Les écrivains parlent des écrivains

Avatar Saint-John Poivrot d'Arvor Liste de

18 personnalités

par Saint-John Poivrot d'Arvor

Photo : à gauche Matt Damon. A Droite François Rabelais.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Ordre alphabétique
  • Derniers ajouts
  • Photo Oscar Wilde

    Oscar Wilde

    réalisateur, scénariste et auteur

    A propos de Verlaine :

    "Quand, jadis, je rencontrais Verlaine, je ne rougissais pas de lui. J'étais riche, joyeux, couvert de gloire, et pourtant je sentais que d'être vu près de lui m'honorait... même quand Verlaine était ivre."
  • Photo Michel Houellebecq

    Michel Houellebecq

    acteur, scénariste, réalisateur, artiste musical, auteur et créateur

    A propos de Céline :

    "(...) je ne tiens pas Céline pour un génie, rien à voir avec Proust par exemple, mais pour un bon auteur un peu surfait, assez péniblement maniériste sur la fin. Il m’est même arrivé de me demander s’il avait été réellement antisémite, si tout cela n’était pas qu’opportunisme cynique pour s’assurer une position élevée auprès des autorités d’Occupation."
  • Photo Yann Queffélec

    Yann Queffélec

    auteur, acteur et scénariste

    A propos de Céline :

    "Un écrivain de plâtre (...) Ce que je lui reproche, c'est de n'être pas du tout un romancier (...) Voyage Au Bout De La Nuit n'est pas du tout un roman, non seulement ça me tombe des mains mais en plus ça me fait marrer, c'est l'écrivain ouin-ouin. C'est Ouin-Ouin Céline, il n’arrête pas de geindre, de se plaindre de l'homme, de se plaindre de ce qu'il est, et alors il écrit par tous petits souffles. On nous parle du style de Céline mais c'est rien le style de Céline. En fait c'est un écrivain POUR écrivain. C'est la clef universelle du pâté Hénaff de l'écriture en difficulté (...) Il n'a pas un seul personnage (...) Il se noie dans son propre fil de plume, il est là en train de barboter sous la flotte. De temps en temps il remonte à la surface il fait blup blup blup, ce sont les points de suspension, et c'est ça qu'il lègue à la postérité. Ce sont les derniers blup d'un écrivain en train de sombrer."
  • Photo Jack Kerouac

    Jack Kerouac

    auteur, acteur et scénariste

    A propos de Céline :

    "Je trouve qu’il était un écrivain de grand charme, d’un charme et d’une intelligence suprêmes que personne n’a pu égaler."
  • Photo Louis-Ferdinand Céline

    Louis-Ferdinand Céline

    auteur et acteur

    A propos de Proust :

    " Mais il en sort que le bonhomme était doué ... Extraordinairement doué ... Ah oui, doué, doué, quand y voit ces gens qu'ont si changé, là ... (...) Proust est un grand écrivain, c'est le dernier ... C'est le grand écrivain de notre génération, quoi ..."

    A propos de Mauriac :

    "Quel est le style de Mauriac selon vous ? Euh... directeur d'école libre... qui a mal tourné... qui a cédé à la politique peu importe..."

    A propos de Giono :

    "Insignifiant"

    A propos de Montherlant :

    "Insignifiant"
  • Photo Voltaire

    Voltaire

    auteur

    A propos de Rousseau :

    "Vous voyez bien que Jean-Jacques ressemble à un philosophe comme un singe ressemble à l'homme... On est revenu de ses sophismes et sa personne est en horreur à tous les honnêtes gens qui ont approfondi son caractère. Quel philosophe qu'un brouillon et qu'un délateur. Abandonnons ce malheureux à son opprobre. Les philosophes ne le comptent point parmi leurs frères"
  • Photo Jean-Jacques Rousseau

    Jean-Jacques Rousseau

    réalisateur, auteur et artiste musical

    A propos de Voltaire :

    "Vous me parlez de ce Voltaire ! Pourquoi le nom de ce baladin souille-t-il vos lettres ? Le malheureux a perdu ma patrie ; je le haïrais davantage si je le méprisais moins. Je ne vois dans ses grands talents qu'un opprobre de plus qui le déshonore par l'indigne usage qu'il en fait. Ses talents ne lui servent, ainsi que ses richesses, qu'à nourrir la dépravation de son cœur […] Ce fanfaron d'impiété, ce beau génie et cette ame basse, cet homme si grand par ses talents, et si vil par leur usage, nous laissera de longs et cruels souvenirs de son séjour parmi nous. La ruine des mœurs, la perte de la liberté, qui en est la suite inévitable, seront chez nos neveux les monuments de sa gloire et de sa reconnaissance. S'il reste dans leur cour quelque amour pour la patrie, ils détesteront sa mémoire, et il en sera plus souvent maudit qu'admiré."
  • Photo Gustave Flaubert

    Gustave Flaubert

    auteur

    A propos de Voltaire :

    "J'aime le grand Voltaire autant que je déteste le grand Rousseau […] Bref, [Voltaire] me semble ardent, acharné, convaincu, superbe. Son "Écrasons l'infâme" me fait l'effet d'un cri de croisade. Toute son intelligence était une machine de guerre. Et ce qui me le fait chérir, c'est le dégoût que m'inspirent les voltairiens, des gens qui rient sur les grandes choses. Est-ce qu'il riait, lui ? Il grinçait !"
  • Photo Henry James

    Henry James

    auteur

    A propos de Poe :

    "Montrer de l’enthousiasme pour Poe est la marque d’un niveau de réflexion définitivement primitif."
  • Photo Virginia Woolf

    Virginia Woolf

    autrice

    A propos de Joyce :

    "J’ai fini Ulysse et je pense que c’est un ratage. Du génie, certes, mais de la moins belle eau. Le livre est diffus et bourbeux ; prétentieux et vulgaire (…) Je ne puis m’empêcher de penser à quelque galopin d’école primaire, plein d’esprit et de dons, mais tellement sûr de lui, tellement égoïste qu’il perd toute mesure, devient extravagant, poseur, braillard et si mal élevé qu’il consterne les gens bien disposés à son égard et ennuie sans plus ceux qui ne le sont pas."
  • Photo Léon Bloy

    Léon Bloy

    auteur

    A propos de Huysmans :

    "La forme littéraire de Huysmans rappelle ces invraisemblables orchidées de l’Inde qui font si profondément rêver son des Esseintes, plantes monstrueuses aux exfoliations inattendues, aux inconcevables floraisons, ayant une manière de vie organique quasi animale, des attitudes obscènes ou des couleurs menaçantes, quelque chose comme des appétits, des instincts, presque une volonté.
    C’est effrayant de force contenue, de violence refoulée, de vitalité mystérieuse. Huysmans tasse des idées dans un seul mot et commande à un infini de sensations de tenir dans la pelure étriquée d’une langue despotiquement pliée par lui aux dernières exigences de la plus irréductible concision. Son expression, toujours armée et jetant le défi, ne supporte jamais de contrainte, pas même celle de sa mère l’Image, qu’elle outrage à la moindre velléité de tyrannie et qu’elle traîne continuellement, par les cheveux ou par les pieds, dans l’escalier vermoulu de la Syntaxe épouvantée."

    A propos de Zola :

    "Un jour Émile Zola, dont l’esprit graisseux n’est huilé que pour glisser sur les surfaces, s’avisa de peindre Huysmans.
    Le fantômatique « Souvarine » de Germinal est le portrait physique, ressemblant à faire peur, de ce virtuose de la fascination. Mais ce n’est qu’un portait physique, le seul dont Émile Zola soit capable."
  • Photo Alexis de Tocqueville

    Alexis de Tocqueville

    auteur

    A propos de Chateaubriand :

    "Du mauvais goût quelquefois, quelquefois de la bile âcre, de la profondeur dans la peinture des embarras de Napoléon sur le trône, de la verve partout, de la poésie à pleines mains. La marche de Napoléon sur Paris (...) peinte comme auraient pu le faire Homère et Tacite réunis, la bataille de Waterloo décrite de manière à faire frémir tous les nerfs, quoique ce ne soit que le retentissement lointain du canon..."
  • Photo Charles Bukowski

    Charles Bukowski

    artiste musical, auteur, acteur, scénariste et réalisateur

    A propos de plusieurs écrivains célèbres :

    " (...) pour vous orienter, inutile de lire Marx. trop desséchée comme came. ne vous branchez, s'il vous plaît, que sur l'esprit. Marx, ce sont les chars à Prague. ne vous égarez pas sur cette voie de garage. plongez-vous en priorité dans Céline, le plus grand écrivain depuis 2 000 ans, mais bien sûr sans négliger L'ÉTRANGER de Camus. que vous ferez suivre par CRIME ET CHÂTIMENT et LES FRERES KARAMAZOV. tout Kafka également. ainsi que les bouquins du méconnu John Fante. ajoutez-y les nouvelles de Tourgueniev, évitez Faulkner, Shakespeare et surtout George Bernard Shaw, la plus abominable baudruche de notre Ère, un authentique con doré sur tranche qui ne s'est - promis, juré -imposé que grâce à ses relations politiques et littéraires. pour les contemporains, le seul qui me vienne à l'esprit et qui était parti pour tout casser mais qui s'est traîné à plat ventre quand on le lui a demandé, c'est Hemingway. reste qu'entre Shaw et Hemingway, il y a un gouffre : Hemingway a réussi dans ses débuts quelques bons trucs alors que Shaw a, sa vie durant, aligné des stupidités vaniteuses et soporifiques."
  • Photo Marcel Proust

    Marcel Proust

    auteur, traducteur et illustrateur

    A propos de Baudelaire et Mérimée :

    "Les formes d'esprit sont si variées, si opposées, non seulement dans la littérature, mais dans le monde, qu'il n'y a que Baudelaire et Mérimée qui puissent se mépriser réciproquement. Ces particularités forment, chez toutes les personnes, un système de regards, de discours, d'actions, si cohérent, si despotique, que quand nous sommes en leur présence il nous semble supérieur au reste."
  • Photo André Gide

    André Gide

    auteur, traducteur, acteur, scénariste et réalisateur

    A propos de Mérimée (La Vénus d'Ille) :

    "Je ne connaissais rien de pareil dans Mérimée. Pourquoi cela n'est-il pas plus connu ? (...) Oui, cela est meilleur que tout ce que je supposais que Mérimée pût écrire. Excellent vraiment."
  • Photo Joris-Karl Huysmans

    Joris-Karl Huysmans

    auteur

    A propos de Villiers de L'Isle-Adam :

    "Personne n'eut au même degré que lui la puissance d'exhausser la farce, et de la faire jaillir effarée dans les au-delà. Il avait un punch toujours flambant dans la cervelle."

    A propos de Flaubert et de Hello :

    "Cela est si exact que voici Gustave Flaubert qui a écrit d'admirables pages sur la légende de Saint Julien L'Hospitalier. Elles marchent en un tumulte éblouissant et réglé, évoluent en une langue superbe dont l'apparente simplicité n'est due qu'à l'astuce compliquée d'un art inouï. Tout y est, tout, sauf l'accent qui eût fait de cette nouvelle un vrai chef−d'oeuvre. étant donné le sujet, il y manque, en effet, la flamme qui devrait circuler sous ces magnifiques phrases ; il y manque le cri de l'amour qui défaille, le don de l'exil surhumain, l'âme mystique ! D'un autre côté, les physionomies de saints d'Hello valent qu'on les lise. La foi jaillit dans chacun de ses portraits, l'enthousiasme déborde des chapitres, des rapprochements inattendus creusent d'inépuisables citernes de réflexions entre les lignes ; mais quoi ! Hello était si peu artiste que d'adorables légendes déteignent dans ses doigts quand il y touche ; la lésine de son style appauvrit les miracles et les rend inermes. Il y manque l'art qui sortirait ce livre de la catégorie des oeuvres blafardes, des oeuvres mortes ! L'exemple de ces deux hommes, opposés comme jamais écrivains ne le furent, et n'ayant pu atteindre la perfection, l'un, dans la légende de Saint Julien, parce que la foi lui faisait défaut et l'autre parce qu'il possédait une inextensible indigence d'art."
  • Photo Marc-Edouard Nabe

    Marc-Edouard Nabe

    auteur, éditeur, illustrateur, acteur et créateur

    A propos de Sartre :

    "Sartre est un gros con, déjà, à la base... Un abruti, un idiot... déjà, pas seulement de la famille... Un universitaire, un raté au niveau littéraire et au niveau artistique (...) Il était très jaloux du succès et de la puissance de Céline"

    A propos de Céline :

    "Il a tout. Il y'a des écrivains qui ont une partie, ils ont l'humour mais ils ont pas la tragédie, d'autres ont beaucoup de profondeur mais à la fois c'est un peu lourd, d'autres sont légers et ils tombent dans une sorte de superficialité, d'autres écrivent pour pas dire grand chose mais ils ont de belles formules... voyez... la Littérature c'est comme un bloc, et y'en a certains qui sculptent dans un endroit du bloc, qui font des petites variations, des petites arabesques, des petits dessins sur le bloc. Lui il prend le bloc entier de la Littérature et il le sculpte en entier, et ça c'est très impressionnant (...) On est au-delà du grand écrivain, c'est quelqu'un qui réinvente la vie et le langage qui va avec, qui devrait aller avec"
  • Photo Charles Baudelaire

    Charles Baudelaire

    auteur et traducteur

    A propos de George Sand :

    "Elle n'a jamais été artiste. Elle a le fameux style coulant, cher aux bourgeois. Elle est bête, elle est lourde, elle est bavarde. Elle a, dans les idées morales, la même profondeur de jugement et la même délicatesse de sentiment que les concierges et les filles entretenues. Que quelques hommes aient pu s'amouracher de cette latrine, c'est bien la preuve de l'abaissement des hommes de ce siècle."