Un curieux petit livre à mettre en poche et à sortir dans le bus, une salle d’attente, en sirotant un petit café en terrasse ou avant de s’endormir. L’auteur, Sylvain Guillaumet, nous offre une kyrielle de mini-nouvelles (1OOO caractères, max !) sur tous les tons, les modes, les sujets. Drôles, tragiques, poétiques ou humoristiques, ces brèves font sourire et donnent à la lumière du jour une clarté qui invite à modifier nos regards souvent si sombres et à voir le monde en décalage, c’est-à-dire avec une bonhommie qu’on ne lui prête pas souvent.
Cela pétille, cela distrait, ravigote et touche au cœur. On sourit à l’escalateur du far breton, à la démesure de la joie d’un caneton prenant son premier bain. On rit jaune devant la chambre stérile, on reste pétri quand on comprend le sens du titre et la poisse de savoir jongler. On frémit à l’image du dernier selfie et reste songeur quand un dictateur glisse sur une page de livre interdit. Mais, le plus souvent, on sourit face à cette capacité de regard de l’auteur sur ce qu’on a trop tendance à ne même plus remarquer. Tout y passe, le présent, le passé, le véridique et le légendaire, les catastrophes humaines comme les inepties politiques (Peut-être pourrait-on les mettre dans le même sac ?), le banal du quotidien, joyeux ou triste mais, toujours, un regard décalé, une chute inattendue, une envolée vers un ailleurs qui fait du bien.
La chance de ne pas en avoir, un kaléidoscope du quotidien, des instants croqués par l’auteur et restitués avec éclats. Merci à lui pour ce Service Presse confié, j’ai passé de bons moments à découvrir ce livre au hasard des temps d’attente que le quotidien me réserve.
Curieux, plaisant petit ouvrage qui se consomme quand l’envie nous prend !

Créée

le 18 mai 2021

Critique lue 205 fois

1 j'aime

1 commentaire

Critique lue 205 fois

1
1

Du même critique

Charlotte
François_CONSTANT
8

Critique de Charlotte par François CONSTANT

La chevauchée tragique de la Mort qui pousse à vivre. La Mort qui s’approche, s’accroche, fait peur, étouffe, éloigne, rapproche. La Mort qui force Charlotte Salomon, juive allemande, à devenir sa...

le 20 nov. 2014

18 j'aime

4

L'Amour et les forêts
François_CONSTANT
8

Critique de L'Amour et les forêts par François CONSTANT

À travers « L’AMOUR ET LES FORÊTS », paru chez Gallimard en 2014, je découvre l’auteur Éric REINHART. Belle découverte ! Bénédicte Ombredanne est une lectrice de cet auteur. Ayant apprécié son...

le 27 févr. 2015

17 j'aime

4

L'Art de perdre
François_CONSTANT
8

Critique de L'Art de perdre par François CONSTANT

« L’art de perdre » écrit par Alice ZENITER est la troublante histoire du silence de deux nations conduisant à la perte de paroles, donc de mémoire, de trois générations, celles d’Ali, Hamid et...

le 7 nov. 2017

14 j'aime