Netflix divise les opinions, multiplie les séries de qualité.

Avis sur Anne with an E

Avatar Peaky
Critique publiée par le

Il y a encore quelque temps, être abonné Netflix, c’était se donner bonne conscience. Puis il y a eu Stranger Things et Narcos, qui à eux seuls ont changé la donne dans le petit monde des séries. Et après les excellents The Crown et The Get Down, ces trente derniers jours auront définitivement positionné Netflix en acteur ultra dominant. Ainsi, et en moins d’un mois, elle aura produit 13 Reasons Why et son retentissement planétaire, Riverdale et les retours acclamés de Better Caul Saul et Master of None.

Anne with an E est à l’image de sa petite actrice principale : pleine de vigueur, douce et intelligente. Malgré les différentes versions du roman déjà portées à l’écran, il est difficile d’imaginer une autre actrice tellement Amybeth McNulty illumine tout sur son passage. Elle incarne à elle seule la montée d’un féminisme féroce et sain. Orpheline surdouée, la tête plongée dans les livres ou dans les étoiles, elle rayonne de fraicheur, de candeur et d’amour. Elle est accueillie par deux vieilles personnes auxquelles on s’attache tout particulièrement. Et c’est pour ça qu’on espère tellement qu’ils évitent les nombreux malheurs qui se dressent sur leur route.

Visuellement c’est évidemment un pur régal. Je dis évidemment parce que c’est une constante assez particulière mais il y a quelque chose d’exceptionnel dans les décors champêtres du Royaume-Uni au 19ème siècle. Je pense par exemple à Barry Lyndon, au Tess de Polanski ou La fille de Ryan de David Lean. A chaque fois, ces décors donnent lieu à un régal visuel immense. Ces costumes, ces manières distinguées, ces traditions d’une autre époque qui persistent jusque dans Downton Abbey, ça fait toujours son petit effet. Tous ces films ont une aura incroyable, que leurs protagonistes soient pauvres ou riches. Et c’est donc tout un symbole que l’histoire d’Anne se passe en Nouvelle-Ecosse au Canada, conquête de l’empire britannique. Si on est passé outre-atlantique avec ce conte populaire canadien, on a donc tout conservé avec des acteurs anglais.

Anne with an E réussit comme This is us en début d’année à faire rire sur des sujets graves et à émouvoir sur des sujets légers. A tel point, que rires et larmes viennent se confondre avec une facilité déconcertante.

A côté de ce nouveau succès, l’ogre Netflix ne veut pas s’arrêter en si bon chemin avec désormais des vues sur le cinéma. N’en déplaise à Almodovar, et pour une fois, à la fois les abonnés et les actionnaires se frottent les mains.

Saison 2

C'est le retour de la série la plus bucolique du programme. Le grand air champêtre revigore tous nos sens, c'est une recette pour le bonheur. Les éléments dramatiques sont toujours des plus bénins. Et même si ils sont parfois tragiquement exagérés, l'issue heureuse ne fait jamais de doute. C'est donc une série feel-good comme il y n'en a que trop peu.

Les sujets abordés sont intéressants, c'est le temps du changement à Avonlea. La communauté doit s'acclimater à un monde qui change et ne le fait pas sans résistance. Ce qui est fort, c'est que les sujets sociaux traités sont intemporels et résonnent encore aujourd'hui, que ce soit l'acceptation de soi-même et des autres tels qu'ils sont, l'adaptation aux nouvelles formes d'enseignement.

Toujours d'une beauté visuelle rarement égalée cette année. Toujours d'une perspicacité, d'une curiosité débordante. Toujours un choix qui nous sourit. Toujours Anne with an E, toujours Anne d'Avonlea.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 9863 fois
30 apprécient · 3 n'apprécient pas

Peaky a ajouté cette série à 1 liste Anne with an E

Autres actions de Peaky Anne with an E