Hein ? Quoi ? Comment ? Désolé ça rend sourd (Liste participative)

Avatar takeshi29 Liste de

124 films

par takeshi29

L'onanisme et le cinéma, c'est une grande histoire d'amour.

Mais parce que je trouve ça trop triste de le faire tout seul, j'ai décidé qu'on allait faire joujou ensemble, les copains et les coquins.

Alors je lance la liste avec un grand classique et pour le reste, je vous attends. A chaque fois que vous me proposez un film, j'en ajoute un autre de mon côté.

Et surtout, faites-vous plaisir !!!!

Peut-être trouverez-vous des pistes parmi les listes coquines suivantes...

http://www.senscritique.com/liste/Chouette_on_est_le_premier_samedi_du_mois_M_ou_j_ai_mis_ma_p/299917

http://www.senscritique.com/liste/Comme_l_a_dit_le_grand_Julien_Lepers_Oh_oui_oui_oui_Liste_or/299834

http://www.senscritique.com/liste/Coucou_les_vicieux_c_est_par_ici/84363

http://www.senscritique.com/top/Les_plus_fortes_tensions_sexuelles_dans_les_films/234850

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Bande-annonce

    Heartstone - un été islandais (2017)

    Hjartasteinn

    2 h 09 min. Sortie : .

    Film de Guðmundur Arnar Guðmundsson avec Baldur Einarsson, Blær Hinriksson, Diljá Valsdóttir

    Visiblement ce premier long de Guðmundur Arnar Guðmundsson est de plus en plus attendu, tant le réalisateur islandais s'est taillé une réputation à travers ses courts qui ont remporté de nombreux prix à travers le monde.

    Je vous le dis tout de suite, vous allez en prendre plein les yeux, esthétiquement ça envoie du steak, rien à redire non plus sur l'aspect moral, qui pourrait être contre un film qui dénonce la difficulté, toujours bien présente, à vivre son homosexualité dans un milieu hostile ?

    Alors pourquoi cette note tiède ? Parce que "Heartstone" est TROP. Trop beau, trop long, trop manichéen, trop dans le pathos. Des particularités qui lui confèrent presque imparablement le statut de "film à moyenne élevée".

    Et puis il y a un énorme problème, qui se pose avec les films qui ne trouvent pas leur vraie personnalité tant ils font penser à d'autres. Ici très vite, impossible de ne pas songer à Roy Andersson et son "Swedish Love Story" et à Malick, Malick et Malick. A ce niveau le Guðmundur ne fait pas l'innocent, comme trop souvent les réalisateurs, quand je lui ai posé la question, il ne s'en est pas caché, il a pensé son film comme un mix entre le film culte du génie suédois, "The Tree of Life" et "Stand by Me". Assumé donc mais fatalement très gênant...

    Sortie nationale : 27/12/2017
  • Bande-annonce

    Call Me by Your Name (2018)

    2 h 11 min. Sortie : . Drame et romance.

    Film de Luca Guadagnino avec Armie Hammer, Timothée Chalamet, Michael Stuhlbarg

    Merci à luanana
  • Bande-annonce

    Effie Gray (2014)

    1 h 48 min. Sortie : . Biopic, drame et romance.

    Film de Richard Laxton avec Dakota Fanning, Emma Thompson, Claudia Cardinale

    Merci à MrsChanita
  • Bande-annonce

    La Forme de l'eau (2018)

    The Shape of Water

    2 h 03 min. Sortie : . Drame, fantastique et romance.

    Film de Guillermo del Toro avec Sally Hawkins, Michael Shannon, Richard Jenkins

    Guillermo del Toro veut tellement dire, tellement montrer, cocher toutes les cases des genres, toucher toutes les cibles qu'il finit par faire un film "too much" qui reste trop souvent à la surface des choses, duquel je suis certes sorti avec, comme toujours avec lui, quelques très belles scènes dans la tête, le souvenir d'une créature d'une beauté renversante, mais aussi un sentiment d'indigestion, les yeux qui piquaient un peu (Les "teintes Jeunet" je n'y arrive décidément pas), les oreilles qui commençaient à saigner (Si Alexandre Desplat voulait bien prendre quelques vacances...).

    J'ai fait un rêve, que "La Forme de l'eau" soit en noir et blanc (c'était d'ailleurs le projet initial), que le conte accepte de perdre un peu de son universalité et de son manichéisme au profit d'une plus grande profondeur. Je sais, je suis un utopiste, mais j'ai rêvé que Guillermo devenait modeste et travaillait l'épure...