Avis sur

La Papeterie Tsubaki par Lou Knox

Avatar Lou Knox
Critique publiée par le

Eh bé.

Le genre de livre qui te fait de l'oeil pendant un petit temps, lira/lira pas, t'es séduit par la 4e de couv', enfin ce qui est écrit dessus.

En gros, à la mort de sa grand mère (l'Ainée), Hatoko (Poppo) reprend la boutique familiale, une papèterie située à Kamakura et devient comme son aïeule écrivain public. Payée pour rédiger des lettres, des missives, des notes, bref tout ce que t'as la flemme de faire toi même, taillé sur mesure, avec les mots qu'il faut et tout, et pour tous types de situations.

(un peu comme Joaquin Phoenix dans Her quoi, et comme j'ai bien aimé ce film j'ai dit banco t'as vu ?)

J'ai été super vite agacé par le ton plein de candeur d'Hatoko. C'est pas non plus une pro-positivisme mais la narration est à la première personne et des fois t'as juste envie de lui dire de se secouer un peu.

Et en fait au final je me suis laissé avoir, j'ai découvert un personnage très ambivalent, bourrée d'émotions, coincée entre la tradition familiale et la culpabilité d'avoir coupé les ponts avec sa grand mère, morte sans qu'Hatoko se fasse pardonner sa rébellion. Les personnages sont hauts en couleur, hyper stéréotypés mais le fait est que ça fonctionne.

On prend vite goût aux descriptions détaillées du métier de papetière et d'écrivain public, à la poésie du shintoïsme, à l'architecture et à la géographie de Kamakura. Et finalement Hatoko se révèle être quelqu'un de courageux, renfermée sur elle-même, et est beaucoup moins lisse que l'impression qu'elle laisse au début de l'histoire.

J'ai lu ça d'une traite (360 pages), sans vraiment me forcer. Vous pouvez y aller.

Ah et un conseil si vous vous y mettez, vous lancez pas dans la lecture le ventre vide : la cuisine prend une place importante dans toute la narration ! Elle fait partie intégrante des émotions que ressentent les personnages et ça file l'eau à la bouche pour vrai. J'ai eu la dalle même après m'être rempli le bide !

C'est bon enfant, ça fait du bien, c'est pas mal pour l'été (les chapitres sont découpés en même temps que les quatre saisons et sont marqués par des évènements traditionnels japonais), je suis sûrement un peu raide sur la note finale mais j'ai jamais vraiment kiffé mettre de note alors c'est surtout un ressenti sur la globalité du bouquin :)

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 273 fois
5 apprécient

Lou Knox a ajouté ce livre à 1 liste La Papeterie Tsubaki

  • Livres
    Couverture Là où chantent les écrevisses

    Livres lus en 2020

    Avec : Là où chantent les écrevisses, Elmet, Les Fiancés de l'hiver - La Passe-Miroir, tome 1, Liminal,

Autres actions de Lou Knox La Papeterie Tsubaki