👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Dans une petite ville tranquille de l'Angleterre survient une tragédie : on retrouve sur la plage le cadavre d'un petit garçon bien connu des habitants. L'enquête est mise entre les mains d'un inspecteur arrivé depuis peu et désirant se faire oublier suite à une précédente affaire. Il est épaulé par l'inspectrice du coin, dont c'est le premier meurtre.

Sur le fond, ce n'est pas mal du tout, grâce notamment à l'effet "communauté qui s'épie" (c'est très anglais comme procédé). Tout le monde connaît tout le monde et se met à douter de tout le monde, on découvre des secrets insoupçonnés, etc. Le nouvel inspecteur doit faire sa place, l'inspectrice doit ravaler son orgueil de ne pas diriger l'affaire et gérer les conflits qui naissent entre la police et ceux qui étaient jusqu'à maintenant ses amis.

Dans la forme, on pestera contre tous ces ralentis - au moins un par épisode, ça en devient ridicule - et contre la musique, trop présente en plus de ne pas casser trois pattes à un canard. On peut faire une croix sur une mise en scène sobre à la The wire. Pourtant parfois le silence est la plus belle des mélodies, il serait bon de s'en souvenir.

Cependant, ça se laisse suivre. Certainement pas une grande série, mais un passe-temps honnête assez proche du roman policier.

EDIT : jusqu'à ce dernier épisode qui résout l'affaire de manière totalement gratuite, avec un meurtrier qui se rend de lui-même tellement les flics pataugent. Ce dernier, aperçu à peine une fois par épisode et chaque fois avec l'air le plus serein du monde, se retrouve tout à coup au bord de la crise de nerf et ne supporte plus son sentiment de culpabilité.

Saisissez-vous le problème? Toute la série vous mène de fausse piste en fausse piste en s'attardant sur des personnages ayant tous l'air plus coupables les uns que les autres, et finalement le meurtrier se révèle être celui qui apparaît le moins à l'écran. Tout le dernier épisode n'est d'ailleurs là que pour vous montrer les liens qu'il avait avec la victime, liens bizarrement omis pendants les sept précédents épisodes. C'est d'une facilité grossière.
RaoulDeCambrai
5
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Collection de séries

il y a 8 ans

12 j'aime

Broadchurch
Oberyn
9
Broadchurch

Recette d'une série réussie

Ingrédients : - Une petite bourgade d'Angleterre sans soucis apparents. - Un crime bien sombre. - Une victime innocente, un jeune garçon si possible. - Un flic au passé incertain et à la santé...

Lire la critique

il y a 8 ans

49 j'aime

9

Broadchurch
MauriceLapon
3
Broadchurch

Critique de Broadchurch par Maurice Lapon

Bonjour! Connais-tu l'émission de télédiffusion "Les investigations du connétable @John Broadchurch"? Il s'agit de: une émission de télédiffusion d'investigations de police avec le bonhomme de...

Lire la critique

il y a 8 ans

27 j'aime

9

Broadchurch
Truman-
8
Broadchurch

Critique de Broadchurch par Truman-

Je regrette que cette série ne soit pas naze car je ne peux pas faire le jeu de mot "BoredChurch", et oui BroadChurch est la définition même de la bonne série policière car tout les bons ingrédients...

Lire la critique

il y a 8 ans

24 j'aime

Ça, tome 1
RaoulDeCambrai
5
Ça, tome 1

Un concept prometteur mais un résultat bancal

Attention, les lignes qui suivent sont susceptibles de révéler des éléments importants de l'intrigue. Il semble communément admis sur SensCritique que Stephen King est un écrivain maître de...

Lire la critique

il y a 8 ans

23 j'aime

3

Franz Ferdinand
RaoulDeCambrai
7

"Tiens, j'écouterais bien Franz Ferdinand. Pour voir."

Franz Ferdinand fait partie de ces albums que même ton père qui ne tolère qu'Elvis Presley dans l'univers du rock accepte que tu le passes dans la voiture familiale. Franz Ferdinand est très, très...

Lire la critique

il y a 10 ans

19 j'aime

1

Metroid
RaoulDeCambrai
5
Metroid

L'équation.

X=T1/T2 J'y ai mis du mien pourtant. J'ai noté mes mots de passe en précisant à chaque fois la progression dans l'équipement correspondant. Il n'y avait pas de carte, mais j'en ai fait mon affaire...

Lire la critique

il y a 8 ans

16 j'aime