On continue à rire d'Ambroise Fleury et de ses cerfs-volants, me dit
M. Pinder. C'est bon signe. Le comique a une grande vertu : c'est un
lieu sûr ou le sérieux peut se réfugier et survivre.



Il est toujours bon d'avoir un grain de folie dans une époque folle. Ce n'est pas la moindre des qualités de notre héros, Ludo. Cela va lui donner un totem d'invincibilité pendant les sombres années de l'Occupation, le poussant à plonger sans ciller dans la Résistance dès 1940. Et surtout, ça va le pousser à aimer puissamment, à faire comme si sa dulcinée, Lila, jolie aristocrate polonaise, était toujours à ses côtés. Il faut bien dire qu'il a été à bonne école pour ce qui est de suivre l'instruction de la folie douce, en ayant comme maître, son oncle, Ambroise Fleury, postier de son état, mais ayant surtout comme passion, la fabrication des cerfs-volants...


Romain Gary a toujours aimé les personnages plus grands que la vie, bigger than life dirait-on en bon français. Comme il en a été un lui-même, il ne faut guère s'en étonner. Oui, on va suivre un être bigger than life qui va être amené à en croiser d'autres tout aussi bigger, qui ne changeront pas d'un poil face aux épreuves, parce qu'ils seront plus forts qu'elles. Humains humains, ils sont, humains humains, ils resteront. L'amour d'une seule et même personne, transcendant le temps, la géographie et les bouleversements tragiques, est toute une parabole de la fidélité à ce que l'on est.


Et les fameux cerfs-volants, tout un symbole. C'est la nation au drapeau bleu-blanc-rouge qui survit malgré tout, même quand elle est à terre au lieu de s'élever dans le ciel. Ils sont tous illustrés de motifs qui forment une certaine idée de la France.


C'est une captivante double d'histoire d'amour, à une personne, à un pays. La vache, c'est tellement beau et puissant que j'ai envie d'en chialer. Le tout avec d'une pointe d'humour fine et extravagante pour bien relever le tout. Gary était un géant à n'en pas douter.


C'est un éloge à la vie. La dernière publiée du vivant d'un être d'exception qui se tirera une balle dans la bouche. Peut-être parce que les contraintes de la vieillesse voulaient commencer à l'empêcher d'être ce bigger qu'il a toujours été.


J'ajouterai juste, avant de conclure, que la scène chez le coiffeur est le plus sublime doigt d'honneur à la médiocrité humaine que j'ai lu.


Bref, laissez-vous charmer par ces Cerfs-volants. Promis, ils vous le rendront au centuple.

Plume231
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur.

Créée

le 28 déc. 2020

Critique lue 776 fois

39 j'aime

13 commentaires

Plume231

Écrit par

Critique lue 776 fois

39
13

D'autres avis sur Les Cerfs-volants

Les Cerfs-volants
Plume231
9

Une certaine idée de la France !

On continue à rire d'Ambroise Fleury et de ses cerfs-volants, me dit M. Pinder. C'est bon signe. Le comique a une grande vertu : c'est un lieu sûr ou le sérieux peut se réfugier et...

le 28 déc. 2020

39 j'aime

13

Les Cerfs-volants
Black_Key
10

Blue Skies

"Dis, pourquoi ils volent pas tes cerfs-volants ?" S'entendre dire ça, c'était replonger dans le passé. La question était pourtant bourrée de l'innocence propre aux enfants, frappée sous le coup du...

le 5 nov. 2017

36 j'aime

7

Les Cerfs-volants
Much
8

Critique de Les Cerfs-volants par Much

Il y a longtemps que je ne m'engage plus dans la lecture d'un roman de Romain Gary avec l'illusion de l'objectivité. Les histoires qu'il a écrites m'ont trop plu et la sienne trop touchée. Je m'y...

Par

le 26 févr. 2014

6 j'aime

2

Du même critique

Babylon
Plume231
8

Chantons sous la pisse !

L'histoire du septième art est ponctuée de faits étranges, à l'instar de la production de ce film. Comment un studio, des producteurs ont pu se dire qu'aujourd'hui une telle œuvre ambitieuse avait la...

le 18 janv. 2023

290 j'aime

20

Oppenheimer
Plume231
3

Un melon de la taille d'un champignon !

Christopher Nolan est un putain d'excellent technicien (sachant admirablement s'entourer à ce niveau-là !). Il arrive à faire des images à tomber à la renverse, aussi bien par leur réalisme que par...

le 19 juil. 2023

211 j'aime

29

The Batman
Plume231
4

Détective Batman !

[AVERTISSEMENT : cette critique a été rédigée par un vieux con difficile de 35 piges qui n'a pas dû visionner un film de super-héros depuis le Paléolithique.]Le meilleur moyen de faire du neuf, c'est...

le 18 juil. 2022

137 j'aime

31