Félicitation ! votre Evopsy a évolué en Essenciel !

Avis sur A Billion Wicked Thoughts

Avatar pHneutre
Critique publiée par le

J'ai découvert ce livre en tombant sur la conférence éponyme d'un des auteurs. Je ne l'ai pas encore lu, et il est possible qu'il ne se retrouve jamais entre mes mains (l'univers est vaste), mais je vais parler du contenu de cette conférence.
Les auteurs sont des chercheurs en neurosciences qui ont réalisé la première étude à grande échelle sur les causes de l'excitation sexuelle chez les hommes et les femmes. La seule étude préexistante, celle de de Kinsey, était imparfaite car utilisant un échantillon trop faible et surtout biaisée par le protocole d'interviews qui favorisait l'auto-censure vu la nature du sujet, malgré des précautions d'anonymat.

La méthodologie employée ici comprend (mais n'est pas limitée à) la compilation d'un grand nombre de données issues des recherches des internautes consultant des sites pornographiques, ainsi que des données d'oculométrie.

Les conclusions globales de cette étude sont que :
- les hommes hétérosexuels sont globalement stimulés par des signaux physiques indépendants parmi la perception de seins, de fesses, de pieds et... de pénis, "indépendants" signifiant ici qu'il n'est pas nécessaire que l'on retrouve tous ces éléments pour constater un stimuli sexuel, un seul peut suffire.
- les femmes hétérosexuelles sont globalement stimulées par une conjonction de signaux plutôt psychologiques que je n'ai pas tous retenus, parmi lesquels le statut social d'une personne, son expérience, mais aussi des sensations propres au sujet, comme son état émotionnel. "Conjonction" signifie ici qu'il est nécessaire qu'un grand nombre de signaux soient réunis pour déclencher une excitation.

Tel que présenté, ce travail part apparemment d'une étude statistique comportementale pour déduire des fonctionnements neuronaux (différents donc chez les hommes et les femmes). Cette déduction (comportement --> fonctionnement neuronal) ne prend pas en compte, par exemple, les influences socio-culturelles et comment celles-ci influent sur les constructions mentales, donnant donc un aspect très essentialiste et réductionniste à un domaine qui demanderait une approche pluridisciplinaire. Une autre limite de l'étude, non-mentionnée dans la conférence, est que, bien qu'elle intègre des profils de nombreuses nationalités, elle se limite à des personnes ayant accès à Internet, ce qui exclue tout un pan de l'humanité. On le voit bien lorsqu'il est dit que les seins sont un signal érotique pour les hommes, alors que dans certaines cultures tribales, la poitrine n'est pas érotisée.

C'est à mon sens symptomatique d'une étroitesse d'esprit de la psychologie évolutionniste. Peut-être que le livre donne une vision d'un travail plus conscient de ses défauts et limites, mais la conférence ne donne pas cette impression. Ceci étant dit, dans un cadre approprié je trouve cette étude très intéressante pour mieux comprendre les stéréotypes de genre et la nature de leur lien étroit avec la réalité statistique.

Oh et bien sûr, la note est une appréciation très peu nuancée donc inutile.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 11 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de pHneutre A Billion Wicked Thoughts