Mais quel chemin de croix !
J'ai bien cru que je ne m'en sortirais jamais de cette soupe à la guimauve qui m'aura bassinée de la première à la dernière page. Il fallait vraiment un challenge de lecture pour que je m'accroche ; voilà bien des efforts pour pas grand-chose.


Alors c'est donc ça le "style" Gavalda ? C'est donc ça qui fait tourner les rotatives et tinter les caisses enregistreuses de nos librairies ? Tant mieux pour l'édition et tant mieux pour les libraires. Tant mieux aussi - et je suis sincère - pour les millions de lecteurs qui ont pris leur pied à suivre Camille, Franck, Philibert et Paulette dans leurs "aventures". Qu'ils ne pensent pas que je les juge ; que chacun lise ce qu'il veut tant qu'il se fait plaisir. Par respect pour eux, je vais quand même préciser ce qui m'a le plus fortement déplu dans ce roman :



  • le côté "Amélie Poulain" réchauffé ; ça sent le filon à exploiter, d'ailleurs, pourquoi se priver puisque ça marche ?


  • la psychologie de comptoir et le pathos dégoulinants, les lieux communs assénés comme de grandes révélations philosophiques,


  • l'histoire. Franchement, pas de quoi blesser nos amis les canards. Est-ce que c'est par complaisance pour son lecteur que l'auteur fait en sorte qu'il devine ce qui va se passer cinquante pages à l'avance ? Une mélo-romance très convenue, des ficelles très grosses et éculées,


  • alors, c'est ce style-là qui plaît aujourd'hui ? Une narration bâtie à 90% sur des dialogues déstructurés (sincèrement j'ai passé la plupart du temps à me demander qui parlait à qui), exit les verbes de dialogue (c'est peut-être en cela que l'auteur croit avoir innové et marqué la littérature de son immortelle empreinte ?), des sauts de ligne inexpliqués et inexplicables dans un même paragraphe, des chapitres d'une demi-page alternant avec d'autres bien plus longs ? Ouais, je reste dubitative.



Au final, presque 600 pages d'un vocabulaire au ras des pâquerettes et redondant, aussi pénible à lire qu'à digérer, pour une bluette pas si romanesque que cela. La froideur de ce style parlé aura surtout eu pour effet de me rendre tous les personnages antipathiques (allez, une petite exception pour Philibert). Donc un coup d'épée dans l'eau pour l'auteur qui voulait vraisemblablement jouer la corde de la sensiblerie compassionnelle jusqu'à l'extrême usure. Ce sont mes nerfs et ma patience qu'elle aura usés sans ménagement.


Navrée, Mme Gavalda, mais vous m'avez très défavorablement impressionnée.
Une prochaine fois, je passe mon tour.

Gwen21
2
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Challenge PAVES août 2014 - août 2015, 2015 et Challenge de lecture POPSUGAR* - 2015

Le 26 avril 2015

3 j'aime

Ensemble, c'est tout
nadouk
10

Critique de Ensemble, c'est tout par nadouk

Voilà un livre que j'adore, que j'ai lu et relu car il présente un panel de personnages hétéroclites tous aussi attachants les uns que les autres. D'abord, Camille jeune fille paumée qui dessinent et...

Lire la critique

il y a 7 ans

5 j'aime

Ensemble, c'est tout
Gwen21
2

Critique de Ensemble, c'est tout par Gwen21

Mais quel chemin de croix ! J'ai bien cru que je ne m'en sortirais jamais de cette soupe à la guimauve qui m'aura bassinée de la première à la dernière page. Il fallait vraiment un challenge de...

Lire la critique

il y a 7 ans

3 j'aime

Ensemble, c'est tout
Emira
10

Juste géniale

Au départ j'avais mis 9/10 qui s'est transformé en 10. Pourquoi ? Tous simplement parce que ce livre est parfait. Je l'ai lu au moins 15 fois et c'est à chaque fois une redécouverte des situations et...

Lire la critique

il y a 11 ans

3 j'aime

La Horde du contrevent
Gwen21
3

Critique de La Horde du contrevent par Gwen21

Comme je déteste interrompre une lecture avant le dénouement, c'est forcément un peu avec la mort dans l'âme que j'abandonne celle de "La Horde du Contrevent" à la page 491 (sur 701). Pourquoi...

Lire la critique

il y a 8 ans

57 j'aime

24

La Nuit des temps
Gwen21
10

Critique de La Nuit des temps par Gwen21

Je viens d'achever la lecture de ce petit livre qu'on me décrivait comme l'un des dix livres de science-fiction à lire dans sa vie sous peine de mourir idiot. Je viens d'achever la lecture de ce...

Lire la critique

il y a 9 ans

50 j'aime

10

La Disparition de Stephanie Mailer
Gwen21
1

Critique de La Disparition de Stephanie Mailer par Gwen21

Jusqu'à présent, de Joël Dicker, je ne connaissais rien ou plutôt pas grand chose, c'est-à-dire le nom de son premier roman "La vérité sur l'affaire Harry Quebert". Depuis cette parution...

Lire la critique

il y a 4 ans

28 j'aime

7