Danny Boyle

Avatar monDmonium Liste de

13 films

par monDmonium
Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Bande-annonce

    Petits meurtres entre amis (1994)

    Shallow Grave

    1 h 35 min. (France). Comédie.

    Film de Danny Boyle avec Kerry Fox, Christopher Eccleston, Ewan McGregor

    Première véritable démonstration artistique qu'il ne cessera de développer, Shallow Grave se savoure comme un bonbon piquant quand on est en manque de sucre.
    Dynamique, rythmé, hyper agréable à visionner, impeccablement interprété, il n'aura manqué qu'une dernière demie heure un peu plus stimulante pour en faire un classique du genre, même si c'est déjà le cas :)
    On a l'impression que Boyle s'amuse comme un petit fou au point d'étaler ses délires un peu gratuitement pour prolonger la pellicule, mais c'est aussi pour ça qu'on l'aime notre petit drogué.
    C'est validé Danny, c'est validé.
  • Bande-annonce

    Trainspotting (1996)

    1 h 34 min. (France). Comédie dramatique.

    Film de Danny Boyle avec Ewan McGregor, Ewen Bremner, Jonny Lee Miller

    Me souviens plus la première fois que je l'ai vu.
    Je peux juste dire que c'est devenu culte pour moi très vite, et que je n'ai cessé de le mettre en fond en rangeant ma chambre tant j'appréciais sa dynamique et sa bande son, tellement que j'ai plus passé de temps à écouter le film qu'a le regarder.
    Puis un jour j'ai cessé, et quelques années se sont déroulés sans que j'y pense vraiment, jusqu'a une nouvelle vision attentive tout récemment dans l'optique d'analyser la filmographie du Boyle.

    Je trouve ce film monstrueux.

    Outre son rythme effréné qui ne laisse absolument aucune place à l'ennui, son sujet fascinant, sa mise en scène jouissive, absurde, mais terriblement jouissive, son écriture maline et la prestance de ses personnages, j'ai avant tout été surpris par l'interprétation captivante des acteurs avec un McGregor en tête de liste qui ne me semblera jamais autant briller.

    Il y a énormément de choses à dire sur la singularité de cette courte pellicule foutrement bien fournie, mais sa vision se suffit largement à elle même.

    Bien trop rare de trouver de nos jours une oeuvre qui résonne avec autant de fulgurances.
  • Une vie moins ordinaire (1997)

    A Life Less Ordinary

    1 h 43 min. (France). Comédie, policier, fantastique et romance.

    Film de Danny Boyle avec Ewan McGregor, Cameron Diaz, Holly Hunter

    Comédie romantique à la con, très mal écrite et jamais sublimé par un metteur en scène très peu inspiré.
    Incroyable choix de carrière que de se coltiner ce vilain projet juste après un film qui a fait le tour du monde, mais c'est dans l'ordre des choses selon moi qu'un grand réalisateur se retrouve parfois dans "l'enfer des camés".

    Oublions cela très vite même s'il est réellement difficile d'y re-penser.
  • Bande-annonce

    La Plage (2000)

    The Beach

    1 h 59 min. (France). Aventure, thriller et drame.

    Film de Danny Boyle avec Leonardo DiCaprio, Virginie Ledoyen, Guillaume Canet

    La première heure est bonne, c'est évident.

    Boyle est peut-être le seul mec au monde à pouvoir tourner un film pour adolescents regardable par tout le monde, et même dans ce cas précis, plaisant pour tout le monde.
    L'intrigue est cool, le charisme du DiCap se suffit à lui même et le Carlyle de tous les rôles vient en rajouter une jolie couche sur notre envie de voir la suite, tout ceci sous une petite frénésie maitrisée du Danny des premiers rails de speed.

    Mais voila, au bout d'un moment, l'amphétamine ça te ravage la tête, et l'English pète tellement les plombs que les dernières 45 minutes sont un calvaire à regarder.
    Alors je comprends que ça ne devait pas être évident de continuer à stimuler le spectateur une fois la fameuse plage atteinte, mais de la à lui souiller le cerveau à ce point, c'est un mystère que seul la drogue peut expliquer.

    Bref c'est pas grave, tu étais encore à t'es débuts, tu t'es calmé entre temps, c'est mieux pour tout le monde Danny.
  • Bande-annonce

    28 jours plus tard (2002)

    28 Days Later

    1 h 53 min. (France). Épouvante-Horreur, science-fiction, thriller et catastrophe.

    Film de Danny Boyle avec Cillian Murphy, Naomie Harris, Brendan Gleeson

    Pas plus tard que ce matin, j'explique à un collègue de travail qu'en ce moment je me re-visionne la filmo de Boyle, et que j'en suis à 28 jours pus tard. Ce à quoi il répond par : "Ah cool, bon film ça!", ce à quoi je conclus par : "grave!!".
    En effet, découvert lors de sa sortie, ce film m'avais autant emballé qu'une grande partie de la planète qui s'est vite empressé de le classer comme l'un des tous meilleurs du genre, rien que ça.
    Pour ma part j'en ai fait une de mes oeuvres cultes, avec une vision par an minimum, avant de ne plus y penser naturellement durant bien 6 ou 7 ans.

    Avec un enthousiasme certain je relance ainsi mon vieux dvd et... boum, catastrophe.

    Impossibilité totale de rentrer dans le film, je répète, impossibilité totale.

    Si il est vrai que je me suis écarté du genre zombiesque, voir horrifique, depuis plusieurs années, par lassitude peut-être, j'ai surtout été surpris par mon incompréhension à saisir les intentions de cette oeuvre sans queue, sans tête et sans âme.
    Si je peux mettre de côté des paramètres pardonnables comme le fait comme le film ne fait absolument pas peur et que l'utilisation du numérique me semble fort douteuse, il m'est plus difficile d'oublier certaines scènes aussi maladroites que très mal écrites, et cette dernières partie de films qui s'embourbe dans un gros n'importe quoi survival of the fucking mes couilles, même si Murphy est au niveau et que la musique contente bien les oreilles.

    Passage de relai raté? Film injustement sur-estimé?
    Au final qu'importe, je suis juste passé complètement à côté, et je n'ai presque aucun remord à ce sujet.

    A revoir dans 10 ans...
  • Millions (2005)

    1 h 38 min. (France). Comédie, policier et drame.

    Film de Danny Boyle avec Alex Etel, Lewis McGibbon, James Nesbitt

    Même si l'on s'en fou presque royalement de ce qu'il peut bien se passer dans cette histoire sans ambition destiné à un public difficilement définissable, le traitement très habile d'un Boyle toujours autant passionné son art, rendra la vision de ce petit objet sans prétention relativement agréable, inutile, mais agréable.
    Par ailleurs la musique est très jolie, même si elle semble étrangement se rapprocher de Edward Scissorhands... va savoir...
  • Bande-annonce

    Sunshine (2007)

    1 h 47 min. (France). Science-fiction et thriller.

    Film de Danny Boyle avec Cillian Murphy, Chris Evans, Rose Byrne

    Terriblement beau et captivant, bien interprété, bien écrit, joliment mis en scène et très intense à l'écoute, Sunshine s'insère sans prétention parmi les meilleurs films du genre et confirme une bonne fois pour toute le panache et l'impact cinématographique que Danny Boyle transmet.

    Petit regret néanmoins que le film s'essouffle un peu passé ces 80 excellentes premières minutes, mais l'intensité dramatique du final comblera plutôt bien la difficulté à faire exister ce vilain méchant qu'il n'était pas forcément utile d'intégrer à mon sens.
  • Bande-annonce

    Slumdog Millionaire (2008)

    2 h. (France). Drame, romance et thriller.

    Film de Danny Boyle et Loveleen Tandan avec Dev Patel, Freida Pinto, Irrfan Khan

    Slumdog Millionaire transpire le film de Danny Boyle de tous ces pores, et comme à chaque fois, c’est toujours très agréable à regarder.
    Cette approche semi adolescente dans sa manière de filmer, ses choix musicaux et son dynamisme, tout ceci agrémenté d’un scénario original bien captivant, et on se retrouve de nouveau avec un film qui fait l'unanimité.
    A vrai dire je trouve le film quasiment parfait dans sa manière d'avoir été conçu, je ne vois aucune raison de ne pas l’apprécier, mais à ma grande surprise ce n’est pas une œuvre qui me procure d’énormes sensations et que j’ai souvent envi de regarder… allez savoir…
  • Bande-annonce

    127 Heures (2010)

    127 Hours

    1 h 34 min. (France). Aventure, biopic et drame.

    Film de Danny Boyle avec James Franco, Kate Mara, Amber Tamblyn

    Pourquoi pas.
    Tape à l'oeil, efficace à défaut d'être un peu finaud, qui d'autres que Danny Boyle pouvait proposer de regarder durant 90 minutes un acteur immobile, sans ressentir d'ennuis?

    Alors oui, même s'il a un côté gentillet, il vaut le coup d'oeil car c'est pas tous les jours qu'on regarde un type se couper le bras, mais de la à justifier la nomination aux oscars...
  • Bande-annonce

    Trance (2013)

    1 h 41 min. (France). Policier, drame et thriller.

    Film de Danny Boyle avec James McAvoy, Vincent Cassel, Rosario Dawson

    Trance n'apporte rien à la filmo de Boyle.
    C'est toujours aussi sympa à regarder, autant visuellement que musicalement, mais l'on finit par vite comprendre le schéma narratif du film, qui donne l'impression d'avoir été déjà visionné.
    Pas grand chose de plus à dire, je zappe.
  • Bande-annonce

    Steve Jobs (2015)

    2 h 02 min. (France). Biopic et drame.

    Film de Danny Boyle avec Michael Fassbender, Kate Winslet, Seth Rogen

    Quand ça va pas du tout et qu'on a envie de végéter devant quelque chose pour se faire du bien, on lance généralement une oeuvre qu'on aime beaucoup et qui encombre pas trop le cerveau, bon, moi c'est ce Jobs qui m'apaise à tous les coups.

    Je me sens à chaque fois bluffé par la qualité de l'écriture, qui pourrait être considérée comme un peu épaisse et abusivement sur-réfléchie, mais dont je n'arrive toujours pas à trouver d'égal en rapport à ma réceptivité.

    Les interprétations, Fassbender, Winslet, Rogen, Daniels, trop impeccables pour s'attarder dessus, sans absolument aucun doute, reste le Boyle dont j'ai lu ça et là quelques trucs désagréables, mais je suis pas d'accords.
    Ça me fait vite fait penser à Cartel de Ridley Scott, gros scénario, énorme casting, on a l'impression qu'il n'y a plus grand chose à faire tellement les fondations sont solides, mais je suis encore pas d'accords, même si la patte de l'artiste en question est vraiment moins évidente pour moi.

    Je trouve que le traitement instillé par Boyle est excellent, précis, pointu et plus affuté que jamais, et parfaitement en adéquation avec ce qui a été écrit, j'aurai deviné aisément qu'il s'agissait d'un de ces films sans voir son nom au générique, cette argument est largement suffisant selon moi pour justifier la personnalité de quelque chose, et on ne peut pas retirer non plus son influence sur la composition musicale qui joue aussi beaucoup sur mon affection.

    Toujours un peu dépassé, évidemment je dirai, mais au bout d'un quart d'heure je me suis rendue compte que ça faisait déjà 90 minutes que je regardais, et surtout j'en suis encore ressortie avec la banane, et ça restera toujours le principal pour moi.

    Vraiment brillant de mon côté, encore.
  • Bande-annonce

    T2 Trainspotting (2017)

    1 h 57 min. (France). Comédie dramatique et policier.

    Film de Danny Boyle avec Ewan McGregor, Ewen Bremner, Jonny Lee Miller

    Même si cette suite n'a aucune raison d'être sans avoir vu et apprécié son vieux prédécesseur, j'avoue avoir été complètement bluffé par la qualité intrinsèque d'un produit qu'il était à mon sens impossible à renouveler.

    Concernant Boyle déjà, je pense que le traitement de Jobs l'a rendu plus affuté que jamais, et je le sent à la pointe de la maitrise de son art comme s'il avait trouvé le juste régulateur à sa propre fougue.

    T2 est également parfaitement écrit par quelqu'un qui a parfaitement compris qu'il fallait trouver d'autres facteurs catalytiques que la nostalgie du Trainspotting de 96, sans en oublier la saveur.
    Les personnages et les interprétations sont toujours aussi incroyables à mon sens, et les scènes stimulantes se renouvellent avec un brio que j'ai beaucoup de mal à décrire, mais que je ressent avec ferveur, c'est le principal.

    Pour couronner le tout les clins d'yeux qui parcourent le film sont aussi subtilement placé que ce que le monteur en fait, et cette impression de justesse artistique irréprochable ne me quitte toujours pas depuis que j'ai éteint mon téléviseur, et cela fait plusieurs jours maintenant.

    C'était infaisable et personne au monde n'aurait fait mieux.
    Du très très bon travail.
  • Bande-annonce

    Yesterday (2019)

    1 h 56 min. (France). Musique et comédie.

    Film de Danny Boyle avec Himesh Patel, Lily James, Kate McKinnon

    Je n'ai absolument aucun intérêt pour les Beatles, mais j'ai vu tous les films de Boyle, donc fallait bien que je passe par celui-là.

    Le film m'a glissé dessus et s'est terminé sans que je m'en rende compte, avec quelques sourires probablement, puisqu'un léger enthousiasme était présent, enthousiasme qui ne fait que diminuer dès que j'y réfléchi un peu.

    Mais pas de panique, on note vite et on part sur autre chose.