2018/mini-chroniques/2018

Avatar René-Ralf Liste de

140 albums

par René-Ralf
Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Écouter

    En amont (2018)

    Sortie : . 11 morceaux.

    Album de Alain Bashung

    Il n'est pas faux de dire qu'En Amont serait une sorte de pendant de Bleu Pétrole composé des faces B de ce dernier. Mais dire cela ne serait même pas une critique. Car quand on connaît Bashung, on sait de quelle qualité peuvent être des faces B. La preuve est ici. Et franchement il n'y a pas grand chose à jeter. Au contraire, on ne peut que constater que la brochette d'auteurs est superbe (Dominique A, Daniel Darc, Joseph d'Anvers et Doriand en premier lieu) et qu'elle va à Bashung comme un gant. C'est sûr, En Amont est un album austère, un peu rêche sur la longueur, mais fidèle à l'esprit de son auteur et c'est bien ça le plus important.
  • #Humanité (2018)

    Sortie : . 11 morceaux.

    Album de Saez

    Je crois qu'il faudra bien admettre que son chef-d'oeuvre fut et restera Messina. Depuis il semble que Saez se soit perdu dans son délire. Malgré un ou deux éclairs, #humanité est sans conteste sont moins bon album.
  • Enfin ! (2018)

    Sortie : . 11 morceaux.

    Album de Michel Polnareff

    Pfiou que c'est pompeux. Ok il y a deux, trois passages intéressants mais dans l'ensemble l'écoute est vraiment fatigante. Je m'étais remis le best of hier pour être dans l'ambiance, et il est clair qu'aucune des chansons de ce nouvel album n'a la qualité requise pour y figurer.
  • Thunder Follows the Light (2018)

    Sortie : . 10 morceaux.

    Album de Mutual Benefit

    Pop folk charmante mais qui manque un peu de relief.
  • Il Francese (2018)

    Sortie : . 11 morceaux.

    Album de Jean-Louis Murat

    Difficile de suivre le rythme des parutions de Jean-Louis Murat (à croire qu'il veut faire de la concurrence à Bonnie 'Prince' Billy). Ce qui fait que dans mon esprit, les derniers albums se mélangent un peu, je m'en souviens vaguement. Babel sortait du lot il me semble, Morituri était pas mal aussi. Je n'ai en tout cas pas trop accroché avec celui-ci. Sans trop savoir pourquoi. C'est pas mal (Murat se saurait faire quelque chose inintéressant) mais on est quand même loin des chefs-d'oeuvre qu'étaient Cheyenne Autumn ou Mustango.
  • Delta (2018)

    Sortie : . 16 morceaux.

    Album de Mumford & Sons

    Bon je n'attends plus grand chose d'un groupe comme Mumford & Sons. Fan absolu de leur premier album à l'époque de sa sortie, j'ai compris dès Babel que ce groupe allait partir en c... à force de courir derrière des hymnes bâtis pour les stades (coucou Editors tant qu'on y est). Et le sentiment est un peu ambivalent à l'écoute de Delta. S'il est moins « hymnesque », la production reste quand même bien lisse. Par contre, les quelques (très) légères touches electro sont parfois bien senties. Tandis qu'une chanson comme « Guiding light » reste bien ancrée dans la tradition du groupe. D'ailleurs un regard sur leurs 3 derniers albums permet de constater que le groupe cherche à évoluer, à sortir de sa zone de confort. C'est louable mais la qualité a du mal à suivre. Un album qui laisse donc un sentiment mitigé, intéressant mais pas pas forcément très réussi (je pense aussi qu'il faudra une demi-douzaine d'écoutes pour vraiment le cerner).
  • Origines (2018)

    Sortie : . 14 morceaux.

    Album de Louis Bertignac

    Après Mark Knopfler, c'est une autre des mes idoles de la six cordes de mes années adolescentes qui sort ces jours-ci un nouvel album, Louis Bertignac. Pourquoi Origines ? Parce que Bertignac a en fait adapté des standards de rock qui ont nourri sa passion. Les Stones évidemment, Dylan, les Who, les Beatles, etc. En prenant le parti-pris salutaire de ne pas essayer de traduire trop littéralement les paroles ("Cocaïne" de J.J. Cale devient par exemple "Coquine", fallait y penser). Alors bien sûr faut pas compter sur Bertignac pour égaler le prix Nobel de littérature (en gros ça parle de filles et de guitare) et certaines reprises sont pas top (« Every breath you take » aïe) mais dans l'ensemble ça tient la route et ça fait deux/trois fois que je l'écoute avec plaisir.
  • Écouter

    Down the Road Wherever (2018)

    Sortie : . 14 morceaux.

    Album de Mark Knopfler

    Bien que je n'ai pas toujours été fan de ses derniers albums (Tracker était bof, par contre Privateering était vraiment pas mal), c'est toujours un plaisir de retrouver Mark Knopfler. Son élégance, sa voix chaude et son jeu de guitare décontracté. D'ailleurs avec « Trapper man » en entrée, on avance en terrain connu. Pour autant une pincée d'« exotisme» viendra coloré le tout. Quelques chœurs féminins et surtout des cuivres par-ci, par-là (notamment sur « Good on you son » ou sur la funky « Nobody does that »). Pas suffisant, pour vraiment raviver la flamme. Down The Road Wherever est un bon album, plaisant à écouter, mais encore une fois trop plan-plan (qu'il est dur de faire le deuil de la flamboyance des années Dire Straits !)
  • Écouter

    Bottle It In (2018)

    Sortie : . 13 morceaux.

    Album de Kurt Vile

    Rien de bien neuf chez Kurt Vile. Mais c'est toujours aussi sympathique pour ceux qui aime la folk un peu électrisée et jouée laid-back. Avec en prime un bon petit single: "Loading Zones".
  • Sauvage (2018)

    Sortie : . 13 morceaux.

    Album de Jack Simard

  • Songs of Love and Horror (2018)

    Sortie : . 12 morceaux.

    Album de Will Oldham

    Tiens Bonnie Prince Billy sort un album sous son vrai nom! Ceci s'explique parce que cet album est en fait une compilation de chansons de ses différents avatars: Palace (tout court, Music ou Brothers) et Bonnie Prince Billy donc. Mais une compilation à sa façon, c'est à dire des reprises en acoustique dépouillé (guitare-voix). Certaines chansons sont tellement belles que l'album tient la route. Mais je ne crois pas qu'une seule de ses versions sont meilleures que les originales. Dommage!
  • Mon pays c'est l'amour (2018)

    Sortie : . 11 morceaux.

    Album de Johnny Hallyday

    Curiosité mal placée? Nooooooon....
  • À bord du Blossom (2018)

    Sortie : . 15 morceaux.

    Album de Manset

    Nouvel album pour l'un des géants de la chanson française qui, j'ai l'impression, ne fait pas grand bruit pour le moment. Il faut dire que pour ma part, je ne vais pas l'annoncer sur tous les toits car j'en fus passablement déçu. Je venais de réécouter récemment Lumières et Matrice, deux chefs-d’œuvres des années 80 et ce nouvel album souffre de la comparaison. La prod' déjà ne me semble pas à la hauteur (les instruments semblent jouer chacun leur partition dans leur coin et cela me semble nuire au tout). Et les chansons (séparées par des interludes parlés qui forment une sorte de conte exotique) ne m'ont guère emballé. Pourtant, le thème de l'ailleurs, de la mer, du rêve d'autres horizons convient bien au bonhomme. Un album maladroit somme toute. Déjà Opération Aphrodite en 2016 m'avait déçu J'espère que Manitoba qui fête ses 10 ans ne restera pas comme son ultime grande œuvre.
    (note : y a vraiment que Manset pour utiliser le terme « anachorètes » dans un album)
  • Écouter

    Egypt Station (2018)

    Sortie : . 16 morceaux.

    Album de Paul McCartney

    C'est un fait, je n'ai jamais été un fan des albums solo de Paul McCartney. Mais le bon accueil de la presse réservé à Egypt Station a titillé ma curiosité. Et il est vrai que le début m'a enchanté : cette intro et les premières phrases chantées de « I don't know » forme une magnifique entrée en matière. La suite, c'est un album dense et long (16 chansons pour près d'une heure de musique) qui alterne de bonnes choses et des choses plus dispensables (surtout quand Macca se prend pour Coldplay comme sur « How do you feel »). Au final il y a un peu de tout là-dedans mais bon à 76 ans, ça en jette quand même.
  • The Art of Pretending to Swim (2018)

    Sortie : . 11 morceaux.

    Album de Villagers

    Villagers est un groupe que j'apprécie vraiment. Et en écoutant "Again" le premier morceau de ce nouvel album, je me suis dis que leur route continuait d'être pavée de chouettes chansons. Malheureusement j'ai eu du mal à rester enthousiaste sur tout l'album, d'où cette note mitigée. A réécouter malgré tout.
  • Écouter

    Joy as an Act of Resistance. (2018)

    Sortie : . 12 morceaux.

    Album de IDLES

    Annoncés comme les sauveurs du rock « pur » (vous voyez ce que je veux dire), les Idles m'ont plutôt déçu. Certes on bouge la tête sur quelques chansons (genre « Danny Nedelko ») mais pas de quoi s'extasier, loin de là.
  • In the Blue Light (2018)

    Sortie : . 10 morceaux.

    Album de Paul Simon

    Paul Simon revisite son répertoire (pas ses chansons les plus connues par ailleurs, je ne connaissais que "Darling Lorraine" c'est pour dire!) dans une teinte plus jazzy. Cela reste assez anecdotique et parfois un peu poussif (la voix n'est plus ce qu'elle était). Un chant du cygne?
  • Weed Garden (EP) (2018)

    Sortie : . Folk. 6 morceaux.

    EP de Iron & Wine

    Nouvel EP d'Iron & Wine, tiré je crois des sessions de son précédent album. C'est un retour à quelque chose de très folk. C'est toujours aussi beau mais au final assez anecdotique dans sa discographie.
  • Écouter

    Thank You for Today (2018)

    Sortie : . 10 morceaux.

    Album de Death Cab for Cutie

    J'ai beau aduler l'album Plans paru en 2005, je dois bien avouer que l'indie pop de Death Cab, si elle me séduit toujours un peu, ne soulève plus guère d'enthousiasme en moi. Un album sympa donc, mais après?
  • Part of the Light (2018)

    Sortie : . 9 morceaux.

    Album de Ray LaMontagne

    Ray LaMontagne continue son bonhomme de chemin avec encore une fois un album de bonne facture. Surtout composé de chouettes ballades ("To the sea" ouvre brillamment l'album par exemple), Part of the Light est aussi parfois zébré de quelques crachats électriques ("As black as blood is blue"). Même si pour ma part, je trouve que LaMontagne n'est pas parvenu à réitéré le sommet qu'était Gossip in the Grain en 2008, sa discographie continue de creuser un solide sillon.
  • Anti slogan (2018)

    Sortie : . 10 morceaux.

    Album de Chevalrex

    Je pensais au départ être séduit, malheureusement la sauce n'a pas pris. La faute à la voix surtout je crois. Je déteste les chanteurs à voix mais le contraire, les chanteurs sans voix, ce n'est pas beaucoup mieux. C'est dommage car c'est richement arrangé, ça ressemble même un peu à du Florent Marchet.
  • L'odeur des joints (EP) (2018)

    Sortie : . 4 morceaux.

    EP de Hollydays

    Une chanteuse aux teintes très variétées mais rehaussées par des boucles électro pas trop tape-à-l’œil. Le cocktail est plutôt réussi. En tout cas "Léo" est assez obsédante.
  • Écouter

    Coup De Grace (2018)

    Sortie : . 10 morceaux.

    Album de Miles Kane

    Assez fade et dispensable. Après ça reste du Miles Kane, ça s'écoute.
  • Écouter

    Bendero (2018)

    Sortie : . Hip hop. 24 morceaux.

    Album de Moha La Squale

    Plutôt plaisant au début mais tellement épuisant à la longue. Ouhlala.
  • Écouter

    Noonday Dream (2018)

    Sortie : . 10 morceaux.

    Album de Ben Howard

    Pour son troisième album, Ben Howard fait dans le vaporeux. Il est toujours dans la folk mais plus que d'un pied, l'autre tripotant un peu d'électronique ou des cordes électriques. On est plus vraiment dans le pré (ou dans la forêt) non plus, plutôt sur une planète oubliée ou dans un désert pierreux comme sur la pochette. C'est un peu désarmant à la première écoute mais les suivantes ne font que rehausser la beauté. Par exemple la chanson d’ouverture, « Nica Libres at Dusk », est vraiment sublime. On pourrait aussi citer « A Boat To an Island On the Wall »  Franchement on ne peut qu’applaudir devant ce trio d'albums , très différents mais qui forme une œuvre on ne peut plus cohérente depuis 2012.
  • Paint Myself (2018)

    Sortie : . 11 morceaux.

    Album de Sage

    Pop distinguée, en anglais dans le texte par une moitié du groupe Revolver. Plutôt chouette.
  • Le désordre des choses (2018)

    Sortie : . 10 morceaux.

    Album de Alain Chamfort

    Toujours aussi élégant et classe. Et peut de chanteur de sa génération peuvent s'en vanter de même.
  • Je suis une île (2018)

    Sortie : . Psychédélique et pop. 12 morceaux.

    Album de Halo Maud

    Décidément le psychédélisme est à la mode chez les chanteuses françaises, après le second album de Melody Echo's Chamber, voici le premier d'Halo Maud. N'étant toujours pas un adepte de psyché, je suis resté encore une fois sur le continent, loin de son île. Mais dire que cet album n'est pas séduisant serait faux. Juste pas fait pour moi.