Je risque d'être un peu dur avec ce roman, mais il faut me comprendre, j'en attendais beaucoup. 7.3 sur SensCritique, auréolé de nombreux prix littéraires que je pensais garants d'une certaine qualité (ça m'apprendra) et best seller en France, alors que l'auteur ne s'appelle ni Lévy, Musso, Nothomb ou Rowling : bref, ça semblait être une oeuvre populaire ET de qualité, ce qui suscitait ma curiosité. Le quatrième de couverture enfonçait le clou, en parlant d'une réflexion sur l'Amérique, sur les travers de la société moderne, sur la littérature, la justice et les médias. Tout un programme. Et de vaines promesses en fait.

C'est l'histoire de deux écrivains ratés, qui se complaisent dans leur médiocrité en balançant des aphorismes sur leur vision de la littérature d'une rare profondeur du genre : "la liberté est un combat de chaque instant dont nous n'avons que peu conscience". Et l'un veut sauver l'autre d'un scandale, une histoire de meurtre datant de plus de 30 ans, et jamais élucidée, qui refait surface. Dans une bourgade américaine perdue évidemment. Et le héros va donc partir enquêter sur les lieux de l'affaire, épaulé par un policier local évidemment, en effectuant des micro-trottoirs pour tenter de découvrir la vérité. Ça semble affreusement banal, et ça l'est en fait.

Et toute la narration est d'ailleurs basée sur ce principe : Marcus rencontre un personnage, et on écoute ensuite sa version de l'affaire. Parfois, on a même droit aux extrapolations du héros sur un chapitre entier, et parfois même, certains persos n'hésitent pas à raconter une histoire déjà contée, pour le plaisir de la répétition je suppose.

De surcroît, les différents personnages rencontrés sont inintéressants, tant ils semblent être des caricatures d'eux-mêmes. On se dit qu'ils jouent un rôle, qu'ils simulent une bêtise afin de mieux tromper l'enquêteur, mais non, ils sont simplement très cons. Tous. Ou d'une mièvrerie excessive qui tend à laisser penser qu'ils sont en fait adolescents, entre le jeune flic qui s'écrit des petits mémos pour oser inviter une serveuse au ciné ou le grand écrivain et ses pensées d'adolescent émo de 15 ans, aucun n'est en fait crédible, ou même attachant. La palme revient quand même à la mère du héros, qui réussit l'exploit d'être tout à fait détestable en apparaissant sur quatre pages au total. Bref, un fiasco total.

Au niveau littéraire, c'est également très mauvais, tant et si bien que je me demandais souvent si ce n'était pas mal traduit. Mais non, c'est bel et bien un livre écrit en français, par un francophone, et couronné par l'Académie française, rappelons-le. Mots désuets, langage simplet et jamais la moindre once de génie parmi les centaines de milliers de lignes imprimées. Tout y est convenu, et souvent maladroit.

Enfin, et c'est peut-être le seul point positif, l'intrigue n'est pas trop mauvaise. Comprenez : il y a bien mieux pour un thriller, mais il y a quelques idées intéressantes; Pas mal d'incohérences assez grossières aussi (qu'on mettra sur le compte des protagonistes franchement limités intellectuellement), mais les twists se révèlent plutôt intéressants, surtout dans le dernier quart du livre. Et comme dans la plupart des thrillers moyens, le reste du temps, le rythme est bien mou et on ne croit pas vraiment aux divers enjeux : les présumés coupables en milieu de bouquin seront forcément innocentés, et les délais censés stresser le lecteur n'ont aucune raison d'être, puisque le premier chapitre annonce qu'ils furent tenus sans problème. Jamais vraiment sous pression, le lecteur peut donc suivre cette histoire digne d'un feuilleton du dimanche paisiblement, en suivant le rythme lent imposé par l'auteur, supposément pour introduire un background qui n'a aucun intérêt et qui n'est finalement pas vraiment étoffé. Malgré les 670 pages.

L'échec est quasiment total, et c'est peut-être ma plus grosse désillusion de cette année sur le plan littéraire. Une lecture longue, pénible et sans véritable intérêt, et je ne comprends toujours pas comment ce livre a pu sortir de la masse pour devenir un tel best-seller. 3/10 pour la fin et quelques twists sympas, et c'est bien payé.
Floax
3
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste ~ Lectures 2013 ~

Le 10 août 2013

54 j'aime

11 commentaires

La Vérité sur l'affaire Harry Quebert
flipflap
4

La vérité sur les haricots verts

La vérité, c'est que ce roman est une arnaque. "Le Dicker" est un assez bon polar, un livre qu'on lit sur la plage (en trouvant quand même qu'il prend un peu beaucoup de place dans le panier à...

Lire la critique

il y a 9 ans

136 j'aime

24

La Vérité sur l'affaire Harry Quebert
-Alive-
4

Magnifique couverture d'Edward Hopper

Prix de l’Académie Française quoi ! Les mecs vous êtes trop vieux, faut arrêter. Ce prix c’est pas rien, ça veut dire : « on veut que ce soit cette littérature qui fasse école », c’est le prestige...

Lire la critique

il y a 6 ans

114 j'aime

25

La Vérité sur l'affaire Harry Quebert
Sergent_Pepper
4

Musso avance masqué

On peut au moins saluer l'audace de l'auteur (et de l'éditeur) qui ne rougit pas à l'idée de prétendre livrer une réflexion sur le polar, l'Amérique, etc. Évoquer au sein du récit un roman sublime et...

Lire la critique

il y a 9 ans

81 j'aime

19

Racine carrée
Floax
5

Je ne suis pas spécialement porté sur ce genre de musique, mais en tant que Belge, il m'était difficile de passer à côté de cet album, érigé par mes compatriotes en fierté nationale. Et Stromae me...

Lire la critique

il y a 9 ans

62 j'aime

6

Grand Theft Auto V
Floax
9

Jeu Vidéo Total

Je dirais qu'il y a trois manières de noter un produit culturel : au feeling pur, partir d'une note parfaite et retrancher des points en fonction des défauts ou l'inverse. Et selon le point de vue,...

Lire la critique

il y a 9 ans

55 j'aime

41

La Vérité sur l'affaire Harry Quebert
Floax
3

La véritable vérité sur l'affaire Harry Quebert

Je risque d'être un peu dur avec ce roman, mais il faut me comprendre, j'en attendais beaucoup. 7.3 sur SensCritique, auréolé de nombreux prix littéraires que je pensais garants d'une certaine...

Lire la critique

il y a 9 ans

54 j'aime

11