Image-temps et Image-mouvement

Avatar OVBC Liste de

30 films

par OVBC

Un titre bien compliqué pour quelque chose de très simple où il s'agit d'étudier le temps par rapport à la narration. Mais, au moins, un titre compliqué permettra d'emblée de trier toute une couche de population qui n'est là que par pur dilettantisme.

Il s'agira surtout d'observer comment sont faites les ellipses, si elles sont tacites (les cheveux du protagoniste ont poussé d'une scène sur l'autre, ou il a quelques rides en plus, ou changement de décor, de météo, d'horaire) ou explicites (de style "Dix ans plus tard"), si elles sont le produit d'une histoire synthétique ou d'un symbolisme. M'intéresser à ce manque à un film, c'est m'intéresser à ce qui falsifie la vie. C'est une manière de s'intéresser aux contenus des plans par le vide, l'invisible.
Ces vides sont des interstices qui ont de nombreuses choses à signifier. Je dirais même qu'ils sont uniques... Et encore davantage selon quelques oeuvres.

Tout d'abord, je lance un appel car je ne suis pas très calé en la matière mais cela m'intéresse alors si l'un des nombreux étudiants en cinéma ou en lettres modernes voulait bien m'écrire à propos des différentes possibilités de combiner la narration dans son image-mouvement, dans sa chronographie, il est le bienvenue.
Il se peut que j'ai perdu le mot qui caractérise certains phénomènes d'écriture, aussi il faudra me le dire.

Toutes les oeuvres du monde ont recours au temps pour agencer le récit, c'est pourquoi je ne chercherai que ce qui est significatif, insolite parfois.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Bande-annonce

    2001 : L'Odyssée de l'espace (1968)

    2001: A Space Odyssey

    2 h 40 min. Sortie : . Aventure et science-fiction.

    Film de Stanley Kubrick avec Keir Dullea, Gary Lockwood, William Sylvester

    Je ne pense pas qu'on puisse observer distorsion temporelle et narrative plus grande (hésitation avec Tree of life).
  • Bande-annonce

    L'Arche russe (2002)

    Russkiy kovcheg

    1 h 39 min. Sortie : . Fantastique et historique.

    Film de Alexandre Sokourov avec Sergey Dreyden, Mariya Kuznetsova, Leonid Mozgovoy

    400 ans d'Histoire russe en un plan-temps réel. Une anamorphose comme symbole de l'inconscient collectif russe ?

    En tous cas, je suppose que l'on ne connaîtra pas telle distorsion entre le temps raconté et le temps visible, amplifié par un procédé de plan-séquence unique.
  • Bande-annonce

    Mission (1986)

    The Mission

    2 h 05 min. Sortie : . Drame, aventure et historique.

    Film de Roland Joffé avec Robert De Niro, Jeremy Irons, Ray McAnally

    Ce film relate en 2h00 les quelque 150 ans d'histoire des réductions guaraníes, sortes de républiques autonomes créées par les jésuites et approuvées par le pouvoir colonial espagnol, aux confins du Paraguay, de l’Argentine et du Brésil. Il fait également allusion à la Guerre des Guaranis de 1754-1756 (source : wikipédia).
  • Baaria (2009)

    Baaria - La Porta del Vento

    2 h 30 min. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de Giuseppe Tornatore avec Francesco Scianna, Margareth Madé, Raoul Bova

    Le film retrace 50 ans d'Histoire italienne.

    Tornatore est un réalisateur qui est très concerné par le temps vu alors comme un fleuve. L'important pour beaucoup de ses oeuvres n'est pas tellement de raconter des histoires mais de raconter les légendes comme le temps qui passe et qui transforme la perspective des événements historiques, réels comme fictifs.
  • Bande-annonce

    Le Cousin Jules (1972)

    1 h 31 min. Sortie : 1972.

    Documentaire de Dominique Benicheti avec Jules Guitteaux et Félicie Guitteaux

    Une proposition commentée par Themroc :

    "Je pense au Cousin Jules, documentaire de Dominique Benicheti retraçant le quotidien d'un vieux forgeron et de son épouse au fin fond de la campagne bourguignonne. Le tournage s'étale sur 5 ans (1968-1973), consistant en des séquences quasi muettes relatant les gestes routiniers qui rythment la vie du vieux couple. En gros, la disparition d'un mode de vie à mille lieues de notre civilisation de la vitesse. Jules forge et boit le café préparé par Félicie, qui a tiré l'eau du puits, moulu le grain, etc. Et puis au milieu du film, on a un plan fugace sur un fossoyeur qui rebouche un trou. On retrouve le vieux Jules, seul cette fois ci. Il a désormais quitté sa forge et s’attelle à des tâches autrefois dévolues à sa femme (préparation de la soupe, couture, etc.). La mort de celle-ci n'est jamais évoquée."
  • Bande-annonce

    L'Apollonide, souvenirs de la maison close (2011)

    2 h 02 min. Sortie : . Drame.

    Film de Bertrand Bonello avec Noémie Lvovsky, Hafsia Herzi, Céline Sallette

    Proposé par Obben.

    L'Apollonide peut être ajouté aussi. Non seulement pour sa déconstruction temporelle dont certains passages ne cessent de se renvoyer les uns aux autres, avec un effet que les relations sont confinées et que le temps n'existe plus, comme une espèce de microcosme socioculturel différencié du reste de l'activité des êtres humains.
    L'Apollonide vaut aussi pour son ellipse finale (près de cent ans), qui influence l'image et le son.

    Une influence qui met avec de la distance tout ce qui vient d'être vu afin de sortir du film avec une réflexion. Ce grand bond en avant, dissocié du reste du film donne un sens nouveau, ou du moins supplémentaire, sans être davantage explicité, à ce qui venait d'être vu.
  • Bande-annonce

    Le Monde selon Garp (1982)

    The World According to Garp

    2 h 16 min. Sortie : . Comédie et drame.

    Film de George Roy Hill avec Robin Williams, Mary Beth Hurt, Glenn Close

    A priori le film se déroule sur 40-50 ans.

    Comme dans Abattoir 5 - dont on reconnaît immédiatement la patte de l'auteur dix ans plus tard - Le Monde selon Garp consiste à vivre une vie comme une aventure dont nous verrions tout en un peu plus de 2 heures.
    La première heure du film, il ne faut pas s'endormir devant ! Elle consiste à passer une à trois minutes sur une scène de la vie de Garp puis de sauter un à trois ans plus tard (quoique les bonds sont plus ou moins déterminés).
    Les premiers plans enchaînés nous montrent comment l'auteur conçoit la vie de Garp. Il la conçoit comme une couture habile où l'aiguille s'élance loin pour planter son fil et où l'aiguille ressort par un autre trou, le tout sur la même ligne. Ainsi quand la mère annonce à Garp que la vie est une aventure, Garp se met à nager au large. Au plan suivant, un étudiant d'une bonne vingtaine d'années, pas tout à fait mature, court. Le lien est fait et c'est l'activité physique, insérée par un travelling vertical de bas en haut. A partir de là, le fil insère un nouveau décor, des personnages nouveaux mais aussi des personnages connus.

    Plus le film avance, moins les ellipses sont explicites car le spectateur est entraîné par une somme de connaissances qu'il n'est pas nécessaire de représenter à chaque fois, même s'ils ont évolué.

    Quand Garp propose à sa mère d'aller à New-York. Le plan suivant enchaîne sur un plan général de New-York. On reviendra dans la filée à l'université qu'il a quitté pour retrouver celle qu'il veut épouser pour l'emmener dans un quartier résidentiel, alors que sa mère triomphe en tant qu'écrivaine sexuelle et féministe. Et c'est ainsi fait sur une heure où les liens sont assez ténus au départ, légers puis se densifient à la connaissance du monde de Garp. Le Monde de Garp, c'est un fil qui prend beaucoup d'ampleur au début pour ensuite écourter les distances et les délais ensuite. S'attardant sur le développement de l'adulte alors qu'il se passe plus d'événement sur les 20 premières années de Garp.

    A noter l'ellipse en fondu sur le visage de Walter, l'un des deux fils du couple, qui devient alors une forme de bienséance. La mise en scène préconise de temporiser la douleur, de vivre à contre-temps la perte d'un fils pendant que maman castrait un bel et jeune éphèbe pendant une fellation adultérine.

    Roy Hill, c'est du lourd.
  • Bande-annonce

    Noi credevamo (2010)

    3 h 24 min. Sortie : . Historique.

    Film de Mario Martone avec Luigi Lo Cascio, Valerio Binasco et Toni Servillo

    Le film se déroule entre 1828 et 1862 = 34 ans d'une certaine vie politique italienne.
  • Bande-annonce

    Un Français (2015)

    1 h 36 min. Sortie : . Drame.

    Film de Diastème avec Alban Lenoir, Samuel Jouy, Paul Hamy

    20 ans d'intervalle, des ellipses qui désorientent volontairement. Excellent choix pour la narration, mais moins pour le fond.
  • Bande-annonce

    Le Secret de Brokeback Mountain (2005)

    Brokeback Mountain

    2 h 14 min. Sortie : . Drame et romance.

    Film de Ang Lee avec Heath Ledger, Jake Gyllenhaal, Michelle Williams

    25 ans ?
  • Bande-annonce

    Boyhood (2014)

    2 h 46 min. Sortie : . Drame.

    Film de Richard Linklater avec Ellar Coltrane, Patricia Arquette, Lorelei Linklater

    Etalé sur 12 ans, avec toutefois la spécificité d'être joué par les mêmes acteurs, jouant ainsi leur propre vieillesse.

    Extrait de ma critique :

    "Le film prend du sens tout à coup au bout de deux heures et demie. Et cela se fait en trois temps :

    1° le gamin demande à son père : "cékoi le sens de la vie". Le père dit "y'en a pas gro cé sse ke tu recen ki komte".

    2° la mère vient de péter un câble parce que son gamin va habiter dans une autre ville et elle angoisse parce que tout ce qui s'est passé dans son passé lui arrive d'un bloc, tout près à disparaître. Elle prend conscience que le seul événement qui lui arrivera après, c'est son enterrement, son déclin du moins.

    3° le gamin dit à la toute fin : "on est en permanence dans l'instant présent"

    Je crois que ce genre de trucs, tu peux pas le démontrer dans un autre film sans passer pour médiocre. Et je pense qu'au final on a une bonne définition de l'être dans le temps et dans son mouvement, c'est-à-dire une évolution de ressentis dans la permanence du présent, où le devenir est exclu et où la mémoire semble n'être qu'un vaste oubli, incapable de se reproduire. Il se découvre alors, par delà, le parcours individuel, quelque chose d'en permanence plus grand que soi, plus vieux que soi, de plus impalpable aussi, quelque chose qui contrarie le plan qu'on se fait, qui rend plus obscur le truchement des déterminismes sociaux dans nos existences semblables et relativement uniformes."
  • Bande-annonce

    La Prisonnière du désert (1956)

    The Searchers

    1 h 59 min. Sortie : . Western, aventure et drame.

    Film de John Ford avec John Wayne, Jeffrey Hunter, Vera Miles

    John Wayne tente de retrouver une fille kidnappée par des indiens.

    Le film retrace les 10 années qu'il faudra pour retrouver la petite fille devenue adulte. D'une scène à une autre, plusieurs années peuvent s'être déroulées et seules des lettres, envoyées régulièrement à la famille, permettent de se situer plus ou moins dans le temps.
  • Bande-annonce

    99 Francs (2007)

    1 h 40 min. Sortie : . Comédie et drame.

    Film de Jan Kounen avec Jean Dujardin, Jocelyn Quivrin, Patrick Mille

    Le développement du film se déroule en fait le temps d'une chute.

    Temps estimé réel : moins de dix secondes ;
    Temps narratif estimé : quelques semaines, six peut-être (le temps d'une stratégie de communication pour une campagne de publicité pour un yaourt "gros client")
  • Bande-annonce

    Pulp Fiction (1994)

    2 h 34 min. Sortie : . Gangster et comédie.

    Film de Quentin Tarantino avec John Travolta, Samuel L. Jackson, Ving Rhames

    Dans ma critique, j'ai fait la part belle, sans l'expliquer, au schéma diégétique de Pulp Fiction. Il y a de fortes chances qu'il se déroule sur deux jours puis une, deux, trois semaines.
  • Bande-annonce

    Antichrist (2009)

    1 h 48 min. Sortie : . Drame et Épouvante-horreur.

    Film de Lars von Trier avec Willem Dafoe, Charlotte Gainsbourg et Storm Acheche Sahlstrøm

    Il est impossible de savoir le temps que le couple reste enfermé. Plusieurs jours, c'est certain. Une semaine ? Deux ? Un mois ?

    Ou mieux, sont-ils vraiment dans la cabane ? (Les voit-on manger ou autre qui peuvent les relier à une quotidienneté, et donc à une temporalité ? Très tarkovskien pour le coup)
  • Bande-annonce

    Matrix (1999)

    The Matrix

    2 h 16 min. Sortie : . Action, science-fiction et arts martiaux.

    Film de Lilly Wachowski et Lana Wachowski avec Keanu Reeves, Laurence Fishburne, Carrie-Anne Moss

    Les allées et venues "dans la caverne", entre différentes réalités superposées, rendent impossible la quantification temporelle. Il y a de fortes chances que, dans la Matrice, le temps ne soit pas le même que le temps sans elle. Mais si l'on prend chaque film, le temps narratif est relativement court. J'estime qu'en moins d'une semaine (tps matricielle^^) l'affaire des trois films est bouclée.
  • Bande-annonce

    Night and Day (2010)

    Knight and Day

    1 h 49 min. Sortie : . Action, comédie et romance.

    Film de James Mangold avec Tom Cruise, Cameron Diaz, Peter Sarsgaard

    Proposé par Fatpooper :

    Dans Knight and Day, les grosses scènes d'action sont ellipsées, on n'en voit que de très petits bouts, lorsque l'héroïne revient à elle pour quelques secondes avant de s'évanouir à nouveau.

    Ce procédé de va et vient a pour objectif de lier des séquences qui n'ont rien à voir les unes avec les autres, de nous surprendre, de nous identifier à l'héroïne qui ne contrôle rien des éléments et surtout d'avoir un effet comique.
  • Bande-annonce

    Paranormal Activity (2007)

    1 h 26 min. Sortie : . Épouvante-Horreur et thriller.

    Film de Oren Peli avec Katie Featherston, Micah Sloat, Mark Fredrichs

  • Bande-annonce

    Je t'aime, je t'aime (1968)

    1 h 34 min. Sortie : . Science-fiction et comédie dramatique.

    Film de Alain Resnais avec Claude Rich, Olga Georges-Picot, Anouk Ferjac

    Ces aller-retours par flasbacks autodiégétiques font qu'il est impossible de déterminer le temps que l'homme reste dans la machine. Plusieurs minutes ? Plusieurs heures ? Plusieurs jours ?
  • Bande-annonce

    Abattoir 5 (1972)

    Slaughterhouse-Five

    1 h 44 min. Sortie : . Comédie, drame, science-fiction et guerre.

    Film de George Roy Hill avec Michael Sacks, Ron Leibman, Eugene Roche

  • Dieu est grand, je suis toute petite (2001)

    1 h 40 min. Sortie : . Romance et comédie dramatique.

    Film de Pascale Bailly avec Mathieu Demy, Catherine Jacob, Philippe Laudenbach

    De manière récurrente et très légère, pour ne pas dire esthétisante, "Dieu est grand..." prend des photographies de la vie (ellipses supposant un délai d'une seconde au plus), ce qui donne des touches de dynamisme et de malice dans cette comédie de réflexion. L'alternance formelle de séquences et d'éléments plus photographiques et saccadés permet tout juste d'égayer le rendu d'un film voulu chronologique mais sans temps défini.
  • Bande-annonce

    Victoria (2015)

    2 h 08 min. Sortie : . Thriller et drame.

    Film de Sebastian Schipper avec Laia Costa, Frederick Lau, Franz Rogowski

    Cette expérience immersive hors pair (un seul plan séquence en temps réel pour une nuit blanche à Berlin) est bluffante.
  • Snake Eyes (1998)

    1 h 38 min. Sortie : . Policier, thriller et drame.

    Film de Brian De Palma avec Nicolas Cage, Gary Sinise, Carla Gugino

    En temps réel.

    Non seulement (la plupart du temps) le temps est celui de l'image en mouvement mais le temps de l'intrigue est constamment celle de la durée du film. Une seconde égale une seconde, peu importe l'endroit où vous vous trouvez dans le film.

    Pour autant, De Palma a recourt à quelques astuces pour faire passer l'idée d'un film trop centrer sur une personne. Il filme les autres personnages, tout en pensant que d'autres évoluent pendant ce temps. Quelques flashbacks apparaissent pendant qu'une voix sans cesse nous raccroche à la réalité des événements. Donc si l'image-temps n'est pas totalement égale à l'image-mouvement (due à la présence d'astuces dynamisantes), il reste que Snake Eyes est une prouesse narrative et attractive du fait de sa narration en prise avec une course contre la montre.
  • Bande-annonce

    Match retour (2014)

    Al doilea joc

    1 h 37 min. Sortie : . Sport, société et historique.

    Documentaire de Corneliu Porumboiu avec Adrian Porumboiu et Corneliu Porumboiu

    Le temps d'un match de foot.
  • Bande-annonce

    Cloverfield (2008)

    1 h 30 min. Sortie : . Action, science-fiction, thriller, catastrophe et Épouvante-horreur.

    Film de Matt Reeves avec Lizzy Caplan, Jessica Lucas, T. J. Miller

  • Bande-annonce

    La Corde (1948)

    Rope

    1 h 20 min. Sortie : . Policier, drame et thriller.

    Film de Alfred Hitchcock avec James Stewart, John Dall, Farley Granger

    Proposé par Obben.

    La Corde d'Hitchcock est très intéressant de ce point de vue. Alors qu'il est réalisé en plan séquence, donc, par définition en temps réel, toute la soirée est comprimée en une heure et demie (les invitées prennent l'apéro, discutent, mangent et s'en vont en l'espace d'une heure). De même, le passage entre le jour, le crépuscule et la nuit est grandement "accéléré" artificiellement.
  • Bande-annonce

    Unfriended (2014)

    1 h 22 min. Sortie : . Épouvante-Horreur et thriller.

    Film de Levan Gabriadze avec Shelley Hennig, Renee Olstead, Jacob Wysocki

    C'est comme passer 1h20, fixe, sur votre ordinateur. Reprendre les codes de l'horreur traditionnel et les appliquer en créant une tension terrible du fait qu'il n'y ait aucun arrêt d'écran pour souffler (il y a quelques entourloupes à la règle en zoomant sur les fenêtres du bureau, mais c'est à peu près tout)
  • Bande-annonce

    Suzanne (2013)

    1 h 34 min. Sortie : . Drame.

    Film de Katell Quillévéré avec Sara Forestier, François Damiens, Adèle Haenel

    Proposition et commentaire de shamanlemiaou :
    "Suzanne", fait partie des films où nous n'avons aucun indice sur le temps du récit. Les ellipses, souvent brutales, peuvent couvrir une nuit ou plusieurs mois. S'il s'est écoulé du temps, seul l'évolution des personnages ou de leurs environnement nous en informe. Les frères Dardenne ont l'habitude de ce procédé (je pense notamment au "Silence de Lorna").
  • Bande-annonce

    Dimension (2010)

    27 min. Sortie : .

    Court-métrage de Lars von Trier avec Udo Kier

    Projet avorté. A l'origine une ellipse sur 20 ans... et à l'arrivée... je sais pas, je l'ai pas encore vu ^^
  • Bande-annonce

    A Ghost Story (2017)

    1 h 32 min. Sortie : . Drame, fantastique et romance.

    Film de David Lowery avec Casey Affleck, Rooney Mara, McColm Cephas Jr.

    Je suis incapable de délimiter la diégétique du film : en millions d'année ou bien rien, on ne sait pas. Ou plutôt les deux... Impossible de savoir au travers des nombreuses ellipses et difficulté à... distinguer un fantôme d'un autre.