De l'art de la faiblesse

Avis sur Petit traité de manipulation à l'usage des...

Avatar Bobkill
Critique publiée par le

Ne vous êtes-vous jamais retrouvé pris dans un engrenage dont vous ne réussissiez pas à échapper ? N'avez-vous jamais agit de façon convenue alors que les actes commis allait à l'encontre de vos envies profondes ? A ces moments-là, vous êtes entré dans le monde de la manipulation. Cela peut parfois être insignifiant mais vous laisser ensuite le goût amer de la frustration. Il y a l'auto-manipulation où on s'enferre tout seul, mais il existe aussi la manipulation par autrui, même si ce dernier ne se rend pas forcément compte qu'il met en branle des mécanismes de contrôles.

La manipulation peut être utilisée, comme bien d'autres techniques, pour le bien ou le mal. Le titre de ce document devenu culte dans le monde de la sociologie et de sa vulgarisation auprès des masses est éloquent : « Petit traité de manipulation à l'usage des honnêtes gens ». Honnêtes gens, tout est dit. Le but n'est pas de vous apprendre de manipuler une foule et de gérer des émeutes – mais je pense qu'on peut faire bien pire ;o). Non, ici, on va vous apprendre à détecter à quel moment de l'échange avec un commercial, un collègue ou n'importe quelle personne avec qui vous êtes en relation, vous risquez de passer à côté de votre volonté et choisiriez de vous impliquer dans une autre voie.

Vous apprendrez aussi qu'il y a des outils et techniques qui peuvent vous permettre de prendre l'avantage, mais toujours de façon honnête. Le propos n'est pas de faire de vous de super-négociateurs, mais plutôt de vous permettre de comprendre des mécanismes simples de soumission auxquels vous pouvez parfois vous trouver confronté.

Vous pouvez penser que Robert-Vincent Joule et Jean-Léon Beauvois, tous deux chercheurs et enseignants en psychologie sociale, ont pondu un essai scientifique et soporifique à souhait, mais il n'en est rien. Rempli d'exemples de la vie courante, cet ouvrage se lit comme un roman. Certes, il y a quelques pauses pour resituer la théorie en psychologie sociale, mais elles permettent aussi d'assimiler les notions diverses qui existent en ce domaines. De nombreux mécanismes peuvent se cumuler et mener à d'autres objectifs que ceux postulés à l'origine.

Des expériences et des exemples, souvent drôles, vous montreront que tout le monde est manipulé ou manipulateur, sans que cela n'en devienne pour autant un mode de vie. Car le choix final revient toujours au sujet. A lui de savoir quand il risque de tomber dans les filets de l'engagement dont il aura les pires maux pour s'échapper. C'est la nature humaine.

Un exemple simple, pour finir cette critique. Imaginez-vous dans une ville lointaine. Sans argent, dans la rue et devant passer un appel téléphonique important depuis une cabine. Seuls 20 centimes d'euros devraient vous suffire. Que feriez-vous ? Assurément vous demanderiez ces 20 centimes à des passants. Là, commence l'expérience... Se contenter, même avec une infinie politesse frisant l'obséquiosité la plus poisseuse, de demander ces 20 minables centimes aux passants risque de vous apporter beaucoup de désillusions sur la compassion de vos contemporains à l'égard de vous soucis du moment. En effet, l'étude a été tentée, seul un passant sur dix vous donnera l'humble obole qui vous permettra d'enrichir le dernier opérateur national de téléphonie fixe. Si, en revanche, vous abordez les passants en leur demandant d'abord un acte gratuit, vous donner l'heure ou du feu, vous multipliez par quatre vos chances d'obtenir vos piécettes. Pourquoi donc ? Car vous avez amorcé une relation d'échange et votre interlocuteur est déjà impliqué dans un processus d'engagement personnel.

Ca parait simple, mais c'est aussi parfois terrifiant. La psychologie sociale se vit tous les jours. En connaître ses grandes lignes ne vous épargnera pas de votre part d'animal social, mais vous permettra de mieux assumer vos choix. La liberté n'existe que si on en connaît sa valeur et ses limites. Un ouvrage de référence qui se lit avec plaisir. N'hésitez pas. Publié, à l'origine en 1987, il n'a pas pris une ride et la réédition 2002 l'a encore enrichi. Une remarquable approche de la nature humaine.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1495 fois
19 apprécient

Autres actions de Bobkill Petit traité de manipulation à l'usage des honnêtes gens