Couverture La Disparition

La Disparition

(1969)
12345678910
Quand ?
7.2
  1. 11
  2. 5
  3. 10
  4. 24
  5. 56
  6. 122
  7. 231
  8. 222
  9. 98
  10. 54
  • 833
  • 65
  • 1K
  • 17

Trahir qui disparut, dans La Disparition, ravirait au lisant subtil tout plaisir. Motus donc, sur l'inconnu noyau manquant - "un rond pas tout à fait clos finissant par un trait horizontal" -, blanc sillon damnatif où s'abîma un Anton Voyl, mais d'où surgit aussi la fiction. Disons, sans plus,...

Critiques : avis d'internautes (24)

La Disparition
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Avis pas original produit sans un vocal pourtant courant (vu qu’il a "disparu") :wink:

Qui a disparu ? "Un rond pas tout à fait clos finissant par un trait horizontal". On voit tous à quoi ça a rapport. Oubliant un noyau du roman (blanc avant tout grammatical), G.P. s’affranchit pourtant sans faillir du lourd carcan qu’il subit. Voilà un tabou loin d’amoindrir la narration, la dynamisant plutôt : on applaudit à l’art du scriptant ! Parlant moult fois via dictons...

26
Avatar Chevalier Petaud
9
·
Critique de La Disparition par reno

Vingt-six chapitres, dont il manque le cinquième, rassemblés en six parties dont il manque la deuxième. Le manque est à l'œuvre dans cet étrange ouvrage. Le « e » en est la victime. Cinquième lettre et deuxième voyelle. Le manque, la disparition, l'absence y sont à la fois le thème de l'œuvre et le sujet de l'histoire. Ici la forme est constamment au service du fond ; elles sont à ce point... Lire la critique de La Disparition

33 5
Avatar reno
9
reno ·
"D'abord on voit mal la modification. On croit qu'il n'y a qu'un tracas instinctif...

...qui partout vous fait voir l'anormal, l'ambigu, l'angoissant. Puis, soudain, l'on sait, l'on croit savoir qu'il y a, non loin, un l'on sait trop quoi qui vous distrait, vous agit, vous transit. Alors tout pourrit. On s'ahurit, on s'avachit : la raison s'affaiblit. Un mal obstinant, lancinant vous fait souffrir. L'hallucination qui vous a pris vous abrutira jusqu'à la fin. L'on voudrait un... Lire l'avis à propos de La Disparition

5 1
Avatar May Blume
7
May Blume ·
Découverte
La loi du Talion

Par GP, l’original scribouillard français (1936-1982), voici La disparition (1969), roman assumant un choix ahurissant. Un pari ? Qui sait. Pour tout savoir sur GP, consultons SC ou wiki. La disparition, un... Lire la critique de La Disparition

19 15
Avatar Electron
7
Electron ·
abcd_fghijklmnopqrstuvwxyz !!!

Un rond, pas tout à fait clos, finissant par un trait horizontal: on aurait dit un grand G vu dans un miroir. Durant l'an dix fois dix fois vingt moins trois fois dix moins un, Gallimard publia un roman original d'un scribouillard français ayant un point commun, s'il y a occultation du "s" final, l'unissant à Washington, à... Lire l'avis à propos de La Disparition

14 2
Avatar Plume231
7
Plume231 ·
Toutes les critiques du livre La Disparition (24)