[Anime] Mes Animes 2014

Avatar Skidda Liste de

38 séries

par Skidda

Alors que la fin d’année s’est achevée une nouvelle fois à base de soirées arrosées, de mokas hors de prix et de Love Actually, geeks et weebs se sont eux aussi plongés dans leurs plus pures traditions de décembre afin de nous partager «Bilans» ou autres «Top 10» dans l’esprit d’amour et de partage voulu par notre Seigneur, Osamu Tezuka. Même si mon parcours annuel s’avère lacunaire, voire blasphématoire étant donné l’absence de certains titres comme Hunter x Hunter, c’est avec émotion, laquelle on ne sait pas, que j’apporte ici ma modeste contribution.

Pour reprendre là où j’en avais terminé avec mon bilan de 2013, cette année a été plutôt bonne en terme de films d’animation. En décalage avec le Japon, 2014 aura notamment vu la sortie en Europe de deux productions Ghibli. Signé par Hayao Miyazaki, Kaze Tachinu se détache de ses prédécesseurs en basant son sujet sur une biographie mais réussit à garder un certain charme grâce à la passion palpable du réalisateur pour l’aviation. Kaguya hime no Monogatari, crée par Isaho Takahata s’avère quant à lui tout simplement excellent grâce à une réalisation époustouflante qui complimente le lyrisme naturel de ce conte millénaire.

De belles oeuvres, comme le chant du cygne. En effet, au mois d’août 2014, Ghibli annonçait la fin de toute nouvelle production cinématographique. Une nouvelle pas si surprenante étant donné l’âge avancé de ces deux grands directeurs et le retrait de Miyazaki mais triste tout de même, surtout quand on voit le succès financier plus que mitigé des derniers films du studio.

Côté séries, il faut avouer que cette année n’aura pas beaucoup brillé : peu de créativité et peu de sujets intéressants ne peuvent donner qu’un résultat peu mémorable. Le plus douloureux reste les déceptions et je suis personnellement un peu écoeuré de ne pas pouvoir inclure mon cher anime sur les astronautes, Uchuu Kyoudai, dans le top du top : non seulement car il nous a quitté dans un état très inachevé mais aussi car son rythme était parfois trop effroyable. Zankyou no Terror, thriller pseudo-terroriste, n’a pas non plus été le foudroyant départ que j’avais espéré de la part du studio Mappa pour leur premier gros projet, un résultat mitigé dû à quelques décisions scénaristiques des plus discutables.

Heureusement, quelques animes sont sortis des entrailles du temps pour ajouter du poids à 2014. Ainsi après presque une décennie d’absence, Mushishi, à l’aura inchangée et au Ginko toujours aussi fashionable, est revenu près de nous pour entamer son ultime voyage, mystique, universel et unique. Ping Pong ensuite, adapté d’un vieux manga (1996-97) de Taiyou Matsumoto et dirigé par le talentueux Masaaki Yuasa, s’inscrit comme une histoire remarquable et haut en couleur malgré la simplicité de ses prémices. Espérons que le studio Science Saru, nouvellement crée par ce réalisateur et sa collaboratrice Eunyoung Choi, puisse leur permettre une créativité aussi libre qu’intarissable.

Est-ce que l’année 2014 s’arrête là ? Absolument pas. Même si la place des rois sur leur trône me semble légitime, je me vois mal passer sous silence quelques autres coups de coeur. Tonari no Seki-kun par exemple, une série au format court, doté de peu de moyens, qui a réussi à bricoler des gags ingénieux et n’a jamais manqué de me mettre de bonne humeur semaine après semaine. Gin no Saji également est revenu avec une deuxième saison encore plus gratifiante à regarder que la première, remplie d’émotions et de moments forts qui nous font regretter son départ ainsi que l’incertitude d’une autre suite. Enfin, Gekkan Shoujo Nozaki-kun aura été ma plus grosse surprise de l’année, une comédie satyrique sur le shoujo pleine d’entrain et de personnages amusants.

2014 a en outre été l’année du sport. Sur une trentaine de séries regardées, presque un tiers sont affiliées au genre. Une telle profusion a été grandiose pour un amateur comme moi et il est un peu dommage que ce type d’anime soit aussi niche, d’autant plus que l’expérience peut varier fortement d’une série à l’autre : entre un Haikyuu pétillant d’énergie, basé sur un jeu d’équipe (volley) et un Baby Steps plus posé, solo (tennis), tout aussi grand par son réalisme, il y en a vraiment eu pour tous les goûts.

Vieux pots, coups de coeur, sport,... on pourra de plus ajouter à ce bilan quelques projets isolés qui valent le détour. On notera le projet Nihon Animator Mihonichi, ou Anime Exhibition, qui se déroule actuellement et diffuse chaque semaine, gratuitement qui plus est, un nouveau court-métrage. Une initiative de la part d’Hideaki Anno que l’on appréciera et qui a déjà donné quelques jets de créativité sympathiques.

Mais côté créativité et éclectisme, c’est sans conteste Space Dandy du studio Bones que l’on retiendra cette année. Un anime sous le nom d’une autre grande ponte de l’industrie, Shinichiro Watanabe, qui a distribué les 26 épisodes à différents talents afin que ceux-ci puissent étaler leurs propres idées et style. Un cocktail explosif étonnant et parfois brillant malgré une qualité bien trop en dents de scie, l’empêchant de devenir un classique.

Malgré mes déceptions et mes soupirs répétés devant les chartes saisonnières, l’année 2014 n’est donc pas démuni de qualités. Un espoir pour 2015 ? Plus d’animes avec une vraie épaisseur, genre monde intriguant et scénario consistant, peut-être ? Ca a toujours été une denrée rare mais qui sait, les trois adaptations du feu Project Itoh pourraient bien nous impressionner.

---

Notes :

Cette liste est un récapitulatif de toutes les séries suivies durant l'année 2014. Elle n'est pas fixe et il est possible que j’ajoute par après de nouvelles séries.

Attention les disponibilités sont généralement limitées dans le temps et finissent par disparaître ou devenir payantes.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • 1
  • 2
  • 1
    Bande-annonce

    Mushishi : Zoku-Shou (2014)

    Mushishi : Zoku Shô

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Animation, aventure et fantastique.

    Anime de Yuki Urushibara et Hiroshi Nagahama

    ... zut.

    Je ne suis pas encore arrivé à écrire une critique sur Mushishi tant la tâche me paraît peu facile : désir d’en dire long, désir de rester simple, désir d’être spécial et désir de trouver les mots justes qui n’apparaissent pas devant moi.

    Mais le destin fait bien les choses, si on veut, puisqu’il m’accorde un nouveau délai grâce à la diffusion des deux derniers épisodes, sous le format de film, en été 2015, qui clôtureront définitivement, normalement et malheureusement, la franchise Mushishi.

    Histoire de ne pas complètement rien dire, je reprendrais mes précédentes formulations à son sujet : Mushishi n’est pas un anime comme les autres et s’appréhende différemment. Intemporel, universel, touchant, mystique, reposant, perturbant, il encapsule des vérités simples, ce de manière poétique et souvent magistrale, comme un conte d’antan.

    Mushishi, sans conteste pour ma part, s’inscrit comme un grand classique de l’animation et prend aisément la première place de cette année 2014.

    Disponibilité : Crunchyroll Fr
  • 2

    Ping Pong (2014)

    Ping Pong The Animation

    25 min. Première diffusion : . Sport, drame et animation.

    Anime de Masaaki Yuasa

    Voir critique.

    Meilleur drama de 2014.

    Kong Wenge meilleur personnage secondaire de 2014.

    Disponibilité : Crunchyroll Fr, Wakanim
  • 3
    Bande-annonce

    Silver Spoon (2013)

    Gin no Saji

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Animation, drame et comédie.

    Anime de Hiromu Arakawa et Tomohiko Itou

    Voir critique.

    Meilleur slice of life de 2014.

    Disponibilité : Wakanim
  • 4

    Space Brothers (2012)

    Uchuu Kyoudai

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Science-fiction, comédie et seinen.

    Anime de Ayumu Watanabe

    Voir critique.

    Avec le temps, on a tendance à se rappeller que du bon mais pour Uchuu Kyoudai, il est impossible d’oublier ses périodes creuses, les incessants flashbacks dans les épisodes (qui reprennent des scènes du même épisode!), et surtout son départ beaucoup trop prématuré.

    Espérons qu’Uchuu Kyoudai revienne en meilleure forme, et sans trop de recaps si possible. En attendant, je continue à lire le manga et je peux dire que les lecteurs vivent un grand moment.
  • 5
    Bande-annonce

    Space Dandy (2014)

    30 min. Première diffusion : . 2 saisons. Science-fiction, comédie, animation et action.

    Anime de Shingo Natsume et Shinichirô Watanabe avec Johnny Yong Bosch

    Voir critique.

    Space Dandy est assez difficile à jauger tant sa qualité varie par moments. Comme dirait un certain DeluxeFan, c’est une série que j’admire plus que je n’apprécie, mais ça ne veut pas dire que je ne l'aime pas au contraire. A vrai dire, je me suis pas mal entiché de l’anime durant la deuxième saison/deuxième moitié et je suis convaincu que c’est une des séries de l’année dont je me souviendrai le plus.

    Meilleurs visuels de 2014.

    Disponibilité : Wakanim
  • 6

    Gekkan Shoujo Nozaki-kun (2014)

    25 min. Première diffusion : . Comédie et shōnen.

    Anime de Yamazaki Mitsue

    Voir critique.

    Meilleure comédie de 2014.
  • 7

    Tonari no Seki-kun: The Master of Killing Time (2014)

    Tonari no Seki-kun

    8 min. Première diffusion : . Mini-série, comédie et animation.

    Anime de Yuuji Mutoh et Takuma Morishige

    Voir critique.


    Disponibilité : Crunchyroll Fr
  • 8

    Baby Steps (2014)

    25 min. Première diffusion : . Romance, comédie, sport et shōnen.

    Anime de Masahiko Murata

    Voir critique.

    Je pensais que cette série allait se retrouver plus bas que ça car même si j’adore cet anime, je reste très critique devant l’adaptation du manga Baby Steps. Puis je me suis rappelé du poing en l’air que j’ai brandi en voyant à l’écran l’annonce d’une deuxième saison : un rare moment démonstratif pour une réelle surprise, et la preuve qu’il m’est impossible de ne pas avoir un faible pour cette série. Un anime sportif selon mon coeur, tiré d’un des meilleurs manga du genre que j’ai lu et lis toujours. Vivement la suite.

    Maruo meilleur personnage principal de 2014.

    Meilleur anime sportif de 2014.

    Disponibilité : Anime digital network
  • 9

    Shirobako (2014)

    25 min. Première diffusion : . Comédie, drame et animation.

    Anime

    Place après les douze premiers épisodes.

    Voir critique.

    Disponibilité : Anime digital network
  • 10

    Haikyu!! (2014)

    Haikyuu!!

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Comédie, sport, drame et animation.

    Anime de Susumu Mitsunaka et Haruichi Furudate avec Ayumu Murase, Kaito Ishikawa, Satoshi Hino

    Voir critique.

    Bonne OST.

    Disponibilité : Wakanim
  • 11
    Bande-annonce

    Barakamon (2014)

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Shōnen, comédie et animation.

    Anime de Satsuki Yoshino et Masaki Tachibana avec Furuki Nozomi, Hara Suzuko et Daisuke Ono

    Voir critique.


    Disponibilité : Crunchyroll Fr
  • 12
    Bande-annonce

    Parasyte (2014)

    Kiseijuu: Sei no Kakuritsu

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Action, romance, drame, science-fiction et Épouvante-horreur.

    Anime de Kenichi Shimizu, Iwaaki Hitoshi et Komaru Toshiyuki avec Nobunaga Shimazaki, Aya Hirano, Atsuko Tanaka

    Place après les douze premiers épisodes.

    Bons développements, bon rythme, assez soigné... l’histoire a bifurqué dans une direction qui promet un futur brillant, même si beaucoup moins pour le héros. Bien aimé jusqu’à présent, l’intrigue prend au corps, s'étend et nous absorbe dans le monde alienesque de l’auteur.

    Pas sans fautes cela dit (eurk le choix des musiques) mais je me réjouis de voir la suite. Un anime solide et pour lequel mon opinion grandit au fur et à mesure de ses épisodes.

    Meilleur science-fiction de 2014.

    Disponibilité : Crunchyroll Fr
  • 13
    Bande-annonce

    Fate/stay night: Unlimited Blade Works (2014)

    Fate/stay night [Unlimited Blade Works]

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Action, fantasy et animation.

    Anime de Takahiro Miura

    En cours. Terminé première partie.

    Outre le fait que l’on débarque dans la série sans trop savoir ce qu’il se passe et qu’il faut attendre plus d’une heure et demi avant que la Guerre du Graal soit proprement introduite, le principal problème de cette série est que le héros passe son temps à ignorer l’intrigue, cette guerre entre mages. Pourtant le fait que ce soit un battle royal et que lui-même veuille devenir un héros devraient être des raisons suffisantes pour qu’il s’y implique mais apparemment non, il continue d’essayer de préserver son quotidien et il faut généralement attendre que les autres participants l’amochent salement pour obtenir une réaction de sa part.

    Je précise que ce n’est pas vraiment une faute d’adaptation mais du Visual Novel. S’il y a un inconvénient à l’approche d’Ufotable, c’est bien dans l’atmosphère sérieuse qu’il essaye d’assumer alors que le contenu ne suit pas, et du coup les moments d’humour ont tendance à tomber à plat. Finalement, sous ses airs solennels, j’ai parfois l’impression que l’anime aurait simplement dû embrasser un peu plus sa stupidité plutôt qu’essayer de se connecter autant que possible à Fate/zero (toutes les références possibles ont été casées pour une raison).

    Cela dit, si je me permets de faire ce constat assez tranché, c’est parce que la deuxième partie corrige la plupart de ces lacunes même si quelques facepalms sont à venir. La première partie ne reste qu’une mise en bouche bourrée de foreshadowing et d’éléments mystérieux à expliquer (ou pas). Cette première moitié reste également divertissante grâce aux nombreuses scènes d’action et le soin apporté par Ufotable, qui a réussi à maintenir une bonne qualité malgré une autre moitié à gérer et les trois doubles épisodes.

    Meilleure série d'action de 2014.

    Disponibilité : Wakanim
  • 14
    Bande-annonce

    Hoozuki no Reitetsu (2014)

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Fantastique, comédie et animation.

    Anime de Hiro Kaburaki

    Comme je le pensais, ce n'est pas une série que l'on peut recommander aisément. Hoozuki no Reitetsu est extrêmement versatile dans son humour, parfois bourré de références obscures, du folklore japonais mais pas seulement, parfois reposant sur des gags beaucoup plus grossiers.

    L'impression récurrente de passer à côté de certaines blagues et l'inhabilité par moment de voir où la scène veut en venir donne à l'anime certains moments creux, certains épisodes un peu mous (et le premier épisode ne donne pas la meilleure des impressions).

    Pourtant Hoozuki no Reitetsu peut être vraiment drôle, avec des blagues parfois universelles, parfois très accessibles (Cuniculi Cunicula), et possède une atmosphère originale qui nous gagne au fil du temps.

    L'appréciation d'Hoozuki no Reitetsu est aussi fortement aidée par la créativité de l'oeuvre. L'univers est franchement unique, très bien réalisé par le studio en charge et accompagné d'un excellent casting de seiyuu.

    Je ne pense pas que ce soit une bonne idée de marathoner cette série par contre, à voir à petites doses.


    Disponibilité : Crunchyroll Fr
  • 15

    Ace of Diamond (2013)

    Dia no Ace

    25 min. Première diffusion : . 2 saisons. Animation, comédie, sport et shōnen.

    Anime de Masuhara Mitsuyuki et Terajima Yuji

    En cours. Place décidée après 64 épisodes.

    Il aura fallu une soixantaine d’épisodes pour que Daiya no Ace termine son premier tournoi majeur. La série a certainement pris son temps pour démarrer et introduire l’équipe principale ainsi que la compétition interne régnant dans l’école Seidou. Même après ce lent départ, l’anime continue d’avoir des hauts et des bas, tant au niveau des joueurs dont certains ont une personnalité qui se résume à une phrase caractéristique, qu’au niveau des matchs. Pourtant Daiya no Ace reste une bonne série de baseball avec une histoire bien pensée, des développements intéressants, quelques bons personnages et des séquences de jeu prenante (le dernier match du tournoi était bien foutu). L’idée de prendre comme protagoniste une école d’un niveau quasi-professionnel en terme de baseball est également une orientation très intéressante et rafraîchissante par rapport au reste des animés sportifs qui mettent toujours en avant les underdogs.

    Bref, une série que j’apprécie en tant qu’amateur d’animes sur le baseball et qui continue de montrer son potentiel semaine après semaine.

    Disponibilité : Crunchyroll Fr
  • 16

    Nobunaga Concerto (2014)

    25 min. Première diffusion : . Historique et animation.

    Anime de Yuusuke Fujikawa et Ayumi Ishii

    Voir critique.


    Disponibilité : Crunchyroll Fr
  • 17
    Bande-annonce

    Terror in Resonance (2014)

    Zankyou no Terror

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Policier, action et thriller.

    Anime de Shinichirô Watanabe

    Voir critique.

    Meilleure OST de 2014... ou pas : les musiques de Yuuki Yuuna wa Yuusha de Aru, que je n'ai pas vu, remportent la palme pour ma part (compositeur de NieR notamment, même si pas seulement)

    Disponibilité : Wakanim
  • 18

    Isshuukan Friends. (2014)

    25 min. Première diffusion : . Cuisine, shōnen, romance et comédie.

    Anime de Tarō Iwasaki

    Voir critique.
  • 19

    Hajime no Ippo : Rising (2013)

    25 min. Première diffusion : 2013. 1 saison. Animation, action, sport et comédie.

    Anime de George Morikawa, Jun Shishido et MAPPA

    Hajime no Ippo Rising est une assez bonne continuation de la série, mais avec des hauts et des bas.

    A part pour le match contre Sawamura, les combats de Ippo Rising ne sont pas les plus excitants qu'il nous ait été donné de voir et ne sont pas particulièrement spectaculaires, un peu dommage de voir aussi peu d'évolution en terme d'animation quand on sait que la première saison remonte aux débuts des années 2000.

    La première moitié de cette nouvelle saison était très vide avec peu d'événements dignes d'intérêt (à part revoir Vorg). La deuxième moitié se rattrape sans mal avec le combat contre Sawamura, le match de Takamura et un très bon flashback pour terminer la série.

    L'un dans l'autre, Hajime no Ippo Rising garde sa qualité de monument du shônen sportif mais n'impressionne aucunement. Un peu dommage après autant d'attente.
  • 20
    Bande-annonce

    JoJo's Bizarre Adventure: Stardust Crusaders : Battle In Egypt (2015)

    JoJo no Kimyō na Bōken: Stardust Crusaders Egypt-hen

    20 min. Première diffusion : . 1 saison. Shōnen, aventure, action, comédie et drame.

    Anime de Kenichi Suzuki, Naokatsu Tsuda et Hirohiko Araki

    En cours. Première partie terminée.

    Ce Jojo est très différent de ses prédécesseurs en terme de rythme. Le contenu n'était pas assez intéressant pour que je sois convaincu qu'une telle lenteur soit nécessaire. J'ai même eu du mal à trouver la motivation pour terminer les derniers épisodes, heureusement d'ailleurs que je n'ai pas dû faire un marathon de cette partie.

    Je n'ai pas trouvé Jotaro intéressant, certains ennemis étaient excellents mais la plupart peu mémorables. Reste que le côté tour du monde/références culturelles est très sympa à suivre, surtout avec cette bande d'enfoirés.

    Dans l'ensemble, c'était tout juste ok mais j'espère que la suite sera plus intéressante.


    Disponibilité : Crunchyroll Fr
  • 21
    Bande-annonce

    Gugure! Kokkuri-san (2014)

    25 min. Première diffusion : . Shōnen, fantastique, comédie et animation.

    Anime de Hiraike Yoshimasa

    Une série étrange qu’est Gugure Kokkuri-san. Pas à cause de son contenu mais de son effet sur moi. En effet, mon ressenti sur cette série humoristique est positif malgré un humour plus que dérangeant par moments.

    Gugure met en scène une petite fille Kohina qui vit seule et va rencontrer une série de divinités prêts à squatter sa maison. Ensemble, ils vont tenter de vivre en harmonie et surtout vont rencontrer des situations rocambolesques en continu.

    On peut dire que Gugure ne s’encombre pas avec la morale et son comique ne recule devant rien : on rencontre un tengu qui admet volontiers aimer l’idée de tripoter des petits garçons, ou encore une féline qui sniffe une loli comme de l’herbe à chat, sans compter l’obsession d’Inugami envers Kohina, aussi louche que mauvais pour sa santé mentale.

    Pourtant, ce genre de scènes passent comme du beurre car le principe de base de Gugure est de se moquer de tout, y compris des choses au demeurant très dépressifs, comme le personnage principal qui se prend pour une poupée car ne veut pas faire face à la réalité ou bien Kokkuri, cet esprit millénaire qui fait face à une crise existentielle au point de s’imposer chez Kohina afin de donner un but à sa vie.

    Cet anime est aussi rempli d’humour absurde et de gags simples, astucieux et bien trouvés (merci google-sensei).

    Gugure Kokkuri-san donne l’impression de ne pas être une série restreinte par les conventions et cela ne la rend que plus rafraîchissante, même si on ne peut pas dire que sa qualité soit constante. Au final, même si je ne recommanderai pas cet anime, j’ai passé du bon temps avec cette bande de fêlés.


    Disponibilité : Crunchyroll Fr
  • 22
    Bande-annonce

    Seitokai Yakuindomo (2010)

    25 min. Première diffusion : . 2 saisons. Animation et comédie.

    Anime de Hiromitsu Kanazawa et Tozen Ujiie

    J'aime le concept de Seitokai Yakuindomo : l'idée de faire une série ecchi/hentai sans l'être. Seitokai Yakuindomo est une série humoristique qui se base sur des jeux de mots/situations grivoises en s'axant très peu sur l'aspect visuel pour préférer la formule de va-et-vient entre personnages pervers et gens sérieux.

    Le fait que la série arrive à enchaîner blagues salaces d'épisode en épisode sans paraître trop répétitif est déjà assez miraculeux en soi. La deuxième saison continue aussi sur sa lancée et propose encore plus de romance, ce qui permet de varier le contenu, en plus de donner lieux à des scènes amusantes pour tous ceux qui se seraient un minimum investis dans les personnages.

    A part pour l'épisode 1 très bizarre et raté à mes yeux, j'ai trouvé la seconde saison aussi bonne que la première et sympathique à voir par petite dose semaine après semaine.

    Seitokai Yakuindomo reste une série très niche et n'est pas pour tout le monde.
  • 23

    Yowamushi Pedal (2013)

    25 min. Première diffusion : . 2 saisons. Comédie, sport, drame et animation.

    Anime de Wataru Watanabe

    Après une dizaine d’épisodes dans la série Yowamushi Pedal Grande Road, qui fait suite aux 38 premiers épisodes de la série de base, je pense qu’il est temps de dire adieu, temporairement au moins, à Yowamushi Pedal. A partir du moment où je ne fais que regarder les épisodes pour me tenir à jour, ça n’en vaut vraiment plus la peine.

    Je ne quitte pas la série en de mauvais termes cela dit, Yowamushi Pedal reste une série sur le cyclisme qui n’est pas désagréable à regarder et possède une personnalité propre avec un protagoniste attachant. Mon plus gros problème n’est pas l’aspect sportif souvent exagéré, les courses ressemblent parfois à des combats à mort, mais le rythme qui est super mal dosé : des matchs qui n’en finissent pas et s’étalent sur des dizaines d’épisodes avec des distances de 50m qui mettent 20 minutes à être parcourues, cela à plusieurs occasions durant le tournoi... l’horreur.

    N’excellant ni dans son histoire ni dans ses personnages, j’aime surtout Onoda et Kashima, il n’y a donc rien dans Yowamushi Pedal qui retient suffisamment mon attention pour continuer à suivre ses aventures.

    Disponibilité : Anime digital network
  • 24

    Yama no Susume (2013)

    15 min. Première diffusion : . 2 saisons. Animation.

    Anime de Shiro

    Même si je reste assez réservé sur Yama no Susume, on peut dire que la deuxième saison est une nette amélioration. Le passage d’une courte série de 3 à 10 minutes a été grandement profitable pour cet anime qui a pu développer davantage ses personnages et proposer un contenu plus conséquent.

    Ma plus grosse attente en sortant de la première saison était de voir l’aspect d’alpinisme, sur quoi se base l’anime quand même, mis plus souvent sur le devant de la scène et cet espoir a été plus ou moins réalisé, notamment avec un très bon arc sur le Fuji-san. Yama no Susume ne se concentre pas uniquement sur les montagnes et les scènes de slice of life habituels (sorties en ville, job d’étudiant,...) sont encore présentes mais l’ensemble m’a semblé plus équilibré.

    Certains des épisodes plus normaux ont également permis de mettre en avant Kokona et Kaede, deux personnages secondaires, qui comparées au duo principal, Hinata et Aoi, font office de bouffée d’air frais. Aoi en effet, endosse le rôle d’héroïne constamment anxieuse et craintive, un caractère irrésolu et poltron qui a un côté grattant. Ses chamailleries avec Hinata ne sont pas non plus un modèle de divertissement.

    Cela dit, ça reste bien mon seul bémol envers la série. En dehors de ça, Yama no Susume est une série gentillette avec un thème sympathique, une présentation plutôt bonne et une exécution efficace. Réservé aux amateurs du genre cute girls doing cute things mais pas mauvais.


    Disponibilité : Crunchyroll Fr
  • 25

    Free! Eternal Summer (2014)

    Free! 2nd Season

    25 min. Première diffusion : . Animation, shōjo, sport et comédie.

    Anime de Utsumi Hiroko

    Et ainsi se termine Free, en se connectant à la première pub qui aura donné naissance à la série. Une belle touche pour conclure l'aventure.

    Je ne regrette pas d’avoir entamé cette deuxième saison. Je sais que certains préfèrent largement la première mais ce n’est pas du tout mon cas. Merci notamment à Rin d’avoir passé sa mauvaise période pour devenir le support principal de la série.

    Evidemment, Free continue a avoir ses moments agaçants , l’intégration de Sosuke était basiquement une resucée du mélodrama de la première saison notamment. Même si le ton fujoshi ne m’a pas forcément dérangé, et s’avère même drôle de temps en temps, certaines scènes n’étaient clairement pas faites pour moi et les tons doucereux ou émotionnels ont parfois été poussés trop loin à mon goût.

    Cette saison était néanmoins l’occasion de boucler l’aventure pour chacun des membres d’Iwatobi et certains développements ont été intéressants, même si d’autres moins. La série n’est pas purement sportive mais au moins l’aspect compétitif ne me semble pas avoir été négligé, avec des matchs éparpillés le long de la série de manière équilibrée.

    Bref, j’ai assez aimé. On est loin du type de série que j’aimerais voir de la part de KyoAni mais l’animation reste impressionnante et le soin aux détails appréciable. Un 7/10 mérité pour cette partie, qui compense assez ma très mauvaise impression de la première saison pour ramener le score final à un 6/10 (pour ce que ça veut dire).


    Disponibilité : Crunchyroll Fr
  • 26

    Kuroko No Basket (2012)

    Kuroko's Basket

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Animation, comédie, shōnen et sport.

    Anime de Shunsuke Tada avec Kensho Ono, Ono Yuuki et Chiwa Saitou

    Je ne comprendrais jamais pourquoi mon cerveau décide d'accepter certains aspects exagérés d'animes et pourquoi il décide soudainement que c'en est trop.

    Il est clair que ça pose un problème pour les animes sportifs qui ne se veulent pas réalistes mais vouent leur existence à être de purs spectacles. Kuroko no Basket est de ceux-là et j'avoue avoir été tourmenté plus d'une fois entre l'excitation et la consternation devant certains matchs.

    C'était déjà le cas de la première saison où on a eu droit aux shoots irréalistes, aux dialogues risibles et à l'appel pas très subtil des portes-feuilles du public féminin.

    Mais la montée en puissance de la seconde saison a continué à pousser ma tolérance dans ses plus profonds retranchements. Le match cliché des tricheurs, au mélodrame crasse, a en plus amené sur la table un élément dont j'ai horreur dans ce genre de série : le type qui est prêt à bousiller sa santé et son avenir pour gagner un match. Autant dans un match de Samurai Champloo/Shaolin Soccer ça me fait marrer comme pas possible, autant quand c'est exposé aussi sérieusement ça passe bien plus mal (je ne suis pas sensé prendre ça au sérieux je sais).

    Le deuxième point noir est que maintenant que Za Zone a été révélé, il y a des chances que les matchs reposent sans cesse sur ça. Sans compter la sale impression de revoir le coup du Bankai/Super Saiyan devenir chose commode, et du coup de moins en moins exceptionnel. Pour le moment ça va mais cette escalade en puissance fait très peur pour le long terme.

    Mais malgré mes problèmes envers la série, Kuroko no Basket reste un divertissement solide. Les matchs sont souvent prenant, avec certaines scènes très bien animées et qui jusqu'à présent laissent une bonne part aux joueurs qui n'ont pas de superpouvoirs.

    Disponibilité : Anime digital network
  • 27
    Bande-annonce

    Psycho-Pass 2 (2014)

    24 min. Première diffusion : . 1 saison. Policier, science-fiction, action et animation.

    Anime de Naoyoshi Shiotani, Kiyotaka Suzuki et Akira Amano

    Voir critique.

    Disponibilité : Anime digital network
  • 28

    Selector Infected WIXOSS (2014)

    25 min. Première diffusion : . Drame, animation et action.

    Série

    Voir critique.

    Disponibilité : Crunchyroll Fr
  • 29

    Pupipo ! (2013)

    Première diffusion : . Animation.

    Série de AIC Plus+

    Une série de format court (3 minutes par épisode) qui ne consiste pas en des gags mais propose une vraie histoire. On pourrait penser que ce format ne s'y prête pas mais ça passe plutôt bien, je dirais même qu'au lieu d'essayer d'allonger et bricoler une histoire sur des épisodes de vingt minutes, Pupipo condense son intrigue pour donner un résultat plus satisfaisant que la plupart des séries normales.

    Pupipo est une série qui se laisse regarder tout seul et donne lieu à une aventure modeste mais surprenante, avec des personnages attachants et un kirby adorable.
  • 30

    Gochuumon wa Usagi Desuka? (2014)

    25 min. Première diffusion : . 2 saisons. Animation et comédie.

    Anime de Koi

    Il est difficile de trouver une raison pour détester Gochuumon : cette série propose tout ce à quoi il faut s'attendre, cute girls doing cute things, pendant 12 épisodes où rien de concret ne se passe.

    Ce n'est pas mauvais, je me suis même bien amusé à certains moments, mais la série manque un petit quelque chose pour valoir le détour.

    Relaxant et à réserver aux fans du genre.


    Disponibilité : Crunchyroll Fr
  • 1
  • 2