Couverture La Vie devant soi

La Vie devant soi

(1975)
12345678910
Quand ?
7.9
  1. 15
  2. 11
  3. 42
  4. 82
  5. 148
  6. 392
  7. 1042
  8. 1832
  9. 1367
  10. 818
  • 5.7K
  • 694
  • 2.5K
  • 68

Histoire d'amour d'un petit garçon arabe pour une très vieille femme juive. Il lui tiendra compagnie jusqu'à ce qu'elle meure et au-delà de la mort.

Match des critiques
les meilleurs avis
La Vie devant soi
VS
Avatar Vincent_Ruozzi
8
La vieille qui ne voulait plus se défendre avec son cul

Au sixième étage d'un immeuble de la rue Bisson à Paris, Madame Rosa tient un commerce un peu particulier. Cette vieille femme juive, ancienne déportée, garde les enfants de prostituées du quartier. Parmi la marmaille qui vient qui repart au gré des saisons et des mandats, le petit Momo âgé de 10 ans fait office de pilier. Un tendre amour lie Madame Rosa à cet enfant. Et lorsque la santé de celle-ci se met à décliner de façon inquiétante, le petit Momo va redoubler d'efforts pour préserver...

45 8
Avatar Cyrielle Farges
4
Cyrielle Farges
C'est momo qui dit.

NOPE! Je l'ai lu sur les conseils d'un ami, un Goncourt et puis au vu de sa moyenne SC on peut parler de must. J'ai pas aimé dès les premières pages. Tout ce fourbi, et puis cette écriture, très lourde, aussi grosse que Madame Rosa. Avec toutes ces répétitions: "j'irai le voir"; Machin "qui dit" vraiment pas beau tout ça. Peut être que c'est voulu et que c'est fait exprès, mais j'en ai marre de ça aussi, de se cacher derrière un enfant pour écrire comme un illettré #L'attrape-coeurs.... Lire l'avis à propos de La Vie devant soi

7 8

Critiques : avis d'internautes (67)

La Vie devant soi
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Les légumes comme aux Etats-Unis, Madame Rosa, c'est zobbi.

C'est l'histoire d'un petit garçon, Momo, adorable Momo, né dans une effusion de merde, et dont le coeur abonde d'amour. Enfant de prostituée, victime de la loi des grands nombres, "proxynète" en puissance et défenseur du droit d'avortement, il est le spectateur impuissant de "l'état d'habitude" de la vieille Juive qu'il aime comme il n'est pas permis d'aimer, pour le pire comme pour le pire.... Lire l'avis à propos de La Vie devant soi

26 1
Avatar Bagatelle
9
Bagatelle ·
L'amour en soi !!!

De Romain Gary jusqu'ici, je n'avais lu que le magnifique et universel "Les Racines du ciel", son premier Prix Goncourt, et c'est une totale coïncidence si comme deuxième roman j'ai lu son deuxième Prix Goncourt, le seul deuxième Prix Goncourt de l'Histoire pour un seul et même auteur mystification émileajarienne oblige... L'amour de l'être humain, l'amour de la vie tout court d'Emil... de... Lire la critique de La Vie devant soi

5 5
Avatar Plume231
7
Plume231 ·
Découverte
Amour, rire et larmes au programme de ce magnifique ( et court ) roman

Momo a dix ans, du moins il le croit pendant une bonne partie du livre. Il vit chez Madame Rosa, une vieille juive qui tient un foyer pour les enfants de celles qui "se défendent avec leur cul". Momo n'a jamais connu sa mère alors il aime Madame Rosa et Madame Rosa seule et abandonnée se raccroche à ce petit bout d'homme qui lui apporte un peu d'amour. Encore une fois Gary signe un chef... Lire l'avis à propos de La Vie devant soi

24
Avatar Coriolano
9
Coriolano ·
Moi la vie je veux pas lui faire une beauté, je l'emmerde. On a rien l'un pour l'autre.

Putain. Désolée, c'est vulgaire, mais c'est le mot qui convient, "wahou, putain, quelle claque." La Vie devant soi, c'est l'histoire de la vie. La vie d'un jeune garçon, enfant d'une mère prostituée, recueilli par Madame Rosa, une grande dame qui ouvre ses bras et son cœur à tous les enfants laissés au bord de la route. C'est ce petit garçon, Mohammed, qui nous parle tout le... Lire la critique de La Vie devant soi

19
Avatar CarolinePako
9
CarolinePako ·
Critique de La Vie devant soi par François CONSTANT

Devenu un classique par la supercherie d'un auteur travaillant sous pseudonyme et décrochant de la sorte un second Goncourt, 'La vie devant soi' , signé Ajar, (Romain GARY) est un hymne à la vie, à la résilience, à l'affection et au respect intergénérationnel. Momo, arabe de 10 ans (14 ans à la fin du livre) prend soin de sa mère d'adoption, une femme juive qui a traversé les atrocités de la... Lire la critique de La Vie devant soi

4 1
Avatar François CONSTANT
9
François CONSTANT ·
Toutes les critiques du livre La Vie devant soi (67)