La condition artistique

Avatar OVBC Liste de

74 films

par OVBC

Voici quelques films qui évoquent de manière significative la condition d'artiste - ou plutôt la manière dont le cinéma s'en intéresse.

Il s'agit alors d'appréhender la vie matérielle, la manière de vivre, de penser l'art, de penser la vie pour la reproduire ou la recréer au travers soi. Ce qui est intéressant au cinéma, c'est de voir travailler l'artiste, vu par un autre artiste et qui parle parlent d'eux-mêmes, de leurs observations, mettant par là même une proposition, un aperçu de ce que peut être cette vie particulière... Cette vie de l'à-côté. J'aime à penser que l'art est à côté, il est une pièce à part où la vie et l'existence trouvent un autre sens et une autre expression. Il est à côté pour le bon vivant, l’ecclésiaste et le politique. Il est à côté, juste à côté.
Le cinéma permet alors de rendre visible et en mouvement ce qui reste normalement en coulisse, invisible... à côté : le livre que nous lisons, qu'a-t-il coûté à son auteur ? Quelle est son intention ? Quelle place ce livre tient-il dans l'existence de son auteur ? Ecrire est-il un acte unique d'écriture ? Et si un livre a été écrit, combien de lignes, de paragraphes, de livres ont-ils été jetés pour cet auteur ?

Autant de question qui ne trouveront aucune réponse à moins de partir à la rencontre de l'inconnu. Et s'il fallait justement que cela reste en coulisse, inaccessible au spectateur ?

Ecrivain, sculpteur, comédien, réalisateur, metteur en scène, peintre... Je me suis refusé à classer ces films par "fiche métier" car je trouvais cela injuste, inapproprié. Par contre, il y a des axes qui sont montrés et qui intéresse le monde du cinéma :

La construction, la recherche, le savant et la production, la recherche de soi, le rapport à la souffrance, le ressenti, à la folie, à la folie ressentie, à la folie qui fait écho - et qu'est-ce que la folie sinon la définition de ceux qui ne sont pas fous ! - au double de soi, à la difficulté de dire, de transmettre, le rapport à la société, aux apparences du monde, à la postérité, à la quotidienneté, au passionnel, à la place de l'artiste dans la société, le vampirisme, le génie, le revendicatif, le message malgré soi, l'objet politique, le pygmalion, le business, les influences, etc. Le beau et le laid, la recherche de la grâce est finalement que très peu de chose dans la considération d'un artiste pour ce qu'il ou elle fait. Un vrai décalage avec ses juges populaires.

Il est des thèmes que seul l'art peut dire. Elle est peut-être là sa provocation : dire l'indicible, raconter l'ineffable, structurer les joies et les peines. Mettre des mots, conceptualiser, renseigner une représentation au travers d'un décor, tout l'art du monde se joue sans s'exécuter au baisser de rideaux.

Voici pour l'objectif de cette liste. Mais le cinéma remplit-il toute sa fonction "de dire" ?
Encore aujourd'hui, pour le cinéma, l'artiste est un interné, un fou persécuté, un fou drogué, un fou qui choque ou qui interroge la société sur sa propre normalité folle. Comme s'il y avait la volonté de tendre un miroir pour démontrer la vanité. L'artiste est lui-même ce miroir. Mais la folie demeure un domaine de prédilection que je trouve regrettable, même s'il est vrai qu'il est nécessaire que l'artiste soit... un peu à côté. seulement, j'y perçois un angle d'attaque désuet et, surtout, fallacieux et, surtout, racoleur. L'artiste n'est pas un racoleur. L'art peut l'être. Mais un artiste se reconnaît à la démarche savante de ne pas séduire.

J'ai rangé ces films du plus proche de la vie vivante, réelle et spontanée à la vie la plus lointaine, réfléchie, à celle qui abolit le discernement et extermine le monde entier.

***

NB : Les "►" indiquent les étapes de cette liste.

***

Liste soeur : http://www.senscritique.com/liste/Les_auteurs_tourmentes_au_cinema/430888 par Cultural Mind

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Lumière et compagnie (1995)

    1 h 28 min. Sortie : . Sketches.

    Documentaire de Théo Angelopoulos, Vicente Aranda, John Boorman avec Merzak Allouache, Jeffe Alperi, Théo Angelopoulos

    Proposition et commentaire de Wily :

    "Lumière et Compagnie pose la question de l'inspiration et du pourquoi filmer. Tous les réal n'y répondent pas, ou tout du moins pas avec des mots. Chaque réalisateur essaye, avec les moyens du bord (puisque c'est le sujet du film), d'exprimer plus ou moins laborieusement quelque chose au travers d'un medium très limité. On voit clairement dans ce film le processus d'inspiration au travers des divers courts métrages réalisés."
  • Bande-annonce

    Looking for Richard (1996)

    1 h 58 min. Sortie : . Drame.

    Documentaire de Al Pacino avec Al Pacino, Penelope Allen, Harris Yulin

    ► Quelques films montrant l'artiste comme portant une oeuvre sensée, objectivée et expliquée. Le projet artistique par excellence.

    Dans son attitude artistique, compréhensive et vivante, Al Pacino se penche sur l'analyse de texte et de jeu, une démarche de création de rôle de composition, c'est-à-dire pour entrer dans la peau psychologique de son hôte enseigné, pour offrir une prestation de qualité.
    Cette démarche me paraît être entièrement tourné vers l'autre ; elle invite les autres plus que les autres ne soient invités à entrer dans le monde de l'acteur.
    ET... En même temps... Qu'étudie-t-on ? Richard III ! Autrement dit, un des êtres les plus torturés que la Terre ait pu enfanter. Ce n'est pas le fruit du hasard si Richard III est l'objet du film ; il s'agit d'un authentique miroir qui nous est dressé devant nous, renvoyant une image laide, cruelle et pleine d'empathie.

    Al Pacino enquête sur Richard III, une pièce majeure de Shakespeare. Il part à la recherche de la signification du texte tout en jouant... Et c'est un jeu de regard qui confond la réalité et le jeu, l'acteur, son personnage qu'il construit en même temps que les deux existent. D'un très bel éclairage sur le métier de comédien.
  • Bande-annonce

    Le Bal des actrices (2009)

    1 h 45 min. Sortie : . Comédie et drame.

    Film de Maïwenn avec Jeanne Balibar, Romane Bohringer, Julie Depardieu

    Docu-fiction-docu qui montre la vie des actrices sans forcément s'interroger sur leurs conditions. Une prouesse de légèreté de l'inutile mais qui a au moins le mérite de porter les femmes, et il y en a grand besoin.
  • Bande-annonce

    Le Discours d'un roi (2010)

    The King's Speech

    1 h 58 min. Sortie : . Biopic, drame et historique.

    Film de Tom Hooper avec Colin Firth, Geoffrey Rush, Helena Bonham Carter

    Dans ce film, le prince Albert rencontre Lionel Logue, orthophoniste australien aux méthodes peu orthodoxes. Logue est comédien de profession et tient sa vocation à soigner les bégaiements grâce à sa formation d'artiste. Ainsi, nous assistons à une scène où Logue raconte cette bifurcation professionnelle par le biais de sa maîtrise du souffle et de l'élocution... Ou comment passer de la distraction de l'âme au soin de celle-ci, par une même maîtrise.
    A noter aussi l'utilisation de l'enregistrement, captation très fréquente pour évaluer le travail accompli.
  • Le Mystère Picasso (1956)

    1 h 18 min. Sortie : . Expérimental.

    Documentaire de Henri-Georges Clouzot avec Pablo Picasso

    A vouar.

    Proposé et commenté par Aurea : "Clouzot filme Picasso au travail, par des plans-séquences en caméra fixe. La rencontre privilégiée d’un cinéaste de talent avec un peintre de génie. La toile prend vie sous nos yeux : elle s’anime, se transforme, éclate, se fige et suit l’inspiration du peintre."
  • Bande-annonce

    Pina (2011)

    1 h 40 min. Sortie : .

    Documentaire de Wim Wenders avec Pina Bausch

    L'hommage est l'un des stigmates les plus manifestes de la condition artistique : la reconnaissance des autres de son talent, de son oeuvre et travaux rétrospectifs. Quoi de plus essentiel pour un artiste que d'observer, aussi, des interprétations, mêmes libres, de ses oeuvres ?
  • Bande-annonce

    Gerhard Richter Painting (2012)

    1 h 37 min. Sortie : .

    Documentaire de Corinna Belz avec Gerhard Richter

    Où l'artiste, dans son atelier, soulève des questions sur l'art sa finalité formelle...
  • Looking for Steven Spielberg (2009)

    18 min.

    Court-métrage de Benjamin Guillard avec François Morel, Olivier Saladin et Chantal Neuwirth

    ►... Puis c'est le début de la traversée du désert.... Etre artiste, c'est chercher son art... quitte à galérer ou à s'exécuter au détriment de son entourage.
  • Quand j'étais chanteur (2006)

    1 h 52 min. Sortie : . Romance et comédie dramatique.

    Film de Xavier Giannoli avec Gérard Depardieu, Cécile de France, Mathieu Amalric

    Un chanteur obsolète ne voit pas d'issue à son existence médiocre.
  • Bande-annonce

    Asphalte (2015)

    1 h 40 min. Sortie : . Drame.

    Film de Samuel Benchetrit avec Isabelle Huppert, Gustave Kervern, Valéria Bruni-Tedeschi

    D'un côté, le personnage de Sterkowitz (Gustave Kervern) qui se fait passer pour un photographe de National Geography. L'appréciation d'une infirmière à la gueule d'ouvrière à son encontre est typique : le photographe est celui qui voyage, qui rencontre les gens, peu importe la qualité des photographies. Donc, quelque part, un photographe, c'est un notoire qui prend des sujets universels et notoires et... il est globalement envié / apprécié pour cela.

    D'un autre côté, le personnage de Jeanne Meyer est presque un caméo d'Isabelle Huppert, sauf que Meyer est une actrice déchue depuis de nombreuses années, un peu paumée, et qui apprend à retrouver les rôles qui lui correspondent. Il se dégage de ce personnage une scène d'anthologie où Meyer passe un casting face au personnage joué par le fils de Samuel Benchetrit (le fiston-piston a beau être décevant dans la dure loi artistique, il reste qu'il est parfait dans ce rôle). Dans ce casting, on voit une actrice se révéler si elle est bien dirigée - ce qui en réalité est en partie vraie, mais dans le cas d'Huppert est particulièrement hors d'usage.
  • Bande-annonce

    Sonate d'automne (1978)

    Höstsonaten

    1 h 37 min. Sortie : . Drame.

    Film de Ingmar Bergman avec Ingrid Bergman, Liv Ullmann, Lena Nyman

    Les anecdotes, les voyages, une sorte de mégalomanie ; derrière les extravagances les manières dont les humbles se sentent écrasés par ce non-amour entre une mère et sa fille et cette fille à son propre enfant. Quand la condition artistique touche à l'attachement et finit par le rendre trouble.
  • Bande-annonce

    J. K. Rowling, la magie des mots (2012)

    Magic Beyond Words: The J. K. Rowling Story

    1 h 35 min. Sortie : . Biopic.

    Téléfilm de Paul A. Kaufman avec Poppy Montgomery, Emily Holmes, Antonio Cupo

    Dans ce téléfilm très mineur, on suit la créatrice d'Harry Potter dans la naissance du petit garçon qui fera rêver et lire des millions et des millions de personnes dans toutes les langues. JK Rowling ne s'appelle pas encore ainsi. Pour elle, écrire doit rester dans l'intimité, dans le retrait du monde... Ce qui donne à son objet la teneur d'une perle rare trouvée dans un océan de bêtises déjà écrites. De là, son début de vie parle de croire en l'autre, en ce qu'on fait, d'avoir une pincée de bonne étoile et de persévérance... Il s'agit aussi de lier la vie privée, la vie professionnelle avec la vie de création, qui apparaît comme la vie merveilleuse qui vient s'ajouter et qui complique tout le reste. Malgré soi. C'est ainsi que, contre vents et marées (c'est ce que montre l'hagiographie de l'auteur), que naissent Harry Potter et... son auteur (la petite histoire du "JK" est absolument délicieuse pour tous et toutes les féministes du monde et de Navarre)

    Les passages de création prêtent souvent à sourire, montrant une Johanna rêveuse et poussée frénétiquement à l'écriture de pavés sans retouche.
  • Bande-annonce

    L'Incroyable Histoire du facteur Cheval (2019)

    1 h 45 min. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de Nils Tavernier avec Jacques Gamblin, Lætitia Casta, Bernard Le Coq

    Un fils de paysan devenu facteur construit un "palais" pour sa fille. Une oeuvre qui attirera le monde entier et qui est aujourd'hui protégée et appréciée comme une oeuvre totale, magique et métaphysique. On le voit assez peu dans ses plans, souvent en train de construire au gré de ses appréciations et rencontres.
    le personnage est taiseux et paradoxalement affirme le plus fort au monde une oeuvre intime, naïve et baroque.
  • Bande-annonce

    Mélo (1986)

    1 h 50 min. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de Alain Resnais avec Sabine Azéma, Fanny Ardant, Pierre Arditi

    Deux amis dévastés, sur fond de sonate, partagent l'amour de l'épouse-maîtresse, alors défunte. L'un d'eux partant en tournée a précipité la chute de cette dernière.
  • Bande-annonce

    Van Gogh (1991)

    2 h 38 min. Sortie : . Drame et biopic.

    Film de Maurice Pialat avec Jacques Dutronc, Alexandra London, Bernard Le Coq

    Proposé par Tom_A : "Van Gogh peint régulièrement dans ce film (superbe générique en très gros plan sur ses gestes avec le son de la toile raclée) sans vraiment voir de toiles finies : exit le patchwork d'oeuvres du gars. Alors qu'à cette période de sa vie, on l'imagine tous avec une oreille entamée, Dutronc semble avoir ses deux feuilles de choux entières : exit le Personnage iconisé qu'il va devenir. Non, là on creuse dans son vécu, l'incompréhension de son entourage, sa solitude et ses allez-retours entre la ville et la campagne. La "réussite" de son frère dont il se fout, l'enthousiasme de ceux qui s'auto-proclament amateurs dont il se fout aussi, les filles (de joie) et la fille (Margerite Gachet)... "
  • Bande-annonce

    La Belle Noiseuse (1991)

    3 h 58 min. Sortie : . Drame.

    Film de Jacques Rivette avec Marianne Denicourt, David Bursztein, Gilles Arbona

    ► Puis... Il y a quelque chose qui cloche : être artiste, c'est repousser ses propres limites, et donc son humanité.
  • Acteur (2007)

    12 min. Sortie : . Comédie.

    Court-métrage de Jocelyn Quivrin avec Jean-Pierre Cassel, Eva Darlan, Elodie Navarre

    Ils sont beaucoup au départ, peu à l'arrivée. On va me dire : mais comme partout ! Sauf qu'une fois comédien, c'est une profession qui colle à la peau, d'autant plus si l'on a connu une notoriété dans le passé, qui persiste... sauf dans les faits.
  • La Vie d'artiste (2007)

    1 h 47 min. Sortie : . Drame et comédie.

    Film de Marc Fitoussi avec Sandrine Kiberlain, Emilie Dequenne, Denis Podalydès

    A vouar.
  • Le Tombeau d'Alexandre (1993)

    2 h. Sortie : 1993. Biopic et historique.

    Documentaire de Chris Marker avec Leonor Graser, Nikolai Izvolov, Kira Paramonova

    Le Tombeau d'Alexandre est un docu qui raconte comment un homme s'est inspiré de son idéologie pour la mettre en image mais avec des contraintes totalement opposées à ses idées justement. Au travers de son œuvre on comprend ce qu'il s'est passé en coulisse et pourquoi il a fait comme ça.
  • Bande-annonce

    Ruhm (2012)

    1 h 43 min. Sortie : 2012. Drame et sketches.

    Film de Daniel Kehlmann et Isabel Kleefeld avec Senta Berger, Heino Ferch, Julia Koschitz

    Le film le plus rare de cette liste est aussi l'un des plus exhaustifs sur la condition artistique, dans la mesure il parle de la célébrité, des nouvelles technologie face à la célébrité, de l'imposture, du décalage avec la morne vie réelle, de diverses conditions artistiques, de fans, de la mort. C'est un film qui ne traite pas de la création, ou très peu car très immersif, mais il traite de la vie absurde qu'il faut mener ou qu'on fait mener aux subalternes, à nos personnages, lorsqu'un artiste devient encensé.

    Commentaire d'Arte :

    "Joachim Ebling, ingénieur en électronique qui vient enfin d’acquérir un portable, reçoit par erreur les appels destinés à Ralf Tanner, un célèbre acteur. Intrigué, il se prend au jeu et décide de se faire passer pour la vedette de cinéma, tandis que ce dernier se met à douter de sa propre identité. L’auteur à succès Leo Richter part pour une tournée fastidieuse en Amérique latine avec son épouse, qui redoute que son mari ne fasse d’elle un personnage de roman. Rosalie, atteinte d’un cancer incurable, choisit de mourir dans un centre d’euthanasie en Suisse, mais tout semble se liguer contre elle...

    Tous ces personnages ont un lien qui s’explicite peu à peu, et leurs histoires s’emmêlent et se démêlent tour à tour, dans un monde où la technologie nous permet de devenir quelqu’un d’autre ou d’être partout à la fois – mais jamais seul avec soi-même. Absurdités, coïncidences, coups de chances et usurpations s’accumulent, et l’on vient à se demander si les personnages ne sont pas eux-mêmes sortis de l’imagination de Leo Richter… Le passage au cinéma du roman acclamé de Daniel Kehlman (Gloire, ndlr) en transpose avec brio les pirouettes narratives et les mises en abîme."
  • Bande-annonce

    Le Direktør (2006)

    Direktøren for det hele

    1 h 40 min. Sortie : . Comédie.

    Film de Lars von Trier avec Jens Albinus, Peter Gantzler, Fridrik Thor Fridriksson

    Un peu double mais le scénario est surtout tourné vers le besoin de reconnaissance et de considération.
    Un besoin, non mais tu te rends compte ?!
  • Bande-annonce

    Artistes et Modèles (1955)

    Artists and Models

    1 h 49 min. Sortie : . Comédie.

    Film de Frank Tashlin avec Dean Martin, Jerry Lewis, Shirley MacLaine

    Les artistes, en général (peintre, dessinateur, danseurs, musiciens et chanteurs) sont vus comme des gens extravagants et facétieux.
    Les dessinateurs-trices doivent se plier à ce que veut l'éditeur... Ce que veut l'éditeur, c'est la voix du peuple... Ce qui est vrai dans la société réelle : ce que veulent les gens, c'est ce qui fait de l'argent...
  • Climax (2009)

    15 min. Sortie : 2009. Comédie.

    Court-métrage de Frédéric Sojcher avec Patrick Chesnais, Jean-Paul Comart et Lorànt Deutsch

    Thème similaire au film ci-dessus. On reste dans une vision purement de conception artistique. mais en fait, c'est la démagogie qui est recherchée... Malgré le réalisateur !
  • Bande-annonce

    Odette Toulemonde (2007)

    1 h 40 min. Sortie : . Comédie et drame.

    Film de Eric-Emmanuel Schmitt avec Catherine Frot, Albert Dupontel, Jacques Weber

    ► Puis... C'est le conflit intérieur... C'est vivre des révolutions existentielles permanentes...

    Même un Marc Lévy n'est sera pas épargné !
  • Bande-annonce

    Dialogue avec mon jardinier (2007)

    1 h 49 min. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de Jean Becker avec Daniel Auteuil, Jean-Pierre Darroussin, Fanny Cottençon

    Didactique. Peut-être un peu de trop. Mais nécessaire.
  • Bienvenue aux acteurs anonymes (2012)

    15 min. Sortie : .

    Court-métrage de Mathias Gomis avec Avy Marciano, Roméo Sarfati, Alexandre Thibault

  • Bande-annonce

    Opening Night (1977)

    2 h 24 min. Sortie : . Drame.

    Film de John Cassavetes avec Gena Rowlands, John Cassavetes, Ben Gazzara

    Proposé par Shamanlemiaou : "Parce que Gena Rowlands joue le rôle d'une comédienne, en répétition d'une nouvelle pièce. Suite à la vue d'un accident qui tuera un de ces admirateurs, elle tombe dans une crise existentielle, et va peu à peu remettre en question son rôle actuel dans la pièce. Enfin, elle n'est plus toute jeune, se trouve dans cette période incertaine pour les actrices,où la crainte de ne plus se voir proposer de rôle de jeune fille s’immisce derrière chaque question concernant son âge... "
  • Bande-annonce

    L'Important c'est d'aimer (1975)

    1 h 49 min. Sortie : . Drame.

    Film de Andrzej Zulawski avec Claude Dauphin, Klaus Kinski, Michel Robin

    L'une des plus grandes scènes du cinéma : https://www.youtube.com/watch?v=4ANN_ZbS5Yw
  • Bande-annonce

    Achille et la Tortue (2008)

    Akiresu to kame

    1 h 59 min. Sortie : . Comédie.

    Film de Takeshi Kitano avec Takeshi Kitano, Kanako Higuchi, Yurei Yanagi

    ► Quand la condition d'artiste laisse place à la remise en question.
  • Bande-annonce

    Man on the Moon (1999)

    1 h 58 min. Sortie : . Biopic, comédie et drame.

    Film de Miloš Forman avec Jim Carrey, Danny DeVito, Courtney Love