Couverture Oblomov

Critiques de Oblomov

Livre de

  • 1
  • 2

Editore, traditore

Je sais pas vous, mais moi je préfère les Folio aux Livre de Poche. Je les trouve plus jolis, doux, trapus dans la main. Devil in the details. J'achetai donc ce bel Oblomov sans même y réfléchir. En l'ouvrant, je jette un oeil distrait au copyright : traduction 1959 publiée par le Club français du livre. Tiens, c'est quoi ça ? Ca fait un peu France Loisirs. Mais quoi, on est chez Gallimard,... Lire l'avis à propos de Oblomov

65 68
Avatar Gizmo
9
Gizmo ·

Pour vivre heureux, vivons couchés

J'étais franchement étonné que le roman Oblomov ne soit connu que d'une frange minimale d'initiés alors qu'en Russie il est un classique des plus connus, au même titre que les livres de Tolstoï, Tchékov ou Pouchkine. Mais peut-être que cette différence de renommée nous dit quelque chose sur notre culture, littéraire du moins. En Russie, de nombreux contes populaires font appel au personnage... Lire la critique de Oblomov

30 14
Avatar SanFelice
8
SanFelice ·

Où sont les rêves de jeunesse ?

L'art de la paresse est plus difficile à décrire que l'on ne croit, la meilleure preuve en étant que trois livres qui l'abordent en font trois portraits différents. La paresse est d'abord une attente. C'est l'attente folle du lieutenant Drogo du Désert des Tartares qui, enfermé dans son fort sur une frontière désertée, attend la gloire qui viendra sous la forme... Lire la critique de Oblomov

18
Avatar Tezuka
9
Tezuka ·

Tu as raison, Andreï, je suis comme une boule...

"Oblomov eût bien apprécié la propreté, mais à condition qu'elle s'installât d'elle-même, sans qu'il s'en aperçoive." - Avouez que cette phrase est irrésistible! - J'ai vaincu. J'ai lu Oblomov de Ivan Alexandrovitch Gontcharov. Classique de la littérature russe du 19ème. Presque 500 pages en police 7. En 3 jours. Et ce n'était même pas une torture. Je me sens cultivée et... Lire l'avis à propos de Oblomov

17 2
Avatar AndreaLeonor
8
AndreaLeonor ·

Le Silence de la Mère

Oblomovisme : un mot bien connu des russophiles, mais qui n'est pas encore entré officiellement dans la langue française ; en tout cas, on n'en trouve nulle trace dans notre bon vieux Larousse, contrairement au bovarisme (qui n'en est d'ailleurs pas si éloigné), à Rastignac ou à pantagruélique. Est-ce à dire que le phénomène qu'il désigne est si spécifiquement russe qu'il ne mérite pas son... Lire la critique de Oblomov

7 3
Avatar Szalinowski
10
Szalinowski ·

Critique de Oblomov par jerrej

Oblomov, c'est d'abord et surtout le nom même du protagoniste, un homme d'une trentaine d'années, déjà fané et éteint, fonctionnaire au zèle plus que douteux, et qui passe le plus clair de son temps sur son divan à dormir. On croit à la paresse, à l'aboulie. Sa torpeur inquiète amis, proches, et bien sûr ses serviteurs, à commencer par le plus fidèle : Zakhar. Zakhar, c'est l'homme à tout... Lire l'avis à propos de Oblomov

9 1
Avatar jerrej
9
jerrej ·

Critique de Oblomov par Pelomar

Cas difficile que celui d'Oblomov. Le postulat de départ est original -ou en tout cas, j'ai jamais lu quelque chose dans ce style- et absolument hilarant (de mon point de vue) : Oblomov est un petit noble qui passe ses journées à dormir, ne voit d'intérêt en rien et est plus que tout terrifié par la perspective de prendre une décision. Le lecteur un peu timide se demandera sûrement comment on... Lire la critique de Oblomov

10 1
Avatar Pelomar
7
Pelomar ·

Critique de Oblomov par nuca

Le personnage principal, Oblomov (qui a inspiré le néologisme d'oblomovisme), est un rentier vivant à Saint-Pétersbourg et qui passe ses journées entières au milieu de son divan. Si au début, on a tendance à se dire qu'Oblomov n'est qu'un paresseux effrayé par le monde extérieur, on se rend compte petit à petit que ce qui caractérise ce personnage est surtout une grande humilité et une forte... Lire la critique de Oblomov

7
Avatar nuca
10
nuca ·

...ou comment être infectée par un caractère

Appelez-moi Oblomova. Comme lui, j'ai souvent la flemme. Je n'ai donc pas fini le pavé relatant son histoire. Allez, faute avouée, à demie pardonnée ? (promis je m'y remets dès que j'ai un peu de temps) Lire la critique de Oblomov

6
Avatar tambourinegirl
6
tambourinegirl ·

Rester Debout

Mythe en Russie comme Faust ou Don Juan peuvent l'être chez nous, Oblomov est, originellement, un roman génial, profond, dense et baroque. On y suit les non-aventures d'Oblomov, un homme qui veut passer sa vie dans son canapé, à trainailler et rêvasser, vivant de ses rentes tranquillement. Cette vie douce, bien que molle, est mise à mal par les visites impromptues de ses "amis" et,... Lire la critique de Oblomov

3
Avatar De_Theobald
9
De_Theobald ·
  • 1
  • 2