👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Le blues Bebopien du Cowboy de l'espace.

Parler de Cowboy Bebop c'est dur, il y à tant de chose à dire que l'on pense pouvoir en parler jusqu'à notre mort peut être, et pourtant, tout semble avoir déjà été dit, de la scène la plus culte à la plus insignifiante, de la note jouée à tel moment avec la réplique qui lui est due, tout semble être passé sous l'analyse des critiques du monde entier, comme si, l'image que l'on avait de cowboy bebop n'était qu'un pure fantasme, un rêve… Perdu parmi tant d'autre.

En effet, Cowboy Bebop est un rêve, celui d'une équipe d'abord, faite d'homme et de femme aux idées farfelues, qui ont décider de rassembler dans une série de 26 épisodes tout ce qu'ils aiment avec une cohérence qui force le respect et ainsi, il n'est pas rare de voir dans Cowboy Bebop, des vaisseaux spatiaux et des cowboys se côtoyer dans des histoires de film noir des années 30-40, sur une bande son de jazz-blues-rock-western-métal avec des personnages hauts en couleurs tentant tous d'échapper au poids du passé. Ensuite, Cowboy Bebop est un rêve pour les personnages même de la série, étant donné que l'équipage du Bebop est composé de personnes tournées vers leur passé révolue et leur vie d'antan et, qui n'arrivent pas à s'échapper de leur griffes. Je n'irai pas jusqu'à dire que le vaisseaux : Le Bebop à le nom d'un courant de jazz qui à fait son temps mais forcé de constater, que le passé est toujours là dans leurs esprits et que celui-ci est appuyé continuellement grâce aux musiques, elles aussi datées. Les personnages vivent donc dans le passé, dans un rêve qui s'oppose aux présent dans lequel ils semblent sans vie, détaché des choses, en particulier pour Spike qui dit que "Peu importe le passé il y à toujours un futur" mais qui pourtant, est le personnage le plus affecté par le passé et qui en est aussi le plus conscient "Je suis dans un rêve dont je n'arrive pas à me réveiller". L'anime résume cette notion par la phrase "Life is but a dream" montrant que les personnages ont une vie rêvée est donc qu'ils ne vivent jamais réellement.

On ressent donc très vite le blues qui à fait la caractéristique de cette série et qui est présent partout tout au long de la série, dans les décors vieux et réalistes mais aussi stylisé cyber-punk, dans la musique, les personnages, la lumière et les plans de contemplations durant lesquelles le scénario s'arrête pour laisser place au blues, celui qui s'accroche à toi comme le passé et, qui te rappelle que tu n'es pas vraiment libre. Ainsi dans Cowboy Bebop on suit des Hommes sans buts qui se contente de manger pour survivre sans réellement savoir pourquoi, comme si le passé qu'ils redoutent leur obligeait à vivre pour en payer le prix. En tant que bon existentialistes ils vont donc essayer de se détacher du déterminisme du passé par leur choix pour pouvoir être libre mais surtout vivre ce qui est très bien résumé par la dernière réplique de Spike à Faye lorsque celui-ci décide d'aller affronter son passé : "Je ne vais pas là-bas pour mourir, j'y vais pour me prouver que je suis encore vivant." Il y à évidemment plein d'autres exemples qui montrent qu'ils croulent sous le poids du passé et qu'ils essayent d'en réchapper comme lorsque Spike tue l'enfant immortel et que celui-ci lui dit "Mon corps est si lourd mais mon âme n'a jamais été aussi légère. Est ce que tu comprend ?" et que Spike répond "Le pourrais-je ?" et pas "Repose en paix" comme le dit la VF. Si Spike répond cela c'est bien parce qu'il à conscience que son âme n'est pas libre mais qu'au contraire elle croule sous le poids de son passé.

C'est après ce genre d'épisode que Cowboy Bebop et son blues vous marque, vous aussi vous commencer à le ressentir parce que vous aussi vous avez des attaches, des regrets… Peut être que vous aussi à cause de ça vous ne vivez plus. C'est à ce moment précis que vous vous demandez comment ça va finir, quelle est la suite ? Comment puis-je être réellement libre?
Et bien de ce que j'ai compris de Cowboy Bebop, on est libre que lorsque l'on choisit sa mort. Tout au long de la série des personnages sont dans l'incapacité de mourir ou, quelque chose leur en empêche et ce sont eux qui sont le plus touché par ce blues, par les regrets et le poids du passé. Et c'est seulement une fois qu'ils choisissent d'affronter la mort et d'aller plus loin que le passé et son étreinte que pour une fois, une ultime fois, ils sont libres. L'épisode 13 est je pense le meilleur exemple avec le dernier évidemment.

Beaucoup de gens peuvent voir ce blues Bebopien comme tragique et triste mais personnellement je le vois comme une note d'espoir, quelque chose qu'il faut accepter et chérir plus que tout, parce que comme dit l'autre, on n'est toujours seul face à la mort et, c'est seulement si on à réussit à accepter ce blues qui nous constitue, que l'on peut réellement affronter la mort et choisir de la subir sans regret, librement et seul, car le choix nous appartient. Il nous faut être responsable de notre mort pour enfin l'être vis à vis de notre vie. Et la première étape de cette responsabilité c'est d'accepter le passé, les regrets et le blues pour arrêter d'être écrasé par ceux-ci et ainsi, pouvoir aller de l'avant. Comme Jet qui jette sa montre à l'eau et avec, tout ce qui le rattache au passé, il faut, comme lui l'envoyer baladé, sans non plus le renier où essayer de l'oublier. Une fois que l'on à accepté le caractère révolue du passé, nous sommes enclin au futur et à la liberté. C'est un exercice plus dur à faire qu'il n'y parait d'autant plus que plus on prend de l'âge, plus la difficulté s'accroit, néanmoins, c'est l'étape la plus importante de la vie, celle qui fait mal puis qui libère, et qui permet de vivre, ne serait-ce que pendant un cour laps de temps, éphémère certes, mais réel.
Une fois tout ça en tête, les derniers mots semblent encore plus pertinent et puissant et en même temps, une série aussi incroyable que celle-là ne pouvait finir que par des mots aussi incroyables.
YOU'RE GONNA CARRY THAT WEIGHT

Cowboy Bebop c'est donc un anime sublime sur la forme avec des musiques et une direction artistique irréprochable. On lui pardonnera ses 2-3 épisodes un peu moins bon grâce à son fond, mature, moins dans l'explicite que dans l'implicite, dont le message et l'ambiance en aura marqué plus d'un, moi compris évidemment.
Il y a des oeuvres comme ça, qui touche tellement juste car leur propos est maitrisé de bout en bout que ce soit sur la forme et le fond et il y en a d'autres qui ne se contentent pas de toucher mais de changer la vie de certaines personnes. Cowboy Bebop appartient à la deuxieme catégorie, notamment parce que le fond et la forme ne se contente pas d'être bon individuellement, mélangés, on donne naissance à autre chose, encore plus puissant, capable de transcender les personnes qui, comme les personnages de la série, sont écrasé par le passé et voit en Cowboy Bebop une porte de sortie. Mieux, une porte d'entrée vers de meilleur lendemains.

Univerxel
10

il y a 3 ans

4 j'aime

Cowboy Bebop
Gand-Alf
10
Cowboy Bebop

Tombstone Blues.

Je dois avoir pas loin de seize ans vu qu'on vient de se manger le tant attendu passage à l'an 2000, je suis affalé devant ma télé à tube 4/3 qui commence à montrer de sérieux signes de fatigue du...

Lire la critique

il y a 5 ans

96 j'aime

3

Cowboy Bebop
MrShuffle
9
Cowboy Bebop

See you Space Cowboy...

On vous a déjà parlé du meilleur générique d'anime de tous les temps ? Des japonais qui ont du goût en musique il doit en exister une vingtaine dans tout le pays. Coup de bol pour nous, ils font tous...

Lire la critique

il y a 12 ans

90 j'aime

4

Cowboy Bebop
Leo_Black
5
Cowboy Bebop

La vacuité de l'excellence.

Ah, Cowboy Bebop. Une référence dans son domaine, série culte s'il en est et plébiscitée par le public. Attention, néanmoins, car popularité n'est pas nécessairement synonyme de qualité. Toutefois,...

Lire la critique

il y a 7 ans

82 j'aime

11

Déclaration de guerre - One Piece, tome 41
Univerxel
10

Déclaration d'amour.

C'est véritablement ce dont il est question ici. L'amour d'une mère, l'amour de l'histoire et évidemment l'amitié très cher à One Piece. Je ne parlerai pas de l'œuvre en elle même, je le ferai un...

Lire la critique

il y a 3 ans

8 j'aime

5

Gate
Univerxel
1
Gate

Non

Gate n'est pas moche, son animation est correcte, les chara design plutôt sympa, comme les personnages qui sont plutôt attachants. Le scénario est inventif surtout pour le genre isekai qui est très...

Lire la critique

il y a 3 ans

6 j'aime

3

Magical Dorémi
Univerxel
8

Non je n'ai pas honte...

C'est très le fun magical doremie, moi ça me rend nostalgique et j'en ai marre que des rageux sous prétexte qu'ils sont passés à la sainteté qu'est berserk, denigrent les dessins animés de leur...

Lire la critique

il y a 4 ans

5 j'aime

2