Si je suis un fan des Beatles sans être un fan de Harrison, dont j’ai toujours un peu redouté la douceur (trompeuse) et le mysticisme confiant, il m’est impossible de ne pas reconnaître que « My Sweet Lord », premier triomphe absolu sur les charts d’un Beatle en solo, est une chanson emblématique, qui caractérise le début des années 70 – avant la grande rupture du milieu des seventies – mieux que n’importe quelle autre : reste ici suffisamment de foi en l’amour universel pour faire fleurir un sourire béat sur le visage, mais il y a assez de désillusion déjà pour que nul ne songe à s’en moquer. Encore une fois, Phil Spector produit, et c’est une tuerie...

EricDebarnot
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

Le 14 avril 2015

5 j'aime

Moi, Daniel Blake
EricDebarnot
7

La honte et la colère

Je viens de voir "Moi, Daniel Blake", le dernier Ken Loach, honoré par une Palme d'Or au dernier festival de Cannes et conspué quasi unanimement par la critique, et en particulier celle de gauche....

il y a 6 ans

198 j'aime

53

1917
EricDebarnot
5
1917

Le travelling de Kapo (slight return), et autres considérations...

Il y a longtemps que les questions morales liées à la pratique de l'Art Cinématographique, chères à Bazin ou à Rivette, ont été passées par pertes et profits par l'industrie du divertissement qui...

il y a 2 ans

179 j'aime

92

Je veux juste en finir
EricDebarnot
9

Scènes de la Vie Familiale

Cette chronique est basée sur ma propre interprétation du film de Charlie Kaufman, il est recommandé de ne pas la lire avant d'avoir vu le film, pour laisser à votre imagination et votre logique la...

il y a 2 ans

162 j'aime

22