👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Le Monstre. J'ai mis du temps à le noter, et à vrai dire tout n'est plus frais dans ma tête -ça doit faire quatre ou cinq ans- mais on ne peut pas mettre un 7 arbitraire à un tel monstre et partir comme un voleur, quand bien même on ne serait pas lu.

Le truc, c'est que je ne l'ai pas vraiment suivi en étant concentré, mais plutôt lu en me laissant emporter par les mots, sans m'inquiéter de parfois déconnecter, et de la sorte ce fut sincèrement plutôt drôle. Quelques passages en particulier m'ont bien fait rire (comme celui de l'un des deux compères observant une jolie fille sur un banc et ayant des réactions... déplacées).

Le légendaire monologue final n'est pas le plus infernal. Le chapitre pièce de théâtre a failli avoir ma peau par contre.

J'imagine qu'il y a deux grosses façons de l'aborder.
Soit on veut l'ajouter à son tableau de chasse, et vite dépassé par le monstre, on accepte de se résigner comme j'ai choisi de le faire, puis on passe quelques moments amusants, un peu popcorn dans le sens où on ne fait pas en sorte de laisser une empreinte durable du livre en soi.
Ou bien on se prend au jeu littéraire, métalinguistique, on cherche les références, on lit et relit à la lumière des critiques, et on s'universitarise...
Mais je ne lis pas comme un professionnel, malgré mon intérêt certain pour la théorie littéraire. Ce n'est pas un défi que je veux relever que celui-ci.

Cependant, accepter de le lire de la première façon, accepter la résignation face aux monstres qui nous dépassent tout en sachant qu'on a qu'une vie, et en particulier une bien courte vie culturelle, est une étape importante, et c'est pourquoi il est heureux que des œuvres à la réputation de ce monstre existent pour calmer certaines ardeurs, à l'instar de celle du jeune moi qui voyais à l'époque la littérature mondiale comme un catalogue à cocher exhaustivement pour s'assurer un jour une élévation sociale.

Depuis Ulysse et quelques autres du genre (qui peuvent m'avoir marqué malgré tout, comme Faulkner), je me suis abandonné à une vision de la littérature plus réduite, focalisée sur certains romans et auteurs, qui m'apportent ce que je cherche (à savoir une édification morale et pratique), plus qu'une perfection érudite et linguistique qui me dépasserait trop vite et virerait à une obsession malsaine et parfois forcée. Si je ne refuse pas le dépaysement littéraire, car j'aime les livres et pas seulement les livres que j'aime, j'ai depuis accepté de lire en étant parfois perdu, désarmé, incapable de briller face à un interlocuteur qui attendrait de certaines œuvres une critique détaillée et pertinente à cause de leur réputation, et donc à passer pour un simplet ou un coquin qui n'a pas lu vraiment l'œuvre.

Et c'est important.

Léon_Trask
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Mes critiques à l'arrache

il y a 6 mois

1 j'aime

2 commentaires

Ulysse
guyness
8
Ulysse

Heureux qui a fait un long voyage

Dans une critique restée dans de nombreuses mémoires, Templar évoquait le roman de James Joyce comme une cathédrale dans laquelle on entrait à travers un brouillard épais, avant d’en discerner peu à...

Lire la critique

il y a 8 ans

58 j'aime

24

Ulysse
SanFelice
5
Ulysse

Dedalus

Décidément, ce roman, je n'y arrive pas ! Ulysse et moi, c'est une histoire d'incompréhension. Je suis parti sur de mauvaises bases et avec de mauvaises intentions. On m'avait dit qu'Ulysse était "le...

Lire la critique

il y a 8 ans

35 j'aime

13

Ulysse
Tonton_Paso
10
Ulysse

Critique de Ulysse par Tonton_Paso

Pendant plus d'un millier de pages des irlandais mangent des patates et se bourrent la gueule dans des bars et des bordels. À la fin, la femme du héros se demande sur 200 pages sans aucune...

Lire la critique

il y a 11 ans

32 j'aime

6

À l'est d'Eden
Léon_Trask
10

Qu'il est dur d'être Caïn !

J'ai commencé à lire à 16 ans, pour une très mauvaise raison : briller scolairement. Je me suis éloigné de la littérature purement française pour une très mauvaise raison : briller socialement. Après...

Lire la critique

il y a 4 ans

10 j'aime

Dark Souls III
Léon_Trask
10

Plus de vie pour voir la mort

Après tout Dark souls avait des problèmes. De gameplay surtout, mais pas que. Malgré tout ce qu'on pourra dire sur sa narration, sa mythologie, sa topographie, il y a quelque chose de...

Lire la critique

il y a 3 ans

7 j'aime

Le Lys dans la vallée
Léon_Trask
5

L'histoire d'une cloche et d'une gourde, tous deux morts sauf un

Voilà près de deux ans que je n'avais rien lu de ce cher Honoré. Je l'aime beaucoup, sincèrement. Il est, parmi ceux ayant étudié les mœurs humaines et la vie pratique, l'un des plus capables de...

Lire la critique

il y a 6 mois

1 j'aime