👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Cela faisait longtemps que je ne m'étais pas autant passionné pour une série. Chaque soir, et ce malgré un indéniable manque de temps et une fatigue omniprésente, de minuit à une heure du matin c'était l'heure d'Il Miracolo.
Je ne vais pas rappeler le synopsis, car vous le trouverez facilement. Cette série m'a littéralement happé par sa photographie, par sa bande sonore et aussi, il faut l'avouer, par son sujet. Les sujets religieux/mystiques m'ont toujours passionné. Dans le genre miracles et dans un tout autre registre, j'avais adoré L'Apparition avec Vincent Lindon et j'étais vraiment intrigué de voir comment une série allait traiter ce sujet.
La façon de filmer, d'associer les bandes sons avec les images me fait beaucoup penser à la façon de réaliser de Paolo Sorrentino (dont je suis un fanboy). En effet, mêler les chansons traditionnelles italiennes à des hits pop/rock des années 90, puis enchainer sur un Vivaldi est très représentatif des films de Sorrentino.

L'histoire s'articule autour de plusieurs personnages, plus ou moins attachant, plus ou moins bien exploités et joue avec les différentes trames narratives. Cette utilisation des différentes histoires m'a un peu fait penser à Dunkerque de Christopher Nolan et j'attendais benoîtement un dénouement où tout se rejoint, tout s'imbrique, tout explique en quoi cette Vierge pleurant du sang relie tous ces personnages.

Pour la suite, on se retrouve dans les spoilers !

Alors j'ai adoré cette série autant que je l'ai détestée.
Les épisodes passant, les personnages s'épuisant, j'avais très peur du dénouement et je ne pense pas que la série puisse finir sur ce dernier épisode.
J'ai été déçu par la façon dont le personnage de Padre Marcello a été traité. C'était pour moi le personnage avec le plus gros potentiel et on l'a enterré une bonne fois pour toute à partir du moment où Fabrizio l'a envoyé dans un couvent pour prêtres pédophiles. S'en suit une espèce d'évasion complétement foireuse avec Clelia, toute une nuit dans une forêt à traîner Marcello sur une bâche sous un orage sans être une seule fois rattrapés par les gérants du couvent c'est peu crédible. La relation entre Clelia et Marcello n'est pas exploitée, on ne comprend pas trop pourquoi Clelia s'acharne autant et même si elle aime Marcello, son dévouement reste peu vraisemblable.

Ensuite, on passera sur les personnages totalement inutiles type Olga. On pense qu'elle a un rôle dans cette histoire de miracle et en fait pas du tout. Sole nourrit une obsession pour cette fille et va jusqu'à la suivre dans l'enceinte de cette espèce de secte et puis terminé bonsoir...

A chaque début d'épisode, on nous parle de Nicolino, de son père. C'était les passages les plus haletants de la série et les placer juste avant le générique était très habile mais quel intérêt de nous faire languir autant pour ça ? On ne sait même pas comment a été tuée la fille du mafieux, on ne sait pas comment ce dernier s'est retrouvé dans l'état dans lequel on le trouve au tout début de la série, pourquoi il devient muet...

Le personnage le plus intéressant pour moi est le général Votta, très attachant et dont le développement est le plus poussé. Pour moi, c'est le personnage principal de la série car c'est le seul qui reste fidèle à lui-même, c'est celui qui ouvre la série et qui la termine, celui qui donne le plus de réponses.

Ah oui et puis, le personnage de Sandra... Le spasme de sa mère dans le coma, le fait d'aller jusqu'en Belgique pour introduire un nouveau personnage avec une trame ultra-intéressante mêlé à un trafic de clandestins puis se faire sauver par l'un d'entre eux lorsqu'elle manque de se faire violer (personne qui disparaît complétement ensuite par magie), son insémination à la toute fin c'est du délire complet. Alors, si le but est de nous montrer que cette personne est folle c'est réussi mais si on fait les comptes, c'est un des personnages les plus développés de la série en terme de temps à l'écran et elle n'apporte RIEN.

Alors ça peut être un choix scénaristique de ne pas nous donner de réponse à la fin, mais il faut quand même donner quelques indices sur leur futur, sur ce que va devenir la Vierge... Là rien du tout.

A la fin rien ne s'imbrique, rien ne se fait. Sans saison 2 ça va être difficile d'être satisfait... J'ai lu des critiques qui disaient que cette fin de saison 1 pouvait faire office de point final, mais je ne suis absolument pas d'accord...

Je me suis délecté des images, de la bande-sonore mais arrivé au dernier épisode, en voyant qu'il ne restait plus que 12 minutes au compteur je savais que ça n'allait pas se terminer habilement... J'essaye de trouver un sens à la fin. Est-ce qu'une conclusion a été faite et je l'ai loupée ?

Si vous avez des explications, aidez-moi dans ma quête, j'ai sûrement raté une subtilité cinématographique...

Je n'étais pas venu pour chercher quelque chose de précis dans cette série mais ce qui est sûr c'est que je n'y ai pas trouvé grand chose in fine...


Si vous n'aimez pas ma critique, ou n'êtes pas d'accord avec moi, venez m'en parler dans les commentaires :-) J'aimerais échanger avec vous sur cette série.

Rispah
6
Écrit par

il y a 3 ans

2 j'aime

3 commentaires

II Miracolo
Specliseur
6
II Miracolo

Quand le plus sordide du profane entre en collision avec le mystique

Il miracolo est une série italienne choc. Elle utilise en connaissance de cause des ingrédients à priori contradictoires pour générer la surprise, le malaise et le soufre.Ainsi, le créateur dézingue...

Lire la critique

il y a 3 ans

6 j'aime

II Miracolo
Maître_Grenouille
7
II Miracolo

Les voies du Seigneur sont impénétrables

C'est la réponse bien connue du croyant désemparé face à l'incompréhensible. Si Dieu existe, par exemple, d'où vient le mal ? À cela, impossible de répondre autrement qu'en bottant en touche : nous...

Lire la critique

il y a 3 ans

6 j'aime

II Miracolo
LeoB84
8
II Miracolo

"Il Miraccolo" [CineMed2018]

Il y a quelques heures, j'ai eu la chance de voir en avant-première les deux premiers épisodes de la série "Il Miraccolo", lors de la soirée d'ouverture du 40e Cinemed. Un choix d'une incroyable...

Lire la critique

il y a 3 ans

5 j'aime

Et vous, tu m’aimes ?
Rispah
4

Critique de Et vous, tu m’aimes ? par Rispah

Une musique qui se veut hipster mais que je catégoriserais de grotesque à cause de paroles absurdes. Les chansons sont abordables jusqu'à ce que les deux chanteuses ouvrent la bouche. Certain(e)s...

Lire la critique

il y a 10 ans

3 j'aime

2

II Miracolo
Rispah
6
II Miracolo

A glacer le sang...

Cela faisait longtemps que je ne m'étais pas autant passionné pour une série. Chaque soir, et ce malgré un indéniable manque de temps et une fatigue omniprésente, de minuit à une heure du matin...

Lire la critique

il y a 3 ans

2 j'aime

3

L'Imprescriptible
Rispah
2

Critique de L'Imprescriptible par Rispah

Ne pas mettre une bonne note à ce livre c'est un peu comme ne pas pleurer pendant la Rafle. Certains arguments sont plutôt des jugements et c'est ce qui est dommage. Le livre sous-entend que les...

Lire la critique

il y a 9 ans

2 j'aime