Mes citations

Avatar Florentin Liste de

44 livres

par Florentin
Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts
  • 1
  • 2
  • L'Automne à Pékin (1947)

    Sortie : 1947.

    Livre de Boris Vian

    "_De quel côté viennent-ils ? demanda Amadis
    _Oh, dit l'archéologue, ils peuvent venir de n'importe quel côté ; il suffit qu'ils se soient trompés de route."

    "_Je mérite une punition. Combien y a t-il de pruneaux dans une caisse de pruneaux d'agents ?
    _Qu'est ce que vous appelez des pruneaux d'agents ? demanda l'archéologue.
    _Oui, dit Petitjean, évidemment, vous êtes en droit de me poser cette question. C''est une expression imagée qu'il m'est propre et sert à désigner les cartouches de 7.65 mm, lesquelles munissent les égalisateurs d'agents.
    _Ceci concorde avec la tentative d'explication que je m'efforçais d'élaborer, dit l'archéologue. Et bien, disons vingt-cinq.
    _C'est trop, zut ! dit l'abbé. Dites trois.
    _Alors trois.
    Petitjean tira son chapelet et le dit trois fois, si vite que les grains polis se mirent à fumer entre ses doigts agiles. Il le remit dans sa poche et agita les mains en l'air.
    _Ça brûle ! dit-il. C'est bien fait. Je me fous du monde aussi.
    _Oh, dit Athanagore, personne ne vous en fait grief."
  • Le libraire (2006)

    Sortie : septembre 2006. Roman.

    Livre de Régis de Sa Moreira

    "_Auriez-vous un livre avec deux femmes, quatre hommes, et trois enfants ?...

    _Auriez-vous un livre où tout se passe dans un bois ?...

    _Auriez-vous un livre qui contienne à plusieurs reprises le mot : mansuétude ?...

    _Auriez-vous un livre sans aucun appareil électroménager ?...
    _Voyons, voyons... dit le libraire. Même pas un frigidaire ?
    _Surtout pas un frigidaire."
  • L'Herbe rouge (1950)

    Sortie : 1950. Roman.

    Livre de Boris Vian

    "Le ciel, assez bas, luisait sans bruit. Pour le moment, on pouvait le toucher du doigt en montant sur une chaise, mais il suffisait d'une risée, d'une saute de vent, pour qu'il se rétracte et s'élève à l'infini..."
  • Le Voleur (1897)

    Sortie : 1897. Roman.

    Livre de Georges Darien

    "... et je pourrai peut-être faire quelque chose de beau - oui, oui, de beau - une fois dans ma vie. Pourquoi pas ? Il y a bien des bourgeois qui finissent par le suicide."
  • Le Guépard (1958)

    Il Gattopardo

    Sortie : 1958. Roman.

    Livre de Giuseppe Tomasi di Lampedusa

    "... le bonheur consiste à rechercher des buts et non à les atteindre ; c'est du moins ce que l'on dit."

    "Nous fûmes les Guépards, les Lions ; ceux qui nous remplaceront seront les petits chacals, les hyènes ; et tous ensemble, Guépards, chacals et moutons, nous continuerons à nous considérer comme le sel de la terre."
  • On ne badine pas avec l'amour (1834)

    Sortie : 1834. Théâtre.

    Livre de Alfred de Musset

    "Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n'est qu'un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a une chose au monde sainte et sublime, c'est l'union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux. On est souvent trompé en amour, souvent blessé et souvent malheureux ; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière ; et on se dit : 'J'ai souffert souvent, je me suis trompé quelque fois, mais j'ai aimé. C'est moi qui ai vécu, et non pas un être factice crée par mon orgueil et mon ennui'."
  • Les Heureux et les Damnés (1922)

    The Beautiful and Damned

    Sortie : 1922. Roman.

    Livre de F. Scott Fitzgerald

    "Un classique [...] est un livre à succès qui a survécu à la réaction de la période ou de la génération suivante. Alors, il est en sécurité, comme un style d'architecture ou d'ameublement. Il a acquis une dignité pittoresque qui tient lieu de mode."
  • Tout Ubu (1962)

    Sortie : 1962. Théâtre.

    Livre de Alfred Jarry

    "Nous déplorons plus que jamais que l'état de nos finances ne nous permette toujours pas l'acquisition d'une voiture cellulaire individuelle : car, notre boulet se refusant à marcher devant nous afin de nous trainer, nous avons fait tout le chemin le trainant nous-même au moyen de notre pied, encore qu'il s'arrêtât fort souvent, apparemment pour ses besoins !"
  • L'Arrache-cœur (1953)

    Sortie : 1953. Roman.

    Livre de Boris Vian

    "Ils se turent.
    _Eh bien, dit Jacquemort, je vais m'en aller.
    _Eh oui, dit le curé, vous allez vous en aller.
    _Alors je m'en vais dit Jacquemort.
    Il lui dit au revoir, et il s'en alla."
  • Une saison amère (1961)

    The Winter of Our Discontent

    Sortie : 1961. Roman.

    Livre de John Steinbeck

    "... Pourquoi cela m'a t-il révolté et laissé dans la bouche comme un goût d'œuf pourri ? Suis-je si bon, si bienveillant ou si juste ? Je ne crois pas. Suis-je si fier ? Eh bien, il y a un peu de ça. Suis-je paresseux, trop paresseux pour m'engager ? C'est fou, toute la bienveillance inactive qui n'est rien d'autre que de la paresse, une volonté d'éviter le moindre ennui, le moindre bouleversement ou le moindre effort."
  • Le surmâle (1902)

    Sortie : 1902. Roman.

    Livre de Alfred Jarry

    "L'amour est un acte sans importance, puisqu'on peut le faire indéfiniment."
  • Drôle de jeu (1945)

    Sortie : 1945. Roman.

    Livre de Roger Vailland

    "Nu à nue dans le silence du lit, il n'y a plus de tricherie possible. Le langage ne permet plus d'éluder le réel, le sophiste se trouve au pied du mur : il faut faire ses preuves. La guerre exige la même loyauté. C'est pourquoi l'homme noble n'admettait que deux occupations : la guerre et l'amour."
  • Les Faux-Monnayeurs (1925)

    Sortie : 1925. Roman.

    Livre de André Gide

    "[...] on eût dit une contrebasse s'essayant à des effets d'alto ; son instrument n'obtenait que des couacs."
  • La Cantatrice chauve (1950)

    Sortie : 1950. Théâtre.

    Livre de Eugène Ionesco

    "_Et quand n'y a t-il pas de concurrence ?
    _Le mardi, le jeudi et le mardi.
    _Ah ! trois jours par semaine ?"
  • L'Écume des jours (1947)

    Sortie : . Roman.

    Livre de Boris Vian

    "_Pourquoi sont-ils si méprisants ? demanda Chloé. Ce n'est pas tellement bien de travailler.
    _On leur a dit que c'était bien, dit Colin. En général, on trouve ça bien. En fait, personne ne le pense. On le fait par habitude et pour ne pas y penser, justement."
  • Bilbo le Hobbit (1937)

    The Hobbit

    Sortie : . Roman et conte.

    Livre de J.R.R. Tolkien

    "... Bilbo commença de sentir qu'il y avait réellement en lui, après tout, l'étoffe d'un hardi aventurier : mais il se fût senti encore beaucoup plus hardi s'il y avait eu quelque chose à manger."
  • Sur la route (1957)

    On the Road

    Sortie : septembre 1957. Roman.

    Livre de Jack Kerouac

    "«Eh bien mon pote, cet alto-saxo de la nuit dernière avait le it, dès que ça a mordu, il l'a tenu bon ; je n'ai jamais trouvé un type qui le tenait si longtemps.»
    Je voulais savoir ce que c'était que le it.
    «Allons bon - Dean rigola -, voilà que tu m'interroges maintenant sur les choses in-pon-dé-rables, hum. Voilà un gars et tout le monde autour, hein ? C'est à lui de mettre en forme ce qui est dans la tête de chacun. Il attaque le premier chorus, puis il déroule ses idées, bonnes gens, bien sûr, bien sûr, mais tâchez de saisir, et alors il se hisse jusqu'à son destin et c'est à ce niveau qu'il doit souffler. Tout à coup, quelque part au milieu du chorus, il ferre le it ; tout le monde sursaute et comprend ; on écoute ; il le repique et s'en empare. Le temps s'arrête. Il remplit le vide de l'espace avec la substance de nos vies, avec des confessions jaillies de son ventre tendu, des pensées qui lui reviennent, et des ressucées de ce qu'il a soufflé jadis. Il faut qu'il souffle à travers les clés, allant et revenant, explorant de toute son âme avec tant d'infinie sensibilité la mélodie du moment que chacun sait que ce n'est pas la mélodie qui compte mais le it en question...»
    Dean ne pouvait pas continuer ; il suait en faisant ce discours."
  • Et quelquefois j'ai comme une grande idée (1964)

    Sometimes a Great Notion

    Sortie : 1964. Roman.

    Livre de Ken Kesey

    "Il n'y avait pas de lune, mais la nuit était claire et dans sa nudité, la jeune fille semblait presque luire tant elle était pâle. Comment elle se débrouille pour garder la peau si blanche, se demanda Hank, dans un coin où même les barmans ont le cuir tanné ?"

    "(J'ai toujours trouvé ça vachement dur de parler aux autres sans aboyer. Avec Viv, tiens par exemple, je commence à chaque fois par essayer de faire le joli cœur comme Charles Boyer et à chaque fois, j'ai le ton du paternel quand il explique au shérif Layton comment il faut traiter ces salopards de Rouges dans ce pays, comment leur botter le cul à ces putain de cocos ! Et croyez-moi, un ton pareil, c'est pas un cadeau. Quand le père tapait sur le dos des Rouges, c'était pas avec le dos de la cuiller...)"
  • La Promesse de l'aube (1960)

    Sortie : 1960. Biographie et roman.

    Livre de Romain Gary (Émile Ajar)

    "... et, après avoir longtemps hésité entre la peinture, la scène, le chant et la danse, je devais un jour opter pour la littérature, qui me paraissait le dernier refuge, sur cette terre, de tous ceux qui ne savent pas où se fourrer."
  • Charge d'âme

    Roman.

    Livre de Romain Gary (Émile Ajar)

    "_Le signal russe est «péril immédiat absolu».
    _Shit, dit le Président, et il mit ses pantoufles."
  • La guerre de Troie n'aura pas lieu (1935)

    Sortie : 1935. Théâtre.

    Livre de Jean Giraudoux

    "Pâris - Un seul être vous manque, et tout est repeuplé... Toutes les femmes sont créées à nouveau pour vous, toutes sont à vous, et cela dans la liberté, la dignité, la paix de votre conscience... Oui, tu as bien raison, l'amour comporte des moments vraiment exaltants, ce sont les ruptures..."
  • Un privé à Babylone (1977)

    Dreaming of Babylon : A Private Eye Novel 1942

    Sortie : 1977. Roman.

    Livre de Richard Brautigan

    "_Cet arme a servi à tuer, dit Rink en laissant tomber le coupe-papier sur son bureau. On l'a trouvé dans le dos d'une prostituée de bonne heure ce matin. Pas d'indices. Rien que son corps sur le pas d'une porte et ça.
    _L'assassin devait être un peu paumé, dis-je.
    _Quelqu'un aurait du l'emmener dans une papeterie et lui expliquer la différence entre une enveloppe et une pute."
  • Le Docteur Jivago (1957)

    Доктор Живаго

    Sortie : 1957. Roman.

    Livre de Boris Pasternak

    "Il est toujours bon de voir quelqu'un tromper votre attente et différer de l'idée que vous vous faisiez de lui. L'appartenance à un type, c'est la mort de l'homme, sa condamnation. Si l'on ne peut le faire entrer dans aucune catégorie, s'il n'est pas représentatif, il possède déjà la moitié de ce qu'on est en droit d'exiger de lui : il est affranchi de lui-même, il détient une part d'immortalité."
  • Prince d’orchestre (2012)

    Sortie : . Roman.

    Livre de Metin Arditi

    "La vie, c'est comme un train, reprit Tatiana. Il passe par toutes sortes de gares. Des gens descendent, d'autres montent... Mais il ne s'arrête jamais deux fois à la même gare. Jamais ! La seule chose que tu puisses faire, c'est changer de wagon. Tu peux aller de l'un à l'autre, parler aux voyageurs, tu peux faire des tas de choses. Mais ce n'est pas la peine de chercher les gares qui t'ont passé sous le nez..."
  • Le singe noir (2012)

    Sortie : septembre 2012. Roman.

    Livre de Zakhar Prilepine

    "Sur la table, il y avait de l'eau minérale, gazeuse comme je l'aime. Quand je l'ouvris, elle émit un pschitt et elle poussa un soupir âpre et tendre, comme une femme que l'on courtise, au moment crucial."
  • L'oiseau Canadèche (1983)

    Fup

    Sortie : 1983. Roman.

    Livre de Jim Dodge

    "_Que fait ce canard dans mon établissement ?
    _Elle veut voir le film, dit aimablement Titou, devançant son grand-papa qui commençait à écumer.
    _Nous refusons absolument tout ce qui sort de l'ordinaire.
    Jake explosa :
    _Eh ben, ça doit vous faire une petite vie bien merdeuse et salement étroite, non ?"
  • La Fin des temps (1985)

    Sekai no owari to hādoboirudo wandārando

    Sortie : . Roman.

    Livre de Haruki Murakami

    "À mon avis, généralement parlant, la dignité humaine d'une personne transparait dans sa façon de choisir un canapé. [...] Le monde du canapé est un monde immuable dont on ne peut transgresser les lois. Mais seuls les gens élevés sur de bons canapés sont à même de comprendre cela. C'est comme être élevé en lisant de bons livres, ou en écoutant de la bonne musique."
  • Faillir être flingué (2013)

    Sortie : . Roman.

    Livre de Céline Minard

    "... Une deuxième pute descendait en serrant dans ses bras la cabine haute comme une armoire qui contenait la contrebasse. Elle en bavait. Elle la posa contre le bar et l'ouvrit religieusement sous les yeux écarquillés du nouveau quincaillier qui n'avait jamais vu de violon aussi exagéré. Arcadia sortit l'instrument et fit corps avec lui, disparaissant derrière ou peut-être dedans, la tête à peine émergée du grand corps de bois qui se mit aussi à sonner et à éternuer..."
  • Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour ? (1966)

    Sortie : 1966.

    Livre de Georges Perec

    "Nous écrivîmes une belle lettre pour un copain qui était médecin à Pau (précisons tout de suite qu'il n'était pas dermatologue, et que sa femme n'était pas écuyère) [...] "
  • Je voudrais pas crever (1962)

    Sortie : 1962. Poésie.

    Livre de Boris Vian

    "Je voudrais pas crever
    Avant d'avoir usé
    Sa bouche avec ma bouche
    Son corps avec mes mains
    Le reste avec mes yeux..."
  • 1
  • 2