Couverture Extension du domaine de la lutte

Extension du domaine de la lutte

(1994)
12345678910
Quand ?
6.9
  1. 25
  2. 28
  3. 64
  4. 107
  5. 197
  6. 524
  7. 1020
  8. 919
  9. 321
  10. 125
  • 3.3K
  • 208
  • 735
  • 21

" Vendredi soir j'étais invité à une soirée chez un collègue de travail. On était une bonne trentaine, rien que des cadres moyens âgés de vingt-cinq à quarante ans. A un moment donné, il y a une connasse qui a commencé à se déshabiller. Elle a ôté son T-shirt, puis son soutien-gorge, puis sa jupe,...

Match des critiques
les meilleurs avis
Extension du domaine de la lutte
VS
La passion du vide

Lu, péniblement, il y a une dizaine d'années de cela. Souvenir vague d'un récit déprimant. Je n'étais pas encore assez mûr, pas assez "homme" pour en saisir l'intérêt. Le contraire d'un livre pour ado frénétique. Puis vu le film éponyme, deux fois. Très bonne adaptation. Grise austérité nourrie par le réalisme de l'autobiographie, avec un excellent José Garcia, sorte de limace-binoclarde bavant sa frustration sur les femmes inaccessibles, et un Philippe Harel, double crédible de l'auteur,...

40 6
Avatar Pimprenelle
4
Pimprenelle
Critique de Extension du domaine de la lutte par Pimprenelle

C'est le premier et le seul livre de Houellebecq auquel je me sois frotté. C'était dans l'air du temps de lire et d'aimer Houellebecq. Dire qu "on lit Houellebecq", ca faisait classe dans les salons ou je ne sais pas. Et puis ce titre "extension du domaine de la lutte", il fallait le faire, on avait vraiment envie de passer pour l'intello d'avant-garde. Ca sentait mauvais, ca puait déja trop la branlette intellectuelle. Après une première partie à me faire assommer de phrases coup-de-poing,... Lire l'avis à propos de Extension du domaine de la lutte

21 7

Critiques : avis d'internautes (58)

Extension du domaine de la lutte
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
La chair est triste.

Comme je le disais il y a quelques temps, l'univers de Michel Houellebecq m'était quasiment inconnu, n'ayant jamais ouvert un de ses bouquins. Après m'être penché sur son essai (réussi) concernant Lovecraft, je me tourne logiquement vers son premier roman, "Extension du domaine de la lutte", publié en 1994. A partir d'un univers professionnel qui lui est familier (il aura bossé un certain... Lire l'avis à propos de Extension du domaine de la lutte

21 5
Avatar Gand-Alf
7
Gand-Alf ·
Michel et les romans de moins de 50 ans

En ce temps-là, les écrivains s’appelaient tous Quelquechose-ec : Dantec, Darrieussecq, Queffelec, Ravalec... Je n’en avais lu aucun, je les méprisais tous. Houellebecq aussi. Je les appelais tous des écrivains pour « ménagères de Saint-Quentin ». J’avais 17 ans, j’étais sérieux comme un pape, j’étais fier de ne jamais lire un roman de moins de 50 ans parce que « 50 ans de recul, c’était un... Lire l'avis à propos de Extension du domaine de la lutte

35 20
Avatar Mohammed_Dupondt
9
Mohammed_Dupondt ·
Contraction du domaine de l'espoir.

Le premier roman de Michel Houellebecq (après celui dédié à HP.Lovecraft) est son premier succès, qui fut même adapté au cinéma en 1999. Pour toute personne ne connaissant pas l'univers de cet auteur, ce roman est celui par lequel il faut commencer. Ni trop sexuellement trash ( "Les Particules élémentaires"), ni trop provocateur ("Plateforme"), ni trop distant ( "La carte et le territoire"),... Lire la critique de Extension du domaine de la lutte

29 2
Avatar Charette
8
Charette ·
Critique de Extension du domaine de la lutte par Pouyou

Un employé d'une banalité affligeante se positionne en observateur désabusé d'un monde auquel il se refuse, tout juste consent-il à y glisser le gros orteil. Sa vie part à vau-l'eau, peu importe. C'est en candide désabusé qu'il se laisse glisser, commentant la société qui se présente à lui avec un esprit sarcastique, traversé tantôt d'éclairs extralucides tantôt de théories fumeuses mais non... Lire la critique de Extension du domaine de la lutte

5 1
Avatar Pouyou
8
Pouyou ·
Découverte
La couverture, c'est des caddies qui s'enfilent

La couverture, c'est des caddies qui s'enfilent. L'image est claire : on est triste, dans ce monde libéral. C'est dit comme il faut. Un monde libéral, tout ouvert à tous les choix, tout connecté, tout optimisé, tout uniformisé. Pas unifié. C'est l'histoire de la confiture dans la boulangerie : plus il y a le choix du pot, moins on sent pouvoir faire le bon. Plus il y a le choix, mieux c'est... Lire la critique de Extension du domaine de la lutte

12 3
Avatar VernonMxCrew
9
VernonMxCrew ·
Toutes les critiques du livre Extension du domaine de la lutte (58)