Potentiel gâché, sentiments en papier maché.

Avis sur Kokoro Connect

Avatar BlackLight
Critique publiée par le

Kokoro Connect, grosso modo, c'est encore une de ces saloperies japoniaises avec la même morale vraiment relou car à la fois peu réaliste et TRES répétitive de type "l'amour, c'est plus fort que tout nyaaaa". C'est l'histoire d'un groupe de potos, constitué de deux mecs vraiment insipides et trois filles complètement barrées (et pas dans le sens "cool", plutôt dans le sens "filles incompréhensibles" [pléonasme bitch ! ]) qui se retrouvent du jour au lendemain investis d'un pouvoir aussi mystérieux qu'aléatoire, celui d'échanger de corps.

Bon, comment dire... ouais, c'est carrément bien pensé comme concept ! Ça ouvre pas mal de possibilité pour nous offrir à la fois des scènes comiques et des scènes dramatiques divertissantes, et en plus ça signifie que l'anime va sûrement être orienté psychologie et interactions sociales, bref que de la joie. Je vais poser cartes sur table : c'était le cas, et j'ai adoré... les cinq premiers épisodes. C'était clair, pas trop neuneu, original avec certains pics de jouissance. Seulement voilà, une fois qu'on a fait le tour de l'essentiel, bah faut bien remplir le reste pour que le spectateur s'enjaille, et quoi de mieux pour ce faire que de changer de pouvoir aléatoire pour donner l'illusion d'originalité, d'insérer un triangle amoureux (d'ailleurs visible à 10 années lumières de là) pour les plus co.. les plus niai... les plus jeunes pardon et d'aller dans le sens de la redondance, en dramatisant (à peine, hein ?) les problèmes posés aux personnages?

D'ailleurs, parlons-en de ces personnages. Vous devez vous douter je ne les porte pas dans mon coeur. Eh bien c'est vrai... à moitié. Bien que les garçons soient couilles molles, niais et doté d'une vivacité d'esprit en dessous de la moyenne des persos les plus mous de la japanimation, ils remplissent tout à fait leur fonction qui se limite à faire avancer l'histoire, l'un passivement, l'autre... bah passivement sur la 2ème moitié des épisodes... Les persos féminins sont plus intéressants que leurs homologues masculins sur bien des points, mais voilà, on en vient toujours à des illogismes que moi, jeune alpha mâle du pays des calissons et des plages dégueulasses (foutus touristes impropres, je vous pisse dessus au passage même si vous n'avez rien à voir ici) ne peut désormais plus comprendre depuis Haruhi Suzumiya . L'exception reste Iori Nagase, qui est un type de perso féminin que je ne crois pas avoir vu depuis bien longtemps et qui m'as pas mal étonné (dans le bon sens cette fois). 1/5, c'est pas bon comme ratio de bons personnages, surtout pour un Slice of Life.

Y a un perso extérieur au club aussi qui m'as bien cassé les noix, c'est le "Coeur des Indes". En lui-même, ça va je trouve qu'il est bien écrit, mais bordel quelqu'un peut m'expliquer d'où il sort? Genre t'as un alien qui distribue des pouvoirs aléatoires, l'auteur sait qu'on va se poser des questions à son propos, et ce bâtard nous laisse dans le suspens quand même quoi, avec une fin qui nous explique rien. D'ailleurs, cette fin n'est pas mauvaise, mais bon elle est vraiment pas ouf, t'es juste content que ça conclue quelque chose, pas comme dans 3/4 des animes que je regarde en ce moment.

Sinon, les soundtracks sont pas trop mal (quelques beaux morceaux au piano) et l’animation visuelle auto-suffisante. Je vois pas en quoi ça vous encouragera à regarder, mais au moins c'est dit.

De toute façon, je ne vous recommande pas cet animé ; en définitive, il remplit son rôle de divertissement Slice of Life (qui était le genre que je voulais regarder à ce moment-là), mais on aura vu beaucoup mieux (placement d’animé : regardez Yahari !) pour les jeunes adultes. Quoique les filles (sans être macho hein), les ados et plus jeunes vont sûrement adorer je pense... Ah, qu'est-ce qu'on est ignare quand on est jeune !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1426 fois
7 apprécient · 2 n'apprécient pas

Autres actions de BlackLight Kokoro Connect