Lu en 2015

Avatar arnonaud Liste de

464 bd

par arnonaud

Note : Les œuvres sont présentés dans leur ordre chronologique de lecture. Mes lectures les plus récentes sont en fin de liste.
Note (2) : le (Re) à côté de certains numéros de comics signifie une relecture de ce numéro. Le plus souvent c'est une relecture VF après l'avoir lu en VO quelques mois plus tôt.

Pour la 4e année consécutive, je vais consigner mes lectures ici, même si le Journal existe. Pourquoi ? Par habitude, déjà, et ensuite parce qu'ici je peux mettre une critique rapide, l'histoire de me souvenir de ce que j'ai lu et permettre aux visiteurs de la liste d'avoir un truc intéressant à lire.

Et un petit espace d'analyse (pas à jour):
BD lues : 267
Franco-belge : 74
Comics : 118 (dont SH : 79)
Manga : 75

Single issues lues : 284
Single issues super-héroïques VO : 212
Single issues autres VO : 72

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Le Chasseur - Sherlock Fox, tome 1

    Sortie : .

    BD franco-belge de Du Yu et Jean-David Morvan

    [Janvier]

    Cet album m'intriguait. Premier album de la collection Tchô l'Aventure à sortir dans un grand format au lieu du format poche habituel, venue dans la collection d'un scénariste avec de la bouteille et une sacrée tonne d'albums derrière lui plutôt que les petits jeunes habituels et puis la couverture à la classe.

    Mais voilà, force est de constater à la lecture que cet album est bancal. Pas niveau dessin, Du Yu, un jeune dessinateur chinois, s'en tire vraiment pas mal du tout dans son style animalier anguleux et humoristique. C'est détaillé, dynamique et c'est superbement mis en couleur. A la limite c'est peut-être parfois un peu trop sombre, mais à part ça, y a vraiment rien à dire.

    Le vrai problème vient du scénario de Jean-David Morvan qui livre ici quelque chose de complètement insignifiant, à mon humble avis (bon, c'est assez dur comme propos, mais voilà, ce n'est que mon ressenti). Il ne se passe pas grand chose dans ce premier tome, y a un bon tiers qui est occupé par l'enquête d'introduction sensée nous présenter l'univers, et on a l'impression de n'avoir lu au final que le chapitre 1 d'un manga. Mais en outre, le personnage principal est inintéressant, jamais attachant, trop guindé et attaché à faire respecter à la règle la loi, les bonnes moeurs et à repousser ses instincts. Et on a malheureusement personne d'autres à qui s'identifier.

    En outre, la partie enquête n'est pas très bien rendue non plus, on ne sent pas les déductions, la recherche d'indice, l'intelligence du perso, ça semble juste être un commissaire rigide, solitaire et fort en baston. Le côté rusé du renard, vous oubliez aussi... Il n'a vraiment rien de très intéressant.

    Et puis l'intrigue globale n'est pas fofolle, que ce soit la première enquête ou celle qui commence ensuite et qui devrait aussi occuper le second tome (si second tome il y a). Je m'en fous de savoir le dénouement du mystère, on ne ressent pas assez la gravité de la situation dans la seconde enquête et globalement l'intrigue est malheureusement assez téléphoné.

    Ah, et attention, pour un album jeunesse, c'est assez orienté cul par moment, donc peut être pas à conseiller en première lecture BD pour un enfant de 6 ans (de toute façon c'est pas génial donc bon...).

    Bref, ça se lit, c'est beau, mais le scénario est malheureusement vide et le personnage principal plutôt raté. Vraiment dommage.

    Bien content d'avoir emprunté ça en bibli et de ne pas l'avoir acheté...
  • Kids on the Slope (2007)

    Sakamichi no Apollon

    Sortie : .

    Manga de Yuki Kodama

    Tome 5 : 8 [Janvier]

    Tome 5 : Cette chronique de vie quotidienne et amoureuse dans le japon des années 60 marche décidément toujours aussi bien. C'est un plaisir de retrouver nos héros, toujours travaillés et attachants, dans de nouvelles péripéties qui vont voir leurs relations amoureuses toujours se complexifier et leur amitié se renforcer. Notons quand même le personnage de Jun qui évolue pas mal et qui devient une espèce d'élément imprévisible très intéressants pour la dynamique du groupe (et surtout pour Yurika et Sentarô).
    Donc voilà, une très bonne série qui continue sur sa lancée, que demander de plus ? [8]
  • Rural !

    Sortie : .

    BD franco-belge de Étienne Davodeau

    [Janvier]

    J'ai découvert Davodeau avec les Ignorants et il m'avait alors mis une belle claque avec cette BD qui faisait parti des meilleures que j'avais pu lire jusqu'alors. Il fallait bien qu'un jour j'explore un peu plus sa bibliographie...

    Rural est un plus petit format, plus court, mais pas moins intéressant. Davodeau s'intéresse ici à la construction de l'A87 au tout début des années 2000 et aux conséquences pour les habitants des alentours et pour les agriculteurs des environs, notamment un groupe de fermiers bios.

    En jonglant habilement entre les différents groupes d'individus et les sujets, Davodeau fait ici un témoignage/reportage militant en BD très intéressant même pour celui qui ne connaît rien du sujet et qui ne s'en soucie pas à la base. C'est vraiment bien raconté, très proche des intervenants, très humain par conséquent et c'est bien illustré, et en outre c'est vraiment une lecture enrichissante.

    Une lecture très agréable.
  • Radiant, tome 1

    Sortie : .

    Manga de Tony Valente

    [Janvier]

    Si Radiant ne semble pas être la série la plus originale du monde à première vue, il y a bien une chose qu'on ne peut pas lui enlever, c'est extrêmement joli. Tony Valente est vraiment un excellent dessinateur et son style est vraiment carré, maîtrisé et élégant. Alors oui, il est assez classique, très "style manga générique", mais force est de constater que ça marche remarquablement bien. Pas de fausses notes, de trucs un peu moins maîtrisés qui traînent par ci, par là, c'est bien fait du début à la fin, et ça rend vraiment la lecture très agréable.

    Et l'autre bon point, c'est que c'est couplé avec un humour très présent et qui fonctionne plutôt très bien. La série ne se prend pas souvent au sérieux, on a pleins de personnages comiques délirants et loufoque... Et puis il faut bien dire qu'il y a le côté frais d'avoir un humour plus frenchy, forcément, qu'à l'accoutumé. Il y a une sensibilité différente, pas forcément hyper marquée mais qui se sent, qui donne un charme particulier à ce tome.

    Après, comme ça se devine à la seule vue de la couverture, l'histoire en elle même n'est pas follement originale. Mais vu que globalement je fais en sorte d'éviter les nekketsu de baston archi classiques, en lire un pour une fois n'est pas désagréable. Pour ceux qui ne lisent que ça, pas sur que Radiant ait assez d'originalité pour s'imposer. Il y a bien un univers, une galerie de personnages efficace, cette humour qui fonctionne bien, ce beau dessin, et quelques pistes scénaristiques intéressantes à base de manichéisme peut être pas aussi présent que ça ou peut être pas celui que l'on imaginait au début qui sont toujours bienvenue.

    Mais on a aussi des poncifs avec ce héros archi classique (bourrin, un peu crétin et niais, possédant une spécialité inné pour surmonter l'adversité, et bien sur rêvant d'aventure, voulant prouver sa valeur, détestant l'injustice et appartenant à un groupe social rejeté par la majorité), cet univers de magiciens rigolo revisité sauce shônen, et toute une foule d'étapes obligatoire du genre dans l'histoire et quelques personnages aux caractéristiques typique du genre.

    Mais voilà, ça reste une lecture plaisante et j'ai envie de voir comment Valente a développé son histoire par la suite.

    Et ça fait vraiment plaisir de voir un auteur français aussi beau et efficace visuellement.
  • Nobles paysans (2006)

    Hyakushō Kizoku

    Sortie : .

    Manga de Hiromu Arakawa

    Tome 2 : 8 [Janvier]

    Tome 2 : Toujours aussi sympa cette série annexe de Hiromu Arakawa. Alors, ça ne vaut peut être pas Silver Spoon, mais c'est très sympathique. Un bon mélange d'humour (surtout que l'auteure n'a rien perdue de sa drôlerie) et d'instruction puisqu'on apprend toujours des choses sur le monde agricole (et plus particulièrement celui japonais), ce qui est franchement sympa.
    Une petite lecture détente, hyper facile à lire, avec des petits chapitres courts et un dessin épuré mais toujours efficace. Vraiment très bien. [8]
  • Lost at Sea (2003)

    Sortie : novembre 2003.

    Comics de Bryan Lee O'Malley

    [Janvier]

    Voilà, j'ai enfin lu la première BD de Bryan Lee O'Malley, un auteur que j'adore puisque ces deux œuvres suivantes font tout simplement parties de mes BD favorites (et squattent les premières places de mon top 10).

    Donc j'avais hâte de lire ce Lost At Sea, même si je m'attendais bien sur à ce que ce ne soit pas aussi bien que Scott Pilgrim et Seconds.

    Et oui, ce n'est pas aussi bien que Scott Pilgrim et Seconds.

    Est-ce que c'est mauvais pour autant ? Non, je n'irais pas jusque là. La lecture est agréable, y a de bons passages, de bons dialogues ça et là, mais toute l'histoire est construite autour d'un élément qui reste mystérieux, d'une pièce manquante pour restituer le puzzle et quand celle là arrive, et bien j'ai trouvé ça un peu fade et que ça manquait un peu de sens. Après, vu que je l'ai lu en VO et que je ne prétends pas être un parfait bilingue (loin de là), y a peut être des trucs que j'ai pas capté, je dis pas.

    Mais voilà, là Bryan Lee O'Malley a fait une histoire dans un genre compliqué, le "road-trip existentialiste où il ne se passe fondamentalement rien" et où l'on arrive à la fin en se disant "Hein ? Déjà ? Du coup, il voulait me parler de quoi l'auteur ? De ça ? Ah... D'accord, pourquoi pas." (et c'est le genre de truc où le résumé derrière le bouquin est limite plus clair sur l'intention de l'auteur que le livre en lui même, et bien sur je lis le résumé après...)

    Ce n'est pas mauvais, et puis ça change du O'Malley actuel puisque le personnage principal est bien plus réservé, et l'on passe notre temps à lire ses monologues internes, ce qui est à peu près l'inverse des héros suivants de l'auteur... Mais voilà, il m'a manqué un truc pour que ce soit pleinement satisfaisant.

    Graphiquement, ce n'est pas aussi soigné et mignon que ce que fait l'auteur actuellement, mais honnêtement, ça marche très bien.
  • Inhumanity

    Sortie : décembre 2013.

    Comics de Olivier Coipel et Matt Fraction

    Inhumanity #1 (VF) : 7 (Re) [Janvier]

    #1 [Décembre] Infinity vient de se terminer, on s'intéresse maintenant aux conséquences pour les inhumains ! Matt Fraction, qui devait lancer la série Inhuman avec Joe Mad (avant d'avoir des différents créatifs avec les éditeurs de Marvel et de quitter le navire au profit de Charles Soule), est ici aux commandes du scénario et profite du numéro pour clarifier la situation des inhumains et surtout faire un gros résumé pour ceux qui, comme moi, ne connaissent pas grand chose à la mythologie complexe de ces personnages. On a donc le droit à leurs origines, à une explication de pourquoi il y a des gènes inhumains qui se baladent dans l'humanité, à un résumé de ce qui se passe dans Infinity et a des explications plus claires sur un point de l'event qui avait été expédié par Hickman.

    A côté de ça, on a un peu de mal à vraiment s'attacher aux personnages présents dans le numéro, notamment aux inhumains, je ne sais pas si c'est dû au manque d'expressivité des dessins de Coipel sur ce numéro ou si c'est l'écriture de Fraction, mais il y a un manque d'empathie pour la destinée de ce peuple qui est peu gênante.

    L'écriture de Fraction est plutôt bonne. J'aime bien comment il écrit Karnak et Hawkeye et le numéro n'est pas chiant malgré son manque d'action. Les explications passent bien, on ressent cette atmosphère de fin d'une époque et la fin de numéro est vraiment très réussie, notamment grace aux dessins d'Olivier Coipel qui brille surtout sur cette dernière partie, livrant vraiment de superbes cases, de toute beauté (et en plus bien colorisée). Sur le reste du numéro, il est un peu moins inspiré, avec certaines pages qui brillent par leur absence de décors et d'autres où les personnages n'ont pas vraiment l'acting correspondant aux dialogues. Ça reste néanmoins de très bons dessins.

    Au niveau des flashbacks, Leinil Francis Yu et Dustin Weaver, pourtant épuisés par Infinity, livrent des planches de très bonne facture et, sur tout le numéro, Laura Martin offre une colorisation pas mal du tout, surtout avec cette ambiance de fin de journée dans le QG des vengeurs.

    Au final, un numéro sympathique, qui se lit bien, pas phénoménal, mais qui a le mérite de préciser le futur de l'univers Marvel et qui profite de dessins de très bonne facture. Bon après, c'est dommage que Soule n'ai pas du tout utilisé les éléments posés ici, et n'ait pas fait une histoire de l'ampleur annoncée par Fraction dans ce numéro. [7]
  • Daredevil par Frank Miller, tome 1

    Sortie : .

    Comics de Frank Miller et Roger McKenzie

    [Janvier]

    Quelle joie d'enfin lire le run de Daredevil par Miller ! La réputation de ces numéros n'est pas du tout usurpée, c'est vraiment de la qualité. On a vraiment quelques numéros d'exceptions dans ce recueil.

    Si vous aimez le style de Miller, son univers si particulier, vous allez vraiment adorés. On a l'ambiance polar noir, les mafieux, les ninjas, le héros super badass, des loqueteux à pustules, une femme fatale et bien entendu une narration totalement unique, moderne et novatrice. J'adore les mises en pages de Miller, son utilisation de grandes cases verticales de la hauteur de la page, ses cases horizontales de baston, ses cases de zooms, ses plans 2D super graphiques... C'est toujours hyper inventif et surtout à de nombreux moments ça renforce pleinement la force des séquences.

    Et puis, le scénario est très bon lui aussi. Miller concentre l'univers de Daredevil sur quelques figures fortes, peu nombreuses : DD, Elektra, le Caïd, Bullseye, Ben Urich (et un peu le Gladiateur), il vire tous les autres méchants et travaille ses personnages numéro après numéro et multiplie les instants forts avec eux. La relation Bullseye-DD est géniale, la figure tragique du Caïd est plus charismatique que jamais, et les chapitres sur Ben Urich rendent tellement bien compte de ce que ressent un journaliste qui se retrouve menacé par la pègre (les regards plein d'effroi d'Urich sont impressionnants)...

    Donc voilà, c'est génial, excellente lecture. Je regrette seulement le rendu des couleurs où ça semble avoir été retouché en numérique pour mettre des effets de volumes en dégradé immondes, et je regrette également que les deux épisodes bonus de fin de tome ne soient pas d'une meilleure qualité.
  • La Force de l'Esprit - Superior Spider-Man, tome 2 (2013)

    Superior Spider-Man Volume 2: A Troubled Mind

    Sortie : .

    Comics de Ryan Stegman, Humberto Ramos et Dan Slott

    [Janvier]

    Bon, je crois que l'exemplaire qu'on m'a prêté de ce tome 2 était un des fameux exemplaires défectueux avec une magnifique pagaille dans l'ordre des pages dans les épisodes de fin... Dommage.

    Mais ça n'empêche pas ce tome d'être très bon et agréable à lire, composé d'une successions de mini-arcs dont la qualité monte crescendo.

    On a le droit à une belle variété de situations pour mettre en difficulté le Spider-Man Supérieur, qui est un personnage toujours intéressant, partagé entre ses instincts d'un personne frustré et corrompue par le crime, son intelligence, son côté méthodique, et toutes les choses positives que lui apportent sa nouvelle vie de héros et la vie de Parker. On sent que ce n'est pas un personnage figé, il peut évoluer au vue des situations auxquels il est confronté, et il a aussi l'intérêt d'interpréter les classiques de Spider-Man sous un œil toujours neuf.

    Ce qui est bien, c'est aussi toute la galerie de personnages secondaires, tous très réussis et qui ont des rapports très intéressants avec Spidey, notamment J.J.J. et Anna Maria.

    Bon et la bataille mentale de fin de tome est une très belle réussite pour Slott et Stegman. D'ailleurs cet arc final est vraiment très bon, multipliant les rebondissements et les moments impactant entre et pour les personnages.

    Et niveau dessins, Stegman et Ramos font vraiment un boulot nickel, y a rien à redire là-dessus. Le style cartoony avec un encrage marqué colle bien à la série, c'est expressif, vivant...

    Bref, un second tome très réussi pour cette série qui donne envie d'aller voir la suite, en espérant que ça continue sur cette lancée.
  • Bleu - Spider-Man (100% Marvel), tome 4 (2002)

    Spider-Man: Blue

    Sortie : juillet 2002.

    Comics de Tim Sale et Jeph Loeb

    [Janvier]

    Voilà, j'ai enfin lu cette histoire culte de Spidey et j'ai enfin lu les trois récits "Colors" de Loeb et Sale, et c'est encore une fois une réussite pour ce duo. J'ai été déçu que la relation Gwen-Peter n'ait pas été mis plus en avant et que Gwen Stacy reste si mystérieuse durant toute l'histoire, qu'elle ne soit pas plus développée, mais ça reste quand même un excellent récit pour l'homme araignée et un brillant hommage à ses premières années.

    On a de beaux affrontements entre Spider-Man et ses ennemis, qui sont biens mis en valeur, Flash Thompson est écrit à la perfection, et globalement les autres sont plutôt réussis. Et puis c'est bien écrit, y a une bonne utilisation de la voix off qui raconte un récit complémentaire à celui qui est imagé, les relations entre les personnages sont finement décrites, le poids du costume dans la vie de Parker est bien représenté, les chamboulements de son quotidien, la vie étudiante, les émois amoureux aussi. Bon Loeb oublie que Parker avait déjà deux filles qui se battaient pour lui à l'époque Liz Allen - Betty Brant, mais on lui pardonnera.

    Et puis, grâce à Tim Sale, c'est encore une fois superbe graphiquement. J'aime beaucoup comment il reprend le style de Romita dans la manière de dépeindre le masque de Spidey ou le visage de Parker. Même la façon de se battre de Peter me renvoyait à certaines bastons de Ditko.On a en plus une foule de superbes cases de décors et autres paysages, les deux jeunes femmes sont bien entendu resplendissante, et c'est expressif, vivant, tendre... C'est dommage qu'il n'y ait pas de lavis, mais c'est une très bonne prestation de Sale une fois de plus. Et en plus, pour un récit de 2002-2003, la colo est franchement excellente.

    Donc voilà, très bon récit pour le monte-en-l'air.
  • Fins de Règne - Superior Spider Man, tome 3 (2013)

    Superior Spider-Man Volume 3: No Escape

    Sortie : .

    Comics de Humberto Ramos, Giuseppe Camuncoli, Christos N. Gage

    [Janvier]

    Voir la critique.
  • The Amazing Spider-Man: Spider-Island

    Sortie : .

    Comics de Tom Fowler, Giuseppe Camuncoli, Stefano Caselli

    [Janvier]

    Relecture.

    Bon, comme je le pensais, c'est moins nul que ce que j'avais estimé à la première lecture. Après, ce n'est pas non plus la grande réussite déclarée à l'époque. C'est une histoire sympa de Spider-Man, avec du grand spectacle, pleins de personnages convoqués, et un concept de base sympa, mais pas plus.
    Il manque un vrai travail sur les personnages, de vrais challenges pour Spidey et de vrais adversaires... Mais bon, ça reste une lecture sympathique et puis c'est pas trop moche si on aime le style de Ramos.
  • Ma vie est une arme - Hawkeye, tome 1 (2013)

    Hawkeye: My Life as a Weapon

    Sortie : .

    Comics de David Aja, Javier Pulido et Matt Fraction

    [Janvier]

    Relecture.

    Toujours aussi délicieux ce Hawkeye par Fraction et Aja. C'est vraiment brillant. Super caractérisation des personnages, petites aventures décontractée, humour, audace narrative et superbes dessins de David Aja, très bien accompagné par Hollingsworth à la couleur.
    Rien à redire.
    Et relire la série va m'aider à bien me rappeler de tous les subplots de l'histoire que personne ne prend le temps de nous rappeler avant de débuter la lecture du tome 3.
  • Angela: Asgard's Assassin (2015) (2015)

    Angela: Asgard's Assassin (Volume 1)

    Sortie : mars 2015.

    Comics de Stéphanie Hans, Phil Jimenez, Marguerite Bennett

    Angela #2 : 6 [Janvier]

    #2 [Janvier] Le numéro commence plutôt bien, les dessins de Phil Jimenez sont toujours aussi beau, c'est toujours aussi bien colorisé par Fajardo et un flash-back nous explique le scénario du premier arc tout en développant de manière intéressante Freyja.
    Mais après, de retour au présent, l'intrigue s'embarque dans une étape inutile pour justifier l'autre flash-back, celui écrit par Marguerite Bennett et illustré par Stéphanie Hans. Et le problème c'est que celui-ci est chiant (avec de bons gros pavés de texte à lire) et n'apporte rien à l'intrigue principale, et ne développe pas des choses ultra intéressante sur Angela et le royaume des anges. Et le deuxième problème, c'est que cette séquence enchaîne ensuite avec le cliff de fin qui nous présente une situation qui me donne tout sauf une envie pressante de lire la suite.
    C'est dommage, car c'est franchement beau, mais si l'histoire oublie d'être intéressante... [6]
  • Winterworld (2014)

    Sortie : juin 2014.

    Comics de Jackson "Butch" Guice et Chuck Dixon

    Winterworld #4 : 6
    Winterworld #5 : 7 [Janvier]

    #5 [Décembre] Dans ce 5e numéro de Winterworld, on accueille un nouveau dessinateur, Tomas Giorello, en remplacement de Butch Guice, et on y perd clairement pas au change, c'est encore plus beau ! C'est classe, lisible, expressif, ça s'accorde super bien à la colo de Diego Rodriguez... Franchement rien à redire et ça a franchement joué dans mon plaisir à parcourir les pages.
    Et si je sentais une petite baisse de régime dans le numéro précédent, celui-ci relance pas mal la série. Il se passe pas mal de choses, on découvre de plus en plus de personnages, et ils sont tous charismatiques et donnent envie d'en savoir plus sur eux. En plus on a un gros changement de statut quo pour l'un des personnages en fin de numéro, ce qui achève de faire de ce numéro une lecture très sympathique. [7]
  • Petits coups - Hawkeye, tome 2

    Hawkeye: Little Hits

    Sortie : .

    Comics de David Aja, Francesco Francavilla, Steve Lieber

    [Janvier]

    Comme le premier tome, c'était vraiment très bien. Et les chapitres dessinés par David Aja sont tout bonnement somptueux. Et le duo Fraction/Aja (ou Aja tout court, j'en sais rien) est d'une inventivité narrative folle, c'est vraiment plaisant de lire ça.
    Maintenant je suis paré pour la lecture du tome 3 et j'espère que ce sera au même niveau.
  • L.A. Woman - Hawkeye, tome 3

    Sortie : .

    Comics de Javier Pulido, Annie Wu et Matt Fraction

    [Janvier]

    Changement d'ambiance pour ce 3e tome puisqu'on y suit les aventures de Kate Bishop à L.A. et on a presque l'impression de lire une tout nouvelle série ! Et en fait ce souvenir de ce qui s'est passé dans les tomes précédents ne sert qu'à piger ce qui se passe dans les 3 premières pages, après on est plutôt dans quelque chose d'assez indépendant du reste de la série.

    Mais ça marche tout aussi bien. On s'attache à cette Hawkeye et c'est vraiment très drôle de la voir essayer de jouer les héroïnes alors qu'elle est en réalité assez naze, sans expérience et toujours à vouloir être classe et à foncer dans le tas. Le côté gosse de riche qui se retrouve livrée à elle même et le bordel qu'elle créé autour d'elle dans ses mésaventures à L.A. m'a vraiment fait marrer. C'est vraiment très réussi, et les nouveaux personnages secondaire sont eux aussi très biens écrits.

    En plus, comme dans le tome 2 de la série, on part sur des petites aventures l'air de rien qui se recoupent sur une intrigue plus globale avec ce qu'il faut d'action, révélations et de montée de tension.

    Niveau dessins, on savoure tout d'abord le travail de Javier Pulido, toujours aussi doué, et ensuite on fait avec Annie Wu qui donne de bonnes gueules et expressions à ses personnages mais qui est moins inventive dans le découpage et surtout moyennement efficace dans le rendu des scènes d'actions qui sont ici plus brouillons. Et bien entendu, on retrouve le style si caractéristique de Hollingsworth et ses aplats à la colo.

    Donc très bon 3e volume de cette très bonne série. J'ai hâte d'en lire la conclusion quand le 4e et dernier tome sortira !
  • Doom

    Sortie : mars 2002.

    Comics de Leonardo Manco et Chuck Dixon

    [Janvier]

    Voir la critique.
  • Gamine - Porcelaine, tome 1

    Sortie : .

    BD (divers) de Chris Wildgoose et Benjamin Read

    [Janvier]

    Bon, je ne savais pas que ça se faisait encore de publier des comics format franco-belge, mais après tout pourquoi pas, et ça permet de bien profiter des dessins de Chris Wildgoose.

    Ce premier tome de Porcelaine est très sympathique. On part sur une histoire très classique, avec cette petite fille pauvre, orpheline, qui se fait recueillir par un mystérieux alchimiste riche, veuf et sans enfant. On est vraiment en chemin connu avec les deux qui apprennent à vivre ensemble, l'alchimie qui anime des corps de porcelaine un peu étranges et qui a quelque chose de louche, la pièce où la petite fille n'a pas le droit d'aller, fermée par une bonne grosse clef rangée dans un tiroir hyper facile d'accès...

    On ne peut pas dire que le scénario épate par son originalité, mais c'est bien raconté, les deux personnages sont attachants, leurs designs sont bons et globalement l'univers visuel du titre est très réussi.

    Et puis j'ai quand même été étonné par les retournements de situations finaux qui n'étaient pas ceux auxquels je m'attendaient, comme quoi il y avait encore un peu de surprise dans cette histoire, et c'était très appréciable. Et j'ai bien aimé le fait que l'histoire soit quasiment auto conclusive dans sa structure. Bien sur il y aura une suite, c'est annoncé en grande pompe à la fin de l'ouvrage avec la couverture du second tome, mais en soit ça aurait très bien pu être un one-shot, puisque la conclusion fait tout à fait l'affaire. Donc on évite le syndrome du tome 1 qui est en fait un chapitre 1, et c'est une très bonne chose.

    Si ce n'est certainement pas la BD de l'année, Porcelaine reste une bonne petite surprise, avec un univers et des personnages attachants et je pense que c'est avec plaisir que je reviendrais voir ce que les auteurs nous ont concocté pour le second tome.
    Et je pense que ce tome peut pas mal plaire à des enfants/ados avec son univers très XIXe siècle fantasmé et son héroïne pleine d'entrain.
  • Wolverines (2015) (2015)

    Wolverines (Volume 1)

    Sortie : janvier 2015.

    Comics de Nick Bradshaw, Charles Soule et Ray Fawkes

    Wolverines #1 : 6
    Wolverines #2 : 6
    Wolverines #3 : 6 [Janvier]

    #3 [Janvier] Donc voilà la fameuse Fantomelle. On ne sait malheureusement pas encore si c'est bien un personnage français comme le laisse supposer son nom improbable et le décor de la couverture, mais elle fait en tout cas une bonne entrée en scène, très amusante, et sa relation avec son chien Culpepper (donc oui, Soule a un don pour donner des noms complètement merdiques aux personnages de cette série) marche vraiment bien. En plus, contrairement aux autres personnages de Paradise, il y a ici un vrai effort pour la caractériser. Bref, elle a du potentiel. Dommage qu'on ne puisse pas en dire autant de son mystérieux petit copain random et de la menace bien naze qui se ramène dans le numéro. A quoi ça sert de poser une énorme menace dans le numéro précédent si c'est pour aller s'encombrer tout de suite après d'un ennemi tout nul ?
    Graphiquement, Juan Doe qui se colorise lui même, offre bien sur une prestation qui n'a strictement rien à voir avec les deux équipes artistiques précédentes. L'unité artistique à l'air d'être un concept avec lequel on se torche pour l'équipe éditoriale du titre, et c'est bien dommage puisque ça risque de gêner l'immersion dans le récit et son univers une fois en relié.
    Bon et quel bilan donner de la série pour le moment : ça fonctionne à peu près, mais on est pas dans du grand et bon scénario et à part Bradshaw, c'est plutôt moyen graphiquement et la preview du 4e numéro annonce une prestation encore plus faible... Bref, Marvel semble être aller racler les fonds de tiroirs côté dessinateurs, et ça risque vraiment d'handicaper la série. En tout cas, moi ça ne me donne pas des masses envie de continuer, même si la quête présentée à un petit potentiel, tout comme pas mal de personnages, en particulier Fantomelle. Mais bon, ce n'est clairement pas, pour le moment en tout cas, une grande série Marvel. [6]
  • Il n'y a pas de "Nous" - East of West, tome 3 (2014)

    East of West Volume 3: There Is No Us

    Sortie : .

    Comics de Nick Dragotta et Jonathan Hickman

    [Janvier]

    3e tome d'East of West, et la série est toujours aussi sympathique. Le gros point fort de la série est qu'elle est plutôt imprévisible. L'univers que Hickman et Dragotta mettent en place est tellement dingue, vaste et loufoque (tout en étant très sérieux et premier degré) qu'on ne sait jamais ce qui peut se passer. Il y a des concepts fous, des personnages hauts en couleur qui se ramènent à chaque chapitre et c'est vraiment réjouissant. En outre, la majorité des personnages que l'on suit sont des connards intellectuels ou politicards qui passent leurs temps à comploter, planifier, calculer pour arriver à leurs fins... Ils ont tous les dents longues et ça ne fait qu'ajouter au côté toujours surprenant de cette série.
    Et puis les différentes intrigues que l'on suit, que ce soit la guerre qui s'annonce entre les différentes nations ou la quête de Mort, sont toutes les deux bien menées, avec le lot de moments forts et de retournements de situations qu'il faut. On ne s'ennuie pas, c'est servi par un Nick Dragotta qui s'applique à donner un visuel vraiment unique à la série, et on continue d'avoir envie de savoir ce qui va se passer ensuite.
    Une très bonne série de SF/Fantastique/Uchronie Image Comics.
  • Secret Avengers (2013 - 2014)

    Secret Avengers (Volume 2)

    Sortie : février 2013.

    Comics de Luke Ross et Nick Spencer

    Secret Avengers #15 (VF) : 5
    Secret Avengers #16 (VF) : 6 [Janvier]

    #16 [Janvier] Ca y est, Secret Avengers, c'est fini... Et même si la série n'était pas désagréable à lire, loin de là, on ne pourra pas dire qu'elle m'aura vraiment marquée, et son départ ne me fait strictement ni chaud ni froid.
    C'est un final appliqué, qui essaye d'aligner les jolies scènes de conclusion, avec toujours un côté un peu ouvert, un peu de teasing, mais un vrai sentiment de finalité. Le problème c'est que l'on s'est pas attaché aux persos (enfin, JE ne me suis pas attaché aux persos, j'avoue que je ne sais pas pour vous), et forcément, ça casse un peu l'ambiance, on reste un peu extérieur au truc.
    Et après, même si c'est bien fait, que ça conclue bien l'affaire autour de Mockingbird, on reste dans du final de saison. L'affaire de l'A.I.M. continue par exemple dans Avengers World et Ales Kot qui écrit ce numéro a écrit juste après une nouvelle série Secret Avengers qui continuera certainement quelques pistes lancées ici (comme celle sur M.O.D.O.K. par exemple).
    Enfin, on appréciera de voir Luke Ross faire un de ses meilleurs boulots sur la série dans cet épisode. Je préfère le style de Butch Guice, mais il faut bien avouer que c'est propre et que la case finale a de la gueule. [6]
  • Mix (2012)

    Sortie : .

    Manga de Mitsuru Adachi

    Tome 2 : 7 [Janvier]

    Tome 2 : J'ai mis du temps avant de lire ce tome 2, donc j'étais content de retrouver le style de narration si particulier d'Adachi, son univers scénaristique, ses dessins et les beaux décors ultra-réalistes de ses assistants (très gros boulot à ce niveau là dans ce tome)... Mais force est de constater que Mix manque pour l'instant un peu de pep's. Le fait que les personnages soient bloqués par les magouilles qui se jouent dans leur équipe de baseball empêche vraiment le manga de prendre leur envol. Les personnages sont un peu démoralisés, c'est la saison des pluies, les personnages apprennent encore à se connaître, les mystères sur les uns et les autres sont encore enfouis, du coup ça entraîne un rythme un peu contemplatif et morne un peu dommage. Le match de fin de volume arrange un peu la chose mais pas totalement. J'espère donc que la situation va se débloquer assez vite pour que la série gagne en intérêt.
    Mais bon, malgré tout ses défaut, ça reste sympathique, et comme je le disais en début de chronique, c'est toujours cool de retrouver Adachi. Et après, reste le fait que je n'ai pas terminé Touch, donc je ne saisis certainement pas toutes les références, loin de là. [7]
  • Inhuman (2014 - 2015) (2014)

    Sortie : juin 2014.

    Comics de Joe Madureira, Charles Soule et Matt Fraction

    Inhuman #11 : 6 [Janvier]

    #11 [Janvier] Inhuman continue, et j'ai de moins en moins d'espoirs pour la série. Là où on aurait pu espérer au début une montée en puissance progressive pour vraiment mettre en valeur les inhumains comme la prochaine grosse franchise Marvel... Soule s'embourbe dans des intrigues courtes et de seconde zone sans véritable éclat... En outre, il a beaucoup de mal à écrire des inhumains auxquels on s'attache vraiment, tous ses personnages sont un peu trop basiques, et il faut dire qu'il n'est pas toujours aidé par Ryan Stegman qui n'a pas un mauvais dessin, mais qui livre des designs de persos étranges et des visages de persos qui attirent rarement la sympathie.
    Ajoutons à ça que Medusa s'est payé Axis dans la tronche, un event dans lequel elle n'a servie à rien, où elle n'a fait que de la figuration, et qui a eu un tie-in dans la série qui n'avait rien à voir et qui n'a fait que détruire le perso alors qu'on avait déjà du mal à vraiment s'attacher à elle à la base... Super calcul de Marvel pour la série, bravo les gars.
    En tout cas dans cette épisode, on alterne entre Medusa qui doit faire avec son retour à l'état normal, et la suite des petites aventures de Reader et Iso à Venise. La partie sur Medusa est un peu niaise mais ça développe un peu le perso et ça aura, peut-être, des conséquences pour la suite, et pour Reader et Iso, c'est de l'aventure basique, face à un méchant de second rang et sans vraiment de temps forts où les personnages peuvent afficher toute leur badassitude. Reader est toujours un personnage qui a du potentiel, mais il ne me semble pas encore bien exploité...
    Donc voilà, c'est du très classique qui manque un peu de relief, du comics kleenex qu'on lit et oublie aussitôt. Isanove se débrouille à la colo, ce n'est pas un mauvais coloriste, mais il n'y a clairement pas l'alchimie qu'il y avait dans le duo Stegman - Gracia où ce dernier apportait une réelle plus value au comics dans les ambiances colorées qu'il installait. Dommage qu'on ait mis le coloriste sur un titre sûrement plus prioritaire pour l'éditeur. [6]
  • Cowa!

    Sortie : 1999.

    Manga de Akira Toriyama

    [Janvier]

    Je continue mon exploration de la bibliographie de Toriyama avec la lecture de ce one-shot, Cowa.

    L'immonde couverture montre bien l'époque de production du bouquin et à quel point il fait partie de la vague de BD de la fin des années 90/début 2000 où on expérimentait avec l'outil informatique. Bon à l'intérieur, pas de décors en 3D ni de titre avec les pires effets de reflets du monde, je vous l'assure, mais on notera par exemple les pages d'intro colorisées numériquement (avec surtout des aplats pas trop moches qui retranscrivent bien l'ambiance halloween du titre, donc ça passe bien) ou encore le fait qu'il n'y a pas de tramage classique mais des aplats en niveau de gris à la place, et ça marche tout aussi bien. A la limite, on pourra noter un ou deux effets pas très heureux dans certaines cases, mais rien de grave.

    Enfin bon, que vaut la BD en temps que telle ? Et bien ça commence comme un manga humoristique pour enfant, où les monstres cohabitent avec les humains, les uns vivant le jour et les autres la nuit. Comme dans Sand Land avec les démons, les humains n'aiment bien entendu pas les démons, mais à priori, ça se tolère plutôt bien.

    Les premiers chapitres sont vraiment là pour présenter les personnages, faire des blagues et c'est tout mignon (surtout avec José Rodriguez le fantôme qui est le spécialiste des transformations choupis). Et finalement, quelques chapitres plus loin, Toriyama décide de rassembler ses personnages et de les envoyer faire un roadtrip pour sauver les monstres du village. Et oui, l'appel de l'aventure shônen était trop forte !

    Si ce n'est clairement pas l'oeuvre la plus ambitieuse de Toriyama, Cowa reste très sympathique. Voir un humain solitaire et renfrogné, un peu loubard, partir sur la route avec trois gamins monstres surexcités à ses côtés dans son pick-up est très drôle. Le groupe de héros devient vite très attachants, tous les personnages ont des designs super réussi, c'est drôle... Et j'ai vraiment aimé voir les enfants être émerveillé par le monde extérieur et la grosse brute qui les accompagne s'attendrir au fur et à mesure. C'est clairement pas du super original, loin de là, mais c'est bien fait, drôle et beau, ce qui en fait une lecture très agréable.
  • The Dying and The Dead (2015 - Present)

    Sortie : janvier 2015.

    Comics de Ryan Bodenheim et Jonathan Hickman

    The Dying & The Dead #1 : 7 [Février]

    #1 [Janvier] Nouvelle série de Jonathan Hickman, forcément je suis intrigué. Et le scénariste et son dessinateur nous offrent un premier numéro over-sized efficace mais auquel il manque un petit truc pour me faire accrocher complètement.
    On retrouve bien entendu des thématiques à la Hickman : complot, ville souterraine secrète, personnages albinos habillés de blancs et longues discussions sérieuses... Donc si on aime l'auteur on est pas trop dépaysé, et en plus ça marche plutôt bien. Mais pour l'instant je ne suis pas plus fan que ça du trait froid et détaillé de Bodenheim, je ne suis pas plus d'empathie que ça pour le personnage principal et j'attends de voir ce que va donner la quête à laquelle il décide de prendre part.
    Mais bon, Hickman à l'air d'avoir encore une fois son lot de concepts un peu dingues, donc ça pourra sûrement donner quelque chose d'intéressant par la suite. Réponse dans les prochains numéros. [7]
  • Big Man

    Sortie : 2000.

    Comics de David Mazzucchelli

    [Février]

    Le récit est très simple et correspond à ce qu'on peut attendre quand on associe un géant sorti de nulle part et une communauté de fermiers ricains. Mais ce court récit fonctionne tout de même bien pour les simples et bonnes raisons que le dessin de David Mazzucchelli est toujours aussi bon , avec des aplats noirs et gris toujours superbement posés, et parce que son découpage est toujours impeccable, avec des cadrages très biens choisis et percutants.
    Et puis bon, ça a beau être classique, le message n'en reste pas moins intéressant.
  • Tokyo Ghoul (2012)

    Tōkyō Gūru

    Sortie : .

    Manga de Sui Ishida

    Tome 1 : 7 [Janvier]
    Tome 2 : 7 [Février]

    Tome 2 : La série continue tranquillement, Sui Ishida développant petit à petit l'univers et la mythologie des goules tokyoïtes qui devient de plus en plus riche de chapitre en chapitre. Et outre l'initiation du héros à ce nouveau monde, les enjeux augmentent dans ce tome avec de vrais adversaires qui apparaissent dans la série et l'on s'aperçoit assez rapidement qu'ils ne sont pas là pour rigoler. C'est sombre et parfois un peu violent/gore, mais l'auteur arrive à ne pas trop verser dans du malsain sans intérêt (même si on a le droit à une image peut-être un peu gratuite, mais c'est sans doute voulu pour représenter le choc que ça représente pour le héros).
    C'est toujours une bonne lecture, avec une relation entre le monde des goules et celui des hommes que j'aime beaucoup et que l'auteur exploite bien.
    Cependant, je n'ai plus la surprise de la découverte vu que j'ai déjà vu ça en anime, donc difficile de juger réellement le manga, surtout quand tout est construit autour d'une montée en puissance progressive, de la découverte d'un monde et des factions pas si manichéennes que ça qui l'habite ainsi que d’événements toujours plus marquants et traumatisants.
    Honnêtement j'ai pris plus de plaisir à la découverte de l'anime qu'à la redécouverte de l'oeuvre en manga, mais voilà, comme je viens de le dire, difficile de dire à quoi ce sentiment est dû réellement. [7]
  • Un ange trépasse - Soda, tome 1

    Sortie : septembre 1987.

    BD franco-belge de Bruno Gazzotti, Luc Warnant et Philippe Vandevelde (Tome)

    [Janvier]

    Après avoir entendu beaucoup de bien de la série, il était temps de l'essayer.
    C'est une histoire policière en milieu new-yorkais de la fin des années 80 plutôt classique. Y a de l'action, des poursuites, le supérieur obèse qui n'est jamais content du boulot du personnage principal, une antagoniste plutôt jolie avec laquelle notre anti-héros va faire équipe par la suite...
    Du coup, ça fonctionne, oui, c'est bien raconté, dynamique avec un ton sérieux/adulte qui surprend par rapport au dessin très cartoon et au fait que ça devait être prépublié dans Spirou à l'époque, mais voilà, c'est très classique. Y a quelques aspects intéressants dans le fait que le héros vive avec sa mère, ou encore ce fameux costume de prêtre (qui semble malheureusement être plus un gimmick visuel qu'autre chose), mais ça reste assez maigre.
    Et puis les 46 pages ne permettent pas non plus de biens développés les personnages ou même l'intrigue. Ça va vraiment à l'essentiel, et c'est peut-être dommage là aussi.
    Mais comme je l'ai dit plus haut, ce n'est pas une mauvaise lecture pour autant, loin de là. C'est agréable, bien réalisé et je reste curieux de voir comment la série va évoluer par la suite.
  • Gotham by Midnight

    Sortie : janvier 2015.

    Comics de Ben Templesmith et Ray Fawkes

    Gotham by Midnight #2 : 7 [Janvier]
    Gotham by Midnight #3 : 7 [Février]

    #2 [Décembre] Gotham by Midnight continue tranquillement son petit bonhomme de chemin dans ce 2e numéro qui conclut l'arc de présentation de la série. Le numéro pose en même temps la menace globale auxquels nos enquêteurs devront faire face dans la suite de la série et ça promet d'être plutôt intéressant.
    En tout cas l'ambiance posée pour le moment est très sympa, avec ce mélange d'ambiance dérivée des oeuvre horrifiques/fantastiques et de série policière américaine. Les personnages commencent tranquillement à être développés et sont pour l'instant classiques mais sympathiques et puis il y a le style si loin du mainstream du dessin de Templesmith qui donne tout de suite un charme singulier à la série.
    La série semble plutôt bien partie, et je suis curieux de voir où est-ce qu'elle va nous amener. [7]

    #3 [Janvier] La série est toujours sympathique, mais il lui manque un truc pour vraiment décoller. Les petites aventures de cette unité paranormale de Gotham manquent un peu d'impact, et c'est parfois aussi un peu le cas pour les dessins de Templesmith, dont le style atypique reste cependant très appréciable. Les héros manquent peut-être un brin de charisme visuel, mais vu que la série à un univers graphique bien à elle ça compense un peu.
    Peut-être que Ray Fawkes devrait pousser encore plus la caractérisation des personnages, pour qu'ils deviennent enfin attachants, ou peut-être qu'il devrait tout de suite nous plonger dans une histoire avec plus d'enjeux pour vraiment nous immerger dans la série.
    En tout cas, ça reste quand même une lecture sympathique. [7]