Avant tout : je n'ai pas vu le monument cinématographique engendré par ce récit.
Je n'y ferai donc plus allusion.
J'ai lu Moravia comme j'ai lu d'autres auteurs italiens : parce que la littérature italienne est, selon moi, injustement méconnue en France.
S'il y a matière à comparaison dans Le Mépris, je pense qu'elle doit être avant tout "littéro-littéraire".


Car on sort des sentiers battus par des générations d'écrivains.


On nous offre pour une fois un personnage féminin ciselé au comportement singulier, loin des potiches habituellement esquissée avec ce thème : l'homme qui cherche à conquérir ou reconquérir un amour.
On pose la question de la psychologie de la femme qui fuit, on passe plus superficiellement sur celle, maintes fois traitée, de l'homme éperdu.
L'homme dévoué fait un récit dévoué.


C'est finalement une longue enquête que mène le narrateur pour comprendre les raisons du mépris que lui voue sa femme, autrefois amoureuse.
Il finira par y trouver des débuts de réponses, disons une réponse ouverte, mais on aura touché au but, on aura progressé au fil de cette longue interrogation, de ces tentatives d'extorquer une explication à cette femme qui, finalement, subit une situation qu'elle ne comprend pas tout à fait.
Le mépris, d'accord. Mais pourquoi ?


Avant le dénouement, l'explicite, le narrateur nous offre inconsciemment tout ce qu'il faut pour comprendre.
C'est en ça que la démarche est policière. Comment a-t-on tué l'amour ?


Les petites références au cinéma, l'illustration de la dépendance, la condition subalterne de l'homme qui crée, à travers ce jeune homme scénariste par contrainte alimentaire, en font aussi une œuvre pour happy-few.
Moravia semble tenté par une forme légère d'autofiction.


Il y a plus : les références plus ou moins explicites à la mythologie grecque, de l'interprétation partisane de [i]l'Odyssée[/i] par un personnage acquis à la psychanalyse, à l'épisode d'une traversée de grotte en barque avec un spectre, un souvenir, une hallucination, clin d’œil très appuyé à Orphée et Eurydice.

C'est habile parce qu'on ne se contente pas de ces clins d'oeil, on les tourne subtilement en dérision, on les met en abîme, on les critique à travers les personnages et leur débat sur la pertinence d'une interprétation psychologique de la mythologie.
Il y a du recul dans cette œuvre par ces deux procédés : réponses partielles / ouvertes et autocritique.
Au final, le roman est grand et humble.


La fin exprime une volonté de transcendance, où le narrateur admet écrire dans une démarche de dialogue, de justification, de bilan, rendue impossible d'une autre manière par un dénouement en forme d'impasse.


Pour les amateurs du genre au moins. Ce livre devrait vous surprendre.

Lomel
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Femme fuyante, homme éperdu. et Lus en 2017

Le 24 février 2017

5 j'aime

Le Mépris
jessyka
9
Le Mépris

Critique de Le Mépris par jessyka

Pour commencer, je dois dire que la lecture du livre me fait presque mépriser le travail de Godard sur le film. Je ne retrouve pas du tout les personnages et ce qui n'était que partiellement transmis...

il y a 12 ans

7 j'aime

Le Mépris
Lomel
8
Le Mépris

Heureux mépris des codes

Avant tout : je n'ai pas vu le monument cinématographique engendré par ce récit. Je n'y ferai donc plus allusion. J'ai lu Moravia comme j'ai lu d'autres auteurs italiens : parce que la littérature...

il y a 6 ans

5 j'aime

Le Mépris
Gleem
9
Le Mépris

Critique de Le Mépris par François Paquot

"Mais en dehors de la douleur aiguë et croissante dont j'étais parfaitement conscient, je ne comprenais plus rien. Le plus dur pour moi, outre de n'être plus aimé, c'était d'être méprisé ; car...

il y a 11 ans

3 j'aime

Les Choristes
Lomel
8

Critique de Les Choristes par Lo. mel

L'engouement autour de ce film l'a fait redescendre aussi vite qu'il est monté. La faute probablement à une certaine "élite culturelle" qui fait l'opinion, et qui s'est jugée "bien au dessus de tout...

il y a 12 ans

26 j'aime

4

Irréversible
Lomel
3

Sérieusement ?!

Irreversible - porte bien son nom. L'antéchronologie est nécessaire a maintenir le peu d'intérêt du film. Il suffit de remettre les scènes dans l'ordre chronologique pour se rendre compte que le...

il y a 12 ans

21 j'aime

2

Va et poste une sentinelle
Lomel
6

Les fissures dans Papa, ou la naissance d'un Atticus vrai.

Je crois que c'est la première fois que je mets un petit cœur à côté d'un simple six, et bien que cela soit devenu très rare, je vais vous incommoder d'une tentative d'analyse mal structurée. La...

il y a 7 ans

20 j'aime

12