C’est toujours avec le même plaisir qu’on retrouve le grain de folie de Mathias Malzieu, toujours avec le même bonheur qu’on se laisse emporter par sa plume alerte et fantasque. Il sait faire appel à l’enfant qui reste en nous, à sa capacité d’émerveillement.


Une sirène à Paris est un conte moderne et poétique. Nous sommes en juin 2016, à Paris. La seine est en crue, la Tour Eiffel a les pieds dans l’eau. Gaspard, notre héros, est un grand enfant de quarante ans (et quelques). Artiste, fantasque, sensible… mais aussi maladroit (son père dit de lui qu’enfant, il a été mordu par Pierre Richard et a contracté la « Pierrerichardite »). Surtout, Gaspard est un surprisier : il appartient à cette sorte de gens qui font en sorte de ré enchanter le monde. Il ne veut pas imaginer un monde meilleur, il veut surpriser le nôtre.


Sylvia, sa grand-mère était comme lui, elle qui avait ouvert le « Flowerburger », une péniche sur la seine où, si vous connaissez le mot de passe, vous pouvez accéder à la cale et à ses secrets, ses hamburgers aux fleurs et son voice-o-graph (une sorte de cabine photomaton mais qui permet d’enregistrer des vinyls).



L’ingrédient magique, c’est l’amour. Car il permet la cristallisation du rêve. Saupoudrez le tout d’une pincée de surprise, et votre vie aura un goût exquis ! disait Sylvia.



Sauf que Gaspard a le cœur brisé, que les affaires ne vont pas fort, que Camille, son père, s’apprête à vendre le Flowerburger. Pas facile de surpriser le monde dans ces conditions… jusqu’à ce que le monde mette Lula sur la route de Gaspard. Lula est une sirène, la dernière de son espèce.


Une sirène à Paris est enchanteur et surprisiant, truffé de références musicales et culturelles, de personnages déjantés, haut en couleurs. Une histoire qui parle d’amour mais aussi de deuil, de rêve et de nostalgie. Un roman poétique et sucré qui se déguste comme une friandise, mais aussi un roman chantant.


D’ailleurs, Dionysos oblige, vous avez évidemment une BO à écouter en le lisant : https://www.youtube.com/watch?v=HzQHB-udAw0

zemoko
8
Écrit par

Le 8 mars 2019

2 j'aime

Une sirène à Paris
zemoko
8

Un roman surprisiant !

C’est toujours avec le même plaisir qu’on retrouve le grain de folie de Mathias Malzieu, toujours avec le même bonheur qu’on se laisse emporter par sa plume alerte et fantasque. Il sait faire appel à...

Lire la critique

il y a 3 ans

2 j'aime

Une sirène à Paris
Alloys
7

Autant nous emporte Malzieu

Je termine ce huitième livre de Mathias Malzieu aujourd'hui, livre que j'ai commencé trois jours plus tôt en me posant de nombreuses questions : Dans quel univers nous envoie-t-il cette fois ? Ce...

Lire la critique

il y a 3 ans

2 j'aime

Une sirène à Paris
lidou
7

Critique de Une sirène à Paris par lidou

Avis de tempête de poésie !!! Décidément Mathieu Malzieu est un auteur atypique qui mérite vraiment d'être lu. J'ai été assez déroutée dès le début par la lecture d'Une sirène à Paris. L'univers...

Lire la critique

il y a 3 ans

1 j'aime

Ce qui ne me tue pas - Millénium, tome 4
zemoko
9

Ce n'est pas du Stieg Larson... mais c'est un très bon roman

Est-ce que c'est du Stieg Larson ? Non, bien évidemment que non. Est-ce que c'est grave ? Pas tant que cela... Bon, d'accord, le fait d'avoir lu les premiers "Millenium" voici déjà quelques années a...

Lire la critique

il y a 7 ans

11 j'aime

2

Temps glaciaires
zemoko
9

Commissaire, ne changez pas, restez comme vous êtes !

Disclaimer : je suis fan de Fred Vargas et j'adore l'Islande... donc, attention, ma critique et la note que je donne à ce livre sont sans doute biaisés. Vous êtes prévenus. Ceci étant dit, j'ai...

Lire la critique

il y a 7 ans

11 j'aime

1

Ecoute la ville tomber
zemoko
8

Une ville en plein burn-out

« Écoute la ville tomber » est le premier roman de Kate Tempest dont on me dit quʼelle serait une rappeuse anglaise déjà connue et reconnue dʼune trentaine dʼannée (ce que je veux bien le...

Lire la critique

il y a 4 ans

8 j'aime