👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

"Le Dernier Jour d'un condamné" est, dans la plume de Victor HUGO, un plaidoyer contre la peine de mort, plus précisément contre l'injustice, les injustices que requière un prononcé de mise à mort. Quel sens cela peut-il avoir de lire un discours de plus sur ce thème ? Qu'y a-t-il de neuf dans ce récit ? Tous les jours, on voit passer des pétitions à signer contre, des articles qui pourfendent ceux qui veulent la maintenir !

La première bonne raison est justement cette actualité qui maintient la réalité même de la peine de mort et ce courant de fond, de ténèbres, qui dans bien des contrées veut la rétablir ! La thèse de l'auteur est simple : le rôle de la justice est d'améliorer l'être pour corriger ses manquements humains et non celui de condamner à mort et de se montrer injuste envers les victimes collatérales que sont les innocents qui vivent dans l'entourage immédiat du coupable, présumé ou avéré !

Une deuxième raison pourrait être de se poser les questions de l'exemplarité de la peine de mort, celle de la société qui classe et déclasse les sujets d'un tribunal alors qu'en tous lieux, ils ne peuvent revendiquer l'absence d'erreurs judiciaires et encore moins invoquer un Humanité qui respecterait davantage l'Homme que les rouages de la machinerie qu'est la Justice (La majuscule n'étant malheureusement pas toujours de mise, loin s'en faut !).

Une troisième raison pourrait être le bonheur de se remettre à lire des auteurs humanistes tels que Victor HUGO, relire des Classiques en n'oubliant jamais que, même si l'argumentation n'est pas de première jeunesse (celle-ci date de 1829), le style peut être qualifié de classique, les propos, à l'époque, n'avait rien, absolument rien de classiques, ils étaient même, aux yeux de beaucoup, subversifs et contre-indiqués... Ils n'en restent pas moins d'une actualité frémissante face aux mises à mort prononcées et exécutées au nom de Lois (religieuses ou civiles) de notre temps !

Bref, une bonne occasion de réfléchir et de se poser la question des injustices que requièrent un prononcé de condamnation à mort et son exécution.

il y a 5 ans

3 j'aime

Le Dernier Jour d'un condamné
LeChiendeSinope
9

Un violent plaidoyer.

Légers spoilers ! Lorsqu'il se met à écrire Le Dernier Jour d'un Condamné, Hugo a seulement 27 ans. Il est pourtant, déjà, un grand nom de la littérature de l'époque, l'auteur de deux romans, de...

Lire la critique

il y a 12 ans

27 j'aime

3

Le Dernier Jour d'un condamné
Vincent_Ruozzi
8

Condamné à mort !

Le livre commence sur cette sentence, brève, précise, irrévocable. Qui ne serait pas habité par une envie de vivre, jusqu’à présent jamais aussi forte, suite à cette terrible condamnation? Cette...

Lire la critique

il y a 7 ans

26 j'aime

Le Dernier Jour d'un condamné
Noss
5

Critique de Le Dernier Jour d'un condamné par Noss

Réquisitoire engagé et louable contre la peine de mort, néanmoins un peu malhonnête. Hugo présente un personnage dont on ne dit pas le crime, de sorte que pour le lecteur, il n'existe pas. C'est...

Lire la critique

il y a 9 ans

23 j'aime

14

Charlotte
François_CONSTANT
8
Charlotte

Critique de Charlotte par François CONSTANT

La chevauchée tragique de la Mort qui pousse à vivre. La Mort qui s’approche, s’accroche, fait peur, étouffe, éloigne, rapproche. La Mort qui force Charlotte Salomon, juive allemande, à devenir sa...

Lire la critique

il y a 7 ans

18 j'aime

4

L'Amour et les forêts
François_CONSTANT
8

Critique de L'Amour et les forêts par François CONSTANT

À travers « L’AMOUR ET LES FORÊTS », paru chez Gallimard en 2014, je découvre l’auteur Éric REINHART. Belle découverte ! Bénédicte Ombredanne est une lectrice de cet auteur. Ayant apprécié son...

Lire la critique

il y a 7 ans

16 j'aime

4

L'Art de perdre
François_CONSTANT
8

Critique de L'Art de perdre par François CONSTANT

« L’art de perdre » écrit par Alice ZENITER est la troublante histoire du silence de deux nations conduisant à la perte de paroles, donc de mémoire, de trois générations, celles d’Ali, Hamid et...

Lire la critique

il y a 4 ans

14 j'aime