Livres lus

Avatar LéonardPasty Liste de

129 livres

par LéonardPasty

Mes "brèves" fiches de lecture. Quelques infos sur les livres pour savoir quoi en dire et comment les considérer en tant qu’œuvre.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Le Joueur (1866)

    Игрок (Igrok)

    Sortie : 1866. Roman.

    Livre de Fiodor Dostoïevski

  • L'Étranger (1942)

    Sortie : . Roman.

    Livre de Albert Camus

    Lu en Octobre 2019. 10/10
    J'ai été bluffé par l'efficacité du style de Camus et les idées et les questions que posent le livre. La peine de mort pour un homme qui a tué ? La vie vaut elle qqchose ? Nos sentiments doivent ils suivent les conventions sociales ?
    Le personnage de Meursault est un homme dérangé, sans la moindre empathie mais auquel on s'identifie et qu'on ne peut s'empêcher d'apprécier. Tout est dosé à la perfection jusqu'à l'audace d’appeler l'Arabe "L'arabe". Chacune des actions des personnages semblent naturels et pourtant tout est absurde c'est une évidence.

    "Aujourd'hui maman est morte. Ou hier je ne sais plus."
  • Candide ou l'Optimisme (1759)

    Sortie : janvier 1759. Conte, roman et philosophie.

    Livre de Voltaire

    Lu en Juin 2019. Français 1ère. 9/10
    Un livre qui semble est une approche primaire et essentielle de la philosophie des Lumières. Roman d'apprentissage sans jamais oublier l'optimisme prôné par le grand sage Pangloss. L'Eldorado et l'Utopie mais préfère tenter de retrouver son amour. Un grand conte philosophique qui est très facile à lire.

    "il faut cultiver notre jardin "
    « Travaillons sans raisonner, dit Martin ; c'est le seul moyen de rendre la vie supportable. »
  • Le Malentendu

    Sortie : 1944. Théâtre.

    Livre de Albert Camus

    Lu en Juillet 2019. 9/10
    Tiré d'une simple petite anecdote du chef d'oeuvre, L'étranger, l'histoire du malentendu est un cas d'école du de la littérature Camusienne. Peut-être moins percutant que Caligula (l'autre pièce du cycle de l'absurde), Le malentendu a tout de même le mérite de nous faire réfléchir sans nous assomer. L'histoire d'un homme qui cherche à retrouver sa mère et qui se fait assassiner par elle même et sa soeur, par manque de communication, par timidité. Thèmes de l'Amour, de la Mort, du Suicide. Grande efficacité dans l'écriture une fois de plus.

    "Je sais, par expérience, qu'il vaut mieux ne pas les regarder (les victimes). Il est plus facile de tuer ce qu'on ne connaît pas."
  • Un cœur simple (1877)

    Sortie : 1877. Conte et nouvelle.

    Livre de Gustave Flaubert

    Lu en Novembre 2018, puis écouté en Décembre 2019. 9/10
    Un Cœur Simple c'est la triste histoire de Félicité qui n'est pas si triste que ça. Le style de Flaubert détaillé à souhait et relativement cruel avec ses personnages et acerbe avec la Bourgeoisie Normande du XIXème s'exprime parfaitement dans ces quelques dizaines de pages. Très certainement l’œuvre la plus marquant de son triptyque des Trois Contes, un Cœur Simple nous plonge dans la vie d'une femme pleine de malheur mais qui aura tout fait pour être heureuse et surtout rendre ses proches heureux. Son esprit simple, un peu bête mais pas méchant contrairement à la plupart des autres personnages. Loulou est attachant et une belle figure de l'enfant, à la fois de Félicité et image satirique du Saint-Esprit. Tout passe très vite et c'est un livre qui se dévore en une fois sans qu'on en sorte changé mais qu'on est content d'avoir suivi, comme une pause dans le temps.

    "Elle avait eu, comme une autre, son histoire d'amour"
    "Elle aima d'autant plus les agneaux, pour l'amour de l'Agneau, d'autant plus les colombes pour l'amour du Saint-Esprit"
    "Bourhais dont la figure certainement amusait Loulou, longeait les murs pour ne pas se faire voir du perroquet"
  • Roméo et Juliette (1597)

    Romeo and Juliet

    Sortie : 1597. Théâtre.

    Livre de William Shakespeare

    Lu en Novembre 2019. 8.5/10.
    Tout simplement la base de l'histoire d'amour telle qu'on la connait aujourd'hui. Ce n'est ni lent, ni niais. Tout est très fluide et on s'empresse de connaître la suite. De nombreuses scènes et répliques sont marquantes.
  • Trois contes (1877)

    Sortie : 1877. Recueil de contes.

    Livre de Gustave Flaubert

    Lu en Janvier 2019. 8.5/10.
    C'est un très beau triptyque de Flaubert. Une sorte d'hagiographie pour chaque histoire, elles ne sont pas toutes aussi marquantes. Un Cœur Simple est touchant, St Julien est excitant, Hérodias est très précis et très exotique donc plus laborieux. Mais le tout se lit très bien.
  • Traité sur la tolérance (1763)

    Sortie : 1763.

    Livre de Voltaire

  • Les Hauts de Hurle-Vent (1847)

    Wuthering Heights

    Sortie : 1847. Roman.

    Livre de Emily Brontë

  • Vérité et mensonge au sens extra-moral (1896)

    Über Wahrheit und Lüge im außermoralischen Sinn

    Sortie : 1896. Essai et philosophie.

    Livre de Friedrich Nietzsche

    Introduction seulement. Relu (2) en Mars 2020.
    Nietzsche nous présente dans ce texte des idées autour de la notion de langage et de vérité. En effet les deux notions sont très liées et se rejoignent dans une tare commune : l'anthropocentrisme. Et plus généralement critique de l'intellect vaniteux des hommes et de leur morale ambivalente.
    Car les Hommes ne peuvent pas s’empêcher de rechercher la vérité mais ils ne peuvent pas non plus s’empêcher de tout ranger dans des cases à travers un langage arbitraire. Car l'Homme craint l'inconnu, craint non pas de mentir mais qu'on lui mente notamment à travers le langage. Or, ce langage est de fait imparfait, n'est pas universel et n'est qu'une convention sociale (tout comme la systématique recherche de la vérité). Les mots proposent une représentation d'un concept sans jamais être l'essence du concept. Le langage n'est que métaphore de la réalité. Le langage pour les hommes ne fait office que de représentation. De la même manière les gens qui ont du mal à admettre le fait de ne pas toucher la réalité du bout des mots ont du mal à admettre que la nature n'a pas été qu'une succession de hasard et surtout que ces lois n'ont pas d'objectif (Critique du finalisme cf Spinoza).
    Ainsi donc, l'art est le moyen pour les hommes de se libérer des concepts. De sortir des cases arides de la réalité. L'artiste vit les choses en grand. Les bonheurs sont immenses comme les déceptions, là ou le stoïcien ne vivrait jamais vraiment que dans une grande austérité sans joie.
    Plus globalement, Nietzsche reproche à Kant de ne pas avoir pousser son idéal de raison assez loin. De ne pas avoir déblayer les bases de la philosophies jusqu'au bout cet à dire d'avoir gardé l'idée Socrate de vérité comme finalité.

    « Dire après avoir vu un chameau [c'est un mamifère], est une vérité anthropomorphique qui ne contient pas un seul point qui soit vrai en soi »
    « L'homme intuitif est presque aussi irrationnel que l'homme rationnel est insensible à l'art »
  • Lettre à Ménécée

    Essai, philosophie et art de vivre & spiritualité.

    Livre de Épicure

  • L'Étrange Cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde (1886)

    Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde

    Sortie : 1886. Nouvelle et science-fiction.

    Livre de Robert Louis Stevenson

    Lu en Anglais. En Décembre 2018. 8/10
    Nouvelle très prenante, les personnages sont très intéressants. Le relire et anglais et surtout en français permettrait de l'apprécier de manière plus fluide.
  • Gargantua (1534)

    Sortie : 1534. Roman.

    Livre de François Rabelais

  • La Légende de saint Julien l'Hospitalier (1877)

    Sortie : . Conte et nouvelle.

    Livre de Gustave Flaubert

  • Hérodias (1877)

    Sortie : 1877. Conte et nouvelle.

    Livre de Gustave Flaubert

  • La Nausée

    Sortie : 1938. Philosophie et roman.

    Livre de Jean-Paul Sartre

    Lu en Novembre 2019. 7/10
    Texte long et laborieux, le style est ampoulé. Mais, le dernier tiers du livre notamment à le mérite de transmettre la Philosophie Sartrienne. Antoine Roquentin est un personnage hanté de l'intérieur par ses pensées et son dégoût du monde et de l'existence. Thème de l'existentialisme = aucune raison que l'homme existe (contingence/Ontologie) et l'angoisse face à la mort. Réflexion sur l'art, on peut se survivre en laissant sa marque par l'art.

    "J'existe parce que je pense…"
    "Tout existant naît sans raison, se prolonge par faiblesse et meurt par rencontre."
    "La contingence, c'est une gratuité parfaite / l'absolue"
  • Hernani (1830)

    Sortie : . Théâtre.

    Livre de Victor Hugo

  • Le Cinéma et la Nouvelle Psychologie (1945)

    Sortie : 1945. Essai, cinéma & télévision et philosophie.

    Livre de Maurice Merleau-Ponty

    Relu en Mars 2020 pour mieux comprendre le texte. 7.5/10
    Merleau-Ponty développe dans cette conférence sa théorie phénoménologique de la perception. Le tout sonne clairement, les images sont précises et élégantes. Justement, la moitié du texte est consacré à l'illustration de sa théorie par les divers éléments du cinéma.
    Ainsi, la vieille psychologie cartésienne qui décompose chaque perception en petit éléments simple est un non-sens. La perception c'est un tout, une image immédiate qui ne s’embarrasse pas d'analyse logique. De fait, le cinéma en est une belle illustration. Que ça soit, l'image, le son, les dialogues ou la musique; chaque élément participe à l'ensemble et est dépendant des autres. Ainsi, il faut se détacher de l'image de la philosophie comme étant une orgie de concepts. La Philosophie à l'image du cinéma est une construction globale sans élément supprimable.
    Autre point important, nous ne voyons pas grand-chose à proprement parlé, nous les pensons plus souvent (Le Cube est interprété jamais vu). Dans la nouvelle psychologie, la colère que peut ressentir quelqu'un, tout le monde peut la ressentir puisque ce n'est pas quelque chose de concret. Il s'agit de dépersonnaliser les émotions et la perception en général. Dans la lignée de sa critique de Descartes, Merleau-Ponty veut réhabiliter le corps et lui donner la même place que l'esprit.
    Le cinéma a cette particularité en art d'être plus réel que le réel. On ne nous explique rien, on nous donne à voir, à penser. Chose que le roman ne peut pas faire.
    Au sujet de l'art, il reprend la thèse Kantienne qui dit que "dans l’art l’entendement travaille au profit de l’imagination". C'est à dire que l'art n'a pas de but, didactique ou autre, il a simplement le mérite d'éveiller l'imagination, de rendre le flou la barrière du rêve et du réel.

    "Je ne puis voir le cube selon sa définition géométrique, je ne peux que le penser."
    "La psychologie n'a commencé de se développer que le jour où elle a renoncé à distinguer le corps et l'esprit"
    "Le film ne se pense pas, il se perçoit".
  • René

    Sortie : 1802. Roman.

    Livre de François-René de Chateaubriand

  • Ecce Homo (1888)

    Sortie : 1888. Autobiographie & mémoires et philosophie.

    Livre de Friedrich Nietzsche

    Lu en Novembre 2019. 9/10
    Dans cet œuvre grandement autobiographique, Nietzsche est brillant de cynisme. Déjà avec le titre "Voici l'homme", s'apparentant (comme son double Dionysos, véritable idole s'il en est de l'auteur) à ce qu'il s'est fait de mieux dans la création, la création de l'homme car Dieu est une escroquerie - L'au-delà inventé pour déprécier le vrai monde ; l'âme pour délaisser le corps .... - . Il évoque son dégoût pour l'Allemagne et pour la quasi totalité des philosophes qui l'ont précédé et qui ont recherché "une vérité" là où Nietzsche recherche "la vie", sa relation particulière avec Wagner, son amour pour Stendhal et autres penseurs européens tout sauf Allemand. Il revient sur l'ensemble de son œuvre du Gai Savoir à Zarathoustra (qui est d'ailleurs très présent et fait office de métronome de la raison). Relativement facile à lire malgré beaucoup d'auto-référence (qui méritera donc une relecture après avoir exploré plus en profondeur l’œuvre Nietzschéenne) et quelques locutions latines. Il démontre dans ce livre toute son érudition et déverse un flot extrêmement dense de pensées, comme une dernière transcendance avant de pouvoir définitivement tomber dans la folie.

    "Tout idéalisme c'est le mensonge devant la nécéssité"
    "La maladie m'ordonna de me livrer à l'oubli, m'obligea à rester oisif et à prendre patience... Mais c'est précisément cela qui s'appelle penser !"
    "Les Allemands ont sur leur conscience cette maladie, cette déraison, la plus contraire à la culture qu'il y ait : le nationalisme (gangrène l'Europe)."
    "Considérer les détresses comme un obstacle en soi, voilà bien la niaiserie par excellence"
  • Le Petit Prince (1943)

    Sortie : avril 1943. Roman et jeunesse.

    Livre de Antoine de Saint-Exupéry

    Lu (redécouvert) en Novembre 2019. 10/10.
    Que dire de ce petit prince si ce n'est qu'il est l'essence même de la poésie, doucement moralisatrice, sous apparence de conte pour enfant.
    Traitant de l'opposition adulte/enfant (qui n'a d'ailleurs pas de fondement en tant qu'opposition, c'est le sujet), du bonheur/tristesse, de l'amitié/sollitude. Ce livre est un condensé de ce qui se fait de mieux en philosophie, poésie, contes etc...
    Chacun des personnages est extrêmement touchant et Saint-Exupéry parvient à la faire vivre par la plume et quelques mots.
    Un chef d’œuvre intemporel.

    "On ne vient bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible pour les yeux."
    "Je ne sais pas voir les moutons dans les caisses. Je suis peut-être devenu comme les grandes personnes".
  • Le Système totalitaire (1951)

    Totalitarianism

    Sortie : 1951. Essai, histoire et politique & économie.

    Livre de Hannah Arendt

    Extraits du Chapitre IV, Idéologie et terreur: un nouveau type de régim.

    Traite de nombreux sujets. Ntt Histoire, Politique/État, Liberté. Idée d'un totalitarisme étant un nouveau régime politique, plus dangereux encore que la tyrannie. Pas un régime arbitraire car se débarrasse de l'opposition par les Lois de la Nature (Nazis) et de l'Histoire (Staline). Basées sur un détournement de Darwin et Marx. Lois qui ne sont qu'un tout, et basé sur un axiome idéologique irréfutable car privé de toute réalité, se contentant d’exécuter les lois naturelles plus vite que la nature. L'idéologie est un phénomène du XXème siècle et qui tire sa force de la dialectique. Toute la logique d'extermination et de terreur qui lui permet d'exister est déduite d'une prémisse unique d'où on déroule toutes les conséquences. L'absolu s'impose comme un état de fait. [Nombreuses similarités avec 1984]. L'isolement des hommes, destruction du socle commun des lois dans un régime constitutionnel. La destruction de l'espace-entre-les-hommes (politique), qui crée la désolation et laisse l'homme à sa seul condition de travailleur (animal laborieux).

    “Les mouvements totalitaires sont des organisations massives d’individus atomisés et isolés.”
  • Recherches philosophiques

    Philosophische Untersuchungen

    Sortie : 1953. Essai et philosophie.

    Livre de Ludwig Wittgenstein

    Seulement "les jeux de langage".
  • Éthique

    Ethica Ordine Geometrico Demonstrata

    Sortie : 1677. Essai et philosophie.

    Livre de Baruch Spinoza

    Lu seulement l'appendice au livre.
    Thème de la religion et sous thèmes de la nature, de l'interprétation...
    L'Homme subit les foudres du préjugé originel de l'anthropocentrisme. Tout serait pour lui ou en lien avec lui (avec l'Homme). En découle des superstitions autour de Dieu. Par exemple, il y'a une volonté de finalité absolue qui est dénué de raison (d'ailleurs c'est assez ironique quand on pratique le culte d'un être censé être infini).
    Autre superstition, des grands concepts crées par l'Homme pour régir la loi des Hommes mais qui émanent soi-disant de Dieu. (Bien, Mal, Pêché, mérite etc...). Par toutes ces croyances, l'Homme dérègle tout les principes de la nature. Il y'a une volonté immodérée de croire et c'est un moyen incroyable de sortir de la réalité.

    "Si Dieu agit comme une fin, c'est nécessairement qu'il aspire à quelque chose qui lui manque"
    "La volonté de Dieu, c'est l'asile de l'ignorance"
    "Les Hommes imaginent les choses plutôt qu'ils ne les comprennent"
    "Ils croient fermement qu'il y'a de l'Ordre dans les choses, sans rien savoir de la nature ni des choses ni d'eux-mêmes".
  • Le Cid (1637)

    Sortie : 1637. Théâtre.

    Livre de Pierre Corneille

    Lu en Décembre 2019. 9/10
    Monument du théâtre. Tragi-comédie. De nombreuses corrections ont été apporté par Corneille suite aux remarques de l'Académie et de Mlle de Scudéry (La querelle du Cid). Au sujet d'un style parfois trop alambiqué voire néologique ; ainsi que sur un plagiat (effectivement grande inspiration) d'un texte de Guillen de Castro dramaturge espagnol qui a écrit Les Enfances du Cid en 1618. Style qui apparait aujourd'hui éminemment moderne et ayant certainement bousculé le classicisme rigoureux de l'époque. Critiqué aussi au sujet d'un semblant d'apologie des duels (interdit d'en montrer au Théâtre classique), et sur la narration qui semble évidemment se dérouler sur plus de 24h. Bref un certaine démarcation de la règle des 3 unités, presque 200 ans avant Hugo.
    La relation entre Don Rodrigue et Chimène est tout à fait élégante, nous tiens en haleine et semble bien plus réaliste que Hernani/Dona Sol. Les personnages secondaires appuient tout à fait bien l'intrigue principale, étant des rôles types mais écrits sans ambiguïté. Les deux dernières scènes (d'ailleurs nettement moins emblématique, les 3 premières étant les pourvoyeuses des principales répliques cultes.) semblent un peu plus laborieuse, la résolution et la conclusion de la séparation des amants malheureux un peu timorée.
    Néanmoins, le Cid reste peut-être LA pièce de théâtre française, ayant fourni un tas de répliques intemporelles.

    I-4, Monologue Don Diègue. "Ô rage! Ô désespoir! Ô vieillesse ennemie!
    N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie?"
    I-5, Don Diègue à Rodrigue "Rodrigue, as-tu du coeur ?"
    II-2, Le Comte à Rodrigue "À vaincre sans péril on triomphe sans gloire."
    III-4, Chimène à Rodrigue "Va, je ne te hais point."
    IV-3, Don Rodrigue au Roi
    "Nous partîmes cinq cents, mais par un prompt renfort,
    Nous nous vîmes trois mille en arrivant au port
    Tant, à nous voir marcher avec un tel visage,
    Les plus épouvantés reprenaient de courage.
    [...]
    Cette obscure clarté qui tombe des étoiles."
  • Essais - Livre troisième (1588)

    Sortie : 1588.

    Livre de Michel de Montaigne

    Chapitre 11 seulement sur l'essai "Des boiteux"
    Traite de la vérité, du scepticisme dans le cadre de la chasse aux sorcières de son époque. Il énonce que rechercher la vérité est intéressant mais espérer la trouver est dénué de sens.
    Énonce les biais et les arguments fallacieux à éviter dans le cadre de la justice donc de la vérité, (de l'argumentation en général)
    Ntt Argument ad populum, d'autorité divine, biais d’auto-complaisance...
    Défend sa liberté de douter et la liberté des autres de ne pas douter.
    Opposition à la peine de mort ( surtout quand la condamnation repose sur de simples certitudes).
    Il se réfère tout au long du texte à des citations d'auteurs antérieurs ayant travaillé sur ce même sujet de Vérité/Justice.

    "Le faux est si voisin du vrai que le sage ne doit pas se risquer dans un lieu si rempli de précipices" (Cicéron)
    "Belle autorité pour la sagesse qu'une multitude de fous" (Saint-Augustin)
    "Jamais la renommée ne tient à la vérité" (Quinte-Curce)
    "Les hommes ajoutent plus de foi à ce qu'ils ne comprennent pas - L'homme est naturellement avide de croire aux mystères" (Tacite)
  • La Connaissance objective (1972)

    Objective Knowledge: An Evolutionary Approach

    Sortie : 1972. Essai et philosophie.

    Livre de Karl Popper

    Lecture de sa conférence "Tolérance et responsabilité intellectuelle".
    Développement de sa philosophie "rationaliste critique".
    Texte assez difficile qui développe plusieurs sujets.
    Il évoque le danger de l'intolérance en citant Voltaire comme principal précepteur du sujet. Principalement un développement de sa théorie de la réfutation et de l'exigence scientifique éthique. La difficulté se présentant dans les définitions actuelles du mot "sceptique" qui n'est pas forcement relié à la pensée critique tout comme le danger du "relativisme". Le but est la recherche de la vérité objective. Il s'agit notamment d'accepter de faire des erreurs ("Je sais que je ne sais rien") et d'en tirer du positif, ce qui est en opposition avec l'ancienne éthique qui réprouvait les erreurs.
    Les 3 principes éthiques: 1-Le principe de Faillibilté, 2-Le principe de la discussion rationnelle, 3-Le principe de l'approximation de la vérité.
    Il se réfère à de nombreux auteurs antiques ou du moins anciens, Xénophon, Montaigne, Voltaire....

    "Si nous revendiquons que l'intolérance soit tolérée, nous détruisons alors la tolérance et l'état de droit"
    "La thèse du relativisme conduit manifestement à l'anarchie, à l'absence de droit, et ainsi au régime de la violence"
    "La vérité est objective. La vérité est l'accord que j'énonce avec les faits, que je sache ou non en quoi consiste cet accord."
  • Freud : concepts fondamentaux de la théorie et de la psychanalyse freudiennes (1998)

    Sortie : janvier 1998. Essai et philosophie.

    Livre de Sylvestre Clancier

    Lu en Décembre 2019. 6/10
    Difficile de noter un essai et un livre de méta-analyse. L'auteur tente de nous transmettre les points clés de l'oeuvre freudienne. Tout n'est pas facile à lire, difficile de rester toujours concentré dans des explications qui restent parfois floues pour un néophyte de Freud comme moi. Il sera donc difficile d'en ressortir des connaissances mais si je recroise ces concepts ça aidera certainement. Chez Freud on retrouve : Différence entre différentes névroses et psychoses.+ Le développement de la mise en évidence d'un inconscient qui se complète avec le préconscient et la conscience, mis en relation avec les penchants du ça (lieu des pulsions), du moi (lieu de la réalité et des entraves de la société = refoulement), et du surmoi qui parraine les deux autres une fois le complexe d'Oedipe résolu. + Développement des stades de l'évolution libidineuse avec notamment un attachement à la libido infantile (étrange tout de même). Donc avec les stades "oral" "sadiques-anal" et "génital", permet d'expliquer que tout est lié à l'enfance etc...+ Le point de vue économique, très complexe mais en gros. L'inconscient et l'être fonctionne sur différents principes bons ou mauvais pour nous. Principe du plaisir notamment. + Concept de pulsions et théorie des instincts, dans la continuité du principe du plaisir, des choses s'ancrent naturellement en nous pour nous préserver dès fois sans le faire vraiment. + Analyse de la thérapeutique psychanalytique où Freud fait une sorte d'introspection sur son travail et le rapport aux patients.
    Certaines idées de Freud semblent manifestement démodées et largement réfutées. Il semble atteint le garçon quand même...

    "La technique psychanalytique tire parti de trois groupes de phénomènes psychiques : Symptômes, Rêves, Actes manqués"
    "L'angoisse est la dernière défense face au surinvestissement dans des objets perdus"
    "Le moi a pour fonction de représenter le ça au monde extérieur"
    "La perception est au moi ce que l'instinct et l'impulsion sont au ça"