Lire Musso ... et puis mourir ! Soit de rire, soit d'ennui! De rire parce que je ne peux m’empêcher de m’amuser de l’ingéniosité mercantile présente chez cet auteur et sa maison d’édition. D’ennui, parce que la paire d’heures de lecture consacrée à ce bouquin ne m’a apporté aucun, mais alors vraiment aucun moment de bonheur à lire !
Comment peut-on donner autant de crédit à cet auteur? Comment peut-on envisager qu'il soit sur les présentoirs dans toute "bonne librairie" qui se respecte … en tant que commerce (Eh oui, ça se vend et il faut qu'ils vivent ... les libraires!) ?
L'idée de départ n'est pas mauvaise, digne d'un film de fin de semaine. On aurait pu être distrait, paisiblement accroché par une histoire pleine de rebondissements, de gags, d’émotion, de surprises. Deux Gsm s'échangent, par inadvertance dans un grand aéroport... mais, forcément, les propriétaires ne s'en rendent compte qu'une fois embarqués ; forcément, sur des vols diamétralement opposés et forcément, ces deux-maladroits se maudissent, ce qui leur permettra de s'aimer follement en fin d'histoire. Quand il s’agit du film du vendredi soir, on peut même s’assoupir un peu. Quand on reprend ses esprits, on raccroche sans difficulté. Dans le livre, c’est pareil…
Quand on ouvre « L’appel de l’ange », on est parti pour une chevauchée, tout sauf fantastique! On devine à peu près toutes les ficelles du roman. Ce sont des câbles! On n'a même pas besoin de faire un effort pour ne pas perdre le fil... Il est tellement évident qu’on peut prendre ce roman pour lire dans le train ou à une terrasse de café et y être interrompu par le premier distracteur qui passe... Sans souci, après les salutations et échanges de convenance avec l'importun venu interrompre la lecture, on reprend l'histoire, sans aucune hésitation et on suit l’auteur (pardon, souvent, on le précède) jusqu'au déroulement, véritable bouquet d'artifice de convenu, de prévisible, de "je l'avais senti" !!!
Bref, 1 pour l'idée de départ qui aurait pu être amusante et un autre 1 pour l'écriture qui rend la lecture à la portée de tous et ne n'oblige aucune prise de tête pour en venir à bout!
Cotation : 2 sans aucune envie de le relire !

Le 27 janvier 2015

5 j'aime

L'Appel de l'ange
Juwai
3

La Pasta Box de la littérature

Si j'ai longtemps critiqué Musso par pose, snobisme ou élitisme mal placé, je peux désormais le faire par conviction, ayant ("enfin !") lu l'une de ses oeuvres, celle-ci, qui était celle dont le...

il y a 11 ans

16 j'aime

1

L'Appel de l'ange
François_CONSTANT
2

Critique de L'Appel de l'ange par François CONSTANT

Lire Musso ... et puis mourir ! Soit de rire, soit d'ennui! De rire parce que je ne peux m’empêcher de m’amuser de l’ingéniosité mercantile présente chez cet auteur et sa maison d’édition. D’ennui,...

il y a 7 ans

5 j'aime

L'Appel de l'ange
DanyPirard
4

Critique de L'Appel de l'ange par Dany Pirard

C’est trop facile de critiquer sans avoir lu, alors… j’ai lu. Et... je critique… ! D’une part c’est mon premier Musso, mais je me le suis fait conseiller par plusieurs personnes qui le trouvaient...

il y a 9 ans

4 j'aime

Charlotte
François_CONSTANT
8
Charlotte

Critique de Charlotte par François CONSTANT

La chevauchée tragique de la Mort qui pousse à vivre. La Mort qui s’approche, s’accroche, fait peur, étouffe, éloigne, rapproche. La Mort qui force Charlotte Salomon, juive allemande, à devenir sa...

il y a 8 ans

18 j'aime

4

L'Amour et les forêts
François_CONSTANT
8

Critique de L'Amour et les forêts par François CONSTANT

À travers « L’AMOUR ET LES FORÊTS », paru chez Gallimard en 2014, je découvre l’auteur Éric REINHART. Belle découverte ! Bénédicte Ombredanne est une lectrice de cet auteur. Ayant apprécié son...

il y a 7 ans

16 j'aime

4

L'Art de perdre
François_CONSTANT
8

Critique de L'Art de perdre par François CONSTANT

« L’art de perdre » écrit par Alice ZENITER est la troublante histoire du silence de deux nations conduisant à la perte de paroles, donc de mémoire, de trois générations, celles d’Ali, Hamid et...

il y a 5 ans

14 j'aime