le rythme et la patte inimitable de Judd Apatow, où on prend le temps pour bien développer les personnages sans jamais les rusher ou les sacrifier sur l'autel de la vanne facile. Exceptée Heigl, qui parait légèrement à côté du délire à certains moments tout le monde est exemplaire, notamment la bande de potes "all stars Apatow", ainsi que les petits rôles (Jeong et Scott à la clinique, même les parents alors qu'ils n'ont que de très petites apparitions...). Pour moi c'est un bijou au même titre que les autres films et la majorité des productions de ce réal.
  • Bande-annonce

    Women are Heroes (2011)

    1 h 25 min. Sortie : .

    Documentaire de JR

    Un docu qui se veut global et universel, mais bizarrement dosé. On a l'impression que l'essentiel des idées de réalisation et les personnages principaux sont dans le segment de Rio. A ce titre, cette façon de parcourir les rues est absolument fascinante, c'est vraiment un bijou de réalisation. En revanche les 3 autres segments sont bien plus basiques (on ne revient même jamais au Kenya) et semblent être là juste pour compléter le docu, mais tranche véritablement par rapport à la direction prise par la partie sur Rio. Toutes les images prises là bas + les images des hommes en train de regarder les photos des yeux de femmes sont vraiment sublimes. Pas inintéressant, mais vraiment inégal, et doté d'un sous-texte extrêmement mégalo quand même de la part de l'artiste.
  • Bande-annonce

    Star Wars : Les Derniers Jedi (2017)

    Star Wars: The Last Jedi

    2 h 32 min. Sortie : . Action, aventure et science-fiction.

    Film de Rian Johnson avec Daisy Ridley, Adam Driver, John Boyega

    C'est un vrai plaisir cette nouvelle trilogie. Des défauts sont certes présents, notamment dans le rythme et dans l'entremêlement des différentes histoires, avec des segments moins intéressants ou moins bien réalisés que d'autres, mais dans l'ensemble c'est vraiment bon. Les nouveaux personnages sont très bien développés, les anciens n'ont rien perdu de leur superbe, visuellement c'est magnifique et l'univers de Star Wars est approfondi sans jamais être trahi. L'énorme point positif reste le personnage de Kylo Ren, qui arrive à être surprenant dans ses failles tout en restant glaçant par moments, et à ce titre l'interprétation d'Adam Driver est parfaite. Bref ça se regarde sans fin.
  • Bande-annonce

    Split (2017)

    1 h 57 min. Sortie : . Thriller et Épouvante-horreur.

    Film de M. Night Shyamalan avec James McAvoy, Anya Taylor-Joy, Betty Buckley

    Un très bon thriller, avec un super James Mc Avoy qui arrive à se montrer glaçant et réussit le miracle d’éviter le ridicule concernant certaines personnalités « à risque » comme Hedwig ou Patricia. A chaque fois il arrive à se montrer crédible, et c’est d’autant plus flagrant lorsqu’il fait semblant d’être une autre de ses personnalité dans le bureau de la psy, où il arrive à laisser ce petit doute qui nous laisse croire que quelque chose cloche. Même physiquement il arrive à se métamorphoser, notamment lorsqu’il devient la bête et dévoile un corps musculeux assez impressionant. On peut évidemment souligner le gros boulot de Shyamalan qui réussit à créer des moments vraiment très perturbants (les flashbacks, ce moment absolument génial où la jeune fille tourne la tête dans la voiture au début, j’avais la respiration coupée…). Les filles / femmes sont super aussi, et c’est simplement dommage qu’il subsiste quelques zones d’ombre sur certains points (qui est la personnalité qui voulait tout balancer à la psy ? Dommage de ne pas avoir exploité ce filon). Enfin c’est passionnant, assez étonnamment jusqu’au boutiste et surtout ça nous laisse sur un cliffhanger qui, pour les fans de « Incassable » (dont je fais partie), nous fait saliver d’avance.
  • Bande-annonce

    Je te promets (2012)

    The Vow

    1 h 44 min. Sortie : . Drame et romance.

    Film de Michael Sucsy avec Rachel McAdams, Channing Tatum, Jessica Lange

    Franchement, plutôt pas mal. J’ai bien aimé le parti pris de faire rapprocher le personnage de Paige de sa famille et de jouer sur la brouille qu’ils ont eu dans le passé et dont elle ne se rappelle plus. C’est la partie traitée avec le plus de délicatesse parce que le film ne cherche pas forcément à opposer frontalement Leo et la famille de Paige, et le tout est traité de manière assez intelligente, jusque dans la conclusion et la révélation de leur dispute. En revanche, c’est certains aspects de la relation de couple qui se sont avérés décevants. Le couple est très mignon, mais la perfection recherchée donne une impression un peu lisse parfois. Le loft, l’atelier d’artiste, le studio d’enregistrement, les amis sans personnalité, tout est poussé vers la surenchère de bohème jusqu’à sonner franchement faux parfois. A ce titre je pense surtout à Channing Tatum, qui est bon dans le rôle du mec maladroit avec un cœur gros comme ça, mais il y a un truc qui cloche, dans la manière dont il s’habille, dans ses réactions, quelque chose fait un peu fake, un peu trop parfait justement. Oui il est beau gosse et a un physique adapté à ce genre de rôle mais il mérite quand même mieux, même dans la comédie. Rachel, elle, est parfaite par contre et elle réussit même l’exploit de ne pas être insupportable alors qu’elle a quand même le sale rôle dans l’histoire, à repousser le beau Channing comme ça alors qu’il l’aime bordel ! Et paradoxalement j’avoue que je suis un peu resté sur ma faim à la fin, je ne sais pas si c’est parce que c’est inspiré d’une histoire vraie, et donc qu’il y a une certaine pudeur de la part des scénaristes, mais pousser un peu plus vers le guimauve n’aurait pas été de trop.
  • Bande-annonce

    Le Dernier Rempart (2013)

    The Last Stand

    1 h 47 min. Sortie : . Action, policier et thriller.

    Film de Kim Jee-woon avec Arnold Schwarzenegger, Johnny Knoxville, Zach Gilford

    Un vrai bon western à l'ancienne, sans véritable intérêt, mais vraiment cool à regarder.
  • Fight Games (2012)

    Goon

    1 h 32 min. Sortie : . Comédie.

    Film de Michael Dowse avec Seann William Scott, Jay Baruchel, Alison Pill

    C’est avec ce genre de films qu’on voit le bien que Judd Apatow a fait à la comédie américaine, alors que celui-ci n’est même pas directement impliqué dans le projet. "Goon" a été écrit par 2 de ses poulains, Goldberg et Baruchel, et on y retrouve tout ce qui fait la patte Apatow, une véritable réflexion sur les personnages et leurs conditions, loin d’être de simples archétypes, de la nuance dans leurs rapports et leurs actions et une espèce de mélancolie sous-jacente qui donne au tout un aspect particulièrement intéressant. Si un Will Ferrell s’était emparé d’un tel sujet, il y aurait eu certes beaucoup plus de gags, des situations complètement déjantées, mais des personnages tellement peu creusés que la saveur aurait été complètement différente. Ici on rit peu c’est vrai, mais c’est un immense plaisir de retrouver Sean William Scott dans un rôle aux antipodes de Stiffler, mais qu’il incarne à la perfection. Un grand mec paumé qui a du mal à trouver sa place, mais dont le sens collectif et l’esprit de sacrifice se trouvent exacerbés une fois qu’il a le sentiment de trouver sa place, et c’est probablement avec Stiffler et Southland tales son meilleur rôle, il y est touchant et vraiment attachant. J’ai bien aimé le personnage d’Alison Pill aussi, avec sa bouille craquante dans un rôle également loin des archétypes d’intérêt amoureux de comédie lambda. Enfin j’ai également envie de mettre en avant la prestation de Liev Schreiber et l’écriture de son personnage, loin du gros méchant qu’on aurait pu attendre et dont les nuances et la réaction lors de la bataille finale et lors de la rencontre avec Doug en font un perso passionnant, véritablement. Enfin on notera la lumière du film et une réalisation vraiment intéressante et soignée, qui contribuent à lui donner ce ton mélancolique sans jamais être pompeux. Le genre de films que je ne peux qu’aimer.
  • Bande-annonce

    La Chute de la Maison Blanche (2013)

    Olympus Has Fallen

    1 h 59 min. Sortie : . Action et thriller.

    Film de Antoine Fuqua avec Gerard Butler, Aaron Eckhart, Finley Jacobsen

    Un séance difficile car j'étais très fatigué et loupé plusieurs scènes. J'ai vu la fin, mais je n'ai même pas vu les méchants mourir donc c'est dommage. Sinon j'ai quand même bien aimé le casting avec Eckhart en président et Butler en bourrin, et même si ce n'est pas le meilleur Fuqua c'était quand même sympa à suivre. Et puis un bon film de droite de temps en temps, rien à faire ça fait du bien.
  • Bande-annonce

    Jack Reacher (2012)

    2 h 10 min. Sortie : . Action, policier et thriller.

    Film de Christopher McQuarrie avec Tom Cruise, Rosamund Pike, Richard Jenkins

    Le point de départ est bien amené et plutôt intriguant, et les personnages sont également intéressants chacun à leur manière, avec une mention particulière pour Werner Herzog, qu’on voit peu mais dont le casting est une excellente idée car il est proprement terrifiant. Le twist vis-à-vis du premier suspect est également bien trouvé, même si le mobile ne semble pas justifier une tuerie de masse quand même. Sinon la réalisation est très propre, bien qu’un peu impersonnelle, et propose de bonnes poursuites, de bonnes bagarres, bref tout pour faire un film d’action jouissif comme on les aime. Après le personnage de Jack Reacher est quand même ultra-iconisé et bien trop cool pour complètement coller à la philosophie du personnage, qui aurait dû être plus, discret, plus effacé, comme une ombre. Ici il y a même des moments de comédie assez perturbant et qui tranchent avec ce que le film aurait dû proposer. En gros le Tom Cruise de Collatéral aurait mieux collé que celui de Mission Impossible. Malheureusement ce décalage empêche le film d’atteindre le niveau d’intensité et de noirceur qu’il aurait pu atteindre avec un Jack Reacher mieux écrit.
  • Bande-annonce

    Les Tuche (2011)

    1 h 35 min. Sortie : . Comédie.

    Film de Olivier Baroux avec Jean-Paul Rouve, Isabelle Nanty, Claire Nadeau

    REVU / + <3 / Je peux comprendre que ce genre de films agace certaines personnes. Il conforte la place de la comédie française beauf, avec pour fer de lance les Onteniente, Boon et Dubosc et pour bas les comédies pouet pouet des années 70-80, sans proposer grand-chose de neuf ni de véritable développement des personnages, simplement saupoudrer des gags et du comique de situation. Perso ça dépend je peux être totalement réfractaire, voire consterné, mais ici il y a un paramètre qui fait toute la différence. Le paramètre Jean-Paul Rouve. J’ai grandi avec les Robins des Bois et le personnage de Jeff Tuche emprunte la diction exacte que Rouve prenant pour incarner le personnage de Marcel dans le sketch « Radio Bière Foot » et qui me faisait mourir de rire. Rouve étant originaire du Nord on sent que cet accent et cette diction trouvent leurs sources dans le passé de l’acteur, et il arrive à rendre chaque mot hilarant sans en faire des caisses. Du coup dans les "Tuche" ça passe crème, le personnage est d’emblée ultra-attachant et j’ai ri franchement à plusieurs reprises, alors que ça n’aurait probablement pas été le cas si ça avait été un autre acteur que lui, genre Dany Boon par exemple. Et donc même si il y a des gros coups de mou au niveau de certaines interprétations et au niveau de l’intrigue, et malgré les défauts relevés en début de paragraphe, ça reste très agréable à regarder.
  • Bande-annonce

    RockNRolla (2008)

    1 h 54 min. Sortie : . Action, thriller et comédie.

    Film de Guy Ritchie avec Gerard Butler, Tom Wilkinson, Mark Strong

    "RockNRolla" boucle en quelque sorte la trilogie du film choral de gangsters britanniques brillamment exécutée par Guy Ritchie. En effet, étant fan de "Arnaques, Crimes et Botaniques" et "Snatch", et de leur côté braillard et sale gosse, il est vrai qu’ils possédaient néanmoins un petit côté poseur qui aurait pu montrer ses limites à force et qui est heureusement absent de "RockNRolla". Ici le film garde les caractéristiques des 2 précédents, avec une belle tripotée de personnages plus tarés les uns que les autres, mais a un côté un peu plus brut, plus adulte en quelque sorte. On a quand même un des trios les plus cools imaginables (Butler, Elba et Hardy), des méchants nickels (Mark Strong, toujours impeccable) et un personnage fascinant de rock star complètement timbrée (Tobin Kebbell, que j’avais découvert dans Black Mirror et qui excelle dans les 2 rôles, pourtant aux antipodes). L’intrigue s’entremêle autour d’un McGuffin très similaire à "Snatch", mais arrive à éviter la redite et à rester étonnamment claire malgré le nombre de personnages. Les poursuites / bagarres sont jouissives et on rigole quand même à plusieurs reprises. Bon c’est sans surprises, mais parfois ça fait du bien de manger exactement le plat qu’on avait en tête.
  • Bande-annonce

    Battle Royale (2000)

    Batoru rowaiaru

    1 h 54 min. Sortie : . Aventure, drame et thriller.

    Film de Kinji Fukasaku avec Takeshi Kitano, Tatsuya Fujiwara, Aki Maeda

    J'avais de grosses attentes pour "Battle Royale" mais je trouve que le film souffre d'un problèmes de ton, et c'est par conséquent une petite déception pour moi. Le problème c'est que ce sont pour la grande majorité des élèves classiques, tout ce qu'il y a de plus normal et loin des voyous qu'on veut bien nous décrire (à part Mitsuko, qui a l'air d'avoir quand même 2-3 soucis à la base), les plus redoutables dans le jeu étant les 2 ne faisant pas partie de la classe (d'ailleurs les raisons de la présence de Kawada sont assez floues). Par conséquent la présence de cette classe ici n'est pas du tout justifiée, et même si le propos de base est déjà peu crédible en soit, on a du mal à suspendre notre incrédulité à ce niveau. Par ailleurs, le film ne sait pas sur quel pied danser, entre drame et un ton grave, ou bien un côté gore jouissif et déjanté. Du coup on a juste des ados qui meurent d'une mort violente, mais on ne ressent pas grand chose. Par ailleurs le rôle du professeur, un des personnages les plus intéressants, parait également assez survolé et peu creusé et c'est dommage. Enfin dans les points négatifs, on peut noter une musique omniprésente et surchargée, digne d'un film muet et qui s'avère un peu agaçante à la longue. Néanmoins le film reste intéressant et cool à regarder, mais bizarrement je me surprends à rêver d'un remake occidental (lynchez moi).
  • Bande-annonce

    L'Abominable Vérité (2009)

    The Ugly Truth

    1 h 36 min. Sortie : . Comédie romantique.

    Film de Robert Luketic avec Gerard Butler, Katherine Heigl, Cheryl Hines

    REVU / +1 / C'est une comédie romantique à priori tout ce qu'il y a de plus banale, mais qui possède un atout de poids : son casting. Rarement ce type de films n'aura eu un duo aussi chaud bouillant. J'adore Gérard Butler et il tient parfaitement le rôle du bourru grande gueule à gros bras, mais je dois dire que Heigl est une excellente surprise aussi. Là où elle pouvait apparaître un peu paumée et décalée chez Judd Apatow dans "En Cloque", ici elle est très à l'aise dans un style bien plus basique. Elle parait vraiment s'éclater, et l'alchimie entre le duo est proche de la perfection, d'autant plus qu'ils sont quand même assez torrides tous les deux (je dirai même qu'ils puent le sexe, pardonnez moi l'expression). Pour le reste c'est sans surprises, on rit parfois, on roule les yeux devant tant de gros sabots d'autres fois, mais globalement c'est habité par une énergie très communicative et c'est très cool.
  • Bande-annonce

    Mi$e à prix (2007)

    Smokin' Aces

    1 h 50 min. Sortie : . Action, policier, drame et thriller.

    Film de Joe Carnahan avec Ryan Reynolds, Ray Liotta, Joseph Ruskin

    REVU / Plus proche d'un Guy Ritchie que d'un Tarantino au final, (et venant de moi ce n'est pas forcément péjoratif) c'est un formidable cocktail d'action survoltée avec des personnages tous plus tarés les uns que les autres. On y retrouve avec plaisir pas mal de trognes familières qui ont l'air de bien s'éclater dans des plus petits rôles que d'habitude (mention à Joel Edgerton et surtout à Chris Pine en néo nazi) et on a droit à quelques performances vraiment cool (Jérémy Piven, pour qui on a successivement de la pitié, puis de la peine, tout en jouant excellemment le mal être le plus profond... J'ai bien aimé la scène du meurtre tendre aussi).. Par ailleurs même si on est loin d'un "Territoire des loups", Joe Carnahan confirme son savoir faire à la réal en proposant plusieurs plans sublimes (la scène de l'ascenseur) et mène d'une main de maître ce film fou à l'esprit très comics (dans le genre "Preacher" du terme, le surnaturel en moins). dont le dénouement et le twist final apparaissent cependant un peu décevant.
  • Bande-annonce

    Tonnerre sous les tropiques (2008)

    Tropic Thunder

    1 h 47 min. Sortie : . Action, aventure, comédie et guerre.

    Film de Ben Stiller avec Ben Stiller, Robert Downey Jr., Jack Black

    REVU / +1 / Tout est parfait dans cette comédie, le point de départ, les clichés incarnés par chaque acteur, la réalisation, le casting monumental jusque dans les seconds rôles… C’est super bien écrit et même si je regrettais initialement plusieurs choix et un manque de réel potentiel "fou-rire", je prends toujours autant de plaisir à le revoir, et je pense que c’est un monument de son époque, tous genres confondus. Et quel bonheur que ce film ait été fait il y a 10 ans sans quoi le personnage de Robert Downey Jr n’aurait pas pu exister, et ça aurait été une véritable perte pour le cinéma.
  • Bande-annonce

    Fiston (2014)

    1 h 28 min. Sortie : . Comédie.

    Film de Pascal Bourdiaux avec Kev Adams, Franck Dubosc, Nora Arnezeder

    Je connais pas du tout le boulot de Kev Adams je pense que c’est le premier film de lui que je vois. Par contre j’avoue que Dubosc m’a beaucoup fait rire par le passé avant d’un peu me gaver avec le temps il est vrai, et c’est donc dénué de tous préjugés que j’ai attaqué ce film. Bonne surprise, il y a des défauts bien sûr, mais j’ai passé un très bon moment et j’ai même ri volontiers à quelques reprises. Kev Adams s’en sort très bien et est beaucoup moins bouffon que ce que j’aurai pensé à la base. On est loin de l’archétype du jeune écervelé qui veut seulement trempé son biscuit le personnage est assez intéressant dans son développement jusque dans le dénouement, qui m’a agréablement surpris. Dubosc est aussi très bon quand il est dans la mesure, et qui tranche avec son personnage de vieux beau un peu ringard. C’est ce décalage qui créé le rire et c’est dommage qu’il tombe parfois dans ses travers en en faisant des caisses (la manière dont il prononce « jeans ») parce que là ce n’est plus crédible, c’est juste Patrick Chirac à nouveau. La relation entre les deux est plutôt bien gérée et il y a une réelle alchimie qui passe super bien. Quant à la meilleure surprise du film, elle nous vient des personnages féminins. Qu’il s’agisse de Sandra, d’Elie ou de Sophie, la mère d’Alex, elles ont toutes une réelle personnalité, sont toutes attachantes à leur manière et sont vraiment les atouts majeurs de cette comédie, loin des archétypes de bimbos, de fille sérieuse et de maman poule qu’on nous a habitué. Ainsi je trouve le dénouement particulièrement cool, et il a grandement contribué à ma bonne appréciation du film, il m’a même poussé à fermer les yeux sur 2-3 situations cheloues (Elie qui va chercher Alex à la sortie du commissariat, Sandra qui accepte bien le fait qu’Alex se soit introduit chez elle). Enfin je tiens à terminer en parlant d’Alice Isaaz, qui est incroyablement mignonne et possède une des bouilles les plus adorables du cinéma actuel.
  • Bande-annonce

    Crazy, Stupid, Love (2011)

    Crazy Stupid Love

    1 h 58 min. Sortie : . Comédie romantique et drame.

    Film de Glenn Ficarra et John Requa avec Steve Carell, Ryan Gosling, Julianne Moore

    Le film repose surtout sur son casting de folie et sur l’alchimie très réussie créée entre eux sur chacun des arcs (Steve Carell en tête est excellent). Une comédie comme je les aime, qui prend le temps de développer ses personnages jusqu’à les rendre hyper attachants, même le personnage de Kévin Bacon, qui dans une comédie lambda aurait été bien moins intéressant et plus caricatural. J’ai beaucoup aimé et c’est sans mal que j’ai fermé les yeux sur les défauts et clichés qui plombent un peu l’ensemble (le discours sur l’amour à la fin, les fameuses femmes qu’on rencontre dans les bars…)
  • Bande-annonce

    Les Visiteurs (1993)

    1 h 47 min. Sortie : . Comédie, fantastique et science-fiction.

    Film de Jean-Marie Poiré avec Christian Clavier, Jean Reno, Valérie Lemercier

    REVU / Il y a un côté hystérique propre à Jean-Marie Poiré qu’on retrouve aussi dans les "Anges Gardiens", avec un montage très étrange, très cut mais toujours au bord du faux raccord. C’est une vraie patte, un style, mais franchement elle s’avère parfois plus irritante qu’autre chose. Clavier s’en sort très bien en Jacquouille et il y a une belle alchimie avec Jean Reno, en revanche il est insupportable en Jacquard et en fait des caisses comme c’est pas permis. Néanmoins j’ai vraiment apprécié l’ambition du projet, assez inédit dans les comédies françaises même si le voyage dans le temps est quand même mal traité. Et les répliques moyenâgeuses sont vraiment bien trouvées et sont vraiment cultes ("Mortecouille").
  • Bande-annonce

    Le Retour de Martin Guerre (1982)

    2 h 05 min. Sortie : . Drame et historique.

    Film de Daniel Vigne avec Gérard Depardieu, Nathalie Baye, Maurice Barrier

    Il y a plein de trucs bien dans « Le retour de Martin Guerre »… Le boulot sur les décors et les costumes, bluffants, et qui favorisent une immersion optimale dans cet univers, tant dans l’époque que dans le huis clos du village en lui-même. Le casting favorise également cet aspect en proposant une belle gamme de trognes bien moyenâgeuses. Pour moi c’est dans la narration que le film possède ses défauts majeurs. En effet, les personnages paraissent figés et il n’y a pas de réelle progression dans l’intrigue, ni vraiment de développement de personnage. Jusqu’à la fin, Depardieu agit comme si il était vraiment Martin Guerre, à aucun moment on ne voit de doute (à part peut-être quand il ne reconnait pas Nicolas). Mais par contre on sait d’emblée, à travers le regard de Nathalie Baye, qu’il n’est pas vraiment Martin Guerre. Même si le film tente de justifier le fait que son faux mari s’occupe mieux d’elle que son vrai, il est très bizarre que Bertrande n’exprime jamais ses doutes, ou bien qu’ils n’aient jamais de discussion à ce sujet avec Depardieu. Du coup la révélation finale tombe comme un cheveu sur la soupe, et les motivations des protagonistes paraissent vraiment étranges, et on nous dit qu’ils sont vraiment tombés amoureux alors que ce n’est franchement pas flagrant. Voilà l’idée de base est super et en terme de contextualisation c’est très bien réalisé, mais c’est gâché par tous ces petits détails qui empêchent de s’investir pleinement dans l’histoire et les personnages.
  • Bande-annonce

    OSS 117 : Le Caire, nid d'espions (2006)

    1 h 39 min. Sortie : . Aventure et comédie.

    Film de Michel Hazanavicius avec Jean Dujardin, Bérénice Bejo, Aure Atika

    REVU / Culte
  • Bande-annonce

    OSS 117 : Rio ne répond plus (2009)

    1 h 39 min. Sortie : . Aventure et comédie.

    Film de Michel Hazanavicius avec Jean Dujardin, Louise Monot, Rüdiger Vogler

    Séances de cinéma (1 salle)
    REVU / Paradoxal parce que je le considère un cran en dessous du premier volet, mais ses répliques m'ont pourtant plus marqué, je les ressort à tout bout de champ. En fait ce qui m'a un peu refroidi c'est le rapport de OSS 117 avec le personnage de Louise Monot. Il y a un abus de "OSS dit un truc raciste / sexiste" - "Dolores ne rit pas et lui dit que c'est raciste / sexiste". Je trouvais que dans le 1 c'était plus subtil et ça marchait vachement mieux. Voilà sinon Van Zimmel est à mourir de rire et Dujardin est au top, vivement le 3.
  • Bande-annonce

    Mission : Impossible - Protocole fantôme (2011)

    Mission: Impossible - Ghost Protocol

    2 h 13 min. Sortie : . Action et thriller.

    Film de Brad Bird avec Tom Cruise, Jeremy Renner, Paula Patton

    REVU / Vraiment génial à revoir. J'adore l'équipe, les cascades sont à couper le souffle, en fait il n'y a que les méchants qui soient en dessous, Michael Nyqvist étant au niveau d'un personnage tertiaire et Léa Seydoux campant le personnage le moins crédible de tous.
  • Air Force One (1997)

    2 h 04 min. Sortie : . Action, drame et thriller.

    Film de Wolfgang Petersen avec Harrison Ford, Gary Oldman, Glenn Close

    Alors j’ai pas passé un mauvais moment et il y a plusieurs trucs vraiment sympas, dont le personnage d’Harrison Ford qui incarne parfaitement le rôle et a un charisme dingue, tout comme celui de Glenn Close et Gary Oldman d’ailleurs qui font bien le taf. Le côté patriotique qui revient souvent dans les critiques ne m’a pas non plus dérangé et je ne le trouve pas si prononcé que ça, mais c’est vrai qu’il y a quand même un côté nanar très présent. On pense notamment aux situations abusées, telles que les bagarres avec la porte de l’avion ouverte, ou encore l’état-major américain, qui réagit à chaque bonne nouvelle avec une joie comparable à celle qu’ils auraient eu devant un match de foot, donnant un petit côté rodéo assez marrant, sans parler des effets spéciaux qui ont très mal vieillis (le crash). Mais passé ces quelques petits sourires en coin on reste quand même énormément sur notre faim, en particulier en terme d’enjeux, puisqu’on a jamais peur pour les protagonistes, que ce soit le président lui-même, ou encore sa femme et sa fille à qui il n’arrive absolument rien. Il y a aussi une fausse fin très bizarre où le méchant meurt, mais ils doivent stabiliser l’avion et puis finalement le traitre dont on ne connait rien des motivations redevient un traitre au dernier moment afin de mourir d’une mort assez risible. Du coup on alterne entre déception et bon moment, et moi je ne peux qu’être clément devant ce type de spectacle.
  • Bande-annonce

    Pacific Rim : Uprising (2018)

    1 h 51 min. Sortie : . Action, aventure et science-fiction.

    Film de Steven S. DeKnight avec John Boyega, Scott Eastwood, Cailee Spaeny

    Le premier Pacific Rim est devenu au fil du temps un de mes films cultes. Les personnages, les enjeux, les créatures, les scènes d’action dantesque, ce film a réveillé le gosse de 10 ans qui sommeillait en moi et lui en a mis plein la vue. J’étais super confiant à l’idée de voir cette suite tout en sachant pertinemment que ça se rapprocherait d’un film d’action bien plus basique. C’est vrai que le film parait être beaucoup plus taillé pour le jeune public, autant dans les héros, considérablement rajeunis, que dans la manière de montrer l’action. C’est plus con oui on peut le dire, il y a une volonté de saupoudrer des blagounettes un peu partout. La scène où Amara se plonge dans le souvenir de la mort de ses parents fait forcément écho au même moment vécu par Mako dans le 1. Et putain le moins qu’on puisse dire c’est que ça souffre de la comparaison, l’absurdité du souvenir d’Amara n’arrive pas à la beauté du souvenir de Mako. Cependant j’ai quand même adoré. J’ai trouvé l’intrigue plutôt bien trouvée et justifiée avec des ponts assez intelligents avec le 1 tout en proposant un film complètement différent. Le gros point fort concerne les scènes d’action, en plein jour, particulièrement bien réalisées sur le plan technique, notamment cette bagarre en plein Tokyo qui m’a laissé bouche bée. Et même si la suite est annoncée d’une manière encore extrêmement maladroite, j’ai à nouveau ressenti cette étincelle en moi, et rien que pour ça c’est un film que je reverrai avec grand plaisir.
  • Bande-annonce

    Largo Winch (2008)

    1 h 48 min. Sortie : . Aventure et thriller.

    Film de Jérôme Salle avec Tomer Sisley, Kristin Scott Thomas, Miki Manojlović

    Très partagé sur celui-là tant il contraste par des moments très cool et superbement filmés lors de certains plans et d’autres moments absolument ridicules. Ainsi ça se laisse regarder avec plaisir tant Hong Kong ou la Croatie sont bien filmés, mais en parallèle c’est très mal joué, il y a des personnages inutiles et/ou mal exploités (Mélannie Thierry et Gilbert Melki, dans cet ordre) et à aucun moment cette situation n’est un tant soit peu crédible. C’est globalement mal écrit et le personnage n’attire que très peu de sympathie et c’est dommage parce qu’avec un tel point de départ il y avait matière à faire bien mieux. Après ça reste potable, mais il y a tellement de maladresses que c’est très dur à apprécier.
  • Bande-annonce

    Le Transporteur (2002)

    The Transporter

    1 h 32 min. Sortie : . Action, policier et thriller.

    Film de Corey Yuen et Louis Leterrier avec Jason Statham, Shu Qi, Matt Schulze

    On dirait que Besson a voulu réécrire Taxi pour l’international tant des moments de ce film semblent tout droit sortis de la série avec Sami Nacéri. Je pense à la poursuite où les flics passent bien pour des cons avec leurs voitures qui s’empilent, ou encore des thèmes musicaux très proches (sans parler du fait que ça se passe en grande partie à Marseille). Après il y a vraiment des moments nanardesques (la musique érotique qui démarre quand il lui donne à boire avec une paille alors qu’elle est bâillonnée dans son coffre, le début à la Drive de chez Leader Price) et des personnages très bizarrement exploités (François Berléand, le flic le plus serviable du monde) mais quelque part c’est ce qui contribue à le rendre particulièrement sympathique et divertissant. D’autant plus que c’est contrebalancé par d’excellentes scènes de baston et un final très cool lui aussi. Et Statham fait très bien le taff, rien à dire (sans parler de la chouquette Shu Qi, à croquer)…
  • Bande-annonce

    De l'autre côté du périph (2012)

    1 h 36 min. Sortie : . Comédie.

    Film de David Charhon avec Omar Sy, Laurent Lafitte, Sabrina Ouazani

    Je n'aime pas être sévère avec ce type de projet, j'aime bien Omar Sy et je m'attendais sincèrement à passer un bon moment. Mais j’ai eu un sentiment de saturation devant celui-là, je ne sais pas vraiment pourquoi. La paresse d’écriture est hallucinante, ça se contente d’enchainer les poncifs qui étaient déjà datés 10 ans auparavant et surtout il y a très peu de blagues qui valent le coup. On a des plans nichons / plan cul complètement gratuits, et si c’est toujours agréable à voir, ça montre quand même une situation d’échec dans l’intérêt de ton film. L’enquête est sans intérêt, et pardon mais le sympathique Lionel Abelanski en grand méchant, c’est compliqué… Omar Sy passe juste pour un branleur de base de banlieue alors que Laurent Lafitte joue le remake contemporain d’OSS 117 (en moins drôle). Quant au reste du casting il est inexistant ou épuré à l’extrême. Il y a une volonté de faire un buddy movie à l’ancienne mais là aussi c’est complètement raté et le dernier plan où ils courent côte à côte est là pour nous le rappeler. Vraiment dommage, un vrai potentiel gâché.
  • Bande-annonce

    Le Transporteur 2 (2005)

    Transporter 2

    1 h 27 min. Sortie : . Action.

    Film de Louis Leterrier avec Jason Statham, Alessandro Gassman, Amber Valletta

    Meilleur que le premier tant il assume sa connerie. Il la revendique même on est dans un pur nanar à moyen-gros budget avec tous les défauts, mais aussi toutes les qualités qui vont avec. C'est coloré, pétant, complètement décervelé avec des personnages caricaturaux au possible (la mannequin alien toujours en lingerie), et la grande force du tout c'est d'avoir un héros suffisamment charismatique pour empêcher le tout de sombrer dans les affres des séries Z lambdas. Merci Jason Statham pour ça. Il joue son rôle sérieusement sans se prendre au sérieux et propose des scènes de combat et de poursuite particulièrement jouissives. Franchement j'ai même ri à plusieurs reprises, un bon moment à passer.
  • Bande-annonce

    Le Transporteur 3 (2008)

    Transporter 3

    1 h 44 min. Sortie : . Action, aventure, policier et thriller.

    Film de Olivier Megaton avec Jason Statham, Natalya Rudakova, François Berléand

    Bien trop proche du 1 pour être intéressant, dommage de ne pas avoir continuer dans la veine de la foire à la saucisse du 2, qui était particulièrement jouissive. Ici l'histoire est très banale et les rapports entre Frank et Valentina sont très mal gérés et vont même jusqu'à trahir un peu le personnage du transporteur. C'est aussi dommage que les scènes de baston soient bien moins lisibles et que Yuen ne soit plus à la chorégraphie, c'était une des forces des 2 premiers. Sinon Statham a toujours la santé rien à dire.
  • Bande-annonce

    Ready Player One (2018)

    2 h 20 min. Sortie : . Action, aventure et science-fiction.

    Film de Steven Spielberg avec Tye Sheridan, Olivia Cooke, Ben Mendelsohn

    Plein de bonnes idées et Spielberg est toujours pertinent dans sa manière de représenter un futur crédible et cohérent, comme dans Minority Report. Cependant je suis resté en dehors du délire pour une raison assez simple : je ne suis vraiment pas fan des films d’animation, et Ready Player One en est un à 80 %. Même si je sais qu’il y a un humain derrière chaque avatar, j’ai du mal à me sentir proche d’eux étant donné qu’il n’y a pas de véritable enjeu du coup. Par ailleurs j’ai ressenti un décalage assez étrange à cause du fait que la majorité des jeunes de cette époque (2045) ne possèdent que des références des années 80, ce qui pour le coup est assez perturbant et peu crédible. Voilà il y a plein de petites embûches qui viennent entraver mon appréciation globale. C’est dommage parce qu’il y a un paquet de personnages intéressants, Tye Sheridan et Mark Rylance (changement incroyable depuis le Pont des Espions) en tête, qui sont des supers acteurs avec des rôles vraiment cools, et la quête des easter eggs est assez passionante à suivre. En fait je pense que si Spielberg a tout compris sur la forme, il n’y avait véritablement qu’un seul homme pour arriver à faire d’un tel sujet une totale réussite, ce bon Edgar Wright, évidemment.