Les experts à Gotham

Avis sur Gotham

Avatar Anto Mrb
Critique publiée par le

Gotham fait partie de cette catégorie singulière où s'entassent les séries que je hais mais que je ne peux malgré tout m'empêcher de regarder (aux côtés de The 4400, The Strain et dans une moindre mesure Banshee dont je n'ai pas dépassé la deuxième saison je crois). Aucune idée précise de pourquoi; j'en déteste chaque minute que je m'inflige mais je continue quand même à regarder un épisode de temps en temps (jamais trop attentivement cela dit).

Bref, donc. Pourquoi c'est mauvais ?
Le nom de la série tout d'abord résume bien le problème majeur, très largement mis en avant dans la plupart des critiques négatives: c'est juste du fan service. Les épisodes pourraient se dérouler n'importe où ailleurs qu'à Gotham, ça ne changerait absolument rien aux intrigues prévisibles et à la réalisation insipide du bouzin. C'est vraiment Les Experts à Miami, sauf qu'il fait gris, qu'on retrouve des noms de personnages de l'univers Batman (pas subtilement amenés pour un rond) et qu'il y a de temps en temps un décor un peu typé gothique ou victorien, quand le chef déco est parvenu à se sortir les doigts. Pour le reste tout est générique au possible, à tel point qu'on se demande parfois si les scripts ne sont pas auto-générés. Détail ultime: ils ont poussé le vice jusqu'à utiliser un espèce de jingle de journal télévisé pour sonoriser ce qui sert de générique: SUPER AMBIANCE.

Pas mal de gens défendent l'aspect décors d'ailleurs. Alors c'est clair qu'ils ont fait leur possible pour cacher la misère, mais sincèrement ça s'arrête à "cacher la misère". A part deux ou trois lieux plus richement décorés (l'antre de l'insuportable Fish "regard-glacial-sinon-rien" Mooney et le hall du commissariat, notamment), le reste tient presque du recyclage: une ruelle sombre, une chambre d'hotel, une salle d'interrogatoire, un hopital, un hangar abandonné, un appartement de luxe, un labo, des docks, ... Il suffit de taper un filtre jaune-pisse ou bleu-glacial quand il faut, de noyer les transitions dans des travelings (moches) de Gotham (mais vraiment moches hein: faites une pause sur une de ces transitions si vous avez besoin de vous en convaincre), le tout filmé avec les jeux de caméras très convenus, et le tour est joué. Quand on a vu des chefs-d'oeuvre de décors et de photographie comme Carnival, Boardwalk Empire ou Fargo par exemple, on s'y laisse difficilement prendre.

Second aspect qui achève définitivement la série: l'écriture des personnages et le jeu d'acteur de façon générale sont lamentables. Tout le monde à Gotham est impulsif, pour ne pas dire attardé, et fonctionne exclusivement sur deux modes: regard-ténébreux-dans-le-lointain et tout-fâché-tout-rouge. C'est simple: toute situation épineuse, confrontation ou même banal dialogue est désamorcé et clôturé par un personnage qui disjoncte et se met à hurler sans trop de prétexte. C'est surprenant à quel point les gens qui écrivent ce truc sont incapables de mettre en scène un échange où tout le monde ne se met pas à beugler comme des autistes au bout d'une minute. On en vient rapidement à espérer que ça s'arrête parce que c'est auditivement parlant très fatiguant, d'autant que c'est appuyé par des jeux de champ-contre-champ (et c'est tout, le minimum syndical) qui peuvent donner mal au crâne.

Et ce n'est vraiment pas le jeu d'acteur qui va rattraper la sauce. Depuis l'excellente série Southland, j'étais curieux de voir Ben McKenzie (James Gordon) dans autre chose car je suspectais un peu qu'il ne sache rien jouer d'autre que le héros beau gosse torturé (aussi appelé "syndrome de Wentworth Miller"), et cette série semble malheureusement confirmer que c'est bien le cas. En plus Gotham ne profite clairement pas de la même direction d'acteur que Southland et il est donc ici complètement grotesque.

Pareil pour Donal Logue (Harvey Bullock) qui parvenait pourtant à se montrer (parfois) touchant dans Terriers, et qui ici n'est qu'un personnage fonction manichéen et oubliable de plus.
Sean Pertwee (Alfred) est le seul qui suscite en moi un peu de sympathie, ce qui est un peu triste étant donné le peu de place qu'il occupe dans le scénario.

Bref, ne vous infligez pas ce truc, il n'y a vraiment aucune raison. C'est creux, inintéressant, poussif, pénible. Si vous voulez du Batman, regardez plutôt un des films, n'importe lequel, même ceux de Schumacher (téton !) qui ont au moins le mérite de plonger dans le côté comics à fond. Ou la super série Batman Animated Series dont j'avais carressé l'espoir que Gotham se soit inspirée (quelle tuerie ça aurait pu être). Et si vous voulez du polar noir, il n'y a qu'à demander: The Shield, Southlan, The Wire, True Detective, Fargo (en quelque sorte), The Killing, ...
Bref, TOUT mais PAS CA, vraiment.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 505 fois
1 apprécie

Autres actions de Anto Mrb Gotham