Un très court roman, bien rythmé et particulièrement bien documenté

"Les délices de 36" fait parti de la collection "Incipit" qui propose à des écrivains de raconter une "première fois".


Ici, ce sont d'abord évidemment les premier congés payés : Jean, Bernadette et leur fils Marius (15 ans) partent en train pour Deauville pour les/leurs premiers congés payés.


On peine à réaliser, aujourd'hui, la révolution qu'à été en France cet acquis du Front Populaire.



  • Une révolution pour les classes populaires : Des congés. Payés. Du temps pour soi.

  • Une révolution, aussi, pour les bourgeois contraints de partager leurs stations balnéaires avec les "congés payés".
    Double révolution que Nicolas Rey décrit particulièrement bien.



Les vacances payées accordées par le gouvernement ont rendu cette
année aux plages de France toute leur animation d’autrefois. Mais
derrière l’animation, il y a quoi ? La même haine, le même mépris du
bourgeois pour le prolétaire. Le bourgeois n’a pas attendu l’été 1936
pour éructer à la plage. La bourgeoisie vomit le prolétariat. Dès la
première semaine de congés payés, la France est coupée en deux. Comme
elle l’a toujours été. Comme elle le sera toujours.



En cet été 36, à Deauville, Marius rencontre Emma, 15 ans comme lui mais fille de la "haute". C'est rapidement l'amour fou... et une autre "première fois"... qui, à sa manière, exprime aussi la coupure entre les prolétaires et les bourgeois. Et là, je dois dire que les échanges épistolaires imaginés par Nicolas Rey pour clôturer son roman sont une bonne trouvaille pour l'illustrer.


Un très court roman, bien rythmé et particulièrement bien documenté (à la fin du livre, vous trouverez d'ailleurs un bonus documentaire illustré sur le Front Populaire et les congés payés). À lire.
(et moi, je file voir ce que sont les autres livres de la collection "Incipit" !)

zemoko
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les meilleurs livres de 2016

Le 3 septembre 2016

Critique lue 483 fois

Arnaud Malon

Écrit par

Critique lue 483 fois

D'autres avis sur Les délices de 36. Les premiers congés payés

Du même critique

Ce qui ne me tue pas
zemoko
9

Ce n'est pas du Stieg Larson... mais c'est un très bon roman

Est-ce que c'est du Stieg Larson ? Non, bien évidemment que non. Est-ce que c'est grave ? Pas tant que cela... Bon, d'accord, le fait d'avoir lu les premiers "Millenium" voici déjà quelques années a...

le 21 sept. 2015

11 j'aime

2

Temps glaciaires
zemoko
9

Commissaire, ne changez pas, restez comme vous êtes !

Disclaimer : je suis fan de Fred Vargas et j'adore l'Islande... donc, attention, ma critique et la note que je donne à ce livre sont sans doute biaisés. Vous êtes prévenus. Ceci étant dit, j'ai...

le 16 mars 2015

11 j'aime

1

Ecoute la ville tomber
zemoko
8

Une ville en plein burn-out

« Écoute la ville tomber » est le premier roman de Kate Tempest dont on me dit quʼelle serait une rappeuse anglaise déjà connue et reconnue dʼune trentaine dʼannée (ce que je veux bien le...

le 21 mars 2018

8 j'aime