Kimie (diminutif de Kimiko) est une jeune femme de vingt ans, venue à Tokyo depuis sa campagne alors qu’elle n’avait que dix-sept ans. Elle travaille (présent narratif) comme serveuse dans un bar et vit seule. L’époque n’est pas située de façon précise, mais Kafū évoque la fin de l’ère Edo, au début du XXe, alors que la parution de ce court roman date de 1931.

La position de Kimie reste un peu ambigüe selon mon ressenti, car depuis son arrivée à Tokyo, elle n’a pas toujours été barmaid. Il semble difficile de la considérer comme une ancienne geisha, puisqu’elle n’en a jamais suivi les étapes de formation. Sa famille n’est pas en lien avec son arrivée à Tokyo, puisqu'elle s'est échappée de la demeure familiale, à la campagne. De plus, si elle avait été geisha, elle aurait dû se faire racheter par quelqu’un. Or, visiblement, elle se comporte en femme libre, peut-être à l’occasion prostituée (elle a cohabité avec l’une d’elles, qu’elle considère comme une amie) suffisamment maligne pour échapper à tout contrôle, ce dont Kafū profite pour dresser un portrait qui flirte étonnamment avec une mentalité moderne. Ceci dit, Kafū laisse entendre négligemment qu’elle manque bien souvent de lucidité et de perspicacité, hormis les situations où elle cherche à orchestrer ses multiples rendez-vous avec des hommes, allant jusqu’à en gérer plusieurs au même moment. Kimie se comporte donc en femme indépendante qui aime les hommes au point de ne pouvoir résister dès que l’un d’eux se montre entreprenant sensuellement.

Au tout début, elle découvre que l’une de ses caractéristiques physiques intimes figure dans une publication accessible à tout un chacun. Quand le lecteur se demande ce que bien faire ce genre de détail dans une publication, Kimie se demande elle comment et pourquoi ce détail se retrouve dans la sphère publique. Sa naïveté apparaît quand on constate qu’elle ne trouve pas mieux que d’aller consulter un voyant pour tenter d’en apprendre davantage. Or, on devine aisément qu’il s’agit d’un charlatan.

Le roman s’intéresse à Kimie sur plusieurs chapitres, pour la quitter brusquement en mettant d’autres personnages au premier plan. On comprend assez rapidement que ce faisant, Kimie se retrouve alors au second plan. Cela permet à Kafū de compléter son portrait tout en complétant ce qui l’intéresse lui, à savoir la description des mœurs de l’époque à Tokyo, ville dont il fait en quelque sorte un protagoniste à part entière. L’ensemble est assez fin mais laisse un goût d’inachevé. En effet, Kafū s’arrange pour qu’on comprenne qui et pourquoi est à l’origine des désagréments endurés par Kimie (cela ne s’arrête pas au détail divulgué dans la presse), alors qu'elle a abandonné ses investigations. De plus, si Kimie agit en femme libre, elle se laisse complètement dépasser par ses envies de composer avec les multiples relations qu’elle entretient avec les hommes. Petit extrait à mon avis révélateur :

« Entre la fin de ses dix-sept ans et aujourd’hui où elle en avait vingt, continuellement et uniquement en proie à la frénésie de ces jeux, elle n’avait jamais eu le loisir de réfléchir sérieusement à ce que pouvait être un amour sincère et profond. »

Electron
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Littérature japonaise et Lus en 2024

Créée

le 19 mars 2024

Critique lue 53 fois

7 j'aime

2 commentaires

Electron

Écrit par

Critique lue 53 fois

7
2

Du même critique

Un jour sans fin
Electron
8

Parce qu’elle le vaut bien

Phil Connors (Bill Murray) est présentateur météo à la télévision de Pittsburgh. Se prenant pour une vedette, il rechigne à couvrir encore une fois le jour de la marmotte à Punxsutawney, charmante...

le 26 juin 2013

111 j'aime

31

Vivarium
Electron
7

Vol dans un nid de coucou

L’introduction (pendant le générique) est très annonciatrice du film, avec ce petit du coucou, éclos dans le nid d’une autre espèce et qui finit par en expulser les petits des légitimes...

le 6 nov. 2019

78 j'aime

4

Quai d'Orsay
Electron
8

OTAN en emporte le vent

L’avant-première en présence de Bertrand Tavernier fut un régal. Le débat a mis en évidence sa connaissance encyclopédique du cinéma (son Anthologie du cinéma américain est une référence). Une...

le 5 nov. 2013

78 j'aime

20