Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

"Dis, pourquoi ils volent pas tes cerfs-volants ?"


S'entendre dire ça, c'était replonger dans le passé. La question était pourtant bourrée de l'innocence propre aux enfants, frappée sous le coup du bon sens. Un cerf-volant, c'est fait pour voler, pour tendre un fil droit vers l'infini du ciel, et parfois s'enfuir, s'échapper à la poursuite du bleu, libre et futile.
Depuis des années pourtant, depuis le début de cette guerre moche comme un ciel gris, ils sont cloués au sol. A peine autorisés à flotter à hauteur d'homme, bridés par la peur du symbole, par la peur du message. Y'a comme un air de mort de l'enfance, de fin du rêve dans cette interdiction.


La guerre, l'occupation, la résistance, tout ce foutoir, ça aurait pas dû concerner quelques bouts de papier sur des tiges. Mais en temps de guerre, la poésie, c'est de l'audace, et l'audace, c'est des problèmes.
Dans ce bordel, chacun se débrouillait à sa façon. Sabotage, collaboration, maintien absurde de la gastronomie française devant l'occupant, on a tous trouvé une manière de tenir le coup. Moi je faisais voler des cerfs-volants, tant que j'ai pu. Dans le ciel, on était encore libre.


Au milieu de tout ça se trouvait un petit gars d'une vingtaine d'années, indispensable à cause de son excès de mémoire. Une espèce de malédiction qui le suivait depuis qu'il était gosse, et qui l'empêchait d'oublier Lila, sa polonaise, son amour d'enfance. Lila, attachée à sa mémoire comme un cerf-volant à son fil, qui le suit partout, tout le temps. Lila, accrochée et irrémédiablement ancrée en lui, en son coeur incapable de la laisser s'envoler. Lila, qu'il tenait toujours au bout de ce fil, persuadé de la revoir, de la retrouver, de ne jamais l'oublier.


Pendant ces années, on a tous fait du beau et du moins beau. C'est aussi con que ça une guerre, c'est aussi moche que ça. Et puis quand les nazis sont partis, on s'est retrouvés seuls face à notre laideur, sans plus aucune excuse.
Lila est revenue, victime de cette laideur de la liberté, des larmes et des cheveux pleins les mains.


C'était fini tout ça.
Alors oui, c'était une bonne question. Pourquoi ils volaient pas haut dans le ciel, mes cerfs-volants, tendant le fil vers la liberté, à la poursuite du bleu revenu dans le ciel ? En pensant à ces années, aux camps, aux crânes rasés, c'était pourtant si simple à comprendre.
Et de lui répondre :
"Ça reviendra mon petit."
Ça revient toujours.


https://www.youtube.com/watch?v=YErXozSHW9w

Black_Key
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à ses listes Top 10 Livres et Bouquins à moi que j'ai

Créée

le 5 nov. 2017

Critique lue 1.6K fois

36 j'aime

7 commentaires

Black_Key

Écrit par

Critique lue 1.6K fois

36
7

D'autres avis sur Les Cerfs-volants

Les Cerfs-volants
Plume231
9

Une certaine idée de la France !

On continue à rire d'Ambroise Fleury et de ses cerfs-volants, me dit M. Pinder. C'est bon signe. Le comique a une grande vertu : c'est un lieu sûr ou le sérieux peut se réfugier et...

le 28 déc. 2020

39 j'aime

13

Les Cerfs-volants
Black_Key
10

Blue Skies

"Dis, pourquoi ils volent pas tes cerfs-volants ?" S'entendre dire ça, c'était replonger dans le passé. La question était pourtant bourrée de l'innocence propre aux enfants, frappée sous le coup du...

le 5 nov. 2017

36 j'aime

7

Les Cerfs-volants
Much
8

Critique de Les Cerfs-volants par Much

Il y a longtemps que je ne m'engage plus dans la lecture d'un roman de Romain Gary avec l'illusion de l'objectivité. Les histoires qu'il a écrites m'ont trop plu et la sienne trop touchée. Je m'y...

Par

le 26 févr. 2014

6 j'aime

2

Du même critique

What a Wonderful World
Black_Key
9

Time for hope

Ce matin, j'ai pas envie de rigoler. Ce matin, j'ai une sacrée gueule de bois. Pas du genre qu'on fait passer en buvant je ne sais quelle mixture miracle, pas du genre qui attaque le foie en même...

le 14 nov. 2015

132 j'aime

10

Il était une fois en Amérique
Black_Key
10

Brumes et Pluies

Le temps passe. Facilement, il se confond et perd sa structure. Les souvenirs, regrets et joies se mélangent et forment un dédale infini. Les époques se recoupent, se font écho. Elles s'entrelacent...

le 17 déc. 2015

89 j'aime

23