Guide des jeux Famicom/NES

Avatar Shin714 Liste de

172 jeux vidéo

par Shin714

Pour comprendre le succès de la Famicom, il faut remonter aux débuts des années 80, moment où le marché américain du jeux vidéo est en perte de vitesse. Si l'Atari 2600 domine le marché des consoles de salon, son constructeur est empêtré dans un bras de fer juridique avec Activision. En effet, à cette époque, les constructeurs étaient aussi l'éditeur exclusif des jeux proposés sur leur consoles. Atari tente d'interdire le développement de jeux d'éditeurs tiers sur son support mais le verdict final lui sera défavorable. Dès lors les éditeurs tiers s'engage dans la brèche et l'Atari 2600 fait vite figure de poule aux d'or pour eux. Pourtant la concurrence est féroce avec pas moins de six consoles sur le marché. Le prix devient le nerf de la guerre entre constructeurs qui doivent aussi composer avec la concurrence des fabricants de micro-ordinateurs. Commodore va porter un grand coup au marché des consoles en proposant son Commodore 64, un micro-ordinateur ultra-performant sous la barre des 600$. Cependant le marché attend beaucoup de la Colecovision, la nouvelle console très puissante de Coleco proposé à 200$. Et le constructeur va enfoncer le clou en obtenant les droits de Donkey Kong, le hit arcade de Nintendo, pour une adaptation censé démontant la supériorité de la machine sur ses rivales.

Atari sent venir le danger et prends des mesures dans l'urgence. L'architecture de l'ordinateur Atari 400 est recyclé pour servir de base à une nouvelle console : l'Atari 5200. Cependant la machine accumule les tares techniques, incapable de lire les jeux de l'A2600, elle se permet même le luxe d'être plus cher pour des performances aux rabais. Véritable fiasco, Atari se retrouve le bec dans l'eau et prévoit de se refaire une santé grâce à deux titres avec un excellent potentiel. Cependant entre une version de Pac-Man totalement indigne du jeu d'arcade et un catastrophique adaptation du film E.T, l'image du géant américain est au plus mal. D'autant plus qu'il doit aussi gérer l’apparition de jeux érotiques sur leur console et le mécontentement des familles américaines.

Mais la crise va véritablement éclater suite à la saturation des productions des éditeurs tiers. En 1983, un nombre incalculable de clones sortent sur un marché inondé par des productions de mauvaise qualités. Trop de jeux, peu de renouvellement dans les genres et des bacs de soldes qui se remplissent des dernières nouveautés, le secteur vit une véritable crise en voyant chuter le prix moyen des jeux de 35$ à 5$. Beaucoup d'éditeurs font faillite, les autres se redirigent vers le monde du micro-ordinateur où Commodore vient achever le marché des consoles en proposant son best-seller à 300$. Les constructeurs plient bagages après de lourdes pertes, d'autres comme Coleco se tourneront vers les micro-ordinateur sans succès.

Le Japon, nouvelle place centrale.

De l'autre côté du Pacifique, le jeu vidéo va connaitre un spectaculaire développement sous l'impulsion de Nintendo. En 1981, le président de la compagnie demande à ses équipes de plancher sur une nouvelle console plus puissante que les machines dédiées de la marque et surtout utilisant des jeux interchangeables. L'objectif est de proposer une machine abordable proposant les meilleurs jeux. L'équipe emmenée par Masayuki Uemura étudie les systèmes arcade de la marque et les composants pour retenir le meilleur rapport puissance/prix. Uemura écarte rapidement le processeur 16 bits pour bâtir la console sur un processeur 8 bits certes vieillissant mais très bon marché. La Famicom, contraction de Family Computeur, voit finalement le jour le 15 Juillet 1983 au Japon, au prix de 14800¥ (100€), accompagnés de trois conversions remarquables de ses jeux d'arcades. La console offre de très bonnes performances techniques qui la rapprochent d'un Commodore 64. La Famicom connait un très bon départ sur l'archipel japonnais avec des ventes exceptionnels pour l'adaptation de Mario Bros mais le rythme s'essoufle en début d'année 1984 faute à un manque de sorties. A l'époque seul Nintendo développe sur la console qui suscite l’intérêt de nombreux éditeurs tiers par ses chiffres de vente. Réticent à l'idée d'ouvrir les portes de son système alors que la marque ne gagne pas d'argent sur la console vendue quasiment à prix coûtant, Nintendo réfléchit alors à un système pour contrôler la qualité des titres afin de ne pas se retrouver dans la situation d'Atari sur le marché américain. Les équipes de la marque vont trouver une solution astucieuse mais drastique pour les éditeurs tiers. Premièrement Nintendo souhaite gagner de l'argent sur les jeux puisque sa console est déjà proposer quasiment à prix coûtant, ainsi sur chaque jeu le constructeur japonais récupère 20% du prix de vente. D'autre part les éditeurs doivent passer commande auprès de Nintendo pour la fabrication des cartouches, avec un minimum de cartouche à commander payable à la commande, de quoi décourager les productions opportunistes. Dernière mesure pour renforcer la qualité des titres produites, les éditeurs ne peuvent sortir que 3 jeux dans l'année avec quelques exceptions pour certains grands éditeurs. Malgré tout avec des ratios de ventes exceptionnelles pour Nintendo, les éditeurs tiers sont bien obliger d'accepter ces conditions pour avoir leur part du gâteau Famicom. Hudson Soft sort durant le mois de Juillet 1984 une adaptation de Lode Runner qui bat des records de vente. Puis Namcot se lance dans l'aventure avec l'adaptation de Xenovius, un hit arcade qui remporte un très grand succès. La révolution intervient le 15 Septembre 1985 avec la sortie de Super Mario Bros, le succès phénomène de société et Nintendo devient synonyme de Jeux Vidéo au Japon.

Fort du lancement japonais, Nintendo tente de nouer un partenariat avec Atari pour distribuer la console sur un marché américain sinistré par les récents déboires des constructeurs. Les deux compagnies n'arriveront jamais à s'entendre sur les modalités et Nintendo finira par assurer seul la distribution sur le territoire américain en 1985. Conscient des réticences des distributeurs échaudés par l'échec des consoles de salon, Nintendo réoriente sa stratégie aux Etats-Unis vers le high-tech. La console est renommé Nintendo Entertainement System (NES) avec un design plus inspiré des magnétoscopes. La société japonaise veut faire table rase du passé en impose divers accesoires à la sortie de la console mais surtout remplace le joystick par une croix sur ses manettes de jeu. Nintendo dispose d'autant plus d'un atout indéniable, un titre fédérateur et surtout exclusif à sa console. Incontournable et extrêmement populaire, Super Mario Bros est le titre à posséder absolument à Noël 1985. La NES est mise sur orbite et attire forcément le regard de certains éditeurs tiers qui voit là un nouvel eldorado du jeux vidéo.

La sortie européenne en 1987 confirme l'ampleur mondial même si Nintendo doit lutter avec un Sega qui apprend rapidement de ses erreurs. La console se repose cependant par une richesse de titres incroyables avec notamment Super Mario Bros 3, Legend of Zelda, Metroid, Castlevania ou encore Megan. Le Japon n'est pas en reste et la folie s'empare de l'archipel à la sortie du jeu de rôle Dragon Quest. Véritable pierre angulaire du jeu vidéo moderne, la Famicom a redéfini les codes aussi bien en terme de jeux que de distribution. Officiellement la production a été arrêté en 1994.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Bande-annonce

    Super Mario Bros. (1985)

    Sūpā Mario Burazāzu

    Sortie : . Plateforme.

    Jeu vidéo de Nintendo sur NES, Famicom Disk System, Super Nintendo, Game Boy Advance, Wii, Nintendo 3DS, Wii U, Nintendo Switch et PC

    LE titre emblématique de Famicom. Développé par Shigeru Miyamoto, Super Mario Bros va poser les bases du jeu de plates-formes moderne grâce à un univers coloré, une prise en main intuitive, une construction des niveaux ingénieuse et une réalisation splendide. Un sans faute qui se confirmera par un succès populaire incontestable faisant de la Famicom/NES la machine à posséder absolument.
  • Bande-annonce

    1943 (1987)

    1943: ミッドウェイ海戦 [1943 : Midway Kaisen]

    Sortie : 1987. Shoot'em up.

    Jeu vidéo de Tiertex Design Studios, Probe Software, CAPCOM sur PlayStation, NES, ZX Spectrum, Arcade, Commodore 64, Amstrad CPC, Amiga, Atari ST et Xbox 360

    Dans cette suite du shoot them up "1942", le joueur contrôle un bombardier américain affrontant la flotte japonaise durant la Seconde Guerre Mondiale. Cette adaptation prise en charge directement pas Capcom se veut plus abouti sur tous les points. Cette version n'égalera sans doute pas les graphismes de la borne d'origine mais en garde toutefois l'essence dont la pureté de son gameplay.
  • A Boy and His Blob : Trouble on Blobolonia (1989)

    Sortie : 1989. Plateforme.

    Jeu vidéo de Imagineering, Jaleco et Absolute Entertainment sur NES et Wii

    Créateur de talent chez Atari puis cofondateur d'Activision, David Crane débarque sur la console de Nintendo avec son nouveau studio, Absolute Entertainment. Dans ce jeu mélangeant action et réflexion, on dirige un jeune garçon accompagné d'un blob, une sorte d'extra-terrestre se transformant en différents objets en fonction de la pastille engloutie. Un concept original doublé par une réalisation technique à la hauteur grâce à la qualité de son animation, A Boy and his Blob a marqué son époque.
  • Bande-annonce

    Abadox (1989)

    Abadox: The Deadly Inner War

    Sortie : . Shoot'em up.

    Jeu vidéo de Natsume et Milton Bradley sur NES

    Abadox est un shoot them up à l'univers atypique. Comme d'habitude, le joueur doit sauver l'univers mais en s'introduisant cette fois-ci dans l'ennemi pour le détruire de l'intérieure. Sans révolutionner le genre, Abadox propose toutefois des bases solides rappelant les productions de Konami. Malgré un niveau de difficulté, le titre mérite tout de même le coup d'oeil.
  • Astérix (1993)

    Sortie : 1993. Plateforme.

    Jeu vidéo de Infogrames sur Super Nintendo

    On a du mal à le croire mais Obélix s'est fait capturé par les romains. Votre tâche consiste à aider Astérix parti à la recherche de son ami. Sorti uniquement en Europe, cette fidèle adaptation de l'univers de la bande dessinée propose un jeu de plates-formes assez classique sur la forme mais efficace.
  • Adventure Island (1986)

    Sortie : 1986. Plateforme, action et aventure.

    Jeu vidéo de Hudson Soft et Nintendo sur MSX, NES, PlayStation 2, Game Boy Advance, GameCube et Wii U

    Adventure Island est un portage de la borne d'arcade Wonder Boy édité par Sega. Cependant Hudson Soft ne disposant pas des droits du titre décida de remplacer le héros par Takahashi Meijin (renommé Master Higgins en Occident), un employé de la firme devenu célèbre au Japon pour ses talents de joueur. Très populaire lors de sa sortie, ce jeu de plates-formes coloré se relève très efficace malgré une difficulté plus corsée que l'original.
  • The Adventure Island Part II (1991)

    Takahashi Meijin no Bōken Jima Tsū

    Sortie : . Plateforme et action.

    Jeu vidéo de Hudson Soft sur Wii, NES et Nintendo 3DS

    Suite du populaire jeu de plates-formes de Hudson Soft, le joueur doit désormais aider Master Higgins à sauver Tina, la sœur de la Princesse Leilani. Développé par le studio japonais Now Production, Adventure Island II innove en permettant de chevaucher des dinosaures pour nous aider dans notre aventure. Un second épisode de qualité améliorant la partie graphique tout en conservant la solidité de son gameplay.
  • Adventure Island III (1992)

    Takahashi Meijin no Bōken Jima Surī

    Sortie : . Plateforme.

    Jeu vidéo de Hudson Soft sur NES

    Dans ce troisième épisode, Master Higgins devra une nouvelle fois bondir sur sa planche à roulette pour venir au secours de Tina, sa fiancée kidnappée par des aliens. Dans la continuité des épisodes, la qualité des graphismes s’améliorent encore un peu tandis que le gameplay s’enrichit avec la présence de dinosaures supplémentaires à chevaucher. Un jeu de plates-formes solide à tous les niveaux.
  • Adventures of Lolo (1989)

    Sortie : . Réflexion et action.

    Jeu vidéo de HAL Laboratory et HAL America sur Nintendo Switch, NES, Nintendo 3DS, Wii U et Wii

  • Adventures of Lolo 2 (1990)

    Adventures of Lolo

    Sortie : . Réflexion et action.

    Jeu vidéo de HAL Laboratory et Nintendo sur NES, Wii, Wii U et Nintendo 3DS

  • Adventures of Lolo 3 (1990)

    Adventures of Lolo 2

    Sortie : . Réflexion et action.

    Jeu vidéo de HAL Laboratory sur NES

  • The Adventures of Rad Gravity (1990)

    Sortie : 1991. Action.

    Jeu vidéo de Interplay Entertainment et Activision sur NES

  • Bande-annonce

    Battletoads (1991)

    Sortie : . Action, plateforme et beat'em up.

    Jeu vidéo de Rareware, Tradewest Games et Mindscape sur NES, Game Gear, Amiga, Amiga CD32 et Xbox One

  • Battletoads & Double Dragon (1993)

    Sortie : juin 1993. Beat'em up.

    Jeu vidéo de Rareware et Tradewest Games sur Mega Drive, Super Nintendo et NES

  • Batman : The Video Game (1989)

    Sortie : . Action et plateforme.

    Jeu vidéo de SunSoft sur NES

  • Batman : Return of the Joker (1991)

    Dynamite Batman

    Sortie : . Plateforme et beat'em up.

    Jeu vidéo de SunSoft et Sun Corporation of America sur NES

  • Bionic Commando (1988)

    Top Secret: Hitler no Fukkatsu

    Sortie : . Action.

    Jeu vidéo de CAPCOM, Software Creations et Go sur NES

  • Bande-annonce

    Blaster Master (1988)

    Chō Wakusei Senki Metafight

    Sortie : 1991. Plateforme et action.

    Jeu vidéo de SunSoft sur NES, Nintendo 3DS, Wii et Wii U

  • Blades of Steel (1990)

    Konamikku Aisu Hokkē

    Sortie : 1990. Hockey et sport.

    Jeu vidéo de KONAMI, Ultra Software Corporation et Palcom sur PC, Game Boy Color, Game Boy, NES, Arcade, Commodore 64, Amiga et Wii

  • Bubble Bobble (1986)

    Baburu Boburu

    Sortie : 1986. Arcade et plateforme.

    Jeu vidéo de Taito Corporation et Fukio Mitsuji sur Commodore 64, ZX Spectrum, Amiga, Atari ST, Amstrad CPC, Master System, Game Boy, PSone, Saturn, NES, Famicom Disk System, GameGear, PC, PlayStation 2, Xbox, Arcade, Nintendo DS, Wii, Wii U et Nintendo 3DS

  • Bucky O'Hare (1992)

    Sortie : 1993. Action et beat'em all.

    Jeu vidéo de KONAMI et Palcom sur NES et Arcade

  • The Bugs Bunny Blowout (1990)

    The Bugs Bunny Birthday Blowout

    Plateforme.

    Jeu vidéo de Kemco sur NES

  • Bande-annonce

    Cabal (1988)

    Sortie : 1988. Arcade, jeu de tir et action.

    Jeu vidéo de Rareware, Red Company, Tad Corporation sur PC, NES, ZX Spectrum, Arcade, Commodore 64, Amstrad CPC, Amiga et Atari ST

  • Castlevania (1986)

    Akumajô Dracula

    Sortie : . Plateforme et action.

    Jeu vidéo de KCET, Konami Computer Entertainment Tokyo, KONAMI sur NES, Famicom Disk System, Arcade, Amiga, Commodore 64, PC, Game Boy Advance, Sharp X68000, PlayStation, Wii et Wii U

  • Castlevania II : Simon's Quest (1987)

    Dracula II: Noroi no Fūin

    Sortie : . Aventure et action.

    Jeu vidéo de KONAMI sur Famicom Disk System, NES et Wii

  • Castlevania III : Dracula's Curse (1989)

    Akumajō Densetsu

    Sortie : . Plates-formes et action.

    Jeu vidéo de KONAMI et Palcom sur NES, Wii U, Nintendo 3DS et Wii

  • Tic et Tac, les rangers du risque (1990)

    Chip'n Dale : Rescue Rangers

    Sortie : . Plateforme.

    Jeu vidéo de CAPCOM sur NES

  • Tic et Tac, les rangers du risque 2 (1993)

    Disney's Chip'n'Dale Rescue Rangers 2

    Sortie : 1994. Plateforme.

    Jeu vidéo de Capcom sur NES

  • Clash at Demonhead (1989)

    Action.

    Jeu vidéo de Vic Tokai sur NES

  • Bande-annonce

    Cobra Triangle (1989)

    Sortie : 1989. Action et course.

    Jeu vidéo de Rareware, Xbox Game Studios et Nintendo sur Xbox One et NES