Pecunia non olet

Avis sur Le Parfum

Avatar Floax
Critique publiée par le

Le parfum est l'un des livres les plus déroutants qu'il m'ait été donné de lire. Que ce soit au niveau des sensations développées, de la personnalité du héros ou même de l'intrigue, le tout est peu commun.

Jean-Baptiste Grenouille est un personnage aussi atypique que l'annonce son prénom. Tout à fait psychopathe et imprévisible, c'est lui qui porte le roman, avec son odorat sur-développé et sa logique et sa logique prodigieusement étrange. Une fille a une odeur divine ? Autant la tuer pour mieux l'humer. Logique. Les personnages secondaires ne sont pas en reste. Pour la plupart crapuleux et mauvais, ils n'hésitent pas à exploiter ce brave Grenouille pour faire leurs basses besognes, en exploitant ses talents incroyables. A l'instar du très conservateur et avide Baldini, dont l'histoire est particulièrement amusante. C'est aussi là l'une des forces du Parfum : être capable de changer de point de vue assez régulièrement pour éviter la lassitude et pour donner encore plus de force aux pérégrinations de Grenouille. Et suivre des personnages comme Baldini ou le fameux conte et sa théorie du fluide, c'est s'exposer aux visions absolument hilarantes de la société de l'époque.

Parce que oui, le Parfum est drôle. Que ce soit l'attitude de Grenouille qui tende très souvent vers l'absurde, ou les situations improbables qui en découlent, le roman n'en finit jamais de surprendre. Les séquences axées sur l'art de la parfumerie sont bien plus sérieuses, mais restent très intéressants tant ils sont bien décrits, Süskind ayant une superbe plume. Et l'on touche là au point le plus remarquable de l'ouvrage : les descriptions. Ce livre dégage un fumet empli de toutes les meilleurs odeurs du monde, chaque page contient au moins cinq mots tirés du champ lexical de l'odorat et c'est peut-être la première oeuvre tous médias confondus qui exploite aussi bien le sens olfactif. C'est bien simple, on n'a qu'une seule envie lorsqu'on lit les aventures de Grenouille en Provence : s'en aller au parc le plus proche pour humer ces douces odeurs de fleurs, et en revenir déçu, déçu de ne pas avoir ce prodigieux odorat qui semble donner au monde une saveur si incroyable.

Hormis un passage plus poussif au milieu, Le Parfum se lit avec légèreté et est une lecture vraiment plaisante, parfaitement adaptée au contexte estival. Et une mention spéciale pour cet extraordinaire Jean-Baptiste Grenouille, qui réussit à devenir attachant malgré ses actes épouvantables. Du grand art en fait.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 726 fois
6 apprécient

Floax a ajouté ce livre à 1 liste Le Parfum

  • Livres
    Cover ~ Lectures 2013 ~

    ~ Lectures 2013 ~

    J'essaye d'être éclectique, de lire des livres prêtés par des amis, d'autres conseillés par SensCritique et d'autres encore...

Autres actions de Floax Le Parfum