De Zola à Coluche

Avis sur Les Neuf Salopards

Avatar abbedubois
Critique publiée par le

LES NEUF SALOPARDS

J'ai reçu ce matin par la poste une belle enveloppe rouge, les habitués de Vaquette la reconnaîtront aussitôt... elle contenait le dernier opus de cet auteur : «  les Neuf Salopards « – opus acheté sur son site www.crevez-tous.com/vpc : 16 €
Je me suis plongé dans sa lecture dès l'ouverture de l'enveloppe et me voilà en ce début de soirée à la fin de la page 280, autant dire que je l'ai dévoré.

Sans être aussi élaboré que le précédent (du champagne...), ce n'était pas le but puisqu'il s'agit d'un cri de guerre et de désespoir lancé à la société, il remplit son office d'éveilleur de consciences.
C'est le récit de l'expérience vécue, il y a quelques mois, par Vaquette comme juré d'assises et qui se situe entre Zola et Coluche – je ne mets aucune dérision dans cette comparaison. Zola (bien que Vaquette se réfère plutôt au Victor Hugo des Misérables « Fantine !! ») Zola ou Hugo donc pour la misère absolue des protagonistes, misère qu'on imaginerait comme trop romanesque en ce début de XXIème siècle, et qui pourtant, preuve à l'appui, continue de hanter nos rues et nos quartiers. D'où le Coluche des restau mais pas seulement : le Coluche de l'ironie, de la dérision, du mauvais esprit, qualités revendiquées fièrement par T.E. V...
Dieu (?) Merci cette ironie permet de respirer un peu au milieu de cette accumulation de désespoir, d'incompréhension, de mauvaise foi . Sans quoi que nous reste-t-il ? Prendre à notre tour un couteau de cuisine pour égorger tous les affreux responsables de cette misère ? Ou bien s'en servir contre soi pour ne plus rien voir ?
Ce pamphlet partisan et engagé n'est pas dénué de mauvaise foi, mais il est écrit avec suffisamment de sincérité et à l'aide d'une langue riche et vivante qui confirme que l'auteur n'est pas simplement un polémiste mais aussi et d'abord un véritable écrivain.
Pour confirmer ce qui précède, je me permets de reproduire ceci :

« Bref, j'écris ce livre pour ça. Parce que si je ne suis pas sûr que ma voix dissonante trouve sa place ici pour juger à mon tour cette affaire – et la justice en prime ! - du moins je suis certain que ma présence parmi ces jurés ne servait à rien, à rien de rien – sauf à pleurer, écrire un livre, le dédicacer à Madame l'accusée en espérant que ça lui donnera un soupçon de confiance en elle qu'elle mérite et dont elle a été trop souvent privée …. »

Je vous conseille de vous précipiter sur le site de Vaquette pour vous procurer ce bouquin qui fait du bien.

… Et si vous ne pouvez pas l'acheter volez le... comme le conseillait Choron autrefois

L'abbé Dubois

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 98 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de abbedubois Les Neuf Salopards