👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Ecrit en 1931 et publié en 1932, ce roman est considéré par beaucoup comme un des piliers de la SF, un incontournable du genre. Il m’est donc apparu indispensable de me faire ma propre opinion, quitte à flinguer un classique (ce ne sera pas une première de ma part et je l’assume totalement).
Le bouquin commence par une nouvelle préface de l’auteur écrite en 1946. La douche froide, c’est assommant, sans le moindre intérêt (ça n’engage que moi)… Après quelques lignes je décide de la lire en diagonale sinon je sens que je vais expédier le bouquin direct à la corbeille.

La première partie du bouquin (les trois premiers chapitre, soit un peu moins du quart) plantent le décor sous forme d’une visite d’un Centre d’Incubation et de Conditionnement. C’est soporifique, la sauce a du mal à prendre (voire ne prend pas du tout)… Ca commence mal ! D’autant que le troisième chapitre est un véritable foutoir où s’entre-mêlent différents dialogues.

Alors que je cherchais déjà des tournures incendiaires pour une exécution en bonne et due forme j’ai dû ravaler mon fiel. La découverte du quotidien des habitants de ce monde civilisé supposé idéal où tout est formaté et conditionné, donne un nouveau souffle au bouquin, enfin mon intérêt est tiré de sa torpeur. La bonne surprise étant que ledit intérêt ne retombera pas avant les dernières pages du roman, finalement ça valait la peine de s’accrocher (malgré quelques longueurs).

Je ne vous gratifierai pas d’une critique plus étoffée, l’avantage des classiques c’est qu’ils ont fait l’objet d’études approfondies par des gens bien plus doués que moi dans ce genre d’exercice.

Certaines lacunes technologiques frapperont le lecteur d’aujourd’hui habitué aux ordinateurs, téléphones portables et autres tablettes tactiles, ne perdons pas de vue que le bouquin a été écrit en 1931 ; même l’auteur le plus imaginatif de l’époque n’aurait pu imaginer une telle déferlante technologique (sans parler des réseaux wi-fi, 3G, 4G… et autres permettant de se connecter à Internet où que l’on se trouve).

A défaut d’avoir été totalement emballé par ce Meilleur des Mondes je reconnais volontiers qu’il est un précurseur du genre (dystopie ou contre-utopie) et qu’il a dû inspirer bien des auteurs qui ont perpétué (et perpétuent encore) le genre. En cela je m’incline devant le titre d’oeuvre majeure de la SF. Pour moi ça restera une expérience intéressante, comme je suppose que ce sera le cas des autres classiques inscrits au programme de mon challenge ; pas indispensable mais utile à ma culture générale.
amnezik666
6
Écrit par

il y a 8 ans

1 j'aime

Le Meilleur des mondes
VGM
6

Pas la meilleure des lectures

J'ai tellement de livres à lire, et tellement de classiques à emprunter à droite à gauche que je suis rentré depuis maintenant un bout de temps dans une phase où je n'achète presque plus de livres,...

Lire la critique

il y a 7 ans

59 j'aime

16

Le Meilleur des mondes
MrAmeni
4

Critique de Le Meilleur des mondes par MrAmeni

Comment tomber dans le piège du "classique" en 1 leçon… Le livre m’étant littéralement mis entre les mains, j’ai enfin pu commencer Le meilleur des mondes. Grande réputation, souvent cité au même...

Lire la critique

il y a 8 ans

53 j'aime

3

Le Meilleur des mondes
EvyNadler
7

La liberté c'est l'esclavage.

Est-ce que "Le meilleur des mondes" est véritablement une dystopie ? Une utopie renversée qui tendrait vers le chaos, l'esclavage et l'absence de bonheur ? Car la question qui se pose est beaucoup...

Lire la critique

il y a 7 ans

45 j'aime

16

L'Analphabète qui savait compter
amnezik666
9

Critique de L'Analphabète qui savait compter par amnezik666

Pour son second roman, après l’excellent Vieux Qui Ne Voulait Pas Fêter Son Anniversaire, le suédois Jonas Jonasson nous propose un nouveau périple totalement improbable, riche en surprises et...

Lire la critique

il y a 8 ans

18 j'aime

1

Le Livre de la mort - Bourbon Kid, tome 4
amnezik666
9

Suite et fin des péripéties du Bourbon Kid

Autant mettre les points sur les i (à défaut de se mettre des poings sur la gueule) d'entrée de jeu, si vous êtes resté de marbre (ou pire) face aux précédentes aventures du Bourbon Kid ce n'est pas...

Lire la critique

il y a 10 ans

11 j'aime

1

Psycho Killer
amnezik666
9

Critique de Psycho Killer par amnezik666

Ceux qui ont lu Le Livre Sans Nom n’auront pas manqué de noter certaines similitudes, rassurez vous les quelques ressemblances s’arrêtent là, Psycho Killer bénéficie d’une intrigue qui lui est propre...

Lire la critique

il y a 8 ans

10 j'aime

1