Avatar pphf

Critiques de pphf

Versus
  Suivre
Bande-annonce
6.9

Le dernier film vu avec mon père - Hommage à pphf

Rédigé par kingrabbit (François) pour pphf (Pallin, Philippe, François). C’est très troublant de s’installer dans le fauteuil de son père, d’allumer son ordinateur et de commencer à taper ces quelques mots sur son vieux clavier dont les caractères ont commencé à disparaître par l’usure du temps. Voilà un bureau où il ne paraîtra plus, avec ses affaires, ses... Lire la critique de Le Dernier Nabab

190 1
Avatar pphf
8
pphf ·
Bande-annonce
7.0

Errance opaline et coloscopique

Après un prologue d’autant plus déconcertant qu’il n’aura (quasiment) plus aucun écho dans le récit qui va s’enchaîner, l’Éthiopie, une mine, des ouvriers ensanglantés, la découverte d’une pierre précieuse, un bloc brut, avec quelques éclats diamantifères et très colorés – la réalisation tourne à l’abstraction intégrale, en mode kubrickien 2001 : on pénètre à l’intérieur de la pierre, une... Lire la critique de Uncut Gems

33
Avatar pphf
8
pphf ·
Bande-annonce
7.1

Feu "d'artifice" *

*Feu d'artifice, vraiment ? Peut-être, si l’on entend le terme d’artifice dans son sens le plus … artificiel. Tout dans le film respire effectivement l’artifice, la forme a définitivement dévoré le fond, étouffé le poème, et derrière les illusions de la forme, de la frime, on peut aussi ne voir qu’esbroufe, voire imposture. L’illusion ne dure que quelques instants, le temps... Lire l'avis à propos de The Lighthouse

36 1
Avatar pphf
3
pphf ·
Bande-annonce
6.7

Le Retour d'Al Crane

Al Crane, cow-boy de fiction, créé par Lauzier, mis en images par Alexis (grand dessinateur de BD, dont la mort précoce a provoqué l'arrêt de la série). Les aventures d’Al Crane constituent une parodie absolue (sous des aspects très réalistes) de l’univers du western, sous la forme de brefs récits complets (7 ou 8 pages, au cinéma cela donnerait des courts-métrages) -... Lire la critique de La Ballade de Buster Scruggs

12 1
Avatar pphf
7
pphf ·
Bande-annonce
7.1

Le Crépuscule des idoles*

PROLOGUE La meilleure approche, la plus paradoxale aussi, est peut-être de s’attacher d’abord aux grosses imperfections du film, à ses défauts serinés un peu partout et tellement évidents qu’ils laissent sans doute filtrer quelque chose d’intéressant. • La scène la plus emblématique de ces difficultés apparentes, celle où Robert De Niro / Frank Sheeran vient... Lire l'avis à propos de The Irishman

31 12
Avatar pphf
7
pphf ·
Bande-annonce
7.1

Ville Alpha

Pitch (bref). Lui - Français exilé en Angleterre ; il vient de perdre son travail (après quinze ans de bons services, son employeur dixit, avant de lui offrir une montre en guise de prime de départ) ; il tente de se suicider, vainement, avant de faire appel à une « entreprise spécialisée ». Il change d’avis. Mais … Drame ? Pas sûr. Le scénario,... Lire la critique de J'ai engagé un tueur

11 7
Avatar pphf
8
pphf ·
Bande-annonce
7.5

Mystères de la trinité

Dès le titre du film. Il annonce trois femmes. On n’en voit que deux – qui occupent tout l’espace du récit. La troisième, qu’on n’identifie pas d’ailleurs immédiatement, n’apparaît en fait que de façon très ponctuelle. Presque muette, enceinte, elle traverse le film comme un fantôme, et en dessinant des fresques mythologiques et mystérieuses. Elle ne rejoindra vraiment les deux autres... Lire la critique de Trois Femmes

14 5
Avatar pphf
7
pphf ·
Bande-annonce
6.0

Clap (clap,clap) de fin (?)

ALLEN, Woody (1935 – 2017) Cette critique, très postérieure au visionnement et au re-visionnement (très appréciés) du film est une réponse personnelle au massacre en règle auquel Wonder wheel a été soumis – pour des raisons qui n’ont pas grand-chose à voir avec le film : les frasques porcines d’Harvey Weinstein, le déchaînement médiatique... Lire la critique de Wonder Wheel

26 23
Avatar pphf
7
pphf ·
Bande-annonce
7.1

Chemin de croix

Un prologue en trompe-l’œil. Avec en gros plan, puis en très gros plan, la tête énorme et blanche d’un molosse, la gueule ouverte, des crocs terrifiants – et la peur qui va glacer le spectateur, même à travers l’écran. A côté un petit homme, son maître, incarné par un comédien inspiré, tel un Luis Rego tendre et cabossé, d’abord à distance de l’animal, puis plus... Lire la critique de Dogman

31 17
Avatar pphf
7
pphf ·
Bande-annonce
7.1

De la liberté du renard libre dans le poulailler libre

Un film social, social et politique, comme on en fait peu en France quand il s’agit de toucher le grand public ; on pourrait songer au cinéma anglo-saxon, à Ken Loach évidemment, ou en amont à Martin Ritt (le très bon Norma Rae). Mais non – La radicalité d’En guerre est unique. Dans la description du combat engagé sans doute, mais surtout dans son traitement – quasi... Lire la critique de En guerre

44 29
Avatar pphf
8
pphf ·