Ce qui m'est passé entre les doigts en 2020

Avatar Nectanobé Liste de

50 livres

par Nectanobé

Comme chaque année maintenant depuis 5 ans, ce qui me passe entre les doigts en 2020, annoté et juxtaposé d'une citation extraite de l’œuvre si possible. En espérant faire mieux que l'an dernier.

Année 2016 : https://www.senscritique.com/liste/Livres_lu_2016/1355556
Année 2017 : https://www.senscritique.com/liste/Ce_qui_m_est_passe_entre_les_doigts_en_2017/1561994
Année 2018 : https://www.senscritique.com/liste/Ce_qui_m_est_passe_entre_les_doigts_en_2018/2003227
Année 2019 : https://www.senscritique.com/liste/Ce_qui_m_est_passe_entre_les_doigts_en_2019/2324271

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • 1
  • 2
  • Passeport Diplomatique (2019)

    Sortie : . Journal & carnet.

    Livre de Gérard Araud

    Très instructif à propos de la diplomatie française, comment elle se faisait en 1982, comment elle se fait en 2019. Les dernières pages, analyse de l’état du monde sont particulièrement intéressantes.

    Janvier 2020.

    380p.
  • Sur les chemins noirs

    Sortie : . Récit.

    Livre de Sylvain Tesson

    Encore un bon essai de Sylvain Tesson, à travers la France cette fois-ci. Bien que sa plume reste de qualité, on note de nombreuses répétitions, et son dégout parfois systémique de tout ce qui a trait à la modernité est parfois fatiguant. A lire cependant.

    Janvier 2020.

    170p.
  • Rift, routes, rails

    Sortie : . Recueil de nouvelles.

    Livre de Abdourahman Ali Waberi

    Frénétique, difficile d'accès, ce recueil demeure néanmoins une porte d'entrée intéressante pour découvrir l'Afrique de l'Est. Le manque de clarté de beaucoup d'intrigues nuit néanmoins à la portée des récits.

    Février 2020.

    100p.
  • Le pays sans ombre (1994)

    Sortie : 1994. Recueil de nouvelles.

    Livre de Abdourahman Ali Waberi

    Excellent recueil de nouvelles d'Abdourahman A. Waberi. Le verbe fiévreux, parfois halluciné peint un tableau particulièrement représentatif de Djibouti, et de la vie sur ce territoire inhospitalier et étrange, mais o combien attachant.

    "À cause de cette racine succulente et soporifique, et surtout à cause de son commerce, les Troglodytes vivent en mauvaise intelligence entre eux. Ils deviennent renfrognés, s'accablent publiquement les uns les autres, poussent des jérémiades et, comble du désespoir, manquent de chansons gaies.

    Février 2020.

    180p.
  • Vendredi ou les limbes du Pacifique (1967)

    Sortie : 1967. Roman.

    Livre de Michel Tournier

    Splendide adaptation du Robinson Crusoé de Defoe par Michel Tournier. Magnifiquement écrit et riche en réflexions, c'est un livre qui inévitablement fait lever les yeux au ciel, signe de sa réussite.

    "Je sais maintenant que chaque homme porte en lui -- et comme au-dessus de lui -- un fragile et complexe échafaudage d'habitudes, réponses, réflexes, mécanismes, préoccupations, rêves et implications qui s'est formé et continue à se transformer par les attouchements perpétuels de ses semblables. Privée de sève, cette délicate efflorescence s'étiole et se désagrège. Autrui, pièce maîtresse de mon univers... Je mesure chaque jour ce que je lui devais en enregistrant de nouvelles fissures dans mon édifice personnel."

    "On dirait, par suite, que mes journées se sont redressées. Elles ne basculent plus les unes sur les autres. Elles se tiennent debout, verticales, et s’affirment fièrement dans leur valeur intrinsèque. Et comme elles ne sont plus différenciées par les étapes successives d’un plan en voie d’exécution, elles se ressemblent au point qu’elles se superposent exactement dans ma mémoire et qu’il me semble revivre sans cesse la même journée."

    Février 2020.

    270p.
  • Histoire des relations internationales

    Sortie : janvier 2009. Essai.

    Livre de Séverine Pacteau et François-Charles Mougel

    Parfois trop descriptif, la fin ressemble à une longue liste des évènements du 20ème siècle, une analyse plus fournie du ciment qui les unit aurait permis plus de recul à ce "Que sais-je".

    Mars 2020

    125p.
  • Architecture

    Sortie : 2002. Essai.

    Livre

    "Avoriaz ou la transformation d'un paysage"

    Livre particulièrement instructif sur l'émergence de la station, ainsi que les choix qui ont mené à forger son identité et son architecture. Certaines photographies sont particulièrement esthétiques tandis que d'autres m'ont rappelé des souvenirs ouatés de l'Avoriaz du début des années 2000.

    Avril 2020.

    130p.
  • Les Ongles (2001)

    Nogti (Ногти)

    Sortie : 2001. Roman.

    Livre de Mikhail Elizarov

    Premier roman de Mikhaïl Elizarov, traduit par Stéphane Dudoignon. J'ai été très agréablement surpris par ce roman initiatique, qui emprunte avec parcimonie certains codes surréalistes. La traduction y est surement pour beaucoup, le style épuré contribuant à cet impression de recul, comme si le narrateur, en l’occurrence personnage principal se tenait à distance de l'intrigue. Plus particulièrement, on découvre le lien fort qui unit deux frères différents, bien que plongés ensemble dans un pensionnat pour enfants malades (Les grosses-têtes comme les surnomme le directeur). Initiatique, absurde et parfois comique, ce court roman est une très bonne découverte.

    "Le paysage donnait à voir les premiers signes de l'aube. La noirceur d'aquarelle des cieux faisait place à des tons plus bleutés. Je retournais vers la voiture sans espoir mais sans crainte. La mort était remise jusqu'au moment seulement où le poison du cadavre de Bakatov, comme d'une perfusion, me serait tout entier passé dans le corps et me stopperait le cœur."

    Avril 2020.

    170p.
  • Cyrano de Bergerac (1897)

    Sortie : . Théâtre.

    Livre de Edmond Rostand

    Seconde lecture, avec tout autant de plaisir qu'à la première. Cyrano constitue à mes yeux l'une des plus grandes œuvres de la littérature française. Épique, lyrique, grandiose, l'épopée de Cyrano est à lire et à relire.

    "Et je voudrais mourir, un soir, sous un ciel rose
    En faisant un bon mot, pour une belle cause !
    - Oh ! frappé par la seule âme noble qui soit
    Et par un ennemi qu'on sait digne de soi,
    Sur un gazon de gloire et loin d'un lit de fièvres,
    Tomber la pointe au cœur en même temps qu'aux lèvres !"

    Avril 2020.

    320p.
  • Cinquante mille dollars

    Sortie : 1928. Recueil de nouvelles.

    Livre de Ernest Hemingway

    Recueil de nouvelle dans le style d'Hemingway, on y découvre une Amérique populaire, rurale mais de plus en plus citadine. Hemingway évoque également l'Europe qu'il a si bien connue, ses larcins et ses magouilles. Si toutes les nouvelles ne se valent pas, certaines sont particulièrement touchantes, notamment "Les indiens" ou "Mon vieux". C'est par son style dépouillé, ses intrigues linéaires au plus proche du réel qu'Hemingway parvient à nous faire toucher du doigt des fragments de vie de cette Amérique des années 40.

    "Un jour à Auteuil, après un steeple à réclamer, mon vieux acheta le gagnant 30000 francs. Il dut enchérir un peu lus pour l'avoir mais, finalement, l'écurie le laissa partir et en une semaine mon vieux eu son permis et ses couleurs. Ah ! là, là ! Ce que j'étais fier que mon vieux soit devenu propriétaire."

    Avril 2020.

    150p.
  • Lettre à un otage (1943)

    Sortie : 1943. Correspondance.

    Livre de Antoine de Saint-Exupéry

    Excellent ouvrage de la part de Saint-Exupéry, exilé au Portugal alors que la France est sous occupation nazie. Cette lettre, adressée à un de ses amis français et juif qu'il imagine menacé sous la "nuit française" est un concentré d'espoir qui intime à la résilience quiconque vit sous occupation ennemie. Il nous rappelle également à quel point l'humain et l'acceptation de ce dernier dans toutes ses altérités se doit d’être le fondement de tout régime politique. "Il n'est pas de commune mesure entre le combat libre et l'écrasement dans la nuit. Il n'est pas de commune mesure entre le métier de soldat et le métier d'otage. Vous êtes les saints."

    "J'ai vécu trois années dans le Sahara. J'ai rêvé, moi aussi, après tant d'autres, sur sa magie. Quiconque a connu la vie saharienne, où tout, en apparence, n'est que solitude et dénuement, pleure cependant ces années là comme les plus belles qu'il ait vécues. Les mots nostalgie du sable, nostalgie de la solitude, nostalgie de l'espace ne sont que formules littéraires, et n'expliquent rien. Or voici que, pour la première fois, à bord d'un paquebot grouillant de passagers entassés les uns sur les autres, il me semblait comprendre le désert."

    Avril 2020.

    45p.
  • Journal de deuil

    Sortie : février 2009. Correspondance / Journal.

    Livre de Roland Barthes

    Espace intime, douloureux, sensible, ce "Journal de deuil" nous plonge dans l'esprit de Roland Barthes à la suite de la mort de sa mère en octobre 1977. La mort de l’être avec qui il entretenait une relation d'une profondeur insondée laissera l'écrivain changé à jamais. Ces phrases, ces fragments de solitude sont comme des fleurs déposées sur une tombe.

    "12 février 1978

    Neige, beaucoup de neige sur Paris; c'est étrange.

    Je me dis et j'en souffre : elle ne sera jamais plus là pour le voir, pour que je le lui raconte. "

    Avril 2020.

    290p.
  • Coplan a la dent dure

    Sortie : 1972. Roman.

    Livre de Paul Kenny

    *Les poignards de Chiraz*

    Roman d'espionnage qui bien qu'intéressant par endroits et relativement bien écrit, souffre de la surexploitation des ressorts du roman d'espionnage. L'intrigue se déroulant dans l'Iran de Mohammed Reza Shah Pahlavi, elle en détaille le fonctionnement politique avec précision. À noter que si la date de publication du roman (1977) justifie certains clichés éculés, il n'en demeure pas moins que l'auteur n'a cure de s'affranchir des a priori qui circulent à propos du Moyen-Orient, qui sont pléthore ici. Les enjeux politiques auraient mérité d’être davantage exploités, au vu de leur importance dans l'intrigue. Néanmoins, je dois avouer que le dénouement m'a semblé digne d’intérêt, et relativement réaliste en ce qu'il juxtapose aux raisons politiques, des ressorts émotionnels. À lire si l'on souhaite un bon roman d'espionnage qui traite des intérêts français dans l'Iran pré-révolutionnaire.

    Avril 2020.

    220p.
  • Courrier sud (1929)

    Sortie : 1929. Roman.

    Livre de Antoine de Saint-Exupéry

    Encore une fois, je suis ébloui par le talent de Saint-Exupéry. Sa sensibilité n'a d'égal que la précision de sa plume, avec laquelle il donne une épaisseur à ses personnages, en l’occurrence Jacques Bernis, un aviateur. Néanmoins, Courrier sud m'a paru parfois trop décousu, ne sachant pas qui du narrateur ou du personnage principal je lisais. Hâte de lire davantage de Saint-Exupéry, dont certains descriptions m'ont tiré des larmes.

    Mai 2020.

    230p.
  • Phèdre (1677)

    Sortie : . Théâtre et romance.

    Livre de Jean Racine

    La quintessence du théâtre classique français, des vers magistraux et une histoire d'amour qui en aura inspiré plus d'un.

    Mai 2020.

    100p.
  • Le Royaume (2014)

    Sortie : . Roman.

    Livre de Emmanuel Carrère

    La fluidité du récit, sa dimension d’enquête réunissant des éléments factuels ponctués de spéculations lorsque s'approchent des zones d'ombre m'ont fait penser à Ivan Jablonka. Emmanuel Carrère aime cependant davantage parler de lui, ce qui amène parfois à quelques passages non nécessaires, sans que ça entache la qualité d'un récit qui m'a permis d'en apprendre énormément sur les origines du christianisme.

    Mai 2020.

    630p.
  • Dentelles et tchador

    Sortie : .

    Livre de Armin Arefi

    *Un printemps à Téhéran*

    Instructif et relativement bien écrit, cet ouvrage est un condensé d'Iran qui livre une version introductive et nuancée très intéressante pour les néophytes. Sans fard ni artifice, Armin Arefi fait honneur à son métier de reporter.

    Juin 2020.

    300p.
  • Il est où, le bonheur

    Sortie : . Essai.

    Livre de François Ruffin

    Parfois caricatural, souvent trop lyrique et abstrait, ce court essai témoigne néanmoins de l'urgence climatique et sociale, et du combat sincère que François Ruffin mène pour un avenir meilleur.

    "Une écologie de consensus, zéro idéologie, ni de droite ni de gauche ? Cet impératif, sauver la planète, nous rassemblerait tous, riches et pauvres, damnés de la Terre et actionnaires, par delà les frontières, tous unis par la catastrophe en cours ?"

    Juin 2020.

    180p.
  • En attendant Godot (1952)

    Sortie : 1952. Théâtre.

    Livre de Samuel Beckett

    Profond mais ennuyeux. À voir mis en scène.

    Juin 2020.

    140p.
  • Afghanistan

    Sortie : . Beau livre.

    Livre de R. Nickelsberg

    *Afghanistan éternel* de Patrick Forestier

    Photos éblouissantes, récit marquant. À lire.

    Juin 2020.

    100p.
  • La longue nuit syrienne (2019)

    Sortie : . Essai.

    Livre de Michel Duclos

    *Le monde des nouveaux autoritaires* sous la direction de Michel Duclos

    Galerie de portraits, cet ouvrage est nécessaire à quiconque s'interroge sur l'avenir des démocraties libérales et le tournant vers le monde des "carnivores" qui apparait depuis la remise en cause de l'hégémonie américaine, le rattrapage économique de la Chine et l'émergence de chantres des "démocraties illibérales". Chaque portait étant rédigé par un spécialiste du pays concerné on y apprendre de nombreux détails de la façon de gouverner des nouveaux autoritaires concernés, le tout en explorant le concept de populisme, selon les auteurs.

    "Le message de Monsieur Poutine n'est pas incompatible avec le défi chinois ; il en est complémentaire. Il semble dire que l'économie n'est pas la seule chose qui compte, que la question des droits individuels a pris une place trop importante dans nos sociétés avancées, que l'avenir appartient à des nations fières confiant leur sort à des dirigeants forts, dans un monde toujours plus enclin à la compétition entre grandes puissances. Il dessine en réalité ce système de valeurs alternatif qui se répand sous nos yeux dans le monde global actuel et sert de fond de tableau psychologique ou idéologique, comme l'on voudra, aux bouleversements géopolitiques en cours."

    Juillet 2020

    280p.
  • Petit traité d'histoire des religions

    Sortie : octobre 2008. Essai.

    Livre de Frédéric Lenoir

    Éclairant, nuancé, Frédéric Lenoir excelle dans l'essai de vulgarisation comme il le fait dans le conte philosophique.

    "L'une des fonctions fondamentales de la religion est donc de créer du lien social. La communauté des croyants est liée par la référence commune à un invisible transcendant et par des pratiques, des interdits, des rituels qui en découlent. Dès lors, la religion participe d'une manière déterminante à l'identité et à la culture d'une tribu, d'un peuple, d'une civilisation. Lorsque cette identité collective est menacée, le repli sur la religion est un réflexe quasi naturel. Celui-ci est d'autant plus fort que la dimension politique est faible et que le groupe est dominé par un autre groupe : le religieux vient alors compenser la faiblesse du pouvoir politique pour redonner force et espoir aux croyants."

    Juillet 2020.

    365p.
  • Les Alpes

    Sortie : . Roman.

    Livre de Élisée Reclus

    *Que sais-je : Les 100 mots des Alpes*

    Bien que la majorité des mots m'étaient connus, ce court "repère" m'a permis de les explorer à nouveau, d'en découvrir les recoins et d'en contextualiser certains. À lire pour quiconque s'intéresse au massif montagneux le plus célèbre du monde.

    Juillet 2020.

    130p.
  • La femme d'un autre et le mari sous le lit

    Чужая жена и муж под кроватью (Tchoujaïa jéna i mouje pod krovatiou)

    Sortie : 1848. Roman.

    Livre de Fiodor Dostoïevski

    Parfois un peu confus, la deuxième n'en demeure pas moins originale et légère. On a tout de même vu mieux de la part de Dostoïevski.

    Août 2020.

    100p.
  • Une amazone en Orient, du Caucase à Persépolis 1881-1882

    Sortie : . Roman.

    Livre de Jane Dieulafoy

    Extrêmement intéressant de par ce que le récit nous apprend sur l'Iran du XIXème siècle, et la manière dont y voyageaient les quelques européens s'y aventurant, Jane Dieulafoy perd parfois son lecteur dans des descriptions architecturales trop exhaustives pour les non-aguerris à la discipline. Le passage à Ispahan est néanmoins admirablement bien retranscrit, il donne à voir au lecteur l'accueil réservé aux "faranguis" chrétiens. Très protocolaire pour les administrants, les voyageurs n'étaient que rarement les bienvenus dans les édifices sacrés, en dépit de visites décrites comme à caractère scientifique. Bien que l'on note une volonté de juger sans a priori les comportements des habitants du pays, certains passages particulièrement critiques à propos des mœurs traduisent sans retenue la vision colonialiste avec laquelle voyageaient nombre d'européens fortunés alors. Écrit dans un français on ne peut plus classique, la lecture n'en est pas moins agréable, en particulier lorsque sont contés les rencontres et dialogues auquel le couple participe, part essentielle de tout voyage. Quiconque est passionné d'Iran ou de longs périples en "Orient" y trouvera son compte, moyennant le saut de quelques pages.

    "On raconte meme à ce sujet que trois mois avant son départ pour son premier voyage en Europe, le chah se fit donner des leçons de fourchette; son éducation ayant été des plus laborieuses, il eut la fantaisie d'amuser l'andéroun aux dépens de ses ministres, et les invita, dans ce but, à venir diner au palais. L'étiquette persane exigeant que le roi mange seul, il ne pouvait présider au festin et s'était caché avec ses favorites derrière un paravent, à travers les joints duquel il pouvait suivre des yeux toutes les péripéties du banquet."

    Août 2020.

    380p.
  • La Vie devant soi (1975)

    Sortie : 1975. Roman.

    Livre de Romain Gary (Émile Ajar)

    Cru et d'une justesse qui ferait pâlir Mort à Crédit, ce récit d'une enfance décharnée constitue une excellente porte d'entrée dans l’œuvre de Romain Gary qu'il me tarde de découvrir. Ajoutez à l'épaisseur des personnages, les nombreuses fulgurances de Momo et vous voilà avec un savant mélange littéraire qui vous plonge dans le Belleville des trente glorieuses.

    "Je pense que pour vivre il faut s'y prendre très jeune, parce qu'après on perd toute sa valeur et personne ne vous fera de cadeaux."

    Septembre 2020.

    270p.
  • Le K

    Il Colombre

    Sortie : 1966. Recueil de nouvelles.

    Livre de Dino Buzzati

    Recueil de nouvelles sans égal au XXème siècle. Fin analyste des mœurs de nos sociétés occidentales, Dino Buzzati ne se refuse aucune fantaisie. À travers ces 52 nouvelles, il traite avec satire des marasmes de la vie quotidienne. Pour notre plus grand bonheur, la plupart de ces nouvelles font écho à des évènements vécus et ne manque pas de nous les faire relativiser.

    "Un religieux du nom de Célestin s'était fait ermite et était allé vivre au coeur de la métropole, là où la solitude des coeurs est la plus grande et la tentation de Dieu la plus forte. Car si la force des déserts de l'Orient faits de pierre, de sable et de soleil, où l'homme le plus obtu arrive à prendre conscience de sa propre petitesse devant la grandeur de la création et les abîmes de l'éternité, est merveilleuse, plus puissant encore est le désert des villes fait de multitudes, de vacarme, de roues, d'asphalte, de lumières électriques et de pendules qui marchent toutes ensemble et prononcent toutes au même instant la même condamnation."

    Août 2020.

    370p.
  • Éloges (1911)

    Sortie : juin 1911. Poésie.

    Livre de Saint-John Perse

    Artisan du langage, Saint-John Perse nous fait découvrir dans ce recueil ce que sa poésie a de plus solaire. Chaque page crée de rien une réalité épique, magnifiée de mots dont on ignore souvent l'existence mais qui ainsi orchestrés forment un ensemble évocateur. Si parfois l'onirisme de la poésie persienne m'a laissé de marbre, je dois avouer être sorti de l’œuvre marqué par le talent de note poète diplomate national.

    "Il neige sur les dieux de fonte et sur les aciéries cinglées de brèves liturgies ; sur le mâchefer et sur l’ordure et sur l’herbage des remblais : il neige sur la fièvre et sur l’outil des hommes — neige plus fine qu’au désert la graine de coriandre, neige plus fraîche qu’en avril le premier lait des jeunes bêtes... Il neige par là-bas vers l’Ouest, sur les silos et sur les ranchs et sur les vastes plaines sans histoire enjambées de pylônes ; sur les tracés de villes à naître et sur la cendre morte des camps levés ;

    Neige
    II"

    Août 2020.

    130p.
  • Charles de Foucauld

    Sortie : . Biographie.

    Livre de R. Bazin

    Voir critique.

    Août 2020.

    540p.
  • Fortune carrée (1932)

    Sortie : 1932. Roman.

    Livre de Joseph Kessel

    Hymne à la beauté du grand large, des étendues désertiques et de la jungle. Plus qu'un roman d'aventure, Fortune carrée est une fresque qui donne à voir les différentes facettes de l'aventure. Le passage dans la Corne de l'Afrique m'a rappelé Djibouti, son climat insoutenable et son lac de sel. Trois hommes, trois manières d'appréhender le monde et plus largement sa place dans ce dernier. Autant de personnages qui témoignent de la diversité des aspirations humaines.

    "- Vous êtes vraiment un curieux homme. Vous habitez le bout du monde, vous êtes entouré de guerriers nus quand ce n'est pas de pirates noirs. Vous avez bourlingué dans les îles les plus sauvages, battu les plus âpres déserts et chaque fois que je vous parle de chasser, vous faites le dégoûté. C'est un principe ? une morale ? une superstition ?
    - Rien de tout cela. Pas même un sentiment. Ça ne m'amuse pas, voilà tout. Je ne suis pas un homme de luxe, peut-être parce qu'il m'a toujours manqué, peut-être parce qu'il fausse l'existence, la truque et change les hommes en singes auprès desquels Dakhata sont des seigneurs. Les gens qui, comme vous, s'en tirent indemnes, sont rares. Et vous êtes si jeune. Or, la chasse telle que vous l'entendez, c'est du luxe. Je tue les bêtes, les gens aussi, pour me défendre ou pour manger. Les chasseurs noirs font de même. Et quand ils vont à l'affût du fauve, c'est pour vendre des peaux de lion ou de léopard. Pas pour avoir un beau tableau."

    Octobre 2020.

    320p.
  • 1
  • 2