👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Nivard de Chassepierre, artisan de l’idéal

Huy, en Belgique, au XIIe siècle. D’abord orfèvre promis à un bel avenir, le jeune Nivard de Chassepierre est contraint de fuir le pays après avoir tué l’homme qui avait déshonoré sa mère. C’est alors qu’il rencontre Rosal de Sainte-Croix, qui le convainc de se joindre à ses compagnons pour une expédition périlleuse, à la recherche du savoir nécessaire à la construction de cathédrales d’un nouveau style, tournées vers le ciel et reflétant sa lumière. C’est pour le jeune homme le début d’un parcours initiatique, d’abord dans les villes d’Europe, puis à Constantinople et à Jérusalem où il découvrira les secrets les mieux gardés des maîtres verriers orientaux. Devenu l’Adepte, il rentrera en Occident accomplir son grand œuvre et réalisera les vitraux des plus grandes cathédrales.

J’ai aimé l’image peu convenue que l’auteur donne de l’époque, dépeignant sans complaisance la barbarie des Croisades, dénonçant les abus et les compromissions d’une Eglise rigide, sans compassion, avide de pouvoir. Nivard est un héros hors norme, un être violent, taciturne et révolté, tourmenté par le doute, dévasté par les drames personnels. Sa recherche de l’harmonie lumineuse parfaite se double d’une quête spirituelle : son élan vers la lumière est pour lui une manière d’atteindre le divin par le chemin de la matière.

Dans ce premier roman, Bernard Tirtiaux, lui-même maître verrier, rend un vibrant hommage à ce métier qu’il connaît si bien, à ces artisans de l’idéal, sublimes et anonymes, à ces alchimistes des couleurs qui cherchaient à rassembler les notes lumineuses de la musique céleste, seuls sur leur barque de verre, en équilibre entre deux mondes.

18 mai 2019 : une petite mise en lumière de ce vibrant hommage aux artisans bâtisseurs de cathédrales et d’idéaux, plus que jamais d’actualité.

No_Hell
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Take a walk on the dark side

il y a 6 ans

15 j'aime

10 commentaires

Le Passeur de lumière
saty
10

Critique de Le Passeur de lumière par saty

l'histoire est loin d'être évidente, les rebonds sont réellement inattendus, le discours recherché et, surtout, on rêverait de voir ce que l'auteur a pu contempler pour décrire pareilles merveilles

Lire la critique

il y a 11 ans

1 j'aime

Le Passeur de lumière
AnK
6

Critique de Le Passeur de lumière par AnK

Au départ j'étais emballée... j'avais l'impression qu'on était dans les piliers de la terre, mais du côté orfèvre/verrier... mais la suite des événements est un peu exagérée (toutes les femmes...

Lire la critique

il y a 6 ans

1 j'aime

Le Passeur de lumière
PaulineAlthaus
10

Critique de Le Passeur de lumière par PaulineAlthaus

Un livre formidable, plein de poésie, amour des couleurs, de l'art et de la vie. Un plongeon dans l'art des vitraux médiévaux. J'ai pas les mots pour dire combien j'ai aimé ce livre.

Lire la critique

il y a 10 ans

Joker
No_Hell
10
Joker

Eloge du maquillage

Quelle claque, mais quelle claque ! C’est vrai, j’ai tardé à aller voir Joker, mais voilà : je sors de l’expérience éblouie, ébranlée, totalement chamboulée. Partie pour visionner un bon thriller...

Lire la critique

il y a 2 ans

49 j'aime

35

Confiteor
No_Hell
9
Confiteor

Le mal, le chaos, la musique

Que reste-t-il de soi quand la mémoire irrémédiablement se désagrège et que la conscience de son être prend l’eau de toute part? Que reste-t-il quand des pans entiers de pensée s’effondrent dans...

Lire la critique

il y a 4 ans

48 j'aime

53

Crénom, Baudelaire !
No_Hell
6

Et le génie, bordel ?

Ce que tu dis là, homme respectable, est la vérité ; mais, une vérité partiale. Or, quelle source abondante d’erreurs et de méprises n’est pas toute vérité partiale ! (Lautréamont, Les...

Lire la critique

il y a plus d’un an

41 j'aime

29